Archives du mot-clé libre accès

Les téléchargements comme traces d’impact des recherches

Évaluera-t-on un jour les productions scientifiques en éducation en fonction de leur écho sur Internet ou du nombre de téléchargements des publications qui en sont issues ? La question apparaît aujourd’hui incongrue, mais demain ?

Le magazine Research Trends, qui émane de l’éditeur Elsevier, vient en effet de publier un article concernant l’utilisation du nombre de téléchargement d’articles comme indicateur alternatif (à la bibliométrie traditionnelle) de l’impact de la recherche et de l’échange de connaissances entre secteur privé et secteur universitaire (consultable en ligne). Il s’agit, dans cette étude, d’un focus sur  un rapport commandé par le ministère britannique concernant la performance de la recherche du Royaume Uni à l’aune d’un certain nombre de comparaisons internationales.

Au delà du cas d’espèce, assez éloigné de nos préoccupations, il est intéressant de constater la multiplication des études exploratoires visant, d’une part, à identifier des indicateurs d’impact social des recherches et, d’autre part, à mieux prendre en compte les traces multiples laissées par la circulation des productions scientifiques sur Internet. La recherche académique la plus « classique » est au centre de ces réflexions : il ne faut pas se cacher le fait que bien des gouvernements sont régulièrement à la recherche de moyens permettant de justifier des réduction ou des réorientations de crédits dans un contexte financier tendu.

Mais cela interpelle aussi la recherche dans des secteurs, comme l’éducation, dont une grande part de la légitimité provient de la contribution qu’ils sont censés apporter à l’amélioration des pratiques qu’ils étudient. On peut souhaiter qu’on n’invente pas d’indicateur chiffré de l’impact d’une recherche en éducation, artefact inévitablement monstrueux de tous points de vue. En la matière, on sait qu’un séminaire ou une formation qui rassemble les experts les plus pertinents sur une question, ou qu’un chercheur convaincant qui réussit à partager la table d’un futur ministre, sont deux façons parmi beaucoup d’autres d’impacter les pratiques et les politiques, dont on voit mal comment elles pourraient être objectivées dans quelque tableau de bord !

Ceci étant rappelé, dans la suite de nos réflexions sur les sciences en éducation et sur le passage de la recherche aux pratiques, on peut se demander dans quelle mesure il sera un jour possible d’identifier la circulation des concepts, des idées et des résultats de la recherche en recensant les traces laissées par les productions sur les différents supports que sont les plate-formes scientifiques, les portails éducatifs ou académiques, les blogs, les réseaux sociaux, etc.

Il est de ce point de vue amusant de jeter un oeil aux indicateurs de téléchargement de nos dossiers de veille sur les pages hébergés par notre site institutionnel, telles que les restituent les statistiques réalisées par l’outil bien connu AWStats. Même si l’on ne sait rien ou pas grand chose de la lecture qui en est faite (ou non), le téléchargement d’un fichier PDF d’une vingtaine de pages n’est pas un acte totalement anodin.

Sur la période qui correspond presque aux deux premiers mois de l’année 2014, on constate par exemple que le dossier sur les neurosciences et l’éducation est encore téléchargé plus de 8000 fois alors qu’il était déjà le dossier le plus consulté en 2013, dépassant au total les 30000 téléchargements !  Ici, le sujet, scientifiquement mais aussi politiquement assez « chaud » suscite visiblement un intérêt qui dépasse largement le cercle habituel de nos lecteurs.

Derrière, on trouve le dossier sur la façon dont la recherche fait ses preuves en éducation (9500 téléchargements) publié en janvier 2014, le dossier  sur le lycée, à la croisée de tous les parcours, sorti juste avant le début des congés scolaires de Noël 2013 (3300 téléchargements) ou un plus vieux dossier sur les effets de l’éducation familiale toujours très consulté plus de deux ans après sa publication (5300).

En étant conscients des limites inhérentes à ce genre d’outils, les chiffres donnent des indications sur la circulation de nos dossiers, sur la popularité relative de certains thèmes et sur l’étendue de la diffusion qu’on peut présumer de la diffusion de ces dossiers, sans forcément prétendre en inférer des indicateurs de qualité du travail réalisé.

Constater  qu’un dossier sur la décentralisation dans l’éducation est largement moins téléchargé qu’un dossier sur les compétences ne dit pas grand chose sur la qualité relative du dossier rédigé, mais beaucoup sur la différence de populations intéressées par la thématique : on peut par exemple imaginer qu’il y a plus d’enseignants concernés par l’enseignement par compétences, que d’éducateurs disposés à lire 23 pages sur les relations entre l’éducation et les collectivités locales !

Il serait intéressant de recouper ces chiffres avec d’autres sites qui s’adressent prioritairement aux professionnels de l’éducation, dont il faut rappeler qu’ils sont plus d’un million en France, rien que dans le périmètre de l’éducation nationale (nombre officiel de personnels du ministère), ce qui incite à la modestie…

Annexe : quelques statistiques sur l’année civile 2013

Numéro Mois de publication Titre Téléchargements
 86  sept.2013  Neurosciences et éducation : la guerre des cerveaux  23 267
 79 nov. 2012  Pédagogie + Numérique = Apprentissages 2.0
14 967
 84  mai 2013  Le décrochage scolaire : diversité des approches, diversité des dispositifs 13 414
 63  juin 2011  Les effets de l’éducation familiale sur la réussite scolaire  13 163
 82 févr. 2013  Des projets pour mieux apprendre ? 12 533
 76  juin 2012  Le défi de l’évaluation des compétences 7 351
 81  janv. 2013  Aux frontières de l’École ou la pluralité des temps éducatifs  6 489
 83  avr. 2013  Décentralisation et politique éducative  6 297
 68  nov. 2011  Regards d’aujourd’hui sur l’enfance  5 561

Pourquoi vous ne trouvez pas les dossiers de veille scientifique sur HAL SHS

Ceux qui ont l’habitude d’utiliser les archives ouvertes HAL SHS auront remarqué qu’on y trouve rarement les dossiers de veille produits par les personnes qui écrivent dans ce blog. Cela ne provient pas d’une négligence ou d’un manque d’intérêt de notre part, mais bien d’un blocage systématique des administrateurs d’HAL SHS.

Dès le lancement de la cellule de veille scientifique scientifique à l’INRP en 2003,  ses animateurs ont pourtant souhaité promouvoir l’accès et la diffusion la plus large à leurs productions. Dans ce cadre, ils ont dés le début choisi de privilégier une diffusion électronique et libre des revues de littérature récente en éducation (1), travaux qui sont devenus une production largement connue et utilisée dans le monde de la recherche en éducation.

Cette volonté de privilégier une diffusion « ouverte » aurait naturellement dû rencontrer HAL SHS, qui se présente comme « une bibliothèque numérique recevant et diffusant les productions intellectuelles de la Recherche dans les disciplines des SHS« .  C’est pourquoi des membres de la veille ont souhaité, dès 2006, insérer les dossiers de veille dans HAL SHS afin de bénéficier d’un archivage pérenne de ces productions, au delà des aléas institutionnels (rappelons ici que l’INRP a d’ailleurs été ensuite dissous en 2010…).

Hélas, après avoir enregistré les premiers dépôts en 2007 et 2008, HAL SHS s’est mis à refuser les dossiers d’actualité pour des raisons de forme plus moins argumentées (sachant que les modérateurs de HAL ne sont pas tenus de justifier leur refus). C’est pourquoi on ne trouve dans HAL qu’environ huit dossiers d’actualité, soumis avant la mise en place de la politique de refus systématique ou intégrés malgré tout en fonction de critères mystérieux.

En revanche, les autres productions (articles, communications, chapitres d’ouvrage…) des mêmes personnes sont acceptées sans aucun problème du moment qu’elles ressemblent aux productions routinières du monde académique.

Je me retrouve par exemple dans la situation d’avoir dans HAL SHS un certain nombre de productions  mineures (tout du moins compte-tenu du travail qu’elles ont nécessité), sans pouvoir y laisser certains dossiers majeurs sur lesquels je suis en permanence sollicité ! Raison pour laquelle, dorénavant, par souci de cohérence, je ne déposerai plus aucune publication dans HAL SHS. Ingénieur de recherche de statut, je n’ai pas d’enjeu de carrière lié à ma quantité de productions et ne voit donc vraiment pas l’intérêt de tronçonner mes productions dans HAL SHS (on les trouve facilement par ailleurs dans Google Scholar, sur ma page personnelle voire sur Academia.edu).

Quels sont donc les motifs invoqués pour refuser nos dossiers ?

Les raisons, telles qu’elles ont été exprimées (soit par oral, soit par courriel) tiennent en général dans l’idée suivante : puisque le critère de soumission à HAL SHS est un niveau scientifique attendu comparable à une « publication soumise dans une revue à Comité de lecture« , la forme des dossiers d’actualité s’éloigne trop des canons habituels des productions scientifiques. Donc, sans se permettre de juger « sur le fond », HAL rejette les dossiers à cause de la « forme ».

On pourrait comprendre cette contrainte, si tant est qu’elle soit une règle à portée un peu générale. Or, il suffit de parcourir, même distraitement, HAL SHS pour se rendre compte qu’on y trouve :

  • des articles de blog
  • des rapports d’institutions
  • des articles de vulgarisation
  • des articles de revue sans comité de lecture (revues militantes, d’organisation, d’institution, etc.)
  • des documents institutionnels (lettres ou notes ministérielles par exemple)
  • des documents de travail
  • des interviews journalistiques
  • etc.

Autrement dit, l’argument de la forme ne semble pas s’appliquer à tous avec la même rigueur !

D’autant plus que HAL SHS s’est permis de répondre à une collègue que « les notes de synthèse ne font pas partie des types de document acceptés dans HAL« , ce qui, si l’argument était véritable, poserait un vrai problème de fond  puisqu’il reviendrait à exclure un type de travail scientifique hautement valorisé partout ailleurs dans le monde !

N’y aurait-il pas, en fait, un autre problème derrière les prétextes formels, à savoir celui du statut d’une structure comme la veille de l’Institut français d’éducation, à l’interface entre la recherche et le système éducatif ? On peut  se demander si tout n’aurait pas été plus simple si nous avions pu nous réclamer d’une équipe de recherche labellisée ou si nous avions un statut officiel de chercheurs ou d’enseignants-chercheurs !

Dans le monde académique, beaucoup de choses fonctionnent sur une présomption élémentaire : est réputée être de la recherche la production d’un chercheur ou d’une équipe de recherche.
C’est compréhensible pour fonctionner au quotidien sans avoir à refaire sans cesse la preuve de ses compétences scientifiques, censées avoir été prouvées lors du recrutement ou de l’évaluation de son équipe.
Mais voilà : il se trouve que dans un domaine comme l’éducation, les productions qui ont du sens naissent aussi de lieux hétérogènes où se croisent les chercheurs statutaires, les auxiliaires de la recherche (ingénieurs de tous ordres) et les praticiens de l’éducation que sont les enseignants et les cadres de l’éducation.
Ces productions ont parfois plus de sens que certaines recherches scientifiques menées dans les laboratoires…et qui y restent car elles supportent mal l’épreuve du terrain !

Dans le monde de la recherche française, la priorité est au contraire trop souvent d’identifier les canaux institutionnels « légitimes » de la recherche qui évitent, surtout, de se poser des questions dérangeantes sur les contenus.
On l’a très bien vu lors des débats sur l’évaluation de la recherche et quand on examine la façon dont sont « comptées » les publications censées être scientifiques.
On le voit encore quand on constate que les monographies (livres) ou les communications de colloque sont présumées être déjà passées par le filtre d’une sélection scientifique, alors même que dans beaucoup de collections et de colloques, le filtre est plus que léger.

Mais, même dans le monde académique, il vaut sans doute mieux un ordre injuste que pas d’ordre du tout….

(1) Ces revues de littérature ont rapidement été nommées « lettres » puis « dossiers d’actualité », pour marquer la spécificité de ces productions par rapport à certaines notes de synthèses comme on en trouve par exemple dans la Revue française de pédagogie.

Publication en libre accès : ce qu’en pensent les chercheurs

Les publications en libre accès font partie des sujets qui nous intéressent. Nous avons publié plusieurs articles sur ce blog, dès 2005 avec deux articles de Laure Endrizzi (HAL-SHS : un nouveau pas vers l’open access
& Bibliographies sur l’édition scientifique et l’open access), et plus récemment avec la présentation d’une nouvelle rubrique concernant les revues sur le web (2010) ou encore cet article de présentation des revues en libre accès (2009).

Je viens de découvrir un article rédigé par une chercheuse grecque, Roxana Theodorou (Ionian University ), qui s’est intéressée aux publications en libre accès et à ce qu’en pensent les chercheurs : « OA Repositories: the Researchers’ Point of View ». Sa thèse est intitulée « Academic Electronic Publishing: Open Access to Scientific Information ». Voici le résumé de l’article :

« Le libre accès commence à grandir en popularité ces dernières années. Preuves à l’appui le nombre croissant de revues scientifiques dont l’accès est rendu libre pour les lecteurs et le nombre croissant d’institutions mettant en place des dépôts/archives ouvertes permettant d’accueillir [notamment] les publications en libre accès de leurs académiques. Il semble qu’une partie de la communauté scientifique soit favorable à ces principes de mise en libre accès des résultats de la recherche financée sur fonds publics. Mais une série de questions sont à poser: est-ce que les chercheurs utilisent souvent ou pas ces ressources en tant que lecteurs? est-ce qu’ils publient souvent ou pas dans des revues en libre accès? est-ce qu’ils déposent régulièrement ou pas leurs publications dans le dépôt/archives de leur institution? Ont-ils confiance dans ces revues et ces dépôts? Préfèreraient-ils que les dépôts soient plus sélectifs? Bien qu’aujourd’hui à peu près 10-15% des revues scientifiques évaluées par les pairs soient en libre accès et malgré les déclarations incitant les institutions à développer des dépôts/archives ouvertes, il reste énormément de chemin encore à parcourir, particulièrement en ce qui concerne les dépôts. Cet article présente les résultats d’une étude qui tente à déterminer pourquoi le niveau de pénétration du libre accès, et plus spécifiquement des dépôts/archives, est si lent. »

Il est possible de lire les conclusions de l’article en français sur le site pintiniblog dont voici quelques extraits :

« La plupart des participants à cette étude ont à un moment ou à un autre utilisé des publications en libre accès en tant que lecteurs, bien que tous ne leur accordent pas la même confiance qu’ils donnent aux revues traditionnelles souscrites par abonnement. Bien sûr, ces dernières sont là depuis fort longtemps et ont réussi à établir une solide réputation. Même parmi ceux qui déclarent avoir confiance dans l’édition en libre accès, moins de la moitié a effectivement publié dans des revues en libre accès. »

« Les dépôts/archives en libre accès ont certainement une meilleure assise aujourd’hui que lors des deux décennies précédentes, mais du chemin reste à faire pour garantir davantage encore la qualité des informations. »

**************

Theodorou, Roxana. OA Repositories: the Researchers’ Point of View. Journal of Electronic Publishing 13, 2010. <http://hdl.handle.net/2027/spo.3336451.0013.304>.

 

 

Nouvelle rubrique sur le site de la VST : revues sur le web

Le site de la VST s’enrichit d’une nouvelle rubrique qui concerne les revues sur le web (aux niveaux français, européen et international) qui sont en accès libre ou en consultation gratuite et qui traitent d’éducation.

Vous y retrouverez certaines revues dont nous mentionnons déjà les sommaires, ainsi que d’autres. La base va s’enrichir dans les semaines et les mois à venir. Ne sont retenues que les revues à caractère scientifique qui remplissent un des critères suivants :

  • revues en libre accès (open access) au sens donné par l’initiative de Budapest en 2002 (voir cet article publié sur notre blog) ;
  • revues en accès gratuit, sans pour autant que les licences des articles soient des licences libres. Seule la consultation est autorisée ;
  • revues en accès gratuit avec une barrière mobile variable selon les politiques des revues.  Cette barrière mobile peut être de 18 mois à plusieurs années. Les numéros les plus récents sont payants ou ne sont pas mis en ligne (dans le cas d’une version papier de la revue).

N’hésitez pas à donner votre sentiment sur cette nouvelle rubrique, soit en laissant des commentaires sous cet article, soit en nous contactant par mail.

Evolution du droit d’auteur

Historique

Le droit d’auteur tel qu’il est connu en France n’est pas une nouveauté, il s’inscrit dans une histoire qui remonte au début du XVIIIe siècle, afin de sanctionner les contrefaçons des œuvres écrites. Le siècle des Lumières a placé l’auteur sur un piédestal, ouvrant ainsi la voie aux premières lois après la Révolution. D’après Foucaud (mentionné par Caron, 2006), le droit d’auteur servait au départ essentiellement à surveiller et censurer les auteurs. Sa fonction de protection civile est alors secondaire.

C’est la Révolution Française qui l’a modernisé et lui a donné son importance, qui a perdurée jusqu’à il y a peu, avec les lois de 1791 et de 1793 sur le droit de représentations et le droit de reproduction. Il continue de se construire au fil du temps jusqu’à la fin de la Ve république. Le 11 mars 1957 est votée une loi qui vient confirmer ce qui se faisait jusqu’alors. Pour Maître Eolas, le droit d’auteur est né pour protéger les auteurs des éditeurs.

Ce droit d’auteur évolue considérablement avec la loi du 3 juillet 1985 qui est une loi de rupture : elle élargit le champ d’application du droit d’auteur, intègre entre autres les brevets des logiciels et les droits voisins. L’arrivée d’Internet vient bouleverser l’équilibre existant. Continuer la lecture de Evolution du droit d’auteur 

A propos des revues en « libre accès »

Lors de la formation que nous avons proposée en début de mois, plusieurs aspects de la recherche en éducation ont été abordés. Voici un résumé de ce qui a été dit concernant les revues en « open access ». Le terme correspondant en français est « libre accès ». Il s’agissait de présenter les ressources scientifiques en accès libre.

Définitions

Il faut tout d’abord bien s’entendre sur la définition de l’open access. Il faut remonter à 2002 pour en avoir une définition stabilisée, qui a été élaborée à l’occasion de l’Initiative de Budapest pour l’Accès Ouvert (Budapest Open Acces Initiative – BOAI) qui est reprise sur le site de l’INIST dédié à l’Open Access :

« par « accès libre » à cette littérature, nous entendons sa mise à disposition gratuite sur l’Internet public, permettant à tout un chacun de lire, télécharger, copier, transmettre, imprimer, chercher ou faire un lien vers le texte intégral de ces articles, les disséquer pour les indexer, s’en servir de données pour un logiciel, ou s’en servir à toute autre fin légale, sans barrière financière, légale ou technique autre que celles indissociables de l’accès et l’utilisation d’Internet. La seule contrainte sur la reproduction et la distribution, et le seul rôle du copyright dans ce domaine devrait être de garantir aux auteurs un contrôle sur l’intégrité de leurs travaux et le droit à être correctement reconnus et cités. »

La définition qui est donnée d’une revue en libre accès, sur le même site, est la suivante :

« une revue en libre accès se dit d’une revue, nouvelle ou existante, qui répond aux exigences de qualité des articles par la présence d’un comité de lecture mais qui a un mode de financement permettant une diffusion aussi large que possible sans restriction d’accès et d’utilisation ».

Le concept de « libre accès » n’est pas né ex-nihilo en 2002 mais il s’inscrit dans un contexte qui l’a rendu incontournable. Il faut rappeler que dans les années 90, le coût des publications papiers a nettement augmenté alors que dans le même temps l’usage d’Internet s’est répandu un peu partout dans la société, à commencer au sein des chercheurs, permettant de diffuser plus largement et plus facilement des contenus. En 2001, la Public Library of Science publie une lettre ouverte en faveur du libre accès, ouvrant la voie au BOAI quelques mois plus tard. Continuer la lecture de A propos des revues en « libre accès »