Archives du mot-clé numérique

Rapport Horizon 2014 : le numérique et ses défis pour l’école

Horizon Report Europe

Le rapport « Horizon report Europe 2014 » a été publié en octobre 2014 par la commission européenne, et réalisé par  la Inholland University of Applied Sciences (Pays-Bas) et le New Media Consortium (NMC), une communauté qui regroupe des experts (au nombre de 53) dans les technologies éducatives (praticiens, chercheurs, politiques, think tanks, etc.) de 22 pays différents. Ce rapport, qui s’inscrit dans le « NMC Horizon Project » visant à faire un état des lieux sur les innovations dans les usages éducatifs des technologies, tente de dessiner les tendances pour les cinq années à venir dans l’enseignement primaire et secondaire dans les vingt-huit pays membres de l’Union européenne. Sur les dix-huit sujets analysés, deux tendances apparaissent clairement : la modification du rôle des enseignants (ce discours n’est pas nouveau) et l’impact des médias sociaux (tels que Twitter et Facebook notamment) sur les pratiques de classe.
Le rapport réaffirme l’omniprésence des médias sociaux qui va encore s’accroitre dans l’éducation, ce qui va nécessairement modifier le rôle des enseignants. Les ressources éducatives libres (REL européennes) sont amenées à se développer, les formations à s’hybrider, l’apprentissage et l’évaluation en ligne a se transformer.
Les défis à relever

Les défis à relever

Le rapport classe les défis à relever selon leur niveau de difficulté :
  •  les défis « faciles » (solvable challenges) à relever, pour lesquels des solutions existent déjà. Il s’agit notamment de ce qui relève de l’intégration du numérique dans la formation des enseignants, ou des solutions pour pallier les faibles compétences numériques à l’école.
  • Les défis « difficiles » (difficult challenges), qui nécessitent plus de temps : l’« apprentissage authentique », l’hybridation des formations (mélange d’environnements d’apprentissage physiques et virtuels).
  • Les défis « ultras » (wicked challenges), bien plus complexes à relever, tels l’amélioration de l’enseignement de la « pensée complexe », d’une communication efficace. Il s’agit ici de développer des stratégies chez les apprenants afin qu’ils soient plus actifs dans leurs apprentissages.
D’après ce rapport, l’informatique dans les nuages et l’utilisation de tablettes vont devenir la norme d’ici peu de temps, puis viendra l’utilisation de jeux sur ordinateur dans le cadre des apprentissages, avant que ne se développent l’apprentissage personnalisé et les laboratoires virtuels. Nous pouvons déjà voir certains de ces usages aujourd’hui, mais qui restent relativement confidentiels et à la marge de l’école. On peut penser aux laboratoires divers (fablabs, learning labs, living labs, etc.) ou encore à certaines expérimentations qui ont encore du mal à essaimer. Ce rapport confirme ce qui a déjà pu être écrit par ailleurs. Les évolutions ne sont pas les mêmes dans tous les pays, elles ne suivent pas toujours le même rythme, selon les volontés politiques et les cultures nationales, mais elles révèlent une tendance de fond dont il faut avoir conscience pour que les systèmes éducatifs s’adaptent, ou mieux, anticipent ces changements, afin de permettre aux jeunes de développer une culture numérique pertinente, sans quoi les fractures numériques risquent de s’aggraver.

Quelques liens :

Se nourrir de ressources pour enseigner

DV 96_Image DVQuelles sont les sources et les ressources des enseignants qui préparent leur cours ? Où vont-ils les chercher et comment s’y prennent-ils pour les sélectionner et les transformer en documents qu’ils présentent à leurs élèves ? C’est le cœur de ce Dossier de veille de l’IFÉ n° 96 (novembre 2014) qui présente l’état des recherches portant sur la notion de ressource, complexe à définir, et sur l’usage que les enseignants en font au quotidien.

Comme pour toute recherche d’information, les enseignants se créent un environnement personnel de travail, une sorte de banque de ressources utiles, à utiliser rapidement, utilisables plus tard ou simplement intéressantes en elles-mêmes. C’est un espace à la fois matériel puisqu’il comporte un ou plusieurs manuels scolaires, des fiches prêtées par des collègues, des cartes présentes dans la salle, des objets didactiques, mais  un espace aussi numérique avec des exercices tout prêts, les cours de l’année passée, des manuels numériques, les programmes sur Éduscol, des documentaires intéressants, etc.

Cette sélection des ressources se fait en fonction de leur pertinence dans un contexte scolaire donné, pour un enseignant donné, avec des classes données. C’est tout l’art de l’enseignant (ou l’exercice de sa liberté pédagogique selon certains) d’être constamment en train d’adapter et de re-créer des ressources pour améliorer l’apprentissage de ses élèves. Comme le disait Boileau à propos des écrivains :

Hâtez-vous lentement, et, sans perdre courage,
Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage :
Polissez-le sans cesse et le repolissez ;
Ajoutez quelquefois, et souvent effacez.

Continuer la lecture de Se nourrir de ressources pour enseigner 

Le numérique en question : focus sur l’académie de Grenoble

licence CC by – picture by Dr. Avishai Teicher

En octobre se tenait le 4è colloque international de l’ESEN intitulé « Le numérique en question« . Le dossier « Pédagogie + Numérique = Apprentissage 2.0 » y a été présenté au nom de l’IFÉ. Le programme de ces trois journées est accessible en ligne et s’articule autour de trois thématiques : société numérique ; numérique et apprentissages ; vers les écoles du futur.

Ce colloque a été l’occasion de rencontrer des gens intéressants, de mener des discussions passionnées, en plus d’écouter des présentations et de participer à des ateliers.C’est suite à ces rencontres que j’ai été invité à participer à une réunion de l’incubateur numérique éducatif (INÉ) de l’académie de Grenoble, piloté par le Délégué académique au numérique (DAN – Yaël Briswalter). Voici la présentation de cet incubateur sur le site de l’académie de Grenoble : Continuer la lecture de Le numérique en question : focus sur l’académie de Grenoble 

« Dialogue » sur le numérique à l’école

Retour de congé : le dernier numéro de la revue Dialogue (n° 153 – Enseigner Apprendre avec le numérique ? – GFEN) nous est parvenu. Comment le Groupe français d’éducation nouvelle appréhende-t-il le numérique à l’école ?

Le dossier s’ouvre sur un article de André Tricot (repris en fait d’un entretien publié en 2013 sur le site « Docpourdocs ») pour qui la possibilité donnée à tous d’avoir accès à des ressources en ligne n’est pas suffisant pour qu’il y ait apprentissage :

« Les ressources ne sont que des outils, au service des tâches, qui elles-mêmes sont au services des apprentissages« 

Il poursuit en expliquant que :

« une ressource de qualité, pour avoir une valeur, nécessite un scénario pédagogique (…), des élèves et un enseignant« 

Il rappelle ainsi l’importance cruciale du rôle de l’enseignant, encore plus avec le numérique. Mais ces derniers doivent aussi être secondés par une institution qui porte elle-même des valeurs et qui s’inscrit dans des finalités définies par la société. Le numérique interroge ainsi la finalité de l’école (scolarité obligatoire, lycée, etc.). Or ces questions ne sont toujours pas tranchées.

Suit un article de Bernard Stiegler qui invite à repenser l’éducation, tout simplement parce que le savoir a changé, du fait des bouleversements provoqués par le numérique dans tous les domaines.

« Au passage, je souligne que ma position concernant toute technique est qu’il faut la considérer à la fois comme bonne et mauvaise. Une technique qui ne serait pas bonne ne se serait pas développée, elle a une raison d’être ; une technique est mauvaise si on n’en a pas une éducation. Nous sommes donc dans l’obligation de repenser l’éducation, parce que le numérique change toutes les formes de savoir, y compris l’éducation familiale. »

Michel Neumayer liste quelques conditions pour que le numérique à l’école fonctionne : adopter une posture réflexive sur nos pratiques, même si cela prend du temps ; se former pour ne plus être dans une démarche de transmission maître-élèves, mais pour favoriser un travail de problématisation entre élèves, et entre maitres et élèves ; justifier ces « pédagogies du détour » auprès des élèves, des parents et des institutions ; appréhender collectivement au sein de l’établissement ces questions de littératie numérique (« capacité à se mouvoir de manière consciente et raisonnée dans cet espace signes ancien et nouveau que constitue l’internet et surtout à y faire sens« ).

Michel Baraër s’intéresse plus particulièrement à ce que le numérique peut apporter au travail collaboratif. Certes, « les technologies numériques ne portent pas, en elles-mêmes, de doctrine pédagogique« , elles peuvent d’ailleurs renforcer l’enseignement magistral, mais « elles peuvent aussi être mises au service des principes d’éducation nouvelle » parmi lesquels figure en bonne place la coopération : « les technologies numériques peuvent décupler les moyens pour coopérer« .

Je n’irai pas jusqu’à partager l’optimisme de Anne Laure Michel pour qui « la société pousse à l’individualisme, l’informatique au collectif« , mais par contre, les valeurs véhiculées par les enseignants, l’institution doivent infléchir les usages pour favoriser le travail collectif, le partage, la mutualisation, la co-création, etc.

Quelques articles traitent de la formation à distance, avec tous les degrés d’hybridation possibles (deux articles d’Isabelle Lardon s’intéressent d’ailleurs à la plateforme neop@ss, développée par nos collègues du Centre Alain Savary). Patrick Raymond reste sceptique sur les cours en ligne accessibles aux élèves. Un encadrement par des enseignants s’avère nécessaire pour permettre de réels apprentissages et ne pas en rester à des répétitions, des automatismes, des procédures à appliquer :

« La question est donc bien celle de quelle réussite est visée : compréhension ou seulement maîtrise de la procédure, des automatismes ?« 

La question de la pédagogie est donc centrale (voir le Dosssier d’actualité n°79), bien plus importante que celle du numérique ou des outils. C’est tout le savoir-faire, les valeurs des enseignants, des formateurs, qui donne au numérique la force de transformer les pratiques.

Ce numéro de la revue Dialogue est riche et mérite qu’on s’y attarde.

Scoop.it : présentation d’un outil de curation

J’ai participé à une visio-conférence organisée par l’équipe de Scoop.it pour présenter leur plateforme de curation de contenu. Nous sommes plusieurs au service Veille & Analyses à utiliser cette plateforme dans le cadre de notre veille en éducation. Scoop.it est née en France, à Toulouse. L’équipe s’est depuis agrandie avec une antenne aux États-Unis. L’implantation outre-Atlantique semble nécessaire pour que le service rendu par cette plateforme devienne pérenne.

Mathilde Lepetit, qui présentait cette visio-conférence, a introduit le concept de curation de contenu. Le web 2.0 (web social) se veut participatif. Il en résulte beaucoup de bruit. Savoir qui écouter et comment se faire entendre dans ce brouhaha perpétuel rend essentiel pour les différentes entités (entreprises, organismes, associations, etc.) le rôle d’un nouvel acteur : le curateur, qui repère l’information, l’enrichit (la commente, l’éditorialise) et la partage.

Je laisse de côté les spécificités du discours propre au monde de l’entreprise qui s’intéresse à la connaissance du marché, à la stratégie d’entreprise, à la relation client ou encore à la réputation d’une marque. Mais la gestion de la e-réputation concerne aussi d’autres acteurs. Le monde de l’éducation n’en est pas exempt.

Pour rappel, Scoop.it est organisée en « Topics » : c’est-à-dire que l’information est publiée en fonction de thèmes choisis par l’utilisateur. Cela permet de davantage cibler le contenu suivi ou publié (notamment par rapport à Twitter où l’on suit des individus qui peuvent twitter sur plusieurs thématiques).

Fonctions de Scoop.it

  • Capture d'écran 2013-12-05 11.20.08

    Sélection de l’information : pour trouver de l’information, il est possible d’utiliser le moteur de recherche interne à Scoop.it, qui fonctionne en lien avec Google. On peut aussi utiliser un bookmarklet qui permet de publier du contenu directement depuis la page web visitée. Une troisième solution consiste à entrer « à la main » un article directement sur la plateforme (bouton « New scoop« )

  • Édition du contenu : une fois le contenu sélectionné, il est possible de modifier tous les champs : le titre, l’image, le résumé (souvent le début de l’article). On peut aussi ajouter ses propres commentaires (section « Insights« ). Cette dernière partie amène de la valeur ajoutée au signalement. Il est conseillé de la compléter avec soin. Des mots clés peuvent aussi être attribués aux articles publiés permettant une indexation plus fine.
  • Partage sur les réseaux : la plateforme dialogue avec d’autres outils de réseau social, ce qui permet de publier en même temps sur Facebook, Twitter, Linkedin et d’autres encore. A l’instar de Hootsuite, Scoop.it peut être utilisé comme outil de publication sur divers réseaux.

Une communauté aussi

Avec son moteur de recherche intégré, on trouve au hasard des requêtes d’autres topics relatifs à notre domaine de veille. Il est alors possible de s’abonner (follow) à ces thématiques pour enrichir sa propre veille. Le partage est facilité, tout en ayant la possiblité d’enrichir ce contenu, en le commentant, l’indexant, etc.

Les topics peuvent aussi faire l’objet de recommandations dans la communauté. De même, on a la possibilité de faire des recommandations de contenus à des topics que l’on suit, sans pour autant diffuser l’information dans un de ses topics.

Limites

Scoop.it a réussi à se faire une place certaine sur le web, l’utilité de la plateforme est reconnue par les curateurs. D’autres outils existent, chacun avec leurs spécificités, leurs atouts et leurs inconvénients. Je pense à des outils comme Pearltree, Paper.li, ou encore à Tadaweb (lire article sur Eduveille), même s’ils ne chassent pas sur les mêmes territoires.

Une offre gratuite existe, avec quelques fonctionnalités de base. Si l’on souhaite avoir plus de possiblités (personnalisation, nom de domaine, curation d’équipe, newsletters plus nombreuses, intégration à un site web, etc.), il faudra passer à une offre business ou entreprises. Les tarifs sont élevés pour un particulier ou pour un établissement scolaire ou universitaire.

La question de la pérennité des données se pose aussi : je n’ai pas trouvé comment sauvegarder le contenu publié sur la plateforme. A moins de tout publier automatiquement sur un blog WordPress par défaut.

Le dialogue avec les autres plateformes est aussi aléatoire. Il suffit que l’un des outils change sa politique dans les autorisations liées à l’utilisation de l’API pour que ce qu’il était possible de faire hier ne le soit plus demain. Cette limite concerne tous les outils du web 2.0.

Quelques topics liés à l’IFE

Si l’outil vous semble intéressant pour votre pratique professionnelle, et que le monde de l’éducation fasse partie de vos préoccupations, voici quelques topics que vous pouvez suivre :

Pour aller plus loin

Pour plus de détails sur Scoop.it, vous pouvez lire l’article conseils pour optimiser vos topics sur le site Veille-digitale et regarder la présentation de Scoop.it par Marc Rougier dont la vidéo est reproduite ci-dessous.

Orientation 2.0 : Euroguidance lance les discussions

Le réseau Euroguidance regroupe en Europe des professionnels de l’orientation chargés de la promotion de la mobilité et de la dimension européenne de l’orientation tout au long de la vie. Créé en 1992 par la Commission européenne, le réseau s’appuie sur des centres de ressources présents dans plus de 32 pays. Il s’adresse en priorité aux professionnels-relais (conseillers,…) en contact avec les différents publics cibles, à la fois dans les milieux de l’éducation et dans ceux de l’emploi.
Fin septembre, comme en préambule au Congrès 2013 de l’AIOSP qui se déroulait cette année à Montpellier, Euroguidance France organisait sa journée annuelle au CIEP à Sèvres. Elle a rassemblé diverses contributions, notamment en provenance de l’Allemagne, du Danemark et de la France pour débattre de ce nouveau défi que constitue l’orientation à distance (chats, conseils et informations en ligne,…) pour les professionnels de l’orientation, dans un contexte de « service public ».

Sont intervenues le matin :

1/ Kirsten Larsen (DK), responsable du service d’orientation à distance eVejledning
C’est un service qui s’adresse aux jeunes en formation initiale et aux adultes en recherche d’une formation complémentaire ou désirant ré-orienter leur carrière. Y travaillent 35 conseillers, localisés sur l’ensemble du territoire et rattachés à la fois au réseau des centres d’orientation municipaux (public scolaire et adulte) et à celui des centres régionaux (concentrés exclusivement sur les études supérieures), qui développent eux-mêmes de nombreux services, en lien notamment avec les établissements d’enseignement et agences pour l’emploi.

2/ Dorothea Engelmann (DE), responsable de département chez Bundesagentur für Arbeit (Agence fédérale pour l’emploi)
En Allemagne, la formation professionnelle (et par voie de conséquence l’orientation professionnelle) est une compétence fédérale, contrairement à la France. La BA, premier opérateur public en matière de formation professionnelle et d’emploi, offre de nombreux services d’information en ligne à destination des jeunes publics, ciblant par exemple ceux inscrits dans l’enseignement dual ou bien les lycéens préparant l’Abitur (baccalauréat). Le conseil à distance s’inscrit dans les perspectives d’évolution à court terme.

3/ Elisabeth Gros (FR), IEN IO, responsable de la plateforme Monorientationenligne de l’Onisep
50 conseillers, recrutés spécialement par l’Onisep, travaillent à temps plein dans ce service d’aide personnalisée à l’orientation, destiné plus spécialement aux publics scolaires (lycéens). L’offre complète les nombreux services déjà proposés par l’Onisep (bases de données, webclasseur,…).

On a pu voir, avec les diverses présentations, que cette question de l’orientation à distance n’allait pas de soi et qu’elle était susceptible de générer des réponses variables, plus ou moins intégrées au services d’orientation classiques, selon les pays. Avec d’un côté, le modèle centralisé danois, totalement intégré, où les « nouveaux » services participent d’une stratégie numérique globale et sont incarnés par des professionnels du conseil en orientation dont les attributions évoluent ; et de l’autre côté une approche du changement tout aussi centralisée en France pour des services juxtaposés à ceux qui existent déjà et confiés à des professionnels dotés d’un profil documentaire mais novices en matière d’orientation.

Ce sont naturellement ces différentes approches organisationnelles qui ont retenu mon attention et qui m’ont servi de fil rouge pour répondre à la délicate mission qui m’avait été confiée de réaliser la synthèse de la journée.
Avant de développer quelques points qui, à mon sens, cristallisent les variances, je propose le schéma suivant qui a guidé mon intervention conclusive.

schéma conclusif - journée euroguidance

 

en bleu, à gauche : les services en présence
en vert, à droite : les services à distance
le point ● représente les individus composant le public cible
sur fonds orange : la notion de collectif qui concerne à la fois les prescripteurs (collaboration) ou les publics (groupes cibles)
les pointillés rouges – – – – – marquent la ligne de fracture entre services en présence et services à distance
les pointillés noirs – – – – – indiquent les enjeux liés à la convergence des services en présence et à distance
les pointillés oranges – – – – – indiquent les enjeux liés au collectif (collaboration entre prescripteurs et publics cibles de type « groupe »)

Vers des services 2.0 ?

On observe tout d’abord une variance dans le type de services proposés, qui globalement s’inscrit sur une échelle de progression allant du web 1.0 au web 2.0, et qui tend à se traduire schématiquement par plus d’interactivité et plus de possibilité de personnalisation :

  • des sites d’information sur les formations et sur les métiers qui constituent aujourd’hui le matériau primaire sur lequel s’appuient les conseillers et qui sont librement accessibles aux usagers internautes ;
  • des plateformes de candidature, le plus souvent nationales, permettant aux usagers soit d’émettre des vœux pour telle ou telle formation (dans telle ou telle école) ou pour trouver un stage dans le cadre d’une alternance ;
  • des services de communication à distance, intégrant généralement plusieurs modes de communication asynchrone et synchrone (téléphone, courriel, chat) ;
  • et plus rarement des services visant une appropriation individuelle, permettant aux usagers de s’engager dans une démarche réflexive, plus ou moins accompagnée (typiquement portfolios ou tests à utiliser en autonomie, totale ou partielle).

S’agissant des services de communication proprement dit, au cœur des échanges de la journée, tous les intervenants ayant mis en œuvre ce type de dispositif ont confirmé la préférence massive des jeunes pour le chat, comparé à d’autres modalités telles que le téléphone, le courriel, voire les SMS.
Quant à l’intégration des réseaux sociaux dans la communication des services d’orientation, il y a ceux qui le font déjà, ceux qui prévoient de le faire et ceux qui n’en parlent pas… En tous cas, il n’y a pas eu de débat sur le bien fondé d’une communication qui s’appuierait aussi sur les plateformes plébiscitées par la jeunesse (Facebook et Youtube essentiellement). Signe que la question ne se pose plus ? peut être.

Un élargissement des publics cibles, pour des services plus équitables ?

De façon générale, l’ensemble des services à distance s’adressent plutôt à des publics capables de prendre l’initiative de s’informer ou de contacter un conseiller. Les termes ready et readiness, communément utilisés en anglais, ont été prononcés à maintes reprises dans la journée. Ils sont malaisés à traduire en français, mais ils rendent bien compte de cette idée que ce sont les jeunes « prêts » à entrer dans une démarche active, même minimale, qui constituent le cœur de cible.

Pour autant, ce public « prêt » ne forme pas un groupe homogène d’individus aux attentes indifférenciées. Le fait que les services d’orientation à distance sont organisés de façon centralisée encourage même un ciblage plus fin des différents publics, en fonction de leur destination. Les Danois fournissent ainsi des services distincts pour ceux qui ambitionnent des études supérieures ; les Allemands ont conçu des plateformes dédiées pour ceux qui s’orientent vers l’enseignement dual et pour ceux qui préparent l’Abitur et sont appelés aussi à poursuivre dans l’enseignement supérieur.

À la question de savoir si les services à distance permettent de toucher ceux qui ne se déplaceraient pas dans un centre d’orientation, la réponse semble clairement positive, même si elle n’est pas encore scientifiquement étayée. D’une part parce que c’est pratique, tout simplement ; d’autre part parce que cela permet de préserver un certain anonymat. Le coût est donc moindre dans le cas d’une démarche à distance, tant en termes de temps à y consacrer que d’aisance à se raconter.

La question de l’équité est plus délicate. Dans quelle mesure ces services à distance constituent-ils une opportunité pour les publics les plus en difficulté ? Même si aucune recherche n’offre aujourd’hui d’éléments de réponse, il est permis d’en douter. Parce que toute la littérature scientifique relative à l’accompagnement, quel que soit le contexte, a bien mis en évidence le décalage entre les intentions des « prestataires » et les attentes des « usagers »… et parce que ce ne sont jamais ceux qui en ont le plus besoin et qui cumulent souvent de nombreuses difficultés, qui en tirent réellement les bénéfices ! Ils ne sont pas « prêts »…

On pourrait d’ailleurs ici aussi se référer aux recherches sur les TIC, qui montrent bien désormais que la fracture numérique n’est plus tant de l’ordre de l’équipement que de celui des usages et qu’elle dépend davantage des caractéristiques socio-culturelles du milieu d’appartenance que du niveau de revenus proprement dit. Certains ne franchissent donc pas le cap, aussi parce que leurs usages des technologies numériques restent basiques et la plupart du temps cantonnés à la sphère récréative (jeux pour les garçons, communication entre filles). Et n’oublions pas que la culture numérique reste avant tout, pour l’instant, une culture de l’écrit… et que la non maitrise de ce code dans un contexte quand même plus formel que la pratique des SMS avec les pairs, peut s’avérer un frein pour certains jeunes.

Du « one size fits all » ou une vraie personnalisation des services ?

Ces services à distance ont ainsi en commun de répondre à une demande plutôt individuelle, mais sont-ils personnalisés pour autant ? Certains craignent un appauvrissement du contexte, préjudiciable à la qualité du conseil.
Trois points peuvent ici nourrir le débat :
– le fait que ces services possèdent le potentiel technique pour s’adresser à un grand nombre d’usagers, quel que soit leur profil,
– qu’ils s’inscrivent souvent dans des échanges marqués par le just in time et ne permettent pas a priori un réel suivi des usagers,
– le fait que l’identité des demandeurs n’est pas connue, le plus souvent.

Cette question de l’anonymat a suscité de nombreuses remarques au fil de la journée, certains participants semblant globalement mal à l’aise avec cette idée d’entrer dans un échange qualifié d’impersonnel. Mais comme l’ont souligné nos collègues danois, l’anonymat peut s’avérer très relatif, certains jeunes n’hésitant pas à fournir des détails assez (trop parfois) intimes sur eux-mêmes… avec beaucoup moins de gêne qu’ils ne seraient susceptibles de le faire en présentiel.

Y a-t-il un changement dans la nature des demandes ? sans doute, mais il reste là encore difficile à mesurer. Certains redoutent un glissement vers des prestations plus documentaires et plus ponctuelles, au détriment de prestations sollicitant davantage la formation psychologique des conseillers et pouvant s’inscrire dans une temporalité moins instantanée. On sent même parfois poindre l’idée que certaines prestations seraient plus nobles que d’autres… Mais faut-il vraiment raisonner en terme de concurrence ?

En tous cas, la diversité des demandes ne plaide pas en faveur de logiques de type one size fits all. Il semble bien, que malgré l’absence d’informations visuelles et de données relatives à l’état civil, la communication s’établit sur une base « personnelle ». Les conseillers à distance, à l’écoute, sont nécessairement amenés à intervenir de manière personnalisée, y compris quand il s’agit d’orienter les jeunes vers d’autres services, sociaux ou médico-psychologiques, susceptibles de leur apporter du soutien. Et le chat n’est parfois qu’une 1ère étape, les 2 parties pouvant s’accorder pour poursuivre les échanges par courriel… La combinaison des différents médias sera toujours moins coûteuse que le fait de devoir revenir dans le centre d’orientation… combien reviennent d’ailleurs, le sait-on ?

Une idée clé pour penser les services de demain semble être celle de la convergence : de même que l’on observe une certaine convergence des fonctionnalités offertes par les technologies, couplée à un essor sans précédent de l’informatique connectée en mobilité, la ligne de démarcation entre services en présence et services à distance tendrait à s’estomper…
Comme l’ont souligné les intervenants danois et allemand, le chat vidéo et/ou les wébinaires figurent en bonne place dans les perspectives de développement à court terme… et si le service est de bonne qualité, les « défauts » de la distance se trouveront minorés : la communication non verbale sera réintroduite et le conseiller pourra s’adresser plus facilement à un collectif (le jeune et sa mère, ou même un groupe d’élèves par exemple). On irait donc vers plus de porosité et une meilleure hybridation des services…

Des services à distance intégrés ou juxtaposés ?

La genèse de ces nouveaux services d’orientation à distance varie d’une configuration nationale à l’autre. Dans les 3 exemples présentés toutefois, ils sont centralisés. Mais ils ne sont pas « intégrés » pour autant et leur déploiement semble assez révélateur des cultures professionnelles existantes.

Au Danemark, ils émanent d’un nouveau service, eVejledning, dont la mission est complémentaire de celle des centres municipaux qui ciblent les jeunes à la sortie de l’enseignement obligatoire et des centres régionaux qui s’adressent à ceux désirant entreprendre des études supérieures. Les prestations sont assurées par 14 conseillers à plein temps basés à Copenhague et 20 conseillers à temps partiels travaillant dans les autres centres, sur tout le territoire. L’ensemble de ces services relèvent de la compétence des Ministères de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur, garants de la cohérence globale.

En Allemagne, les services d’orientation relèvent du Ministère de l’emploi et sont sous la responsabilité de l’Agence fédérale pour l’emploi : c’est cette agence qui coordonne pour toute l’Allemagne approximativement 3000 conseillers répartis dans plus de 180 centres d’information sur les carrières, qui gère les différents plateformes nationales adressées à tel ou tel public et qui se porte garant de la cohérence et de la qualité de l’offre de prestations.

En France, il n’existe pas d’instance centrale à qui incombe la responsabilité des services de l’orientation, mais une myriade de centres dont les périmètres se chevauchent (CIO, CRIJ et autres BIJ, missions locales, SCUIO, etc.), relevant des ministères de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur, de la jeunesse, de l’emploi… C’est donc l’Onisep, seul organisme porteur d’une dimension nationale, qui a été mandaté par le MENESR pour porter le projet MOEL (MonOrientationEnLigne). Traditionnellement chargé de publier et de diffuser la documentation à la fois imprimée et numérique relative aux formations et aux métiers, l’Onisep développe désormais aussi des services à destination des élèves et des classes (avec le Webclasseur par exemple). Pour MOEL, les « conseillers » spécialement recrutés n’ont pas un profil de professionnel de l’orientation, mais de recherchiste : ils sont avant tout agiles avec les technologies numériques, sont titulaires d’un diplôme de niveau master et ont reçu une formation échelonnée sur 6 mois les sensibilisant aux questions d’orientation scolaire et professionnelle. Et le service a été conçu, non pas en articulation avec l’existant, mais en juxtaposition avec cet existant. Le modèle est-il viable ? Aujourd’hui, les 50 conseillers recrutés ne suffisent plus pour répondre à la demande et les ministères ne sont pas enclins à continuer à recruter… Difficile d’associer a posteriori à cette dynamique des personnels de l’orientation qui pourraient assez légitimement rétorqués que ce n’est pas leur métier…

Le numérique aurait-il pu être un levier pour favoriser la concertation des acteurs ? peut être, pas sûr… Comme cela a déjà pu être constaté par ailleurs, le numérique tend à stimuler les collaborations qui existent déjà, pas les relations qui n’existent pas ! Mais on perçoit bien, avec cet exemple, l’intérêt à penser les synergies entre les différentes prestations, à miser encore une fois sur les convergences, plutôt qu’à trouver de nouveaux motifs de cloisonnement.

Conseiller à distance : un nouveau métier ou un métier qui évolue ?

Au delà des aspects purement structurels, se pose la question des personnes délivrant ces prestations à distance et de leur professionnalisation. Bien évidemment, je serai tentée de dire que c’est le métier de conseiller qui évolue, mais les configurations actuelles n’apportent pas de réponse aussi tranchée… Le changement de pratiques est aussi une question de temps, il ne se décrète pas, ne s’impose pas. Dès lors, une réponse pragmatique peut être d’avoir recours à de jeunes actifs qui ne se dissimulent pas encore derrière une culture professionnelle aux contours trop bien dessinées.

Car passer de la présence à la distance ne va pas de soi. Et il ne s’agit pas seulement de savoir comment fonctionne techniquement un programme de chat… Le media change le code, la communication doit s’appuyer sur d’autres ressorts que ceux habituellement sollicités en présentiel. La communication écrite rigidifie facilement les propos, donne un poids aux mots qu’ils n’auraient pas nécessairement à l’oral. Le conseiller doit veiller à montrer qu’il est à l’écoute, et à faire preuve d’une certaine empathie, pour ne pas perdre le contact avec le jeune. Un usage raisonné des émoticônes par exemple, peut jouer cette fonction phatique.

Les services à distance, parce qu’ils permettent de s’affranchir des unités de temps et de lieu, induisent aussi des changements d’organisation. Il s’agit alors d’être plus « accessible », pour répondre à des demandes qui peuvent être exprimées à tout moment, depuis n’importe quelle région, voire depuis n’importe quel pays. MOEL a ainsi une petite partie de son public qui n’est pas localisée sur le territoire français. Au Danemark, l’amplitude horaire des services est forte, jusqu’à 22 h en semaine et 20h le weekend (samedi et dimanche).

Ça peut par ailleurs sembler trivial, mais l’écrit prend plus de temps que l’oral… et la communication à distance, en plus de laisser des traces, suscite aussi une sorte d’urgence : il faut être réactif. Les professionnels savent mener un entretien en présentiel, ils en connaissent les étapes, la durée… mais à distance, comment s’y prendre ? Ces nouvelles prestations à distance ont besoin d’être « encadrées » : en France et au Danemark, des chartes ont été adoptées, pour standardiser a minima le travail des conseillers. Tout se passe comme si le numérique portait de nouvelles exigences, notamment en matière de concertation interne : il importe de construire des outils d’évaluation et de développer une démarche qualité qui fournira des éléments de cadrage nécessaire (charte, normes, etc.) auxquels tous pourront se référer.

Et ces exigences ne sont pas simplement de l’ordre de la compétence « technique ». Le numérique n’implique-t-il pas aussi un renouvellement des connaissances de la part des professionnels ? Un point qui a été relativement peu évoqué dans la journée, on s’en doute… Car il ne s’agit plus de savoir quelles sont les séries du lycée professionnel de secteur, ni les options proposées dans les lycées généraux de l’Académie. Il s’agit aussi de savoir où et comment trouver l’information pour répondre à des demandes fondamentalement plus hétérogènes.

Faut-il dès lors opter pour une spécialisation des conseillers à distance ou bien miser sur la convergence des fonctions ? sans doute n’y a-t-il pas définitivement une « bonne » pratique et une moins bonne… juste des configurations qui sont le fruit de cultures professionnelles plus ou moins « plastiques », plus ou moins réceptives collectivement aux demandes désormais plus hétérogènes des usagers. Mais les relations entre numérique et orientation commencent à peine à infuser… et les perspectives sont nombreuses !

Les liaisons entre les écrans et les enfants sont-elles toujours dangereuses ?

C’est la question que l’on peut se poser au lendemain de la parution du rapport de l’Académie des sciences intitulé « L’enfant et les écrans« . Les auteurs de ce rapport, s’ils reconnaissent  que les écrans non interactifs (télévision ou dvd) peuvent avoir un effet négatif sur le développement des enfants et que l’exposition passive et prolongée des enfants à la télévision est déconseillée,  ils n’en préconisent pas moins l’usage, certes encadré, des ordinateurs et de la tablette numérique, y compris pour les plus jeunes (0 à 2 ans).

Cette dernière faciliterait l’éveil cognitif précoce du bébé dès que son usage est accompagné, sous forme ludique, par un parent, grand parent ou même un grand frère ou une grande sœur.

Selon l’Académie, une tablette interactive peut favoriser le développement sensorimoteur du très jeune enfant, de 0 à 2 ans ; entre 2 et 6 ans, les « bons écrans » (ordinateurs, tablettes, jeux vidéo…) peuvent permettre d’appréhender la différence entre le monde réel et le monde virtuel ; pour les 6-12 ans,  des logiciels pédagogiques d’aspect ludique peuvent contribuer à l’acquisition de compétences en calcul et en lecture ;  pour les 12-18 ans, l’usage du numérique stimulerait une pensée plus vive et multitâche. Les jeux vidéo, eux, auraient des bienfaits sur le plan cognitif, émotionnel et social à tous les âges.

Ces déclarations ont fait réagir de nombreux chercheurs spécialistes de neurosciences, de psychologie sociale et de pédopsychiatrie qui expriment leur désaccord dans une tribune parue dans le Monde le 8 février dernier : « Laisser les enfants devant les écrans est préjudiciable« . Ils dénoncent d’abord le fait que l’on ait confié à des non-spécialistes du sujet la rédaction de ce rapport malgré des enjeux forts en terme de santé publique et s’interrogent non sans humour si l’on doit confier « à un spécialiste des écrans la rédaction d’un avis sur les allergènes du jaune d’œuf ? » (un des auteurs étant spécialiste du système immunitaire).

Pour tous ces temps passés devant les écrans, l’Académie recommande  la supervision d’un adulte mais comment faire concrètement lorsque l’on sait que  les écrans, et la télévision en particulier, représentent le « troisième parent« , selon l’expression de Dany-Robert Dufour (2004), et qu’au lieu du contrôle parental souhaité, ces sont les écrans qui se propagent au sein de l’espace privé des enfants ?

Le manque de références aux écrits scientifiques chagrine d’autant plus les auteurs de la tribune que le rapport n’aborde pas ou peu plusieurs problèmes de santé publique identifiés et liés au temps passé devant des écrans, tels que la sédentarité et ses effets sur l’espérance de vie,  l’alcoolisation,  le tabagisme ou encore l’obésité. Autres laissés pour compte, les liens entre l’École et l’usage des TIC dans l’enseignement, abordés de façon sommaire, sans vraiment que soit posée la question de leur efficacité ni de leurs effets sur l’enseignement. Les TIC pourraient même avoir un impact négatif, selon Liliane Lurçat, spécialiste de la psychologie de l’enfant, qui explique, dans une interview de 2009, comment l’utilisation de l’ordinateur peut  troubler l’apprentissage de l’écriture jusqu’à être responsable parfois de problèmes de dysgraphie, dus à l’abandon de la pédagogie systématique du geste…

Le rapport de l’Académie propose donc un avis plutôt positif sur la relation enfant/écran, justifié par une vision fataliste de l’envahissement des écrans dans la vie des enfants. Puisqu' »ils » sont là, autant essayer d’en réguler les utilisations !

Bibliographie