Archives du mot-clé philosophie

Didactique(s) et sciences humaines et sociales : et si on se causait ?

Le 17 novembre dernier, l’Association pour les recherches comparatives en didactique (ARCD) a organisé une journée d’étude autour de la thématique : « Didactique(s) : quel dialogue au sein des sciences de l’homme et de la société ».

Les tentatives de dialogue mais aussi les distances de communication ont été discutées par les intervenants, dans des domaines tels que la didactique des sciences et des technologies (Maryline Coquidé), la didactique du français et les sciences du langage (Ekaterina Bulea-Bronckart), l’approche anthropologique en didactique (Marie-Pierre Chopin), la philosophie (Henri Go) ou la sociologie (Philippe Losego). Chantal Amade-Escot et Marie Toullec-Théry ont réagi aux diverses interventions.

Un colloque organisé en 2012 par la Haute école pédagogique du canton de Vaud « Sociologie(s) et didactique(s) : vers une transgression des frontières » avait déjà évoqué les relations difficiles en termes de pratiques (socialement différenciées), de manière d’aborder les controverses, du rapport entre savoirs et savoirs disciplinaires de la part des enseignants. Cette analyse comparative entre sociologie et didactique posait l’argument suivant : « Longtemps, la sociologie a traité l’école comme une sorte de boîte noire en négligeant les processus d’apprentissage. Les didactiques, quant à elles, se sont essentiellement préoccupées des dimensions cognitives, en négligeant quelque peu les rapports sociaux ». Qu’en est-il actuellement : la sociologie réinvestit-elle l’étude des savoirs scolaires et les didactiques intègrent-elles le social dans leurs différents modèles ?

Continuer la lecture de Didactique(s) et sciences humaines et sociales : et si on se causait ? 

L’évaluation scolaire, une question de valeurs politiques ?

L’actualité médiatique et politique appelle des réactions instantanées, des réactions « chaudes » qui font appel à des raccourcis procéduraux (« heuristics » en anglais – Pólya, 1945). Ces raccourcis intellectuels  nous permettent de prendre des décisions rapides et logiques en puisant dans le répertoire de ressources et argumentations préconstruites, disponibles dans notre cerveau, que notre mémoire a accumulé au cours de nos histoires personnelles. De facto, ce type de rapport aux sujets d’actualités nous amène rarement à prendre du recul et ce tant sur le plan temporel, que réflexif.

Le thème de l’évaluation scolaire n’échappe pas à cette tendance.

Plus encore, il est affecté par des symboliques émotionnelles et des ancrages cognitifs qui font de la notation par exemple, une modalité d’évaluation allant de soi (Broadfoot 2000; Delandshere 2001), alors qu’elle n’existe que depuis le XVIIIe siècle (Broadfoot, 2000). Continuer la lecture de L’évaluation scolaire, une question de valeurs politiques ? 

Le social vu par les neurosciences cognitives

Ce nouveau champ des neurosciences sociales ou neurosciences cognitives sociales s’intéresse à la manière dont l’individu perçoit, se représente et régule l’aspect social de ce qui l’entoure (Adolphs, 2010). Les méthodes « classiques » de neurosciences (dont la comparaison avec les animaux pour cibler les spécificités dues à l’espèce humaine) sont appliquées pour étudier par exemple les déficits liés aux comportements sociaux, comme pour l’autisme et les neurones miroirs, vaste champ d’investigation actuellement, ou pour la compréhension des comportements des individus à l’intérieur de groupes sociaux, ce qui rejoint la neuro-économie et ses dérives, par exemple ce qui a trait à la théorie de la décision économique. Il y a là en germe la volonté de comprendre pourquoi l’être humain est si fondamentalement social par rapport aux autres espèces animales.

Le concept du « cerveau social » (social brain) reprend l’idée de trouver dans le cerveau certaines structures responsables des comportements sociaux de l’individu (Adolphs, 2010). Ce concept est aujourd’hui dépassé même s’il a perduré depuis deux décennies dans les études portant sur la cognition sociale, et qu’on le retrouve encore dans certains écrits scientifiques.

« L’autisme apparaît aujourd’hui comme une pathologie de l’interaction sociale » (Ehrenberg, 2008) puisqu’il manquerait aux autistes la théorie de l’esprit (theory of mind, l’ensemble des processus par lesquels chacun postule, chez autrui, l’existence d’états mentaux internes, ce qui revient à savoir ce que l’autre pense ou comment il va agir) et la faculté d’utiliser les neurones miroirs. Ces neurones miroirs, ou plutôt ce système neuronal situé dans l’aire de Broca, est activé lorsque la personne observe un geste chez quelqu’un et l’imite. Les schizophrènes seraient aussi touchés par ces problèmes de sociabilité. Certains chercheurs vont jusqu’à accorder aux neurones miroirs le rôle de « base biologique de la cognition sociale » (Ehrenberg, 2008 ; voir aussi Tiberghien, 2002).

 

Cet article de blog est un développement du Dossier d’actualité Veille & Analyses IFÉ n° 86 (septembre 2013) : « Neurosciences et éducation : la bataille des cerveaux ». Vous trouverez la liste des articles de blog associés à ce Dossier sur la page de présentation et les références correspondantes regroupées dans notre bibliographie collaborative qui comprend les références complètes et les accès éventuels aux articles cités (libres ou payants selon les abonnements électroniques de votre institution).