Archives du mot-clé système éducatif

Leadership et pédagogie : une nécessaire convergence ?

Après le dossier d’actualité sur l’Inspection scolaire (Inspection scolaire, du contrôle à l’accompagnement ?, n° 67, novembre 2011), ce sont les chefs d’établissement qui retiennent l’attention de ce nouveau dossier du service Veille et analyses.
Celui-ci aborde la question du leadership pédagogique et s’inscrit dans la continuité d’une revue de littérature publiée en janvier 2007 sur Leadership et changements éducatifs (n° 24).
Le leadership fait l’objet d’études nombreuses depuis plus de vingt ans, notamment dans les pays anglo-saxons. Le sujet reste relativement confidentiel en France : notre histoire scolaire reste marquée par un fort centralisme et une organisation essentiellement disciplinaire, qui expliquent la réticence que provoque ces concepts liés à des politiques de décentralisation et d’autonomie des établissements. Les acteurs du leadership sont multiples : loin de l’image du chef d’établissement seul dans son bureau, coupé de ce qui se passe dans les salles de classe, le leadership se déploie dans l’établissement impliquant les équipes de direction et les équipes éducatives, voire au-delà. En effet, les établissements évoluent au sein de réseaux de plus en plus interdépendants, nécessitant plus de concertations et d’échanges avec des partenaires plus nombreux, qu’ils soient internes au système éducatif ou externes à celui-ci.
Ce nouveau dossier d’actualité de l’IFÉ, publié sous le titre Quels leaderships pour la réussite de tous les élèves ?, fait un état des lieux de la recherche scientifique sur la question du leadership pédagogique.

Se préparer aux tests… et ignorer le reste !

On sait qu’un travers des tests et examens scolaires consiste à ce que les enseignants comme les élèves concentrent leurs activités sur les connaissances et les disciplines qui sont évaluées, délaissant les autres objets d’enseignement.

Un rapport de Nathalie Mons au réseau européen Eurydice avait ainsi livré en 2009 une synthèse intéressante des savoirs sur les effets théoriques et réels de l’évaluation standardisée. Elle y montrait notamment que c’est surtout le fait de faire des tests à grande échelle « à forts enjeux »  pour l’évaluation des élèves, des enseignants ou des étudiants qui altère le bon fonctionnement des écoles.

Norberto Bottani relève sur son blog  un effet pervers particulièrement caricatural de la politique de multiplication des tests au Texas. Dans une école, la politique de l’établissement a consisté à concentrer tous les enseignements sur les mathématiques et la lecture, et eux seuls,  afin que les élèves  (third grade : autour de 8-9 ans) soient particulièrement performants dans ces  deux domaines qui comptent pour les tests de l’état (Texas Assessment of Knowledge and Skills Test).  L’établissement était ainsi devenu l’un des meilleurs du Texas… pendant que ses élèves ignorait tout des sujets qui ne rentraient pas dans les exercices de mathématiques ou de lecture.

Comme l’obsession de la performance avait en outre conduit cette école à diverses falsifications pour gonfler les résultats de ses élèves, un rapport a été commandité qui a dénoncé  les dérives de l’établissement.

De tests censés inciter les écoles à améliorer l’apprentissage de leurs élèves, on était passé à des écoles cherchant pas tous les moyens à améliorer leurs résultats aux tests. D’où l’intérêt de réfléchir à deux fois avant de multiplier les instruments de contrôle et d’évaluation des performances scolaires…

Eurydice lance une encyclopédie des systèmes éducatifs européens

Eurydice, le  service d’information de la commission européenne, a lancé cet automne Eurypedia, qui se veut une encyclopédie en ligne sur les systèmes éducatifs nationaux ou régionaux (quand les systèmes sont profondément différents dans un cadre fédéral) en Europe. Continuer la lecture de Eurydice lance une encyclopédie des systèmes éducatifs européens 

Un nouveau tour de PISA

PISA encore ? On est maintenant tellement habitués à entendre la fameuse enquête internationale de l’OCDE citée au détour de toute conversation sur les performances de notre système éducatif, qu’on a l’impression de tout savoir sur la dégradation supposée de la position de la France dans les résultats PISA. Et si l’essentiel n’était pas là ?

En effet, plus que le fait de savoir si tel ou tel pays a progressé ou baissé de 10 points par rapport à son voisin, l’intérêt de PISA c’est de fournir  des  données de comparaison à une échelle à laquelle aucun laboratoire isolé ne pourrait rêver.

Pourquoi « nos » élèves ont tant de mal à répondre aux questions construites plutôt qu’aux QCM ? Pourquoi le redoublement plombe-t-il les résultats moyens de la France ? Quelles sont les compétences privilégiées par PISA par rapport aux connaissances transmises par nos programmes ?  Les résultats sont-ils meilleurs dans un système de tronc commun unique ou dans un système de filières de niveau ? Voilà quelques questions, parmi tant d’autres, que PISA permet de poser, sinon de trancher.

De nombreux chercheurs à travers le monde ne s’y sont pas trompés et n’ont pas hésité à utiliser les données de PISA pour approfondir telle ou telle question, y compris en les retraitant différemment de la façon dont l’OCDE les avait présentées. C’est cette diversité d’utilisation de l’évaluation internationaleque nous avons voulu mettre en valeur à travers le dossier « PISA : ce que l’on en sait et ce que l’on en fait« .

Un intérêt des chercheurs qui ne se dément pas,  au vu du nombre de travaux et de publications dont les thèmes sont reliés à PISA (et dont notre dossier ne donne qu’un petit aperçu). Encore récemment, nous avons dénombré plus de vingt communications à la conférence  de l’Association européenne de recherche en éducation (ECER 2011) à Berlin dont le titre comprenait une référence explicite à PISA.

Ceci noté, il n’était pas possible de faire l’impasse sur les utilisations de PISA dans le débat public. Ne serait-ce que pour souligner les réactions plus que contrastées de différents pays face aux résultats. Rien de commun entre l’Allemagne, qui a mis en oeuvre une profonde réforme de l’éducation suite aux résultats PISA, et les États-Unis, qui n’y ont accordé qu’une indifférence polie ! Quand à la France, on voit  PISA être de plus en plus évoqué depuis quatre ans à l’appui de telle ou telle orientation, et ce n’est pas le débat de la campagne présidentielle qui devrait inverser la tendance.

Tout cela justifiait donc que l’on se penche une nouvelle fois sur PISA, thème désormais solidement ancré sur l’agenda scientifique comme sur l’agenda politique.

La recherche en éducation au Danemark : vers plus de centralisation

Une des questions de fonds qui nourrit, parfois explicitement, souvent implicitement, les réflexions sur les systèmes éducatifs est celle des relations plus ou moins formelles entre recherches, politiques et pratiques. Ce sont d’ailleurs souvent les tensions entre les différents niveaux de lecture, défendus par les différents protagonistes (chercheurs, décideurs et praticiens) qui occasionnent des débats suffisamment enflammés pour pénétrer, plus ou moins durablement, l’espace public. Ces débats, symptomatiques d’un certain malaise (voir les récents billets d’O. Ertzscheid : 1 & 2), conduisent rarement à une remise en cause des relations existantes (ou inexistantes selon le cas) entre ces différents pôles.

Dans une revue thématique lancée au début des années 2000, l’OCDE a examiné la « recherche et développement en éducation » (educational research and development) dans 5 pays volontaires : la Nouvelle Zélande, l’Angleterre, le Mexique, le Danemark et pour finir la Suisse (cf. bibliographie). Les travaux se sont concentrés sur les modalités de production, de diffusion et d’exploitation de la connaissance en matière d’éducation et de formation, tentant d’apporter des éléments de réponse aux questions suivantes : comment cette connaissance contribue-t-elle (ou non) à faire évoluer à la fois les systèmes éducatifs et les pratiques pédagogiques ? quels sont les dispositifs, existants ou à déployer, devant faciliter la communication entre les différents acteurs impliqués dans ce processus ?

C’est à l’occasion d’une visite d’études au Danemark que j’ai découvert que l’état danois s’était engagé dans une refonte active de son système éducatif depuis une dizaine d’années, et que cette démarche qualité incluait une réflexion sur la R&D en éducation. L’absence de stratégie globale en la matière, associée à la co-existence de micro-systèmes peu communicants, a en effet conduit les autorités danoises à miser dès le début des années 2000 sur une plus forte centralisation. À cet égard, la création de la DPU (Danish school of education) et le rattachement à la recherche des collèges post-secondaires (CVU), jusqu’alors chargés de la formation initiale des enseignants (parmi d’autres formations à vocation professionnelle), ont constitué les signes les plus visibles de cette mobilisation. Continuer la lecture de La recherche en éducation au Danemark : vers plus de centralisation 

Forces et faiblesses du système éducatif français : ce que nous apprennent les statistiques

En cherchant bien évidemment tout autre chose, je suis tombée sur cet article de Claude Sauvageot et Nadine Dalsheimer, intitulé « La situation éducative de la France comparée à celle d’autres pays de l’Union européenne ou de l’OCDE », qui est paru dans le n°78 de la revue Education et formations (novembre 2008).
Le panorama dressé ici a retenu mon attention, tout simplement parce qu’il fait écho à cette tentation que nous avons tous de réduire la complexité à quelques formules faciles à retenir, faciles à s’approprier : sans langue de bois, l’article met en évidence certaines spécificités du système éducatif français, ses forces et ses faiblesses, à la lumière d’une sélection d’indicateurs de l’éducation produits par l’OCDE, par Eurydice et Eurostat, et par la Commission Européenne dans le cadre du suivi des objectifs de Lisbonne. Les publications périodiques qui servent d’appui à cet article sont les suivantes :
– la collection des Regards sur l’éducation de l’OCDE (cf. RSE 2009)
– celle des Chiffres clés d’Eurydice / Eurostat
– celle des Rapports annuels de suivi des objectifs de Lisbonne (cf. édition 2009),
– et celle des Etats de l’école, publiés par le Ministère de l’éducation nationale français, avec les données fournies par la DEPP.
Continuer la lecture de Forces et faiblesses du système éducatif français : ce que nous apprennent les statistiques 

Jouer plus pour apprendre mieux ?

Jouer à l’école, est-ce bien raisonnable ? Bien souvent, le jeu se fait rare après l’école maternelle, pour ne surgir à nouveau que le dernier jour avant la sortie des classes,… comme si ce n’était déjà plus l’école et que l’on pouvait donc s’amuser un peu.

Et pourtant… De nombreux travaux de recherche éclairent la place spécifique et le rôle original du jeu dans le processus d’apprentissage. Des enseignants utilisent des jeux de plateaux ou des jeux de rôle, et sont sollicités pour utiliser le jeu vidéo en classe : la pratique du jeu dans le cadre extrascolaire a contribué dans le même temps à poser à nouveau la question de l’utilisation du jeu en ce qui concerne l’acquisition de connaissances et de compétences. Continuer la lecture de Jouer plus pour apprendre mieux ? 

Eurydice : tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur…

… les structures des systèmes éducatifs européens sans oser le demander…
Eurydice vient en effet d’annoncer la réactualisation de ses diagrammes nationaux pour l’année 2009-10. Conçus à partir de la classification ISCED 1997 (International Standard Classification of Education) de l’Unesco, le document de 8 pages permet en quelques coups d’oeil de se représenter le schéma d’organisation de l’enseignement initial dans chaque pays européen, depuis l’éducation pré-primaire quand elle existe, jusqu’à l’enseignement supérieur.
Continuer la lecture de Eurydice : tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur… 

Tout ne se joue pas à l’école

Aucune corrélation nette n’apparaît à l’échelle nationale ou internationale entre les progrès de la scolarisation de masse des cinquante dernières années et le taux de mobilité sociale : quand il y a des évolutions dans la répartition des positions sociales, l’école apparaît une variable marginale au regard d’autres facteurs tels que la structure des emplois.

La course aux diplômes produit même plus d’injustices sociales qu’elle n’en corrige. Du fait de la dévaluation relative des diplômes sur le marché du travail, les enfants de milieu populaire n’accèdent pas à des positions sociales plus élevées que leurs parents malgré des études plus élevées, pendant que les enfants des milieux socialement favorisés se réfugient dans les institutions scolaires les plus sélectives ou compensent par leur milieu le manque de diplômes distinctifs.
Comme en matière d’inflation monétaire, ce sont les plus pauvres qui payent le prix de l’inflation scolaire et subissent la frustration du déclassement.

En tant que dispositif destiné à trier l’accession aux postes les plus valorisants de la société, le système scolaire tend ces dernières années à jouer un rôle sans grand lien ni avec des principes de justice ou d’équité, ni même avec la recherche d’une certaine adéquation à la situation du marché du travail, tel qu’il est ou tel qu’on peut l’anticiper.Autrement dit, la « méritocratie » , idéologie légitime du système, est en grande partie un leurre.

Voilà résumées très grossièrement quelques conclusions du dernier ouvrage de Marie Duru-Bellat(1), qui mérite assurément de provoquer bon nombre de discussions, tant il remet en cause frontalement le présupposé implicite de la plupart des discours publics sur l’éducation : « tout développement de la scolarisation est bon, juste, efficace ». Continuer la lecture de Tout ne se joue pas à l’école