Archives du mot-clé mathématiques

Donner du sens à l’apprentissage des nombres et opérations?

Les 12 et 13 novembre 2015, le Conseil national de l’évaluation du système scolaire (CNESCO) et l’Institut français de l’éducation (IFÉ) ont organisé une conférence de consensus sur l’apprentissage des nombres et des opérations à l’école primaire. Parmi les questions posées aux experts, figure celle-ci : « quelles relations établir entre la résolution de problèmes et l’introduction des opérations et de leurs propriétés ? ». C’est E. Sander et J.-F. Richard qui ont été chargés de répondre à cette question. En tant que professeurs de psychologie (cognitive), ils ont expliqué l’importance des énoncés de problèmes dans le processus de compréhension de notions mathématiques abstraites, et du passage d’une « sémantique quotidienne » à une « sémantique mathématique ».
C’est dans ce contexte que s’inscrit la réalisation du Dossier de Veille de l’IFÉ du mois de novembre : réaliser une synthèse de travaux sur la résolution de problèmes mathématiques, à destination d’acteurs de l’enseignement primaire.
Après avoir listé les enjeux d’une vision institutionnelle de la résolution de problèmes, cet état de l’art tente une typologie de la notion de « résolution de problèmes » en mathématiques, avant de présenter divers travaux de recherche relatifs à la résolution de problèmes du point de vue opérationnel (techniques opératoires) ou cognitif pour aborder les processus, stratégies et contextes discutés.
Après le sens du nombre, il convient de donner du sens à la manipulation de données et aux techniques opératoires, sans certitude pour les enseignants du primaire de pouvoir privilégier une stratégie de résolution plutôt qu’une autre…

Référence :
Feyfant Annie (2015). La résolution de problèmes de mathématiques au primaire. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 105, novembre. Lyon : ENS de Lyon.

 

 

 

Apprendre le nombre et les opérations : pas simple…

Les 12 et 13 novembre dernier, la didactique et la psychologie faisaient consensus sur les difficultés à enseigner et apprendre le nombre et les opérations à l’école primaire, lors de la conférence CNESCO-IFÉ ENS de Lyon.
Le jury de cette conférence réuni autour de son président, Jacques Grégoire (docteur en psychologie et professeur à l’université catholique de Louvain), a travaillé toute la journée du samedi 14 novembre pour proposer des recommandations qui auraient du être présentées à la presse le 19 novembre, mais le seront ultérieurement, compte tenu des circonstances. Continuer la lecture de Apprendre le nombre et les opérations : pas simple… 

Au primaire, je compte, tu calcules, elle dénombre, nous résolvons…

Non les petits français ne sont pas tous nuls en maths et si la proportion d’élèves en indélicatesse avec les nombres et les opérations augmente, il n’est pas permis de dire que c’est inéluctable. Si les didacticiens (et les psychologues) peuvent nous faire découvrir que le nombre a un sens, que « grandeur » n’est pas synonyme de « quantité », ils nous montrent aussi que la progression des apprentissages mathématiques est un élément essentiel. Et comme pour la lecture et l’écriture (plus peut-être ?), le développement cognitif de l’enfant entre en jeu, de manière très prégnante. Comment les enseignants du premier degré s’en sortent-ils avec tout ça ? Pas simple pour des enseignants qui, pour une très large majorité, ont arrêté de fréquenter les maths après le bac et de s’y intéresser bien avant. Et cela ne concerne pas que les profs des écoles français mais la plupart des enseignants en Europe. Et qui dit enseignement dit pratiques enseignantes ; pour que celles-ci soient mieux adaptées à la diversité des élèves, on évoque inévitablement le contenu de la formation initiale, l’accompagnement des enseignants et leur développement professionnel en maths.

Les programmes évoluent pour le cycle 2 et le cycle 3, mais comment associer didactique, sociologie et psychologie, etc. pour que les maths ne soient plus objet de sélection et que l’on cesse de se dire « nul en maths » et de ne pas les aimer.

Pour appréhender, experts à l’appui, toutes les problématiques (ou presque) liées aux apprentissages des nombres et des opérations au primaire, une conférence de consensus est organisée les 12 et 13 novembre prochain par le CNESCO (Conseil national de l’évaluation du système scolaire).

En amont, le Dossier de Veille de l’IFÉ du mois de juin 2015 (n° 102) pose quelques jalons quant au contexte de la situation : des données évaluatives, nationales et internationales et une synthèse des travaux de recherche sur les pratiques enseignantes et sur l’environnement d’apprentissage des élèves. En attendant la conférence et ses multiples documents…

Appel à candidature pour la conférence de consensus sur les apprentissages des nombres et des opérations

L’appel à candidature pour devenir membre du jury de la conférence de consensus sur l’apprentissage des nombres et des opérations est ouvert : http://ife.ens-lyon.fr/enquetud/conf_nombres

En France, les acteurs de l’éducation, des décideurs aux enseignants, en passant par les parents, sont face au constat d’une diminution de la performance des élèves en mathématiques, à la fin de l’enseignement obligatoire. Depuis plusieurs années, les évaluations nationales et internationales alertent sur la proportion croissante d’élèves qui ne maîtrisent pas des compétences de base. En 2014, la DEPP (Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance) a publié plusieurs documents montrant qu’un jeune français sur dix, ayant participé à la Journée défense et citoyenneté, est en difficulté dans l’utilisation des mathématiques de la vie quotidienne (numératie) ; qu’entre 1997-1999 et 2011-2013, la bonne progression des acquis des élèves de CP ne s’observe plus à l’entrée en CE2 ; que les dernières évaluations CEDRE 2014 (Cycle des évaluations disciplinaires réalisées sur échantillons) montrent une grande hétérogénéité des résultats en fin de primaire et une augmentation des élèves en difficulté en fin de collège, confirmant ainsi les résultats de PISA 2012.

Les regards se tournent invariablement vers l’enseignement élémentaire pour interroger l’implication des apprentissages précoces en mathématiques.

La prochaine conférence de consensus du CNESCO, intitulée « Nombres et opérations : premiers apprentissages » (novembre 2015), est l’occasion de s’interroger sur les savoirs et savoir-faire dont l’apprentissage ou l’enseignement font apparaître des difficultés. Après avoir entendu des chercheurs issus de divers disciplines universitaires, des enseignants du primaire, des personnels d’encadrement, de futurs enseignants, ces interrogations se sont concrétisées en une série d’une dizaine de questions qui structureront la conférence et les travaux du jury dont seront issues des préconisations.

L’objectif général de la Conférence de consensus  est de chercher à dégager les points d’accord et ceux qui donnent lieu à désaccord(s) afin de faire ressortir les premiers et d’engager des voies de résolution des seconds. Les recommandations qui seront issues des travaux du jury visent à suggérer des modalités d’intervention afin de prévenir ou surmonter les difficultés des élèves et celles des enseignant(e)s et à améliorer les performances des élèves jusqu’à la fin de l’école élémentaire.