Archives du mot-clé professionnalisation

Ingénierie et conseil pédagogiques : quelles formations ?

Suite à une question posée sur la liste aipu-fr, voici un récapitulatif des formations proposant de se professionnaliser dans l’accompagnement pédagogique, avec ou sans une entrée spécifique « enseignement supérieur ».
Certaines formations, dispensées par des universités membres du RUMEF (Réseau des Universités préparant aux Métiers de la Formation), s’appuient sur un référentiel d’activités commun des métiers de la formation.
(article mis à jour le 11/04/2016)

Formations de niveau master, liées à l’ingénierie et/ou au conseil pédagogique

Master 1 et 2 Ingénierie des médias pour l’éducation (IME), université de Poitiers
sous la responsabilité de Bruno Devauchelle
Le Master en Ingénierie des médias pour l’éducation (Master IME) est un Master en sciences de l’information et de la communication. Il forme ses étudiants à un large panorama de disciplines : gestion de projet e-learning, ingénierie pédagogique et de formation, expertise des usages des TICE.
Les objectifs de la formation sont les suivants :
• Former des professionnels du e-learning, capables de scénariser et d’implémenter des contenus de formation sur des plates-formes dédiées ou des sites web en rapport avec les objectifs d’une entreprise ou d’une administration.
• Donner la maîtrise des méthodes et techniques de la conduite de projets innovants en matière de formation à distance.
• Développer une expertise sur la formation à distance, la capacité de synthèse et l’esprit critique indispensables à des professionnels utilisant comme matière première les contenus de formation.
proposé en FI et FC, éligible à une démarche de validation d’acquis, tout en présentiel ou tout à distance, possible en alternance en 2e année (3-4 semaines en cours et 3-4 semaines en entreprise au premier semestre), inclus un stage de 3 à 5 mois en M1 et de 5 à 6 mois en M2.

Master 1 et 2 Humanités numériques – Médiation numérique et ingénierie pédagogique, université Montpellier 3
sous la responsabilité de Bruno Bonu et Chantal Charnet
La formation permet aux étudiants une double orientation : soit d’entrer dans le secteur professionnel à la fin du M2 soit de continuer au niveau doctoral dans ce domaine.
Quatre orientations sont offertes :
(1) création et conception de dispositif et de contenu numériques en vue d’apprentissage et de partage instrumentés d’informations et de connaissances de toute discipline (formation en présentiel enrichi, hybride, à distance, MOOC, SPOC) ;
(2) analyse de données numériques issues des usages communicationnels technologisés ;
(3) expertise dans le domaine de la médiation et de la communication numérique informationnelle, culturelle, scientifique et pédagogique ;
(4) recherche dans le domaine des Humanités numériques.
proposé en FI et FC, à distance avec des regroupements à Montpellier (3 jours en M1 et 5 jours en M2), inclus un stage de 3 mois à l’étranger en M2.

Master 1 et 2 sciences de l’éducation – Contexte et dispositifs en éducation et formation (CODEF), université de Lorraine
sous la responsabilité d’Eirick Prairiat
De manière générale, les titulaires de cette spécialité seront capables de participer à la conception de dispositifs innovants en éducation ou en formation, et de conduire des travaux d’observation sur les espaces et dispositifs éducatifs et socio-éducatifs.
proposé en FI et FC, dispensé en présentiel, inclus un stage de 120 h en milieu professionnel ou dans le laboratoire LISEC.

Master 1 et 2 Ingénierie de formation et usage du numérique dans les organisations (IFUNO), université du Maine
sous la responsabilité de Philippe Teutsch
Le Master forme aux métiers de chargés d’ingénierie et de conseillers spécialisés dans l’usage des environnements numériques pour la formation : conception, mise en œuvre, suivi et évaluation de dispositifs de formation (initiale, continue, en alternance) ; pilotage et ingénierie de projets innovants.
La formation s’appuie sur quatre domaines de compétences : Usages du numérique en formation, Ingénierie pédagogique, Ingénierie de formation, Projet professionnel.
proposé en FI et FC, éligible à une démarche de validation d’acquis ; M1 dispensé à distance (inclus un stage d’un mois) ; M2 en formation hybride (1/4 en présentiel avec 4 semaines de regroupement sur l’année, 3/4 des activités à distance, inclus un stage de 3 mois réparti sur l’année).
Continuer la lecture de Ingénierie et conseil pédagogiques : quelles formations ? 

Professionnalisation des conseillers pédagogiques dans le supérieur : on avance !

On n’en est pas encore à rendre obligatoire une formation pédagogique, qu’elle soit-elle, pour les enseignants-chercheurs débutants, ni à définir un cadre explicite pour la valorisation de l’engagement pédagogique dans la carrière, mais on progresse, somme toute, là où les inerties sont les moins fortes, évidemment. Les initiatives partent donc du terrain, grâce à la mobilisation de quelques pionniers, et concernent en particulier les « conseillers pédagogiques », fonction émergente dont les droits, devoirs et valeurs restaient jusqu’à maintenant en France à l’appréciation de chacun… et de tous.

Alors, bien sûr, il existe déjà des lieux d’échange où ceux qui revendiquent cette fonction peuvent partager leur expérience et contribuer à la construction d’une vision commune de la profession, car les conseillers pédagogiques adhèrent volontiers aux vertus du cycle de Kolb, y compris pour eux-mêmes…

cycle-Kolb-1984

 

Je pense en particulier aux rencontres biennales du BSQF qui rassemblent les conseillers pédagogiques de Belgique, de Suisse, de Québec et de France, rencontres qui, de l’avis des participants, constituent un moment fort en termes de développement professionnel (la prochaine se tiendra en Belgique en novembre 2015).

Pour autant, l’inscription de cette fonction dans des approches métier plus formelles, voire plus normatives, ne peut que contribuer à renforcer des positions encore trop fragiles dans les établissements d’enseignement supérieur…

Un premier pas consiste par exemple à concevoir une formation diplômante ou qualifiante dédiée. L’ouverture d’une formation de conseillers et d’ingénieurs pédagogiques pour l’enseignement supérieur, à l’ESPE Toulouse Midi Pyrénées, constitue à cet égard une initiative inédite.

Il s’agit d’un master 2 proposé dans la mention MEEF (Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation) de l’ESPÉ de Toulouse Midi Pyrénées. Le parcours Conseil et Ingénierie pour l’Enseignement Supérieur (CIES) débute en septembre 2015. Il est fruit d’un travail conjoint de trois établissements (ESPÉ, universités Toulouse 2 et 3) mené par une équipe pluridisciplinaire, sous la responsabilité d’Isabelle Chênerie et d’André Tricot.

L’objectif est de former des professionnels capables d’accompagner les enseignants du supérieur dans leurs activités et projets relatifs à l’enseignement et plus largement des professionnels capables d’accompagner les établissements dans leur politique de formation et de développement en matière d’enseignement. La formation est ouverte tant à des étudiants en formation initiale qu’à un public en formation continue, et présente la particularité d’être hybride. Elle est basée sur une alternance entre des séquences de formation à l’université et des séquences en contexte professionnel, et se déroule pour moitié à distance : 136 heures en présentiel, correspondant à 4 semaines de regroupement distribuées dans l’année, et 154 heures à distance, dédiées au travail étudiant encadré.

Le service Veille et analyses de l’IFÉ devrait apporter une petite contribution à cette belle initiative, et nous en sommes très heureux !

L’étape suivante devrait nous conduire à légaliser le métier de conseiller pédagogique dans la fonction publique, et donc à fixer un cadre juridique pour les recrutements et les promotions de carrière. Autrement dit, il s’agit de définir un nouvel emploi-type de la base nationale Referens, pour compléter ceux qui existent déjà dans la branche d’activité professionnelle F autour des métiers de l’audiovisuel, du multimédia, des TICE et de l’ingénierie de formation…

D’ailleurs un toilettage de tous ces autres profils serait sans doute bienvenu… personnellement je m’y perds un peu et cette segmentation me semble artificielle, voire redondante avec des fonctions qui relèvent davantage de la BAP informatique… non ? Donc à côté

– des ingénieurs des systèmes et techniques de l’audiovisuel et du multimédia (profil) qui étudient et mettent en oeuvre les dispositifs de captation, de traitement, de transmission, de diffusion et de stockage des sources et flux audiovisuels et multimédia pour la production et à la diffusion des ressources TICE,

– des réalisateurs audiovisuels et multimédias (profil) qui réalisent des produits audiovisuels et multimédia dans le cadre de la politique de l’établissement et des moyens de diffusion des ressources pédagogiques et scientifiques qui sont mis à sa disposition,

– des ingénieurs en technologie de la formation (profil) qui étudient et assurent la maîtrise d’œuvre des projets permettant l’intégration des technologies d’information et de communication (TIC) dans l’enseignement,

– et des développeurs multimédia web (profil) qui conçoivent et développent des produits et services multimédia off-line ou on-line dans le cadre de la politique de développement des TICE de l’établissement,

il serait certainement opportun de disposer d’un profil « conseiller pédagogique » dont la mission consisterait à accompagner les enseignants et les équipes enseignantes dans leur développement professionnel pédagogique et qui aurait vocation à participer à la définition et la mise en oeuvre de la politique pédagogique des établissements… Et la boucle serait bouclée ! à suivre ?

 

L’université se penche sur l’avenir de ses étudiants

Photo 91Depuis le début des années 2000, des rapports européens et internationaux recommandent l’élévation du niveau de qualification des jeunes pour améliorer leur difficile accès à l’emploi et favoriser ainsi leur « employabilité » (citons entre autres un rapport de 2012 du CEDEFOP, un rapport britannique de 2001 du DFES, un rapport de l’agence McKinsey de 2013, un rapport des universités australiennes de 2008, les actes de colloque de la dernière conférence University-Industry Interaction de 2013). La réflexion porte depuis quelques années à la fois sur l’enseignement professionnel, qui doit pouvoir permettre une poursuite d’études, et sur la professionnalisation des filières plus généralistes, processus qui doit confronter les étudiants au monde du travail et les préparer à exercer une profession (voir par exemple le rapport de 2011 du CEDEFOP : « Vocational education and training at higher qualification levels »).

En France, le contexte particulier dans lequel se trouve le monde universitaire suite à la loi LRU de 2007 (relative aux libertés et responsabilités des universités) et aux changements induits par le Plan pluriannuel pour la réussite en licence (2008-2012) cristallise les tensions autour de ces questions de rapprochement entre l’université et le monde du travail, puisque chaque université a désormais pour mission explicite de préparer ses étudiants à leur insertion professionnelle. Certains dénoncent une dévalorisation des savoirs académiques, désormais contraints de s’adapter en permanence aux besoins des entreprises ; d’autres voient l’occasion d’élaborer des référentiels de compétences en se rapprochant le plus possible des professions préparées. Voit-on apparaître un clivage entre des formations dites professionnalisantes et les formations généralistes ou au contraire la frontière entre les deux devient-elle floue ? Le succès grandissant des licences professionnelles depuis leur création et leurs meilleurs résultats pour l’insertion professionnelle sont-ils dus à la formation elle-même ou aux caractéristiques des étudiants ? Pourquoi de nombreux étudiants continuent leur études après ces formations prévues pour l’entrée dans la vie active ? Autant de problématiques complexes soulevées par cette notion de professionnalisation.

Centré sur ces questions, le Dossier de veille de l’IFÉ n° 91 (mars 2014) examine la manière dont les universités françaises (avec quelques incursions dans l’enseignement supérieur hors université) ont répondu à la demande croissante de professionnalisation, aussi bien au niveau de leur offre de formations que sur le plan de l’accompagnement des étudiants dans leur projet personnel et professionnel. Le développement de l’éducation à l’entrepreneuriat et la montée des formations en alternance dans le supérieur seront également abordés, formes emblématiques des innovations pédagogiques mises en place par les universités ces dernières années. Malgré l’encouragement de la dernière loi sur l’Enseignement supérieur et la Recherche à poursuivre dans cette voie, l’université d’aujourd’hui semble encore chercher la façon de dialoguer sereinement avec le monde du travail, comme en témoignent les innombrables travaux de recherche autour de cette question.

Le métier d’enseignant en France (suite mais pas fin)

La mission d’information sur le métier d’enseignant, mise en place au sein du Sénat, en janvier dernier vient de rendre son rapport.

Au risque de paraître immodestes (deux membres du service Veille et analyses ont été auditionnés), nous nous devons de commenter ce rapport. Pourquoi?

C’est avant tout le constat fait par les rapporteurs qui a retenu l’essentiel de l’attention  des chroniqueurs pédagogiques :  la souffrance enseignante, encore et toujours. Mais au delà du constat, il faut passer à l’action : revoir la formation initiale, booster la formation continue, bref professionnaliser le métier. Il semble que cette approche n’ait pas toujours la même qualité d’écoute selon les enseignants, selon les syndicats enseignants, selon les cadres de l’éducation …

Ce rapport ne donne pas de recette miracle, il ne fait souvent qu’esquisser les problématiques. Il a l’avantage de faire une synthèse des réflexions que la masterisation et les modalités actuelles ont engendrées.

Ce qui retient aussi l’attention, moins de 24 heures après la publication du rapport, ce sont les commentaires des groupes politiques au Sénat, et la présentation du rapport qui est faite par les  sites d’informations : ils montrent combien le sujet est sensible et de quelle manière chacun en retient ce qui l’arrange.

Pour ma part, je retiendrais les propositions faites par la Mission, dans la troisième partie du rapport :

  • redonner du sens à l’école (refonder les missions du service public [une préoccupation au niveau nationale] et critiquer l’idéologie élitiste de la méritocratie et affirmer le principe du « tous capables »
  • restaurer la confiance pour refonder le métier d’enseignant (abandonner  la RGPP [difficilement compatible avec une une approche humaine ou humaniste de la société]; remettre à plat la formation; inciter les enseignants à plus de collectif et préparer les réformes en concertation.

Parler de la souffrance des enseignants c’est évoquer le droit à exercer un métier dans de bonnes conditions. Cela ne doit pas occulter les devoirs et les missions justifiant l’existence de ce métier : il s’agit de transmettre des connaissances à des enfants (qui deviennent des élèves avant de devenir des citoyens). Or, le Savoir ne suffit pas. Le savoir-faire et le savoir-être, le travailler ensemble, le travailler pour les autres, avec des enfants tous différents mais qui doivent tous accéder aux savoirs (un socle commun de connaissances?), ça s’apprend… avant l’entrée dans le métier et tout au long de la carrière. Ignorer ou secondariser la nécessité d’un développement professionnel tout au long de sa vie d’enseignant ou de chef d’établissement, ou d’inspecteur, etc.,  c’est mettre en danger les « produits » de ces métiers : des enfants, des adolescents, de futurs adultes équitablement instruits.

Voir aussi :

–  Feyfant Annie (2010) . L’apprentissage du métier d’enseignant . Dossier d’actualité Veille et Analyses, n°50
En ligne : http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=50&lang=fr

–  Feyfant Annie (2007) . Transformations du travail enseignant : finalités, compétences et identités professionnelles . Dossier d’actualité Veille et Analyses, n°26. En ligne : http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=26&lang=fr