Archives du mot-clé qualité

L’IGAENR plaide pour la fonction formation dans les universités

On a beaucoup plus parlé de la recherche, de la carrière des enseignants-chercheurs ou de la gestion financière que de la formation à l’occasion des réformes universitaires de ces dernières années. Diverses études et rapports avaient pourtant souligné depuis le début des années 2000 la spirale inflationniste qui caractérise les universités françaises en matière de formations. Ce ne sont pas les dispositifs qui ont manqué pour tenter de « resserrer »ou « rationaliser » l’offre de formation. Pourtant, à chaque fois, comme lors de la mise en place du LMD au début des années 2000, c’est le contraire qui s’est produit : multiplication des diplômes et des filières du niveau licence au niveau master !

C’est à ce dysfonctionnement manifeste que s’est attaquée l’IGAENR (inspection générale de l’administration de  l’éducation nationale et de la recherche) par un audit sur le pilotage et l’organisation de la fonction formation dans les universités, publié fin septembre. Un sujet crucial dans le contexte du passage aux RCE et du transfert de la masse salariale aux universités, qu’une partie d’entre elles a bien du mal à gérer comme le montre l’actualité récente. Riche et rigoureux, le rapport fait le point sur la situation actuelle en partant de cas concrets, tout en ébauchant des solutions et des pistes de travail.

Parmi les différents constats relevés, on peut noter que le développement des universités s’est largement basé ces dernières années sur la diversification de l’offre de formation, dans un contexte où se sont conjugués une baisse globale des bacheliers se dirigeant vers les universités et une compétition croissante au niveau national et international entre établissements, attisée par les divers classements plus ou moins sérieux mais tous autant médiatisés. Autrement dit, pour faire face à une demande étudiante moins importante, la plupart des établissements ont essayé de lancer de nouveaux diplômes  censés être plus attractifs pour enrayer la chute des effectifs plutôt que de restructurer ceux qui existaient.

Par ailleurs, la tradition française est largement « bottom up » dans le cadre des créations de diplômes. A l’origine d’une formation, il y a la plupart du temps d’abord le projet individuel d’un universitaire, qui agrège éventuellement une équipe autour de lui, mais en profitant d’une liberté pédagogique qu’on se soucie rarement d’ajuster à la politique d’établissement. Tout concourt ainsi à une croissance sans fin de l’offre de formation.

Les conséquences, notamment financières, de ces processus sont froidement relevées par les inspecteurs. Ainsi, il est constaté qu’on a maintenu des cours magistraux pour des effectifs très faibles et qu’on a multiplié les unités d’enseignement dans de nombreux établissements, ce qui a abouti à la constatation paradoxale que les heures complémentaires payées aux enseignants ont augmenté alors même que le nombre d’étudiants baissait !

Il faut dire que les établissements ont peu de moyens pour enrayer ces dérives. On pourrait imaginer qu’en contexte de baisse d’effectifs étudiants, on profite des mutations et des départs à la retraite pour redéployer les postes, c’est à dire transférer un poste de telle discipline  à telle autre, en fonction des besoins des étudiants ou des priorités de l’université. En fait, les établissements ont du mal à aller  loin dans cette logique, notamment car arrivés à un certain seuil, les redéploiement de postes enseignants remettent en cause la place voire l’existence de la discipline au sein de l’université et se heurtent par conséquent à de vives oppositions.Plus globalement, le rapport remarque qu’il n’y a pas de réflexion générale au niveau des universités sur les évolutions du potentiel enseignant auxquelles il faudrait procéder.

Pour procéder à ce travail, les universités devraient disposer de travaux et d’outils solides. Or, c’est le contraire qui perdure : la fonction administrative dédiée à la formation au niveau des établissements reste sous-dimensionnée tant au regard des besoins que du développement d’autres fonctions administratives qui se sont développées avec les RCE (gestion financière et comptable, gestion du patrimoine, etc.). Les composantes internes (UFR, facultés, départements…), souvent oubliées dans le cadre de la LRU, ne sont pas en outre pressées de se délester d’une des compétences qui fait leur identité, la recherche ayant souvent maintenant son centre de gravité à d’autres niveaux.

Ce sous-dimensionnement de la mission formation est-elle une fatalité ? Apparemment non aux yeux de l’IGAENR, qui adjoint à son rapport quelques exemples d’universités étrangères francophones à Montréal, Génève et Louvain, dans lesquelles la fonction formation connait un développement sans rapport avec ce qui se passe dans l’hexagone.

Dans les universités étrangères considérées, on constate notamment que la pédagogie universitaire est considérée comme une discipline à part entière, avec des structures chargées de la développer et de l’enseigner aux universitaires. Un domaine dans lequel la France est en net décalage au niveau international, comme le soulignait l’an dernier l’étude de Laure Endrizzi consacrée à l’enseignement dans le supérieur.

Il reste donc de larges marges de progression aux universités, comme le montre la lecture des recommandations avancées par le rapport de l’IGAENR, parmi lesquelles on peut retenir la nécessité de développer une démarche qualité au niveau de la formation, comprenant  notamment une évaluation systématique des enseignements, des formations des enseignants, la mise en place de conseillers pédagogiques, etc.

A ce titre, les inspecteurs citent les efforts de l’université Claude Bernard de Lyon pour développer une vraie fonction formation dans toutes ses dimensions, avec par exemple une division des études et de la vie universitaire ,qui comprend un service dédié à l’insertion professionnelle (CLIP) , ainsi qu’un service (dénommé ICAP ) autour des TICE et de la pédagogie.

 

Leadership et pédagogie : une nécessaire convergence ?

Après le dossier d’actualité sur l’Inspection scolaire (Inspection scolaire, du contrôle à l’accompagnement ?, n° 67, novembre 2011), ce sont les chefs d’établissement qui retiennent l’attention de ce nouveau dossier du service Veille et analyses.
Celui-ci aborde la question du leadership pédagogique et s’inscrit dans la continuité d’une revue de littérature publiée en janvier 2007 sur Leadership et changements éducatifs (n° 24).
Le leadership fait l’objet d’études nombreuses depuis plus de vingt ans, notamment dans les pays anglo-saxons. Le sujet reste relativement confidentiel en France : notre histoire scolaire reste marquée par un fort centralisme et une organisation essentiellement disciplinaire, qui expliquent la réticence que provoque ces concepts liés à des politiques de décentralisation et d’autonomie des établissements. Les acteurs du leadership sont multiples : loin de l’image du chef d’établissement seul dans son bureau, coupé de ce qui se passe dans les salles de classe, le leadership se déploie dans l’établissement impliquant les équipes de direction et les équipes éducatives, voire au-delà. En effet, les établissements évoluent au sein de réseaux de plus en plus interdépendants, nécessitant plus de concertations et d’échanges avec des partenaires plus nombreux, qu’ils soient internes au système éducatif ou externes à celui-ci.
Ce nouveau dossier d’actualité de l’IFÉ, publié sous le titre Quels leaderships pour la réussite de tous les élèves ?, fait un état des lieux de la recherche scientifique sur la question du leadership pédagogique.

Glossaire sur la qualité dans l’enseignement et la formation

Pour continuer sur la question de la qualité – qui va nous mobiliser totalement les 23 et 24 novembre prochains – je signale ce glossaire trilingue anglais –  allemand – français qui vient d’être publié par le Cedefop sous le titre Glossaire sur la qualité dans l’enseignement et la formation.

240 pages qui actualisent la première version datée de 2003, en prenant en compte les récentes évolutions européennes : la création du Cadre européen des certifications (CEC – European qualifications framework for lifelong learning – EQF) et le développement du Système européen de transfert de crédits pour l’enseignement et la formation professionnels (European credit system for vocational education and training – ECVET). Un document qui a vocation à faciliter la collaboration entre les États membres et à promouvoir un langage commun (pour construire une vision commune…).

Belle réussite en tous cas que ce glossaire, avec de vraies définitions permettant d’appréhender aussi les différences culturelles. Voir par exemple le terme « apprentissage » ;  l’entrée correspondante en anglais signale la polysémie du terme français  :

Apprenticeship:
Systematic, long-term training alternating periods at the workplace and in an educational institution or training centre. The apprentice is contractually linked to the employer and receives remuneration (wage or allowance). The employer assumes responsibility for providing the trainee with training leading to a specific occupation.

Comment:

  • in French, the term ʻapprentissageʼ relates to both apprenticeship and the process of learning (see ʻlearningʼ);
  • the German ʼdual systemʼ is an example of apprenticeship.

 

Quand la qualité des universités dépend de la confiance accordée à ses personnels

Ce n’est pas moi qui le dit, mais l’EUA – European University Association – dans un rapport rendu public dernièrement, sous le titre ‘Examining Quality Culture Part II: Processes and Tools – Participation, Ownership and Bureaucracy‘.

Il s’agit en fait du volet 2 du projet européen « Examining Quality Culture (EQC) » conduit par l’EUA en collaboration avec la conférence des recteurs allemands (HRK) et l’agence écossaise QAA (Quality Assurance Agency for Higher Education).

Le rapport fait valoir que le développement d’une « culture qualité » globale est le moyen le plus efficace de progresser qualitativement et de favoriser le changement au sein des universités : autrement dit, il s’agit d’encourager l »appropriation des personnels. Cette appropriation, délibérément aussi large que possible, peut être soutenue par la création d’espaces de débats, incluant les étudiants, mais aussi par une responsabilisation des personnels, quel que soit leur niveau hiérarchique.

Les résultats, présentés par l’auteure du rapport, Andrée Sursock, lors d’une conférence le 16/09 dernier à Bruxelles, insistent sur le fait qu’une culture qualité viable dépend d’une combinaison de facteurs à la fois externes et internes. Un environnement ouvert évitant l’écueil d’une réglementation excessive, nécessairement démobilisante pour les personnels, est plus efficace qu’une concentration / crispation sur une batterie d’indicateurs définis par des agences externes (diaporama, pdf).

Une lecture réconfortante pour certains, salutaire pour d’autres dans une version optimiste ! à faire circuler largement…

Références :
– le site du projet ECQ : http://www.eua.be/eua-work-and-policy-area/quality-assurance/projects/eqc.aspx
– le volet 2 Examining Quality Culture Part II: Processes and Tools – Participation, Ownership and Bureaucracy , réalisé par Andrée Sursock : http://www.eua.be/pubs/Examining_Quality_Culture_Part_II.pdf (2011)
– le volet 1 Examining Quality Culture Part I: Quality Assurance Processes in Higher Education Institutions, réalisé par Tia Loukkola et Thérèse Zhang (2010), qui avait mis en évidence les progrès réalisés par les pays européens pour développer des mécanismes qualité : http://www.eua.be/pubs/Examining_Quality_Culture_Part_1.pdf .

Stratégies de publications : vers la fin des actes de colloque ?

Reprenant un débat intéressant lu sur Academia.edu (sorte de facebook universitaire), Éric Verdeil pose sur son blog « Rumor » la question de savoir si, en terme de carrière de recherche, il vaut mieux diriger des ouvrages collectifs ou des dossiers thématiques de revue.

Il passe de façon précise les arguments pour et contre les différentes possibilités de publication, dans le contexte actuel d’utilisation croissante des citations dans des dispositifs d’évaluation, mais aussi au regard du coût des publications, de la visibilité sur le web, dans les bases de données, etc.

Il remarque notamment que les ouvrages collectifs ( tels que les Actes de colloque) qui passent par des procédures de sélection par les pairs souvent légères voire inexistantes, sont peut-être condamnés à terme comme outils de publications pertinents pour la carrière.

Une réflexion qui ne peut qu’interpeller les habitudes de publications en sciences humaines et notamment en éducation, où nombre d’ouvrages collectifs sont en fait encore des actes de colloque plus ou moins remaniés.

Les enjeux de qualité de la recherche en éducation scrutés à Genève

Genève fera office pendant une semaine de centre névralgique des réflexions sur la qualité de la recherche en éducation.

A partir du lundi 13 septembre, en effet,  s’y déroulera le congrès AREF 2010 (Actualités de la recherche en éducation et en formation), placé cette année sous le signe de la « cartographie » de la recherche en éducation francophone, thématique qui invite les contributeurs à mettre en perspective leurs travaux dans le champ au regard des questions vives, des points aveugles et de la dimension contextuelle dans laquelle se situent les recherches.

De nombreux acteurs de l’INRP participeront à ces journées. L’équipe de la Veille scientifique (VST) apportera en particulier sa contribution récente en matière de cartographie, concernant les grandes tendances de la recherche en éducation appréhendées à travers les articles de trois revues européennes.

Prolongeant les journées AREF, le projet européen EERQI propose à Genève son deuxième séminaire de travail (vendredi 17 et samedi 18 septembre), afin de présenter les résultats intermédiaires de son travail concernant la qualité des publications scientifiques en éducation et la possibilité de définir de nouveaux indicateurs. Alors que les précédentes tentatives de classement des revues par la Fondation européenne de la science ont suscité de large critiques partout en Europe (cf. notre dossier paru en juillet 2009), le projet EERQI apparaît comme une voie différente d’approcher l’enjeu de la qualité scientifique dans les productions de recherche du domaine des sciences humaines et sociales.

Les inscriptions sont encore ouvertes jusqu’à ce soir (vendredi 3 septembre).

L’école danoise d’éducation (DPU) : enseignement, recherche et bonnes pratiques

suite du billet
– « La recherche en éducation au Danemark : vers plus de centralisation »

Enseignement et recherche

Depuis une dizaine d’années, l’école danoise d’éducation (DPU, Danmarks Pædagogiske Universitetsskole) œuvre pour la défense et l’illustration des sciences de l’éducation, occupant une position à la fois nationale et internationale, avec trois missions fondamentales : l’enseignement, la recherche et l’aide à la décision en matière de politiques éducatives.

Née en 2000 de la fusion de trois établissements et intégrée en 2007 à l’université Aarhus, la DPU est un élément clé de la mobilisation des autorités danoises sur la R & D en éducation, contribuant ainsi à la rénovation du système éducatif danois.

Aujourd’hui, la DPU est une structure unique en son genre en Europe, tant sur le plan de l’enseignement que sur celui de la recherche. Elle accueille annuellement entre 4000 et 5000 étudiants, dont une centaine de doctorants, et offre une vingtaine de programmes de niveau Master dont 3 sont labellisés Erasmus Mundus : Master in lifelong learning : policy and management (MALLL), Master leadership and innovation in complex systems (LAICS), Master in ICT and learning (MIL). L’ouverture des formations aux étudiants internationaux, soit dans le cadre d’un échange Erasmus, soit dans celui d’un diplôme joint, est ici une priorité.

Avec 200 chercheurs permanents (1/3 des effectifs danois), l’école gère entre 40 à 45% des projets de recherche nationaux, avec un financement extérieur de l’ordre de 40% également. Continuer la lecture de L’école danoise d’éducation (DPU) : enseignement, recherche et bonnes pratiques 

Productivité et qualité scientifique : avec quelles publications compter ?

L’année universitaire a été marquée par des contestations, diverses mais durables, d’une partie des universitaires et des étudiants contre les réformes gouvernementales (loi « LRU », décret sur les enseignants-chercheurs…). On trouvera des synthèses, des lectures, des analyses et des points de vue très intéressants sur cette question dans le dossier mis en ligne par La Vie des Idées.

Parmi les motifs de la contestation, la question des modes d’évaluation des universitaires et de leur productivité scientifique a tenu une place non négligeable, tant elle touchait  l’identité professionnelle de ceux que l’on appelle les « enseignants-chercheurs ».

Classements de revues, bibliométrie, indices de citation, palmarès, indicateurs de qualité : la polémique, à la fois nationale et internationale, a en effet porté sur des notions souvent mal connues dans le monde des sciences humaines et sociales.

Le cœur de la controverse réside surtout dans l’idée que l’on puisse utiliser des mesures quantitatives opérées sur des publications pour apprécier la productivité scientifique des chercheurs et enseignants-chercheurs. Si la communauté scientifique est plutôt attachée aux dispositifs d’évaluation par les pairs (peer review), l’évaluation par les chiffres fascine en effet toujours les décideurs et les profanes soucieux de disposer de références simples à comprendre et à manipuler.

C’est pourquoi nous avons consacré le dossier d’actualité n° 46 de la VST à cette question, en nous ‘interrogeant autant que possible sur la traduction de ces problématiques dans le domaine de la recherche en éducation.