Archives du mot-clé utilisation de la recherche

Quelles sont les recherches pertinentes pour les enseignant.e.s ?

L’Institut français de l’Éducation (IFÉ) organise une série de séminaires internationaux sur le thème général : Approches internationales et pluridisciplinaires des enjeux de la recherche collaborative en éducation. Dans le cadre de ce thème, il y aura un séminaire d’une journée sur le thème plus spécifique de la mobilisation et de l’utilisation de la recherche (comment la recherche se déplace dans la pratique éducative et comment elle est utilisée).

L’un des points forts de la plupart des débats internationaux sur la formation des enseignant.e.s est la nécessité de les sensibiliser aux contributions de la recherche sur les questions d’éducation. Il est donc stratégique d’avoir une recherche solide et bien structurée sur l’éducation qui soit en mesure de fournir aux praticiens et aux décideurs politiques des informations sur les questions d’éducation essentielles. Il est tout autant nécessaire de réfléchir à l’articulation entre la recherche, les points de vue des praticien.ne.s et les conditions d’une appropriation réelle des résultats de la recherche. Il s’agit non seulement d’une information ou d’une formation, mais aussi du développement de modalités de recherche spécifiques, faisant passer les praticien.ne.s de la seule position d’interprète à celle de co-concepteurs, dans l’esprit d’une véritable recherche collaborative. Malgré les nombreuses incitations institutionnelles et l’intérêt grandissant des politiques pour les résultats probants et les bonne pratiques en éducation, les processus d’application et les  facteurs qui influent sur l’utilisation concrète de la recherche par les enseignant.e.s  pour leur pratique  ne sont pas toujours expliqués. Continuer la lecture de Quelles sont les recherches pertinentes pour les enseignant.e.s ? 

Les neurosciences : un outil au service de la psychologie

fmriJeudi dernier, nous sommes allées, ma collègue Catherine Reverdy et moi, visiter le laboratoire « Langage, Cerveau et Cognition » (L2C2), en compagnie de Jérôme Prado, neuroscientifique à l’Institut des sciences cognitives de Bron (69). Depuis la publication en 2013 de notre Dossier de veille « Neurosciences et éducation : la bataille des cerveaux« , nous n’avons cessé de nous intéresser à ce sujet, d’autant plus que nous sommes sollicitées régulièrement par les professionnels de l’éducation qui veulent savoir si oui ou non les neurosciences sont utiles dans la classe ou aux enseignants.

Nous avions auparavant déjà échangé avec des neuroscientifiques pour comprendre pourquoi le cerveau fascine tant et pourquoi les neurosciences sont perçues par un large public comme les sciences qui vont révolutionner l’apprentissage. François Gonon et Thomas Boraud, tous deux neurobiologistes et directeurs de recherche au CNRS ont participé à l’ouvrage collectif « Neurosciences et société – Enjeux des savoirs et pratiques sur le cerveau » en rédigeant un chapitre sur la médiatisation des neurosciences ou comment les écarts entre les observations scientifiques, leur interprétation et leur présentation par les médias sont souvent considérables et participent à la distorsion des résultats de la recherche. La neurophilie ou la fascination du cerveau a pour origine l’attraction du public inexpérimenté pour toute information contenant des éléments neuroscientifiques légitimant à ses yeux les résultats de la recherche, d’autant plus s’ils sont accompagnés d’images du cerveau issues d’expérimentations par IRM fonctionnelle (lire sur ce blog « Les techniques d’imagerie cérébrale« ). Les chercheurs dénoncent aussi le comportement de certains scientifiques, qui n’hésitent pas à exagérer l’impact de leurs travaux, et de certains journalistes qui participent à la surmédiatisation de résultats de recherche non corroborés voire parfois réfutés par la suite.

Pour approfondir nos connaissances sur ces sujets, nous souhaitions donc voir « en direct » une session d’IRM fonctionnelle menée par  et son équipe dans leur laboratoire. Après avoir d’abord insisté sur la filiation des neurosciences à la psychologie cognitive, Jérôme Prado confirme que la neuro-imagerie est pour lui un outil utilisé pour mieux caractériser les mécanismes cérébraux qui sous-tendent le raisonnement humain et la cognition mathématique chez les adultes et les enfants, l’objectif final étant d’en apprendre un peu plus sur les comportements des enfants apprenants. Il travaille d’ailleurs avec Marie-Line Gardes, didacticienne des mathématiques, formatrice à l’ESPE de Lyon, dans le cadre d’une expérimentation portant sur les liens éventuels entre psychologie cognitive et formation des enseignants, à l’aide des outils de neuro-imagerie.

Nous sommes d’abord impressionnées par les machines elles-mêmes, le bruit, la zone magnétique à ne pas franchir, mais aussi par tout le travail nécessaire à la préparation des enfants qui participent à l’étude (initiation lors d’une « fausse » IRM fonctionnelle, séances d’entraînement pour que l’enfant apprenne à ne pas bouger). Enfin, l’expérience nécessite quatre personnes, deux pour gérer la machine, deux autres pour suivre les tests et parler à l’enfant. L’expérimentation porte sur une suite d’opérations simples, additions et multiplication de chiffres, précédées par le symbole de l’opération, +, – ou x, montrées à l’enfant par l’intermédiaire d’un moniteur à l’intérieur de la machine. Après découpage du cerveau en tout petites zones 3D, l’IRM fonctionnelle mesure un signal pour chaque petite zone, et la répétition de l’expérience auprès d’une vingtaine d’enfants fournit une analyse statistique de ce signal. L’idée est de définir si le résultat du calcul auquel parvient l’enfant provient d’un rappel de la mémoire (ce qui semble le cas pour la multiplication) ou bien d’un calcul ultrarapide à partir d’une ligne mentale sur laquelle un « curseur » se déplace (pour les additions et les soustractions), activant ainsi des réseaux neuronaux (la vision du signe + déclenchant l’utilisation de la ligne avant même que les chiffres n’apparaissent). Cette hypothèse est issue de la psychologie cognitive et l’apport de l’IRM fonctionnelle est de fournir une plus grande précision dans les expériences.

Pour l’instant, ni Jérôme Prado ni Marie-Line Gardes ne savent comment ils vont pouvoir vérifier cette théorie en classe sauf de faire une étude de psychologie cognitive qui pourrait confirmer ou infirmer les résultats obtenus par neuro-imagerie.

Nous en avons aussi profité pour recueillir l’avis du chercheur à propos des nombreuses dérives (comme par exemple les styles d’apprentissage et les intelligences multiples), liées à la mauvaise interprétation des résultats neuroscientifiques, les « neuromythes »  et à leur surmédiatisation, ce que Gonon & Boraud nomment « distorsion du discours ». Il confirme que ces pratiques ne peuvent que nuire à la crédibilité d’une science en devenir et ajoute que l’actuelle course aux résultats et à la publication pour les chercheurs les empêchent de partager sereinement leurs résultats, positifs ou négatifs.

Un grand merci à Jérôme Prado qui, avec patience et gentillesse, nous a expliqué son travail et a répondu à nos nombreuses questions et à Nicole Bouin pour nous avoir invitées à cette séance privilégiée.

Les recherches sur l’éducation sont-elles des sciences comme les autres ?

Capture d’écran 2014-12-16 à 08.05.33Définir une recherche scientifique de qualité en éducation, soulève de nombreux débats un peu partout dans le monde occidental. Las du manque de crédibilité d’une science trop confuse, les décideurs souhaitent pouvoir s’appuyer sur des réponses fiables issues de la recherche en éducation. Pour cela, deux questions fondamentales sont soulevées : quels sont les principes d’une recherche en éducation de qualité ? Comment le savoir et les connaissances issus de ces recherches se thésaurisent-ils ? C’est sur cette question de cumulativité des résultats que les recherches en éducation peuvent paraitre faibles. Il semblerait que des efforts de mobilisation et d’articulation des démarches scientifiques issus des différents champs disciplines constitutifs ne soient pas toujours satisfaisants, en France comme ailleurs. Les comités d’évaluation de la recherche dans de nombreux pays (comme le REF au Royaume-Uni, le HCERES en France, l’ERA en Australie ou le KNAW aux Pays-Bas) ont pour objectif d’examiner et de juger les résultats de la recherche, de les rendre plus visibles aux yeux au grand public et de justifier ainsi les dépenses des fonds publics utilisés pour financer les programmes de recherche.

Les chercheurs doivent donc publier leurs résultats mais pas n’importe où ni n’importe comment. Si l’on s’en réfère au billet de blog « Qu’est-ce qu’un bon chercheur ?« , « le bon chercheur c’est celui dont les pairs disent qu’il est un bon chercheur » mais aussi « le bon chercheur c’est celui qui publie beaucoup » ou encore « le bon chercheur c’est celui qui est cité », également « le bon chercheur c’est celui qui publie beaucoup et qui est cité  » et enfin « le bon chercheur c’est celui qui ne fait pas comme les autres »…Toutes ces suggestions sont le reflet d’analyses bibliométriques (destinées à évaluer les qualités scientifiques d’un chercheur, quel que soit son domaine) et déclenchent de nombreuses querelles au sein des communautés scientifiques.

Mais comment les productions scientifiques peuvent-elles utilisées dans le domaine de l’éducation ? Comment valoriser ces résultats ?  Ces questions sont liées à la dissémination des résultats des recherches et leur accessibilité sociale.

Avec ces discussions en toile de fond, nous présentons dans le Dossier de veille de l’IFÉ n°97 décembre 2014, «Production et valorisation des savoirs scientifiques sur l’éducation», une revue de littérature de textes récents sur la question de scientificité des recherches en éducation, sur les dispositifs de publication et de valorisation des productions scientifiques.