Archives du mot-clé réforme

Quelles sont les recherches pertinentes pour les enseignant.e.s ?

L’Institut français de l’Éducation (IFÉ) organise une série de séminaires internationaux sur le thème général : Approches internationales et pluridisciplinaires des enjeux de la recherche collaborative en éducation. Dans le cadre de ce thème, il y aura un séminaire d’une journée sur le thème plus spécifique de la mobilisation et de l’utilisation de la recherche (comment la recherche se déplace dans la pratique éducative et comment elle est utilisée).

L’un des points forts de la plupart des débats internationaux sur la formation des enseignant.e.s est la nécessité de les sensibiliser aux contributions de la recherche sur les questions d’éducation. Il est donc stratégique d’avoir une recherche solide et bien structurée sur l’éducation qui soit en mesure de fournir aux praticiens et aux décideurs politiques des informations sur les questions d’éducation essentielles. Il est tout autant nécessaire de réfléchir à l’articulation entre la recherche, les points de vue des praticien.ne.s et les conditions d’une appropriation réelle des résultats de la recherche. Il s’agit non seulement d’une information ou d’une formation, mais aussi du développement de modalités de recherche spécifiques, faisant passer les praticien.ne.s de la seule position d’interprète à celle de co-concepteurs, dans l’esprit d’une véritable recherche collaborative. Malgré les nombreuses incitations institutionnelles et l’intérêt grandissant des politiques pour les résultats probants et les bonne pratiques en éducation, les processus d’application et les  facteurs qui influent sur l’utilisation concrète de la recherche par les enseignant.e.s  pour leur pratique  ne sont pas toujours expliqués. Continuer la lecture de Quelles sont les recherches pertinentes pour les enseignant.e.s ? 

La réception des résultats de PISA 2015 en Finlande

Le ministère finlandais de l’éducation et de la culture a présenté sur son site les résultats du programme PISA 2015 (Dossier de presse du 6 décembre). Satisfaite des toujours bons résultats, la ministre Sanni Grahn-Laasonen note néanmoins une baisse des performances en sciences (accroissement du nombre des plus faibles et baisse du nombre des plus performants), et un manque d’intérêt pour les matières scientifiques.

Les résultats soulèvent d’autre part des interrogations quant à l’égalité en éducation, en particulier pour les garçons. L’influence du contexte socio-économique sur les résultats d’apprentissage a augmenté. « Nous devons considérer quels sont les changements qui se produisent dans nos écoles ou dans la société qui ont conduit à une situation où trop de garçons ne sont pas intéressés par le modèle d’apprentissage proposé ». Continuer la lecture de La réception des résultats de PISA 2015 en Finlande 

Parents, enseignants : y a pire ailleurs?

Nicky Morgan, secrétaire de l’Éducation britannique, vient de présenter, devant le Parlement britannique,  un Libre blanc intitulé « Educational Excellence Everywhere« . Tout un programme… N’ayant pas achevé la lecture des 128 pages de ce document, nous nous référons à une article de The Guardian, daté d’hier pour faire part du contenu de ce rapport.

Au-delà de la louable intention de faire tellement mieux qu’on finisse par atteindre l’excellence, quelles  conséquences?

Les grandes lignes du rapport sont les suivantes : prôner l’autonomie pour atteindre les standards pour tous; recruter des enseignants qualifiés; améliorer le leadership des chefs d’établissement; se préoccuper des enfants, des parents et des communautés; faire en sorte que les écoles passent de « bonnes » à « excellente »; se préoccuper des élèves en difficulté ou à besoins particuliers; répartir les dépenses d’éducation là où se sera le plus efficace… et pratiquer au maximum le « rendre-compte » (la fameuse « accountability » à l’anglaise).

Les mesures retenues par The Guardian :

  • abandon des représentants élus de parents dans les conseils d’école au profit de représentants « professionnels », ayant des compétences autres   que celle d' »être parent » (compétence de gouvernance, par exemple).
  • modification du système d’accréditation des enseignants. Actuellement les enseignants, après leur formation ont une période probatoire d’un an avant d’obtenir leur qualification.  Désormais, la qualification sera plus exigeante et pourra prendre plus de temps. La décision finale reviendra aux chefs d’établissement de l’enseignant mais aussi d’écoles « excellentes ». Si certains syndicats sont favorables à cette décision, d ‘autres y voit surtout une mesure budgétaire et le moyen de différer le versement d’un salaire de titulaire.
  • soutien plus grand aux chefs d’établissements  peu performants (les établissements), en leur donnant 30 mois supplémentaires pour faire les preuves d’une amélioration des performances de leur établissement.

Affaire à suivre …

 

Comment les changements pédagogiques sont mis en oeuvre

Pour paraphraser un célèbre général, des réformes annoncées on en trouve, des changements concrets on en cherche !

Une constante des travaux qui se sont penchés sur les réformes éducatives est en effet de conclure à une grande disproportion entre l’ampleur des changements espérés au regard des changements effectifs dans les pratiques quotidiennes. Pourquoi tant d’échecs ou de déceptions ?

La pente naturelle du décideur consiste à incriminer les corps intermédiaires, les corporatismes ou même les acteurs éducatifs qui seraient rétifs à toute évolution pour de trop nombreuses raisons contraires à l’intérêt général. L’inclination fréquente des praticiens pour la contestation est justifiée à leurs yeux par le manque de concertation ou la méconnaissance de la réalité du terrain qui caractérise trop souvent les initiatives politiques.

Les chercheurs qui se sont penchés sur ce problème ont pourtant identifié d’autres facteurs d’échec ou de réussite, d’autres variables susceptibles d’expliquer pourquoi il y a un décalage récurrent entre les objectifs et les résultats. En particulier, ils ont souligné que le problème réside fréquemment dans le « comment » de la réforme : on peut discuter des buts proclamés et des valeurs qui sous-tendent un changement souhaité, le « pourquoi« ,  mais bien souvent c’est déjà la stratégie de changement mise en oeuvre qui a souvent une probabilité faible d’aboutir. La mauvaise compréhension du système éducatif et de la façon dont sont configurés et les organisations et les acteurs mène à bien des erreurs.

C’est pour avancer dans une meilleure compréhension des conditions institutionnelles et organisationnelles du changement éducatif que nous avons réalisé notre dossier  « le changement, c’est comment ? » , en mobilisant certaines théories particulièrement éclairantes sur le sujet.

Les références utilisées dans ce dossier sont également consultables dans notre entrepôt de données bibliographiques.

 

Conférence socle commun au collège : présentations et enregistrements audio

Les 13 et 14 octobre dernier, une conférence organisée par l’IFÉ (unité Veille et Analyses) et le réseau KeyCoNet France réunissait à Lyon chercheurs et experts autour des évolutions curriculaires actuelles, pour mieux comprendre les enjeux du socle commun en France. Compte tenu de l’actualité marquée par la réforme du collège et les nouveaux programmes, les intervenants sont largement revenus sur ces questions, étayées dans les perspectives tracées par les recherches sur le curriculum et confrontées à certaines pratiques internationales.

Vous pouvez retrouver ici les enregistrements des conférences (et les liens directs pour les télécharger) ainsi que les éventuels supports de présentations.

Les deux journées étaient animés par Olivier Rey (IFE- ENS de Lyon)

(lien vers fichier mp3)

(lien vers fichier mp3)

 

Support de présentation (fichier PDF)

(lien vers fichier mp3)

 

(lien vers fichier mp3)

 

Support de présentation PDF de P.RayouIMG_20151013_160840~2

(lien vers fichier mp3)

 

(lien vers fichier mp3)

 

  • Alain Michel et Janet Looney (EIESP)– Compétences-clés et changements curriculaires : panorama européen

Présentation A. Michel

(lien vers fichier mp3)

 

Présentation J. Looney

(lien vers fichier mp3)

 

Présentation I. Mc Gregor

(lien vers fichier mp3)

 

Présentation de J. Lebeaume

(lien vers fichier mp3)

 

 

Travaux en atelier
Travaux en atelier

Le rapport Legrand, 30 ans après

Louis Legrand vient de mourir à l’âge de 95 ans. Il ne s’agit pas ici de faire une notice nécrologique, mais de rappeler ce pourquoi (entre autres) Louis Legrand a marqué l’histoire de l’éducation, le rapport qu’on connait sous le nom de « rapport Legrand » mais dont le  titre réel est « Pour un collège démocratique : rapport au ministre de l’Éducation nationale« .

Publié en 1982, soit 7  ans après la loi Haby sur le collège unique, ce rapport présente d’étranges similitudes avec une autre réforme… Tant par les propositions qui y figurent que par les réactions qu’il a suscitées.

Les grandes lignes de ce rapport (publié par la Documentation française)  sont les suivantes :
– aménager dans les classes de 6ème et 5ème des temps de travail en groupes d’élèves de niveau hétérogène et des temps en groupes de même niveau ;
– adapter les programmes nationaux à la diversité des publics et des situations locales ;
– favoriser les activités d’expression et de production technique ;
– renforcer les liens entre l’élémentaire et le secondaire pour faciliter le passage en 6ème ;
– favoriser l’autonomie des établissements pour prendre en compte la diversité des situations locales et transformer la vie des collèges en donnant des pouvoirs et des responsabilités aux partenaires ;
– mettre en place un tutorat destiné à aider les élèves dans leur travail et leur vie scolaire ;
– transformer les fonctions et les services des enseignants qui effectueraient 16 heures d’enseignement + 3 heures de concertation en équipe pédagogique et 3 heures de tutorat.
L’accent est mis sur l’importance du travail en équipe pédagogique et pluridisciplinaire, l’élaboration de projets éducatifs.

Quant aux réactions, on lit par exemple, dans une note de lecture de Gabriel Langouet, dans un numéro de la Revue française de pédagogie (1984) : « Avant même qu’il soit publié et dès sa parution, il a fait l’objet de discussions passionnées, de prises de position parfois tranchées, de polémiques acerbes, à partir d’analyses souvent incomplètes ou fragmentaires: le tutorat ou les services d’enseignement des professeurs par exemple« .

Ça vous rappelle quelque chose?

 Voir la Biographie de Louis Legrand, par Claude Lelièvre.

Socle, réforme du collège, nouveaux programmes : une conférence à Lyon en octobre

Nouveaux programmes, réforme du collège, mise en place du nouveau socle commun de connaissances, de compétences et de culture : des grandes évolutions curriculaires sont à l’oeuvre et touchent particulièrement le niveau du collège.

Dans ce contexte, le réseau KeyCoNet France et l’IFÉ organisent à Lyon (ENS de Lyon, 19 allée de Fontenay) deux journées de réflexion pour mobiliser des éclairages  issus de la recherche, au service des acteurs qui ont à mettre en oeuvre ces évolutions.
Ces deux jours rassembleront des chercheurs spécialistes du curriculum, des acteurs de la rénovation des programmes, des experts ayant travaillé sur les compétences au niveau européen ainsi que des acteurs et cadres du système éducatif.
Des conférences alterneront avec des ateliers sur des thématiques de certains enseignement pratiques interdisciplinaires (EPI) prévus par la réforme du collège.

Participation gratuite mais inscription nécessaire en ligne : http://colloques.ens-lyon.fr/eventShow/soclecollege

Mardi 13 octobre 2015

Matin

  • 9 : 30 Accueil : Olivier Rey (IFÉ –ENS de Lyon)
  • 9 : 45 Michel Lussault (ENS de Lyon, Directeur de l’IFÉ, Président du Conseil Supérieur des Programmes) – Conférence introductive
  • 10 : 00 Questions/discussion
  • 10 : 45 Michel Develay (Université Lumière Lyon 2)– Trois marqueurs notionnels de la refondation du collège : Curriculum, Culture et Interdisciplinarité
  • 11 : 45 Questions/discussion

Après-midi

  • 14 : 00 Patrick Rayou (Université Paris 8) – Socle commun et soutien des apprentissages
  • 14 :45 Questions/discussion
  • 15 :30 Travailler en réseau sur le nouveau curriculum avec eTwinning : présentation du projet et de l’outil (par B. Pajot et le bureau national d’animation etwinning)

–          16 :00   Trois ateliers parallèles sur des thèmes interdisciplinaires liés aux EPI

  • Sciences et société (Bertrand Pajot– IGEN)
  • Transition écologique et développement durable (Monique Dupuis– IGEN)
  • Information, communication et citoyenneté
Mercredi 14 octobre 2015

Matin

  • 9 : 00 Alain Michel et Janet Looney (EIESP)– Compétences-clés et changements curriculaires : panorama européen
  • Questions/discussion
  • 10 : 00 Isobel Mc Gregor (consultante, anciennement Her Majesty’s Inspectorate in Scotland) – Les réussites et les défis concernant l’introduction d’un nouveau curriculum – l’exemple de l’Ecosse.
  • 10 : 45 Questions/discussion
  • 11 :00 L’interdisciplinarité en question : bilan intermédiaire des ateliers

Après-midi

  • 14 : 00   Joël Lebeaume (Université Paris Descartes)- Refondation curriculaire, disciplines, dispositifs et contenus scolaires : enjeux, principes et implications.
  • 14 : 45 Questions/discussion

–     15 : 30   Trois ateliers parallèles sur des thèmes interdisciplinaires liés aux EPI

  • Sciences et société
  • Transition écologique et développement durable
  • Information, communication et citoyenneté
  • 17 : 00   Clôture/conclusion par Bertrand Pajot (IGEN) et les animateurs des ateliers

Parmi les intervenants …

Michel LUSSAULT. Directeur de l’Institut français de l’éducation depuis la rentrée 2012 et professeur de géographie à l’ENS de Lyon depuis 2008, il a été nommé Président du Conseil supérieur des programmes en septembre 2014. Parmi des dernières publications : L’avènement du monde : essai sur l’habitation humaine de la terre. Le Seuil, 2013.

Michel DEVELAY.  Professeur honoraire en sciences de l’éducation ; expert dans le domaine curriculaire pour plusieurs pays francophones. Deux derniers ouvrages parus : Comment refonder l’école primaire ? De Boeck, 2013 ; D’un programme de connaissances à un curriculum de compétences. De Boeck, 2015. Auparavant, en relation avec cette conférence : Donner du sens à l’école ? ESF, 2007.   De l’apprentissage à l’enseignement. ESF, 2004.

Patrick RAYOU.  Professeur émérite de sciences de l’éducation à Paris 8, membre du Circeft-EscolSes travaux de recherche concernent les apprentissages des  élèves et la formation des enseignants. Il a piloté le groupe chargé d’élaborer le projet de programme pour le cycle 4 . Parmi ses publications récentes : Sociologie de l’éducation, PUF, 2015; Les inégalités d’apprentissage. Programmes, pratiques et malentendus scolaires(avec E. Bautier) . PUF (rééd.) 2013.

Alain MICHEL. IGEN honoraire (1994-2010), conseiller scientifique de l’Institut Européen d‘Education et de Politique Sociale (IEEPS) – qu’il a présidé de 2004 à 2011 – et de Futuribles International depuis 1993. Président d’honneur de l’AFAE. Membre du comité directeur du CERI/OCDE de 1992 à 2005.

Janet LOONEY. Directrice de l’Institut Européen d’Education et de Politique Sociale (IEEPS), elle a travaillé entre 2002 et 2008 à l’OCDE, où elle a notamment conduit une grande étude sur l’évaluation formative. Elle a précédemment occupé des responsabilités dans plusieurs universités et organismes à Washington dans les domaines de l’éducation et des politiques publiques.

Isobel MC GREGOR. Consultante expert, elle a passé plus de 40 ans dans le monde de l’éducation en Ecosse et ailleurs en tant que professeur, directeur-adjoint (équivalent IA-IPR), membre du corps d’inspection en Ecosse (Her Majesty’s Inspectorate of Education – HMIE, connu depuis 2012 comme Education Scotland). Elle a mené la production du premier rapport approfondi sur l’état de l’éducation en Ecosse (Improving Scottish Education, HMIE, 2006) et on l’a engagée dans le groupe de développement du nouveau curriculum écossais ( ‘Curriculum for Excellence’ ).

Joël LEBEAUME.  Professeur en sciences de l’éducation à l’université Paris Descartes où il anime un séminaire Curriculum, Compétences, Disciplines, Contenus. Ses recherches sur les configurations curriculaires de l’éducation scientifique et technologique croisent didactique et histoire des disciplines. Il participe à l’expertise et à l’accompagnement des rénovations curriculaires en France et à l’étranger. Parmi ses récentes publications :  (en co-direction avec Renaud D’ENFERT) Réformer les disciplines : les savoirs scolaires à l’épreuve de la modernité, 1945-1985. Presses universitaires de Rennes, 2015 ; L’enseignement ménager en France. Sciences et techniques au féminin, 1880-1980. Presses universitaires de Rennes, 2014.

Monique DUPUIS. Inspectrice générale de l’éducation nationale, groupe STVST (Sciences et Technologies du Vivant, de la Santé et de la Terre), et elle s’implique actuellement avec son collègue doyen du groupe Histoire Géographie, Michel Hagnerelle, dans le dossier de l’éducation au développement durable. De 2005 à 2013, alors qu’elle était IA-IPR SVT dans l’académie de Nantes, elle a piloté le dossier EDD dans cette académie. Auparavant, Monique Dupuis a encadré, au sein de l’INRP (actuellement IFE), une équipe d’enseignants chargée de la production de ressources pour l’enseignement des SVT au collège et au lycée notamment dans les domaines de l’évolution et des changements environnementaux.

Bertrand PAJOT. Inspecteur général de l’éducation nationale depuis 2011 au sein du groupe des sciences et technologies du vivant de la santé et de la Terre (STVST). Il a enseigné les SVT pendant près de vingt ans avant de devenir IA-IPR dans l’académie de Bordeaux où il fut directeur de la pédagogie de 2007 à 2011. Il est membre du réseau KeyCoNet France.

 

Faire de l’excellence en situation contrainte

La Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) a lancé en janvier dernier le Pacte pour un enseignement d’excellence. Prévu dès juillet 2014, dans la cadre de la Déclaration de politique communautaire de la Fédération, ce pacte porte sur les dix prochaines années et devra « identifier les moyens d’atteindre les objectifs d’amélioration des performances [du] système éducatif et de réduction des inégalités qui influencent la réussite ».

Son lancement a été l’occasion, pour les médias belges, quelques semaines après les attentats français, d’insister sur la nécessité d’accompagner les enseignants face aux changements de la société et des élèves (ici). Continuer la lecture de Faire de l’excellence en situation contrainte 

Collège : les horaires avant/après

L’arrêté du 19 mai 2015 relatif à l’organisation des enseignements dans les classes de collège qui vient d’être publié au JO nous permet de faire un comparatif entre les horaires du dit-décret et les horaires applicables jusqu’au 31 août 2015.

Horaires des élèves de 6ème (fin cycle 3)

Horaires des élèves de 5ème (cycle 4)

Horaires des élèves de 4ème (cycle 4)

Horaires des élèves de 3ème (cycle 4)

* Enseignements complémentaires = accompagnement personnalisé et enseignements pratiques interdisciplinaires.

** dont 3 heures d’accompagnement personnalisé en 6ème, 1 à 2 h les années suivantes (art. 4-1 et 6-1 de l’arrêté).

Le décret + l’arrêté sur le site Legifrance.

Quelques questions en suspens, relatives aux contenus d’enseignement

  • Quid de l’enseignement facultatif du latin ?
    Les programmes du cycle 3 (pour la sixième), puis de cycle 4 (5ème, 4ème, 3ème) mentionnent dans la partie relative à l’étude de la langue et les composantes de la compétence/ savoir-faire « acquérir et maîtriser le sens et l’orthographe des mots » : « L’étymologie et l’emprunt aux langues : découverte des bases latines et grecques, dérivation et composition à partir d’éléments latins ou grecs ». Au cycle 4, on ne découvre plus mais on utilise pour construire des compétences langagières et comparer le français et le latin.
    Le 13 mai dernier la ministre de l’Éducation nationale a demandé au Conseil supérieur des programmes de préciser les programmes sur les langues et cultures de l’Antiquité. « Les langues et cultures de l’Antiquité seront enseignées sous trois formes : dans les programmes de français, qui intègreront désormais des notions d’étymologie latine et grecque ; avec l’enseignement pratique interdisciplinaire (EPI) « Langues et cultures de l’Antiquité », accessible à tous les élèves ; avec un enseignement de complément en langue latine ou grecque, pour les élèves qui le souhaitent » (texte de la saisine).
  • Quid de la découverte professionnelle ?
    On peut la découvrir au hasard du cahier des charges pour les enseignements pratiques interdisciplinaires : « Ils sont […] un lieu privilégié de déploiement du Parcours d’information, d’orientation et de découverte du monde économique et professionnel (Piiodmep) ». Affaire à suivre.

 

 

Continuum -3 +3 : quid des bacheliers de la voie professionnelle ?

Assemblee nationaleCet article fait suite à celui de Laure Endrizzi qui relate notre audition par une mission d’information de l’Assemblée nationale sur l’articulation entre enseignement secondaire et enseignement supérieur. J’ai apporté un éclairage particulier, celui du devenir des bacheliers professionnels.
L’enseignement professionnel initial est présent dans tous les systèmes éducatifs, au moins en Europe, mais il prend des formes variées selon les pays. Le caractère national de l’enseignement professionnel est beaucoup plus marqué que pour l’enseignement général, ce dernier étant plus homogène d’un pays à l’autre, malgré des différences notables comme l’a expliqué Laure Endrizzi.
Par exemple, les cas de la Suisse et de l’Allemagne diffèrent très largement de ce qui se fait en France. Le CFC en Suisse (équivalent du CAP français) est obtenu par 60% d’une classe d’âge. La formation professionnelle fait partie intégrante du système scolaire, et l’obtention de ce diplôme pèse fortement sur le marché du travail : ceux qui ne l’ont pas (et qui n’ont pas d’autre diplôme) rencontrent de grandes difficultés pour trouver un emploi. Ce qui explique la difficulté particulière à laquelle se heurtent les étrangers en Suisse.
En Allemagne, la formation par alternance est très développée. Le nombre de jeunes apprentis correspond en France au nombre d’élèves inscrits en baccalauréat professionnel.
En France, la voie professionnelle, bien que dénigrée et souvent vue comme une voie de relégation, a permis à elle seule, la massification scolaire à l’oeuvre depuis les années 1980. Le nombre de bacheliers généraux et technologiques a très faiblement augmenté. Si en 2014 on frôle les 80% de réussite au baccalauréat, c’est grâce à la voie professionnelle dont les effectifs et la réussite au bac pro est en hausse constante, largement confirmée depuis la rénovation de la voie professionnelle de 2009.
Ventilation des élèves en fonction des filières du secondaire supérieur : général / professionnel / professionnel alternance
Ventilation des élèves en fonction des filières du secondaire supérieur : général / professionnel / professionnel alternance
Cette rénovation a d’ailleurs consacré le baccalauréat professionnel en en faisant l’égal du bac général ou technologique. Il permet d’ailleurs la poursuite d’étude au même titre que les autres. Mais au-delà du discours et des textes officiels, que deviennent réellement les bacheliers professionnels qui poursuivent des études ? Ont-ils réellement les mêmes droits que les autres ? Ont-ils les mêmes chances de réussite que les autres ?
Tout d’abord, de plus en plus d’élèves déclarent à leur entrée en lycée professionnel vouloir poursuivre des études après le bac : s’ils étaient 17% en 2000, ils représentaient 48% des entrants en 2014. L’orientation en LP s’inscrit aussi dans de nouvelles stratégies scolaires, ce qui a pour effet de modifier le profil socio-économique des élèves de LP. S’orienter en LP serait un compromis entre l’inappétence scolaire des enfants et l’ambition scolaire de leurs parents. Déclarer vouloir poursuivre des études ne signifie pas que ce sera effectivement le cas.
Et de quelle poursuite d’étude parle-t-on ? La voie « naturelle » reste l’orientation en STS pour passer un BTS. La proportion de bacheliers professionnels en STS est passée sur l’ensemble du territoire de 25% à 29% entre 2013 et 2014. Il semblerait qu’il y ait une évolution réelle qui soit à l’oeuvre. Mais la réalité est très différente selon les sections, les zones géographique, les réalités locales, le tissus économique, etc. Dans les sections industrielle, certaines STS ne recrutent que des bacheliers professionnels, parce que le vivier de recrutement existe déjà au sein de l’établissement. Dans le secteur tertiaire, les bacheliers professionnels se trouvent plus souvent en concurrence avec des bacheliers technologiques, voire avec des bacheliers généraux souvent issus de la voie scientifique. Si rien n’est mis en place pour accueillir les nouveaux publics, la mise en concurrence des élèves est largement défavorable aux bacheliers professionnels. Certains ne sont pas admis ou abandonnent, et se retrouvent à l’université.  Le taux de réussite pour les bacheliers professionnels sont les suivants :
  • en licence : 3,1%, ce qui fait de l’université une impasse ;
  • en BTS : 50% (73% pour les bacheliers technologiques et 85% pour les bacheliers généraux).
La poursuite d’étude, si elle peut être envisagée, ne garanti pas le succès. D’autant que depuis la réforme de 2009, les passerelles entre la voie professionnelle et la voie technologique ont pour ainsi dire disparu, limitant pour ces élèves un retour éventuel dans la voie technologique.
Malgré ce tableau un peu sombre, des expériences universitaires très concluantes existent :
  • L’ENEPS (École nationale de l’enseignement supérieur professionnel) à Grenoble (Université Joseph Fourier) s’adresse exclusivement aux bacheliers professionnels. Elle est intégrée à l’IUT. Pendant deux ans, les bacheliers professionnels sont pris en charge ensemble, ils bénéficient d’un accompagnement et d’un suivi particuliers. La formation se fait en alternance. A l’issue des deux ans, les étudiants sont intégrés avec les autres étudiants de l’université en troisième année de licence afin de passer le même diplôme. Il est intéressant de noter que tous les bacheliers professionnels de cette école trouvent un contrat après leur examen (écouter l’intervention de Pierre Billet à l’IFE pour la formation sur la professionnalité enseignante en lycée professionnel).
  • L’école Vaucanson en Bretagne (CNAM) adopte une pédagogie de projet et propose aussi une formation avec de l’apprentissage en alternance. Ils accèdent aux mêmes diplômes que les autres étudiants, et leur taux de réussite est de 75%. 35% poursuivront même en master.
  • Le dispositif Réussir de l’université Lyon 1, qui propose :
    • une année préparatoire pour les bacheliers professionnels ou technologiques, qui permet une (re)mise à niveau pour la poursuite d’étude ;
    • un semestre de soutien spécifique ou de détermination à l’issue du premier semestre universitaire, pour les étudiants qui éprouveraient des difficultés importantes, afin qu’ils ne perdent pas pied.
L’accueil des bacheliers professionnels dans les études supérieures doit être pensé et organisé, sinon la poursuite d’étude ne sera qu’un leurre. Les problématiques de l’accompagnement, du suivi des étudiants, mais aussi  de la pédagogie sont interrogées par ces nouveaux publics. Les expériences existantes sont encourageantes. Il est aussi question de la création de nouveaux diplômes spécifiques, à l’instar du Brevet professionnel supérieur. L’intention est louable, mais n’y a-t-il pas un risque de faire perdurer des hiérarchies entre les différentes voies d’étude ?