Archives du mot-clé littératie

PISA, TIMMS, PIRLS… et pourquoi PIAAC?

Qu’est-ce que PIAAC? C’est le programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes (programme for the international assessment of adult competencies) dont la première vague été réalisée en 2013. Il ne suffit pas de mesurer l’état des apprentissages à 15 ans (PISA), en maths et en sciences (TIMMS)  ou en litératie au CM2 (PIRLS), il faut aussi jauger de l’après formation initiale et évaluer l’état des connaissances et compétences d’une société « à l’ère du numérique ».
Une évaluation en ligne, accessible à tous les citoyens d’un pays participant à l’enquête devrait être disponible à la mi mars 20151  . Continuer la lecture de PISA, TIMMS, PIRLS… et pourquoi PIAAC? 

  1. pour l’instant, il faut être américain, espagnol,  japonais ou tchèque pour tester ses connaissances, ici []

La littératie : un objectif majeur au Québec

Le Conseil supérieur de l’éducation québécois est fortement mobilisé sur l’importance de développer les habiletés en littératie. Si les résultats de PIRLS (programme internationale de recherche en lecture scolaire) inquiètent particulièrement les français, ils chagrinent également les québécois. Le score moyen sur l’ensemble des pays de l’OCDE est de 538; celui des pays de l’Union européenne est de 534; celui de la France est de 520 (29ème rang); celui du Canada est de 548 (12ème rang), le Québec se situant au 21ème rang.

La Faculté d’éducation de l’université de Sherbrooke vient de lancer (le 13 décembre) un programme d’éveil à la lecture et à l’écriture pour les élèves du préscolaire fréquentant un système de garde scolaire. Expérimenté depuis trois ans dans 22 écoles en milieux défavorisés, ce dispositif propose des vidéos, « des fiches d’activités, des fiches d’interaction autour du livre », ainsi que divers outils d’accompagnement pour les éducatrices et éducateurs des SGMS (service de garde en milieu scolaire).

Les principaux objectifs de ce programme sont les suivants :

  • Augmenter le nombre d’heures de stimulation au monde de l’écrit chez les enfants;
  • Développer le plaisir autour des livres;
  • Développer leur sensibilité au schéma du récit;
  • Développer leur capacité à répondre à des questions de type microsélection, inférence et réaction au texte;
  • Développer l’interaction autour du livre;
  • Développer la motricité fine et la motricité globale;
  • Développer le vocabulaire.

Les premiers résultats montrent l’influence positive du programme sur les « processus de compréhension, l’engagement dans les activités de lecture et l’ouverture aux livres ».

Et puisque nous sommes à quelques jours de Noël, voici le lien vers les fiches autour du thème de Noël.

couverture livre

Sources :

Ecrire, pour quoi faire ?

« Ils ne savent plus écrire »… « et pourtant ils écrivent ». Le vocabulaire courant ainsi que les interrogations de divers médias disent toute la complexité de l’écrit : il peut s’agir de produire un signe graphique ou un énoncé de communication. On admet en tout cas aujourd’hui la complexité d’une activité qui concerne d’emblée toutes les dimensions de l’écrit, linguistiques mais aussi culturelles et sociales.

À l’heure où les exigences en littératies sont importantes au sein de sociétés dans lesquelles l’écrit ne peut plus se réduire à du stockage d’information ou de la transcription, qu’a-t-on à dire et comment y arrive-t-on ? Quels sont les obstacles à cet apprentissage et les travaux de remédiation à envisager ?

Le Dossier d’actualité Veille et Analyses numéro 62 du mois de mai 2011 rend compte, dans une perspective internationale, des travaux récents dans les différents champs de recherche  concernés par la production écrite.