Archives du mot-clé pédagogie universitaire

Ingénierie et conseil pédagogiques : quelles formations ?

Suite à une question posée sur la liste aipu-fr, voici un récapitulatif des formations proposant de se professionnaliser dans l’accompagnement pédagogique, avec ou sans une entrée spécifique « enseignement supérieur ».
Certaines formations, dispensées par des universités membres du RUMEF (Réseau des Universités préparant aux Métiers de la Formation), s’appuient sur un référentiel d’activités commun des métiers de la formation.
(article mis à jour le 11/04/2016)

Formations de niveau master, liées à l’ingénierie et/ou au conseil pédagogique

Master 1 et 2 Ingénierie des médias pour l’éducation (IME), université de Poitiers
sous la responsabilité de Bruno Devauchelle
Le Master en Ingénierie des médias pour l’éducation (Master IME) est un Master en sciences de l’information et de la communication. Il forme ses étudiants à un large panorama de disciplines : gestion de projet e-learning, ingénierie pédagogique et de formation, expertise des usages des TICE.
Les objectifs de la formation sont les suivants :
• Former des professionnels du e-learning, capables de scénariser et d’implémenter des contenus de formation sur des plates-formes dédiées ou des sites web en rapport avec les objectifs d’une entreprise ou d’une administration.
• Donner la maîtrise des méthodes et techniques de la conduite de projets innovants en matière de formation à distance.
• Développer une expertise sur la formation à distance, la capacité de synthèse et l’esprit critique indispensables à des professionnels utilisant comme matière première les contenus de formation.
proposé en FI et FC, éligible à une démarche de validation d’acquis, tout en présentiel ou tout à distance, possible en alternance en 2e année (3-4 semaines en cours et 3-4 semaines en entreprise au premier semestre), inclus un stage de 3 à 5 mois en M1 et de 5 à 6 mois en M2.

Master 1 et 2 Humanités numériques – Médiation numérique et ingénierie pédagogique, université Montpellier 3
sous la responsabilité de Bruno Bonu et Chantal Charnet
La formation permet aux étudiants une double orientation : soit d’entrer dans le secteur professionnel à la fin du M2 soit de continuer au niveau doctoral dans ce domaine.
Quatre orientations sont offertes :
(1) création et conception de dispositif et de contenu numériques en vue d’apprentissage et de partage instrumentés d’informations et de connaissances de toute discipline (formation en présentiel enrichi, hybride, à distance, MOOC, SPOC) ;
(2) analyse de données numériques issues des usages communicationnels technologisés ;
(3) expertise dans le domaine de la médiation et de la communication numérique informationnelle, culturelle, scientifique et pédagogique ;
(4) recherche dans le domaine des Humanités numériques.
proposé en FI et FC, à distance avec des regroupements à Montpellier (3 jours en M1 et 5 jours en M2), inclus un stage de 3 mois à l’étranger en M2.

Master 1 et 2 sciences de l’éducation – Contexte et dispositifs en éducation et formation (CODEF), université de Lorraine
sous la responsabilité d’Eirick Prairiat
De manière générale, les titulaires de cette spécialité seront capables de participer à la conception de dispositifs innovants en éducation ou en formation, et de conduire des travaux d’observation sur les espaces et dispositifs éducatifs et socio-éducatifs.
proposé en FI et FC, dispensé en présentiel, inclus un stage de 120 h en milieu professionnel ou dans le laboratoire LISEC.

Master 1 et 2 Ingénierie de formation et usage du numérique dans les organisations (IFUNO), université du Maine
sous la responsabilité de Philippe Teutsch
Le Master forme aux métiers de chargés d’ingénierie et de conseillers spécialisés dans l’usage des environnements numériques pour la formation : conception, mise en œuvre, suivi et évaluation de dispositifs de formation (initiale, continue, en alternance) ; pilotage et ingénierie de projets innovants.
La formation s’appuie sur quatre domaines de compétences : Usages du numérique en formation, Ingénierie pédagogique, Ingénierie de formation, Projet professionnel.
proposé en FI et FC, éligible à une démarche de validation d’acquis ; M1 dispensé à distance (inclus un stage d’un mois) ; M2 en formation hybride (1/4 en présentiel avec 4 semaines de regroupement sur l’année, 3/4 des activités à distance, inclus un stage de 3 mois réparti sur l’année).
Continuer la lecture de Ingénierie et conseil pédagogiques : quelles formations ? 

Professionnalisation des conseillers pédagogiques dans le supérieur : on avance !

On n’en est pas encore à rendre obligatoire une formation pédagogique, qu’elle soit-elle, pour les enseignants-chercheurs débutants, ni à définir un cadre explicite pour la valorisation de l’engagement pédagogique dans la carrière, mais on progresse, somme toute, là où les inerties sont les moins fortes, évidemment. Les initiatives partent donc du terrain, grâce à la mobilisation de quelques pionniers, et concernent en particulier les « conseillers pédagogiques », fonction émergente dont les droits, devoirs et valeurs restaient jusqu’à maintenant en France à l’appréciation de chacun… et de tous.

Alors, bien sûr, il existe déjà des lieux d’échange où ceux qui revendiquent cette fonction peuvent partager leur expérience et contribuer à la construction d’une vision commune de la profession, car les conseillers pédagogiques adhèrent volontiers aux vertus du cycle de Kolb, y compris pour eux-mêmes…

cycle-Kolb-1984

 

Je pense en particulier aux rencontres biennales du BSQF qui rassemblent les conseillers pédagogiques de Belgique, de Suisse, de Québec et de France, rencontres qui, de l’avis des participants, constituent un moment fort en termes de développement professionnel (la prochaine se tiendra en Belgique en novembre 2015).

Pour autant, l’inscription de cette fonction dans des approches métier plus formelles, voire plus normatives, ne peut que contribuer à renforcer des positions encore trop fragiles dans les établissements d’enseignement supérieur…

Un premier pas consiste par exemple à concevoir une formation diplômante ou qualifiante dédiée. L’ouverture d’une formation de conseillers et d’ingénieurs pédagogiques pour l’enseignement supérieur, à l’ESPE Toulouse Midi Pyrénées, constitue à cet égard une initiative inédite.

Il s’agit d’un master 2 proposé dans la mention MEEF (Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation) de l’ESPÉ de Toulouse Midi Pyrénées. Le parcours Conseil et Ingénierie pour l’Enseignement Supérieur (CIES) débute en septembre 2015. Il est fruit d’un travail conjoint de trois établissements (ESPÉ, universités Toulouse 2 et 3) mené par une équipe pluridisciplinaire, sous la responsabilité d’Isabelle Chênerie et d’André Tricot.

L’objectif est de former des professionnels capables d’accompagner les enseignants du supérieur dans leurs activités et projets relatifs à l’enseignement et plus largement des professionnels capables d’accompagner les établissements dans leur politique de formation et de développement en matière d’enseignement. La formation est ouverte tant à des étudiants en formation initiale qu’à un public en formation continue, et présente la particularité d’être hybride. Elle est basée sur une alternance entre des séquences de formation à l’université et des séquences en contexte professionnel, et se déroule pour moitié à distance : 136 heures en présentiel, correspondant à 4 semaines de regroupement distribuées dans l’année, et 154 heures à distance, dédiées au travail étudiant encadré.

Le service Veille et analyses de l’IFÉ devrait apporter une petite contribution à cette belle initiative, et nous en sommes très heureux !

L’étape suivante devrait nous conduire à légaliser le métier de conseiller pédagogique dans la fonction publique, et donc à fixer un cadre juridique pour les recrutements et les promotions de carrière. Autrement dit, il s’agit de définir un nouvel emploi-type de la base nationale Referens, pour compléter ceux qui existent déjà dans la branche d’activité professionnelle F autour des métiers de l’audiovisuel, du multimédia, des TICE et de l’ingénierie de formation…

D’ailleurs un toilettage de tous ces autres profils serait sans doute bienvenu… personnellement je m’y perds un peu et cette segmentation me semble artificielle, voire redondante avec des fonctions qui relèvent davantage de la BAP informatique… non ? Donc à côté

– des ingénieurs des systèmes et techniques de l’audiovisuel et du multimédia (profil) qui étudient et mettent en oeuvre les dispositifs de captation, de traitement, de transmission, de diffusion et de stockage des sources et flux audiovisuels et multimédia pour la production et à la diffusion des ressources TICE,

– des réalisateurs audiovisuels et multimédias (profil) qui réalisent des produits audiovisuels et multimédia dans le cadre de la politique de l’établissement et des moyens de diffusion des ressources pédagogiques et scientifiques qui sont mis à sa disposition,

– des ingénieurs en technologie de la formation (profil) qui étudient et assurent la maîtrise d’œuvre des projets permettant l’intégration des technologies d’information et de communication (TIC) dans l’enseignement,

– et des développeurs multimédia web (profil) qui conçoivent et développent des produits et services multimédia off-line ou on-line dans le cadre de la politique de développement des TICE de l’établissement,

il serait certainement opportun de disposer d’un profil « conseiller pédagogique » dont la mission consisterait à accompagner les enseignants et les équipes enseignantes dans leur développement professionnel pédagogique et qui aurait vocation à participer à la définition et la mise en oeuvre de la politique pédagogique des établissements… Et la boucle serait bouclée ! à suivre ?

 

AG de l’AIPU France : encore une semaine pour amender les statuts, envoyer un pouvoir ou candidater

Vous l’avez peut être déjà noté dans votre agenda : l’Assemblée générale constitutive de l’AIPU se tiendra à l’IFÉ – ENS de Lyon le lundi 2 décembre prochain, de 9h00 à 17h30.

Cette journée « constitutive » est importante car c’est là que se dessineront les contours des actions qui seront menées dans les 2 prochaines années, sous la responsabilité du conseil d’administration qui aura été élu… et qui poursuivra le travail mené depuis février 2013 par une équipe d’une dizaine de personnes, constitué en « groupe technique » [1].

 

Mais au fait, l’AIPU, qu’est-ce que c’est ?

L’Association internationale de pédagogie universitaire (AIPU), créée en 1981, avec le soutien de l’AUF et de l’Unesco, se donne pour mission de valoriser la fonction enseignante dans l’enseignement supérieur francophone et de promouvoir les solidarités nord-sud dans ce domaine.
Elle s’appuie aujourd’hui sur un réseau de praticiens, de formateurs et d’experts qui oeuvrent dans 35 pays et 3 zones géographiques (Europe, Amériques et Afrique).

Le bureau de la section internationale, actuellement sous la présidence de Sylvie Doré (Québec), organise un congrès tous les 2 ans. L’association édite également la revue RIPES (revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur), hébergée sur revues.org (2 n° par an).

Les sections constituées sont les suivantes : Algérie, Afrique subsaharienne, Amériques, Belgique, Liban, Maroc, Suisse.
Et s’y ajoutera donc bientôt la France, c’est tout l’enjeu de l’AG constitutive du 2 décembre prochain !

 

L’AG constitutive : un rdv à ne pas manquer, soutenu par l’IFÉ et la CPU :

La journée consacrée à l’AGC se déroulera en 3 temps :

  • lancement des travaux le matin, avec une introduction à 3 voix : celle de Michel Lussault, directeur de l’IFÉ, celle de Michel Delhaxhe, secrétaire général de l’AIPU internationale et celle de Khaled Bouabdallah, vice-président de la CPU.
  • assemblée générale proprement dite, animée par Nicole Rege Colet, en 2ème partie de matinée, avec 2 temps forts : l’adoption des statuts (dont vous pouvez consulter la version préliminaire ici) et l’élection du conseil d’administration (auquel vous pouvez candidater ici).
  • 4 ateliers de prospective l’après-midi, visant à mobiliser largement les acteurs de l’enseignement supérieur français et à favoriser l’émergence de synergies au sein de l’AIPU France.

1/ quelles modalités pour la formation et l’accompagnement des enseignants du supérieur ?
animé par Laure Endrizzi, IFÉ, ENS de Lyon
Rapporteur : Isabelle Chênerie, université Toulouse 3 Paul Sabatier
Peut-on apprendre à enseigner… autrement qu’en enseignant ? La question, qui pouvait sembler triviale il y a peu, nourrit désormais nombre d’initiatives dédiées à la professionnalisation du savoir enseigner : formations pour les doctorants, formations diplômantes des enseignants, ateliers ponctuels de formation couplés ou non à un accompagnement pédagogique et/ou techno-pédagogique des équipes, soutien pour le montage de projets, pour l’évaluation des enseignements ou pour la valorisation de l’activité dans le cadre de la carrière, etc. Les interventions ne manquent pas, mais restent difficiles à appréhender, du fait notamment de leur manque de visibilité et de la diversité des acteurs, nationaux ou locaux, qui les portent ou qui sont impliqués dans leur déploiement.
L’AIPU France n’a pas vocation à trancher, ni à alimenter la concurrence entre les différents modes d’intervention. Elle peut en revanche avoir un rôle à jouer dans la mutualisation des expertises et dans la réflexion sur le développement professionnel des acteurs de la pédagogie du supérieur. Dans le respect des initiatives concertées existantes, cet atelier permettra de discuter des actions réalistes que l’AIPU pourrait mener à la fois sur un plan opérationnel et sur un plan plus stratégique pour contribuer à la professionnalisation du savoir enseigner.

2/ quelles perspectives d’articulation entre recherche et pratique en matière de pédagogie du supérieur ?
animé par Emmanuelle Annoot, université du Havre
Rapporteur : Nicole Rege Colet, université de Strasbourg
Et si l’AIPU France formulait un programme de recherche en pédagogie universitaire ?
Nous sommes nombreux à penser que les recherches sur la pédagogie universitaire et l’impact des services d’appui comme les SUP peinent à se développer en France. Et pourtant il existe de nombreuses expériences en cours et la recherche-action liée aux pratiques pédagogiques innovantes et au développement professionnel des enseignants-chercheurs prend progressivement forme. La création de l’AIPU France est une occasion à saisir pour faire un état des lieux, promouvoir ces travaux et formuler des perspectives de développement. Nous vous proposons de commencer par un exercice pratique pour partager nos expériences et nos attentes par rapport à la consolidation des connaissances sur la pédagogie universitaire. Cet exercice servira à identifier les questionnements, les objets d’études, les méthodes de travail et les coopérations qui dessineraient les contours d’un programme de recherche-action en pédagogie universitaire reflétant les priorités de l’AIPU.

3/ quelles initiatives pédagogiques pour la réussite des étudiants ?
animé par Christophe Batier, université Claude Bernard Lyon 1
Rapporteur : Éric Sanchez, IFÉ, ENS de Lyon
(descriptif à venir).

4/ quelles stratégies des établissements d’enseignement supérieur au service d’un enseignement de qualité ?
animé par Julien Douady, université Joseph Fourier Grenoble et Brigitte Gassie, université de Nantes
Rapporteur : Olivier Rey, IFÉ, ENS de Lyon
(descriptif à venir).

 

Comment participer au lancement de l’AIPU France ?

Toutes les informations relatives à l’AIPU France sont disponibles sur le site de l’AIPU Internationale.
Pour l’instant, le programme d’activités n’est bien évidemment pas établi, puisqu’il s’agit déjà de rendre cette association officielle en la dotant d’un Conseil d’administration et de statuts.
Dans cette perspective, tous les membres du groupe technique qui travaillent depuis plusieurs mois à l’organisation de cette AGC comptent sur votre participation !

Alors inscrivez-vous ! ou si vous ne pouvez pas venir, participez à distance en donnant votre pouvoir à une personne qui sera présente.

Vous pouvez également prendre connaissance de la version préliminaire des statuts qui sera soumise au vote lors de l’AGC et proposer des amendements (20 novembre, dernier délai).

Le 20 novembre, c’est aussi la date butoir pour proposer votre candidature à l’un de 8 postes du CA. Et les jeux sont ouverts !

Les ateliers de prospective du 2 décembre seront également un moment fort ! Nous souhaitons que les débats reflètent la pluralité des initiatives françaises en matière d’enseignement dans les établissements supérieurs et que des convergences d’intérêts et d’actions puissent être formulées.

Pour les adhésions, en revanche, il faudra attendre un peu… pas avant début 2014, le temps que l’association soit effectivement enregistrée auprès de la préfecture et que les démarches bancaires soient accomplies.
Mais cela ne vous empêche bien entendu pas d’apporter votre contribution en amont !

 

D’autres rendez-vous sont d’ores et déjà prévus en 2014 :

– une journée scientifique à Dijon, le vendredi 14 février 2014, à l’initiative de l’université de Bourgogne
Cette journée, organisée à l’occasion des 10 ans du Centre d’innovation pédagogique et d’évaluation, aura pour thème « Pratiques pédagogiques et apprentissages étudiants : liens, effets et perspectives d’évaluation ».

– le 28ème congrès de l’AIPU qui se tiendra à l’université de Mons en Belgique, du 18 au 22 mai 2014
Le thème retenu est le suivant : « Pédagogie universitaire, entre enseignement et recherche ».

 

———————–

[1] membres du groupe technique : Emmanuelle ANNOOT (Université du Havre), Christophe BATIER (Université Claude Bernard – Lyon 1), Joëlle DEMOUGEOT-LEBEL (Université de Bourgogne), Julien DOUADY (Université Joseph Fourier – Grenoble), Laure ENDRIZZI (École normale supérieure de Lyon), Brigitte GASSIE (Université de Nantes), Anne-Céline GROLLEAU (Université de Nantes) et Nicole REGE COLET (Université de Strasbourg).

Plein feux sur la formation dans les universités

Si la France a longtemps été le pays pauvre de la réflexion en matière de pédagogie universitaire (cf. nos constats en 2005 ), une série de parutions récentes semblent accréditer l’hypothèse d’un nouvel intérêt, qui tombe à pic au moment où la cour des comptes se penche sur la réussite en licence.

En effet, Marc Romainville, spécialiste belge francophone bien connu de la pédagogie universitaire, vient de publier avec Christophe Michaut (qui s’était déjà penché sur les facteurs de variation de réussite universitaire selon les universités) un ouvrage de synthèse sur la réussite, l’échec et l’abandon dans l’enseignement supérieur.
De son côté, Emmanuelle Annoot, qui est chercheuse mais qui a aussi été en responsabilité dans une université, s’est penchée sur la réussite à l’université, du tutorat jusqu’au récent plan Licence.  Enfin, Xavier Roegiers et plusieurs autres contributeurs se sont interrogés sur le sens des réformes pédagogiques dans l’enseignement supérieur.

Enfin, on renverra évidemment à l’état de l’art réalisé par Laure Endrizzi cet automne concernant la formation pédagogique des enseignants du supérieur qui reste, à la lecture de ces ouvrages, une question d’actualité.