Archives du mot-clé lecture

Conférence de consensus sur la lecture : retour sur plusieurs mois de travail

Les recommandations finales du jury de la conférence de consensus sur la lecture organisée par l’IFÉ et le CNESCO ont été rendues publiques hier jeudi 7 avril.

Nul doute qu’elles constitueront une référence difficile à contourner, car elles s’appuient sur les expertises et des états des savoirs internationaux produits par des spécialistes reconnus dans la plupart des disciplines susceptibles d’éclairer les processus du « lire, apprendre et comprendre » : sciences de l’éducation, psychologie cognitive, didactique du français, sciences du langage, sociologie…

Le jury a aussi pris en compte les savoirs  issus de la pratique pour mettre les recommandations en contexte dans le système éducatif français, en mobilisant ses propres expériences puisque ses différents membres représentaient une grande partie des acteurs et des parties prenantes de l’éducation : enseignants de différents niveaux et de différences champs disciplinaire, chefs d’établissements, conseillers pédagogiques et inspecteurs, parents d’élèves,  intervenants sur les questions d’illettrisme, de lecture numérique, de ressources éducatives…

Le jury au travail à Lyon
Réunion du jury

Ces recommandations concluent un long travail entamé à l’automne dernier, marqué  par la définition de la problématique sous la présidence d’Olivier Dezutter, la sélection d’un jury d’une vingtaine de praticiens, l’identification et la sollicitation d’une quinzaine d’experts, la production des contributions des experts, l’organisation de deux journées de formation des membres du jury par l’IFÉ, la tenue de deux journées publiques à l’ENS de Lyon et enfin le travail de rédaction des recommandations par le jury sous la présidence de Jean-Emile Gombert.

CdqOU_AW0AAAjSaL’ensemble des interventions des deux journées publiques ont été filmées et sont disponibles en ligne.

Lors des journées de formation du jury, des mini-synthèses ont notamment été produites par des chargés d’étude et de recherche de l’IFÉ, que nous mettons aujourd’hui à disposition de tous :

 

Conférence de consensus sur la lecture : le programme est paru

La troisième conférence de consensus organisée par le CNESCO et l’IFÉ porte sur le thème de la lecture. Son titre officiel « Lire, apprendre, comprendre : comment enseigner la lecture tout au long de la scolarité ? ».  Le jury a été constitué et  s’est mis au travail le 30 janvier dernier. Le déroulé des deux journées publiques, qui se dérouleront à l’ENS de Lyon, les 16 et 17 mars 2016,  vient d’être publié : téléchargez ici le programme de la conférence.

Les inscriptions sont ouvertes : n’attendez pas pour réserver votre place !

La conférence a pour objectif de faire le point sur les acquis des élèves en lecture, d’identifier les pratiques enseignantes susceptibles de mieux former les élèves à la lecture, de repérer les difficultés pour mieux les traiter, de prendre en compte l’apport et le rôle de la lecture à favoriser dans l’ensemble des disciplines scolaires mais aussi de prendre en compte les enjeux de la lecture au delà de l’école et en tenant compte des nouveaux éléments apportés par le développement des pratiques numériques.

IMG_20160130_143205
Première séance de travail du jury (30 janvier 2016)

Elle vise ainsi à repartir des acquis de la conférence de consensus de 2003 sur le même thème, pour élargir les conclusions de l’époque sur de nouvelles perspectives et en prenant mieux en compte la questions des pratiques éducatives et de leur continuité.

La conférence est présidée par Olivier Dezutter, didacticien du français actuellement en poste à l’université de Sherbrooke (Canada), pendant que le jury est présidé par Jean-Emile Gombert, psychologue de l’université de Rennes 2, dont il a été Président.

A l’image de cette double présidence, les experts mobilisés pour cette conférence sont issus de plusieurs courants de recherche et  disciplines universitaires (psychologie cognitive, sciences de l’éducation, didactique, sciences du langage, sociologie, etc.) de nature à permettre des points de vue diversifiés et pluralistes.

Conférence de consensus sur la lecture : l’appel à candidatures pour le jury est lancé

La conférence de consensus sur la lecture organisée par le CNESCO et l’IFÉ se déroulera à l’ENS de Lyon, les 16 et 17 mars 2016.

Après la conférence de consensus organisée en 2003, qui était centrée sur les premiers apprentissages de la lecture, cette conférence visera à faire le point sur les savoirs  qui permettent de réfléchir aux manières de soutenir le développement continu de la compétence de lecture aux différentes étapes de la scolarité obligatoire, en tenant compte des types et genres de textes à lire dans les différentes disciplines scolaires mais aussi de l’évolution et de la diversification des  environnements et des supports de lecture à l’ère numérique.

Elle mobilisera pour cela des expertises issues de différentes disciplines (sciences de l’éducation, psychologie cognitive, didactique, sociologie, sciences du langage…) afin de produire des recommandations pertinentes pour tous ceux qui sont engagés dans des activités professionnelles visant à favoriser les pratiques de lecture : enseignants de la maternelle au lycée, parents, bibliothécaires, documentalistes et  intervenants du milieu culturel.

Comme pour les autres conférences, un jury représentatif des différentes parties prenantes sur cette thématique éducative sera constitué. Il aura pour rôle de produire ces recommandations après avoir lu différentes synthèses et auditionné les experts mobilisés.

Que vous soyez parent, enseignant ou personnel de l’encadrement éducatif, vous pouvez faire acte de candidature jusqu’à début janvier  en renseignant le formulaire en ligne : http://ife.ens-lyon.fr/enquetud/index.php?sid=12371

La conférence est placée sous la présidence d’Olivier Dezutter, professeur à l’université de Sherbrooke (Canada), qui assure le pilotage scientifique. Le jury sera lui présidé par Jean-Emile Gombert, professeur à l’université de Rennes 2 .

Les républicano-mythes sur l’école

Pascal Bouchard, entre autres animateur du site d’information Tout Educ, a publié cet été un ouvrage remarqué dont le titre provocateur et paradoxal, « je hais les pédagogues« , vise en fait à critiquer cette guerre des religions qui oppose « républicains » et « pédagogues » concernant la question scolaire. L’auteur étant particulièrement expérimenté et documenté sur ces questions, la lecture de son essai s’avère, sans surprise, enrichissante et stimulante.

Il met notamment le doigt sur le fait que ce n’est pas avec les arguments de la raison qu’on peut raisonnablement discuter les thèses que font circuler les divers anti-pédagogues (sont cités Natacha Polony, Jean-Paul Brighelli, Charles Coutel, Jean-Robert Pitte, Sophie Coignard, Natahalie Bulle, Alain Finkielkraut, Jacques Muglioni), pour la bonne raison que ces gens là défendent la foi en une civilisation et une culture dont aucune école ne pourra jamais être digne. Leur livre de référence ultime est la crise de la culture d’Hannah Arendt et en ce qui concerne l’école, pour paraphraser Victor Serge, il est « minuit dans le siècle »  depuis déjà au moins 40 ans ! En face, les pédagogues,  bien peu nombreux (un Mérieu par ici, un Dubet par là…) alors même qu’ils sont censés avoir submergé nos classes et nos salles de profs, peinent à se faire entendre face aux discours eschatologiques qui dénoncent la fin de l’École et celle de la République.

Il faut lire les quelques lignes de Pascal Bouchard dans lesquelles il démonte placidement les mythes républicanistes sur l’école, propagés bien sûr par quelques polémistes professionnels mais aussi par certains universitaires. Dans leur défense d’un idéal culturel transcendant, ces derniers n’hésitent en effet pas à convoquer leur autorité académique pour proférer un certain nombre de propos qui ont peu à voir avec la science revendiquée et proclamée. C’est ainsi qu’on se retrouve , comme N. Bulle, à convoquer Vygotsky contre Piaget ou à invoquer tout et son contraire pour affirmer qu’on lit mal les résultats de PISA, car il faut absolument combattre l’idée que les bons résultats de la Finlande pourrait plaider pour le modèle d’une école commune.

Pour finir sur une note plus divertissante, voici un extrait, à propos d’un argument de J. Muglioni, où P. Bouchard montre combien dans ces débats on use abusivement de certains termes, comme arguments d’autorité:

« École vient, affirme-t-il, du grec skholé, qui signifie « le loisir ». L’École serait donc ce lieu merveilleux où nous aurions le « loisir » de l’étude, le temps de penser, sans aucun souci d’efficacité économique, sans céder au moindre utilitarisme. Qu’on mit en relation le budget de l’éducation national et le rendement de l’école, son efficacité sociale, lui paraissait d’ailleurs la chose la plus imbécile du monde. L’école n’a pas à se justifier. Elle est hors des raisons et des causes, elle est skholé. Problème, les grecs du temps de Socrate et de Platon n’avaient pas obtenu la 5° semaine de congés payés, ni même la première. (…) ils n’avaient pas non plus inventé le monachisme et ces lieux tranquilles où se retirer du monde, loins des vanités du siècle. Lorsque le citoyen, qui était par définition un homme riche, prenait des skholé, du loisir, ce n’était pas pour farniente sur le sable de Marathon ni pour méditer sur les vérités éternelles. Il mettait entre parenthèses sa citoyenneté, il ne participait plus aux débats du l’agora, il avait enfin le temps de vendre son huile, d’acheter des esclaves, de surveiller le travail dans les mines d’argent et d’affréter des navires de commerce. L’École, si elle était Skholé, serait donc exactement le contraire de ce que Muglioni aurait voulu qu’elle fût, elle serait le temps des affaires et du profit. » (p. 33).

 

Débat autour de la dyslexie et du concept de « norme biologique de la lecture »

Il peut être intéressant ici d’adopter un point de vue sociologique de ce trouble de la dyslexie, très cadré par les politiques éducatives actuelles et pris en charge par les professionnels de santé. Woollven (2011) précise ainsi, dans la Revue internationale de politique comparée, que « le repérage et la prise en charge de la dyslexie se situent donc au croisement de la pédagogie et de la pathologie, prenant différentes formes selon les contextes : une approche diagnostique et rééducative en France, une approche évaluative et remédiative au Royaume-Uni ». Elle évoque une « norme biologique de la lecture », qui légitime les approches cognitivistes et neurologiques dans le domaine de la lecture (référence notamment aux experts du rapport de l’INSERM de 2007), au détriment des approches pédagogiques et sociales. Ramus (2005) précise quant à lui qu’il existe souvent une confusion entre la dyslexie et les difficultés de lecture, l’origine biologique (c’est-à-dire génétique et neurologique) de la première étant scientifiquement étayée, les deuxièmes dépendant des conditions sociales et pédagogiques. Mais une origine biologique n’implique pas pour lui une prise en charge seulement médicalisée, puisque des stratégies de remédiation appliquées par les enseignants et les orthophonistes ensemble peuvent améliorer le quotidien des dyslexiques (voir le site personnel de Ramus qui recense les différents points de vue de ce débat sur la dyslexie).

 

Cet article de blog est un développement du Dossier d’actualité Veille & Analyses IFÉ n° 86 (septembre 2013) : « Neurosciences et éducation : la bataille des cerveaux ». Vous trouverez la liste des articles de blog associés à ce Dossier sur la page de présentation et les références correspondantes regroupées dans notre bibliographie collaborative qui comprend les références complètes et les accès éventuels aux articles cités (libres ou payants selon les abonnements électroniques de votre institution).

Le point de vue de l’Inspection générale sur deux expérimentations

Un récent rapport de l’Inspection générale de l’Éducation nationale (« Évaluation de la mise en œuvre, du fonctionnement et des résultats des dispositifs “PARLER” et “ROLL” », Bouysse & Pétreau, 2012) interroge et met en garde contre l’utilisation de la classe comme laboratoire de recherche, en prenant comme exemple deux expérimentations conduites en lecture à l’école primaire, depuis 2005 sous diverses formes pour la première (« Parler, apprendre, réfléchir, lire ensemble pour réussir », voir également Bressoux & Zorman, 2009) et depuis 2010 pour la seconde, le « Réseau des observatoires locaux de la lecture ». Ces expérimentations utilisent une méthode dite « scientifique » et se basent entre autres sur les résultats du « National Reading Panel ».

L’Inspection générale constate notamment le décalage entre cet entraînement à la lecture et le programme à appliquer, une différentiation de l’enseignement non adaptée à l’élève car limitée à un seul dispositif pour tous et dont seul le rythme change, une évaluation prévue mais sans description précise des pratiques réellement mises en œuvre, de fortes contraintes organisationnelles, la limitation d’un des dispositifs aux seuls élèves en difficulté. La conclusion du rapport déplore le manque de débat autour des expérimentations avant leur mise en place et l’absence de réflexion sur les conséquences en cas d’échec : « les élèves ne peuvent être réduits à un statut de “cobayes” sur lesquels on exerce une action pour en voir les effets. […] Au terme de cette étude, il apparaît que notre ministère gagnerait à engager une réflexion sur ce que l’on pourrait nommer une “éthique des expérimentations” ».

 

Cet article de blog est un développement du Dossier d’actualité Veille & Analyses IFÉ n° 86 (septembre 2013) : « Neurosciences et éducation : la bataille des cerveaux ». Vous trouverez la liste des articles de blog associés à ce Dossier sur la page de présentation et les références correspondantes regroupées dans notre bibliographie collaborative qui comprend les références complètes et les accès éventuels aux articles cités (libres ou payants selon les abonnements électroniques de votre institution).

Un drôle de dossier de FranceTV éducation sur les pédagogistes…

FranceTVéducation, la chaîne éducative de France Télévision, a choisi de consacrer un dossier consistant de la partie « accompagner » de son site à des « débats pédagogiques ». Louable intention, si tant est que les rédacteurs s’efforcent de diversifier leurs sources. A ce jour en effet, l’espace contient un dossier consacré à la « place de l’école dans la société« , écrit par Phlippe Raynaud (politiste actuellement enseignant à l’université Paris 2) et surtout un dossier qui se veut consacré aux débat entre « pédagogues » et « républicains », dont le contenu, à l’image du titre (« Républicains contre pédagogistes : décryptage du débat pédagogique« ), permet de fermer le débat sans plus de formalités.

Il faut dire que confier, sur ce sujet, un dossier à Nathalie Bulle, revient à demander à Claude Allègre d’arbitrer un débat sur le réchauffement de la planète ! Un coup d’oeil à la bibliographie (effectivement « sommaire », comme il est précisé) et sur la sitographie suffit à comprendre, avec une dizaine de sites implicitement présentés comme pro « républicains », dont le blog de Jean-Paul Brighelli ou Nathacha Polony, chercheurs bien connus sur l’éducation, et de l’autre côté deux sites représentants des pédagogistes, les Cahiers pédagogiques et le Café pédagogique, ce qui traduit surtout un méconnaissance des courants et débats actuels.

 

A propos de la lecture à l’écran…

A l’occasion de colloques consacrés aux tablettes numériques à l’école (Ecritech à Nice les 5 & 6 avril 2012 et usages pédagogiques des tablettes au CRDP Grenoble le 25 avril), j’ai pu assister à deux conférences sur la question de la lecture à l’écran, une faite par Thierry Baccino  à Nice le 5 avril  (visible ici) et une autre à Grenoble le 25 avril  par Véronique Drai-Zerbid. Ces deux personnes travaillent d’ailleurs dans le même laboratoire de psychologie cognitive de l’Université de Paris VIII.

En tant que veilleurs en éducation au sein de l’IFE, la question de la lecture à l’écran nous est familière et nous sommes confrontés à des difficultés particulières lorsqu’il s’agit de lire des articles en ligne, parfois fort longs, et que nous devons les synthétiser afin d’en extraire la substantifique moelle pour nos dossiers d’actualité. C’est donc avec intérêt que j’ai suivi ces deux conférences.

Je sais de manière empirique que lire un texte dans le détail n’est pas chose facile à l’écran. J’utilise des outils numériques, comme Mendeley, qui permettent de manier les documents au format pdf, de les annoter, les classer, etc. Mais il arrive souvent que je doive imprimer ledit document pour mieux le travailler et le lire en profondeur. C’est cependant moins vrai depuis que j’utilise une tablette pour mon activité professionnelle : la lecture des pdf et leur manipulation est rendue plus aisée et plus intuitive, comme si on était à mi-chemin entre l’écran de l’ordinateur et le format imprimé.

J’ai eu confirmation lors de ces conférences que nous n’avions pas le même type de lecture à l’écran que sur papier (livre, revue, impression, etc.). Mais l’arrivée des tablettes comme nouveau support de lecture vient compliquer la donne. Hormis celle de Straker et al. de 2008 qui semble faire date, peu d’études ont eu lieu sur l’ergonomie des tablettes. Lire sur une tablette s’apparente davantage à la lecture sur livre ou revue : le support est horizontal (si on est assis à un bureau) et nous sommes penchés au-dessus. Par contre, la tablette offre plus  de mobilité et de liberté pour choisir sa position. La posture devant un écran d’ordinateur est la plus neutre en terme d’ergonomie, si l’écran n’est pas surélevé.

Les processus cognitifs à l’œuvre sur une tablette et un smartphone sont sensiblement les mêmes, du fait de la similarité entre les environnements et les métaphores graphiques utilisées (la bibliothèque pour trouver les ouvrages par exemple). Mais la multiplicité des supports a pour conséquence des présentations différentes de l’information : sous forme de mosaïque, de graphique, de schéma, etc.). Toutes ces représentations ne sont pas cognitivement valables, ou du moins pas de la même façon.

Revenons-en aux différences entre la lecture sur papier et la lecture sur écran. La première est plus adaptée à une lecture linéaire en profondeur alors que la seconde l’est davantage pour une lecture d’écrémage (repérage rapide de l’information). L’outil utilisé a donc une incidence sur la tâche réalisée, et inversement. La vitesse de lecture diminue selon le type de lecture que l’on fait : de 600 mots / minute pour balayer rapidement le texte à 138 mots / minutes pour une mémorisation. Entre ces deux extrêmes se trouvent la lecture d’écrémage, la lecture « normale » et la lecture à des fins d’apprentissage.

D’autres différences sont notables :

  • Éclairage : la tablette comporte un écran rétro-éclairé qui peut être source de fatigue oculaire.
  • Présentation : un livre offre une présentation statique (de page à page) alors que la présentation à l’écran est plus dynamique (scrolling).
  • Lecture : elle est plus linéaire sur un livre alors que l’hypertextualité permet une navigation non-linéaire à l’écran.
  • Information : il y a une multimodalité inhérente à la présentation de l’information sur écran avec la possibilité d’insérer de l’image, du son, de la vidéo et des animations. Cette multimodalité peut être positive pour les apprentissages comme elle peut être négative.

Ce qui est certain, c’est que l’empan visuel diminue sur un écran : pour lire, il faut jusqu’à 25% de fixations supplémentaires par rapport à un support papier, ce qui ajoute aussi à la fatigue oculaire. Le scrolling peut aussi être source de gène car il créé de l’instabilité spatiale, ce qui affecte directement la mémoire spatiale, pourtant importante dans la recherche d’information. La lecture à l’écran n’est pas propice à une lecture attentive et profonde. Elle peut être gênée par des facteurs de bas niveau (couleurs, traits, contraste) ou de haut niveau (tâche, connaissance préalable, etc.). La question est de savoir quand et comment ces facteurs interagissent.

Notre mémoire est naturellement multimodale : nous stockons les informations relatives à notre environnement dans notre mémoire sous forme de représentations mentales. Sur le web, l’hypermédia peut enrichir notre représentation, mais cela peut aussi nuire à la compréhension : plus il y a de sources différentes d’informations, plus notre œil fait des aller-retour pendant la lecture ; le fait de croiser des informations redondantes peut nuire à la compréhension globale ; l’ajout de multimédia doit être en lien avec le domaine d’apprentissage pour que nous puissions nous construire une représentation mentale cohérente.

Cette multimodalité peut aussi être un avantage. Un commentaire audio pour compléter un schéma complexe est plus efficace que des commentaires écrits. En effet, on évite ainsi des aller-retour de l’œil. Une représentation audio-visuelle est plus efficace. D’une manière générale, il vaut mieux éviter de solliciter deux fois le même canal (visuel, auditif…). Small et al. en 2009 ont montré que la navigation sur internet développe des circuits cérébraux impliqués dans le raisonnement et la prise de décision.

Le sujet des colloques portait sur les tablettes numériques, mais force est de constater que les recherches sur la lecture à l’écran ne les concernent que très marginalement et s’intéressent essentiellement à l’écran d’ordinateur. Or il faut différencier les deux types d’écran, sans parler des différents formats existants (des tablettes 10 pouces aux smartphones de 3,5 pouces). Les tablettes numériques constituent un champ de recherche encore peu exploré.

 

Existe-t-il des travaux scientifiques prouvant l’efficacité de telle ou telle méthode d’apprentissage de la lecture?

Dans une dépêche de l’AEF (Agence Education Emploi Formation) publiée le 20 décembre 2005, Michel Fayol répond à cette question et clarifie le débat actuel sur les méthodes syllabique et globale en exprimant que « la question essentielle n’est pas l’usage de telle ou telle méthode de lecture », l’important est de préparer l’enfant à construire des phonèmes et ensuite de s’appuyer sur leur maîtrise pour apprendre à lire.

Pour en savoir plus,

l’Observatoire National de la Lecture consacre cette année sa Journée à la Maîtrise de la langue. Cette journée se déroulera le mercredi 8 mars 2006. Les intervenants, membres de l’Observatoire et spécialistes, feront le point sur deux champs disciplinaires étroitement liés à la lecture et à la production de l’écrit : l’orthographe et la grammaire. Les interventions seront l’occasion de présenter des synthèses des connaissances sur ces champs. Des échanges favoriseront également la confrontation entre les recherches scientifiques récentes et les données issues du terrain.