Archives du mot-clé PISA

Pour ne pas dire n’importe quoi quand arrivent les résultats de PISA…

Quelques jours avant la déferlante PISA, nous vous proposons ici quelques lectures, des plus courtes aux plus approfondies, permettant de disposer d’éléments réflexifs pour éclairer la publication des résultats de la grande enquête internationale de l’OCDE.

En introduction, un court mais pertinent article de Marie-Duru Bellat sur The Conversation, qui rappelle les principes de base nécessaires pour ne pas faire dire tout et n’importe quoi à PISA.

La revue  Administration & Éducation avait consacré l’an dernier un numéro spécial au « choc » PISA, qui résume bien l’essentiel des savoirs existants sur le sujet en direction des praticiens et cadres de l’éducation.

Nous avions réalisé en 2011 un Dossier de veille de l’IFÉ  « PISA : ce que l’on en sait et ce que l’on en fait » qui permet notamment de disposer en accès libre d’un aperçu d’analyses internationales sur ce thème.

Pour approfondir le thème, on trouvera dans le « Que Sais Je ? » de Georges Felouzis et Samuel Fermillot paru en 2012 des éléments solides pour comprendre comment sont réalisées ces enquêtes internationales et quelles utilisations on peut en faire.

Le CNESCO vient également de mettre en ligne un rapport fort  intéressant pour « comprendre les évaluations internationales » en comparant PISA et TIMMS.

Enfin, pour ceux qui n’auront pas la chance de participer aux Entretiens Ferdinand Buisson du 30 novembre à Lyon, on pourra se référer aux divers travaux de Xavier Pons sur l’évaluation des politiques éducatives, qui incluent bien évidemment des réflexions particulières sur la réception et l’utilisation des résultats de PISA en France.

 

Une lettre ouverte d’experts éducatifs demande une pause dans le cycle PISA

Grâce à un tweet de Luc Cédelle (eh oui, Twitter contribue à notre veille…), j’ai découvert une lettre ouverte à Schleicher, directeur du programme PISA à l’OCDE, figurant sur le site du Guardian : http://www.theguardian.com/education/2014/may/06/oecd-pisa-tests-damaging-education-academics

Lettre assez intéressante dont je ne reprendrai pas le fond ici, mais qui, pour résumer l’argument principal, demande une pause dans le programme au nom de l’effet palmarès que PISA a sur les politiques éducatives, poussant à toujours plus de tests standardisés pour bien figurer dans les résultats, au mépris de la richesse nécessaire d’un curriculum et de la diversité des contextes socio-culturels.

Les universitaires qui ont signé cette lettre, en compagnie d’autres acteurs éducatifs (représentants de parents, chefs d’établissements…) sont pour la plupart des chercheurs assez renommés dans le monde anglo-saxon, plutôt situés dans ce qu’on appellerait en France la mouvance de la sociologie des politiques publiques ou de la sociologie des politiques d’éducation. Certains (Stephen J. Ball, Harvey Goldstein, Atkinson…)  ont déjà publié des travaux dans des publications francophones comme la Revue Française de Pédagogie ou collaboré avec des français dans le cadre d’ouvrages.

Il est donc d’autant plus surprenant que cette lettre ouverte, dont le contenu plairait sans doute à de nombreux sociologues et chercheurs en éducation francophones, n’ait pas été élargie dès son origine à une aire internationale plus large que les pays anglophones et la Suède.

Un élément supplémentaire  à ajouter dans la réflexion initiée hier dans ce carnet sur ce sujet de l’internationalisation limitée de la recherche en éducation !

Décembre 2013, quand PISA 2012 a envahi nos médias

On les attendait ces résultats de l’enquête PISA 2012 ! Difficile en effet d’y échapper, même pour les individus moyennement concernés par l’éducation.

Petite sélection d’articles en ligne:

Avant la publication  des données par l’OCDE,  on prépare déjà  l’après PISA
–       Louise Tourret (29/11/2013) : « Nos mauvais résultats aux tests Pisa ne sanctionnent pas les élèves, mais nos politiques », Slate.fr
–       Olivier Rey (26/11/2013) : « PISA : savoir regarder au delà de l’effet palmarès », Éduveille (Olivier Rey est même « passé » au journal de TF1 le 1er décembre !)
– Peter Wilby (01/12/2013) : « Don’t let dubious Pisa league tables dictate how we educate our children », The Guardian (sans nuance)

 Le jour même (03/11/2013), nos circuits de veille ont été inondés de tableaux, commentaires, préconisations :
–       Arnaud Gonzague: « Pisa : non, l’école française n’est pas si nulle », Nouvelobs.com
–       Marie-Christine Corbier : « Rapport Pisa sur l’éducation : la France championne… des inégalités scolaires », Les Echos.fr
–       Jean-Michel Zakhartchouk : « PISA pas pis, mais toujours ces sacrées inégalités de l’école française… », Enseigner au XXIe siècle
–       Marie Duru-Bellat : « Pisa : comment font les autres ? », Alternatives économiques
–       Éric Charbonnier : « PISA 2012 – France : « des inégalités, encore des inégalités, toujours des inégalités », L’éducation déchiffrée

Les faits, rien que les faits ?
–       OECD: « PISA 2012 results », site OCDE et le document en français (32 pages) ici
–       OCDE : « France : PISA 2012, faits marquants », site OCDE
–       Ministère de l’éducation nationale : « PISA 2012 : baisse des performances des élèves de 15 ans en culture mathématique et augmentation des inégalités scolaires en France », Note d’information, n°13.31
–       Ministère de l’éducation nationale : « PISA 2012 : les performances des élèves français de 15 ans restent stables en compréhension de l’écrit et en culture scientifique », Note d’information, n°13.30

Et pour tester vos compétences :
– « Classement PISA : cinq exemples de questions posées en maths », LeMonde.fr

 

PISA : savoir regarder au delà de l’effet palmarès

Dans quelques jours, le 3 décembre, la vague PISA va déferler sur la France.

Les quelques indiscrétions  lâchées dans les milieux ministériels et l’empressement journalistique qui en a découlé depuis laisse en effet prévoir une couverture sans précédent en France pour la publication des résultats de l’enquête 2012 de l’OCDE.

Pour ceux qui voudraient se mettre à jour sur ce qu’est l’enquête PISA, nous invitons à consulter, outre la présentation officielle par l’OCDE, le Que Sais Je ? sur « les enquêtes PISA » publié par Georges Felouzis et Samuel Charmillot ainsi que le dossier que nous lui avons consacré : PISA, ce que l’on en sait et ce que l’on en fait (d’autres références consultables en ligne sont mentionnées à la fin de cet article).

Rappelons déjà que si le classement de la France va sans doute nourrir une grande partie des commentaires, c’est loin d’être l’information la plus intéressante de l’enquête triennale sur les acquis des élèves.

En effet, la position de tel ou tel pays dans le classement peut évoluer très rapidement sans que cela reflète nécessairement des écarts problématiques  entre systèmes éducatifs. Autant il peut par exemple y avoir du sens à comparer la place respective des différents pays européens dans PISA, autant étalonner la performance française au regard des résultats de Shanghai ou de la Corée du sud est assez vain au regard de cultures et de pratiques scolaires aussi différentes.

Un ministre néerlandais avait évoqué il y a quelques temps l’objectif pour son système éducatif de figurer dans le « top 5 » de PISA, ce qui montre l’absurdité de raisonnements purement concurrentiels induits par certaines lectures de l’enquête.  Vouloir piloter une politique éducative avec PISA en ligne de mire, c’est en fait saper sa pertinence scientifique comme instrument de mesure, puisque cela veut dire qu’on infléchit son comportement en fonction du thermomètre. Une loi sociologique bien connue que les responsables de politiques publiques devraient mieux intégrer !

Plus que la position de son pays dans le classement, il faut en fait regarder ce que le résultat global recouvre précisément.

Pour la France en l’occurrence, deux problème centraux risque d’être une nouvelle fois mis en exergue par PISA :

  • d’une part une détérioration des résultats des élèves français depuis une dizaine d’années, tendance beaucoup plus préoccupante que le résultat absolu;
  • d’autre part une aggravation des disparités entre les élèves, disparités étroitement liées à une ségrégation croissante entre établissements qui recoupe en grande partie une tendance à la séparation entre publics selon leur origine sociale et culturelle.

De ce point de vue, l’enquête de l’OCDE oblige à se poser des questions sur la façon dont la République respecte les missions qu’elle donne à son système éducatif, ce qui est déjà beaucoup !

Par ailleurs, il ne faut pas oublier que PISA sanctionne ce qui s’est passé durant la formation d’un jeune pendant ses quinze premières années : c’est donc autant le produit de l’enseignement reçu 10 ans auparavant à l’école primaire (ou par son éducation familiale) que le produit de sa scolarité dans ses dernières années de collège. Difficile, dans ces conditions, de pointer telle ou telle politique conjoncturelle menée par tel ou tel ministre.

Mesurer les acquis à 15 ans signifie aussi qu’on ne les mesure pas à 18 ans ou à 20 ans : PISA « favorise » ainsi tendantiellement  les systèmes qui organisent des tris sélectifs des élèves plus tard (par exemple au moment de l’accès à l’enseignement supérieur) plutôt que ceux qui les différencient précocement au niveau du collège (comme c’était le cas pour l’Allemagne). Il est probablement plus « juste » de différer la différenciation mais encore faut-il avoir conscience de ces choix et de leurs implications.

Il faut enfin garder à l’esprit que PISA , pour des raisons parfaitement légitimes, se focalise sur l’utilisation des savoirs par les élèves (ce qu’ils appellent un peu rapidement « ‘compétences ») dans seulement trois grands domaines (compréhension écrite, culture mathématique, culture scientifique et technique). C’est déjà beaucoup, mais cela signifie aussi que l’éducation physique et sportive, l’histoire, les langues vivantes étrangères et divers autres domaines d’apprentissage scolaire ne sont pas pris en compte.

Autrement dit, PISA nous dit des choses passionnantes sur les acquis cognitifs des élèves de 15 ans, voire au-delà, mais ne nous dit pas tout sur la formation du jeune et du citoyen au regard des valeurs que chaque système entend construire ou transmettre via son école. Cela peut paraître évident, mais il n’est pas inutile de le rappeler…

 

 

Parmi les références librement consultables en ligne :

 

 

 

 

 

 

La petite soeur de PISA est un test pilote pour les écoles américaines

Las d’obtenir de très mauvaises positions dans l’évaluation internationale PISA, les dirigeants américains décident de comprendre pourquoi leurs élèves semblent à la traine derrière les autres pays et surtout comment remédier à ce problème qui peut à terme porter préjudice à la compétitivité économique du pays.

Mis au point et piloté par l’OCDE, ce nouvel outil est conçu pour fournir à l’École des résultats  qui pourront être confrontés à ceux obtenus par les autres écoles participantes et permettre ainsi des comparaisons, à l’interne, sur la même échelle que l’évaluation PISA principale réalisée en 2009. Au printemps 2012, ce test « PISA-Based » pour les établissements scolaires sera mis à l’essai dans environ 100 écoles aux États-Unis, 18 au Royaume-Uni et dans un troisième pays anglophone.

L’évaluation ne sera pas donc nationale mais répondra avant tout à une demande du gouvernement Obama qui a décidé cette année d’attribuer un budget de 6 millions de dollars destiné à financer cette initiative. Ce projet pilote permettra  aux États de comparer individuellement  les résultats scolaires des élèves de 15 ans à ceux des autres pays de l’OCDE, État par État.

Source : « Individual U.S. Schools Take Part in PISA Pilot« . Education Week, 9 mai 2012

 

Un nouveau tour de PISA

PISA encore ? On est maintenant tellement habitués à entendre la fameuse enquête internationale de l’OCDE citée au détour de toute conversation sur les performances de notre système éducatif, qu’on a l’impression de tout savoir sur la dégradation supposée de la position de la France dans les résultats PISA. Et si l’essentiel n’était pas là ?

En effet, plus que le fait de savoir si tel ou tel pays a progressé ou baissé de 10 points par rapport à son voisin, l’intérêt de PISA c’est de fournir  des  données de comparaison à une échelle à laquelle aucun laboratoire isolé ne pourrait rêver.

Pourquoi « nos » élèves ont tant de mal à répondre aux questions construites plutôt qu’aux QCM ? Pourquoi le redoublement plombe-t-il les résultats moyens de la France ? Quelles sont les compétences privilégiées par PISA par rapport aux connaissances transmises par nos programmes ?  Les résultats sont-ils meilleurs dans un système de tronc commun unique ou dans un système de filières de niveau ? Voilà quelques questions, parmi tant d’autres, que PISA permet de poser, sinon de trancher.

De nombreux chercheurs à travers le monde ne s’y sont pas trompés et n’ont pas hésité à utiliser les données de PISA pour approfondir telle ou telle question, y compris en les retraitant différemment de la façon dont l’OCDE les avait présentées. C’est cette diversité d’utilisation de l’évaluation internationaleque nous avons voulu mettre en valeur à travers le dossier « PISA : ce que l’on en sait et ce que l’on en fait« .

Un intérêt des chercheurs qui ne se dément pas,  au vu du nombre de travaux et de publications dont les thèmes sont reliés à PISA (et dont notre dossier ne donne qu’un petit aperçu). Encore récemment, nous avons dénombré plus de vingt communications à la conférence  de l’Association européenne de recherche en éducation (ECER 2011) à Berlin dont le titre comprenait une référence explicite à PISA.

Ceci noté, il n’était pas possible de faire l’impasse sur les utilisations de PISA dans le débat public. Ne serait-ce que pour souligner les réactions plus que contrastées de différents pays face aux résultats. Rien de commun entre l’Allemagne, qui a mis en oeuvre une profonde réforme de l’éducation suite aux résultats PISA, et les États-Unis, qui n’y ont accordé qu’une indifférence polie ! Quand à la France, on voit  PISA être de plus en plus évoqué depuis quatre ans à l’appui de telle ou telle orientation, et ce n’est pas le débat de la campagne présidentielle qui devrait inverser la tendance.

Tout cela justifiait donc que l’on se penche une nouvelle fois sur PISA, thème désormais solidement ancré sur l’agenda scientifique comme sur l’agenda politique.

Pourquoi des standards en éducation ?

La mise en place de tests d’évaluation nationaux des acquis des élèves ou d’évaluations internationales de type « PISA » est devenue un élément récurrent des nouvelles politiques éducatives dans les pays occidentaux. Elle se présente comme partie d’une démarche « moderne », qui vise à mieux connaitre ce qu’apprennent réellement les élèves pour mieux améliorer les pratiques et les dispositifs d’enseignement. Continuer la lecture de Pourquoi des standards en éducation ?