Archives du mot-clé jeunesse

La Génération Z bouscule le monde de l’entreprise… et l’école ?

Suite au Dossier de veille sur la jeunesse, nous avons été sollicité pour un point particulier du dossier, à savoir les questions que pose l’arrivée des jeunes dans le monde de l’entreprise. Ces jeunes de moins de 20 ans, appelés par certains la Génération Z, semblent remettre en cause les fonctionnements « traditionnels » de l’entreprise et de la formation (alternance, apprentissage, etc.). Si la question est posée par les acteurs de la formation professionnelle, elle fait néanmoins écho aux questions d’ordre pédagogique soulevées par le rapport des jeunes aux apprentissages, au savoir, le tout avec en arrière plan les pratiques et usages numériques des jeunes.

Qu’est-ce que la Génération Z ?

Il y a peu de littérature scientifique sur la question. On pourra relire avec profit le Dossier de veille de Laure Endrizzi (2012) sur la Jeunesse 2.0, ou l’article de son intervention à l’AREF en 2013 (Génération dite Y : quand la recherche empirique contredit le discours commun) dans lequel elle écrivait :

« La génération Z (qui fait suite à la génération Y) ou la génération C (qui crée, communique, collabore) désignerait des personnes exposées dès leur plus jeune âge à l’informatique connectée et ubiquitaire, aux pratiques multimédia nomades, associées notamment au téléphone mobile, aux réseaux sociaux. Les SMS, la musique et l’internet sont leurs médias favoris. On les appelle aussi generation M (pour le fonctionnement multitâche) ou generation text (pour l’usage intensif des SMS). Mais les frontières entre les deux générations restent floues. Les statisticiens, sociologues et autres économistes prompts à raisonner en termes générationnels divergent en effet sur le moment de la transition : certains estiment la durée de vie de la génération Y à une vingtaine d’années (donc une durée équivalente à celle des générations précédentes), d’autres plaident pour une transition accélérée, fixant le passage à la génération Z ou C à la fin des années 1990.En tout état de cause, ces débats restent le fait d’initiés et les discours qui touchent le grand public s’embarrassent rarement de telles nuances. En écho aux digital natives proposés par M. Prensky (2001) pour distinguer les natifs du numérique de leurs parents (digital immigrants), les qualificatifs qui ont suivi, quelle que soit leur popularité, ont en commun de tous adopter une logique binaire : il y aurait ceux qui sont nés entre 1980 et 2000 et les autres, ceux qui possèdent les compétences numériques et les autres. »

Éric Delcroix consacre un blog à la Génération Z. On y trouve des articles, des liens et des références, mais peut-on pour autant croire que cette génération est homogène ? Les fractures numériques existent et parmi elles, la fracture culturelle est la plus difficile à résorber : selon le background culturel et social des jeunes, ils n’appréhendent pas de la même façon le numérique et les usages diffèrent. Si tous ont des usages ludiques, ceux qui investissent la sphère culturelle d’Internet en développent d’autres. Je vous invite à relire l’article d’Internet Actu intitulé : Perdre son temps, la nouvelle fracture numérique.

La Génération Z concerne les jeunes nés après 1995. Ils sont hyperconnectés, l’outil de prédilection étant le smartphone. Ils préfèrent les relations horizontales avec leur pairs que les relations verticales hiérarchiques. Ils sont prêts à s’engager pour une cause, mais de manière ponctuelle et informelle, se méfiant des structures trop organisées. Ils feraient preuve d’optimisme, ce qui change des jeunes de la génération précédente qui estiment faire partie d’une génération sacrifiée.

La Génération Z arrive sur le marché du travail

Reste que cette génération arrive sur le marché du travail et remet en cause les fonctionnements et les hiérarchies établies. Une enquête a été publiée par BNP Paribas et The Boson Project, intitulée « La Grande InvaZion« . Ces jeunes ne se reconnaissent pas dans un fonctionnement top/down, privilégient le réseau et les compétences par rapport au diplôme, veulent des relations professionnelles basées sur la confiance. Leur arrivée bouscule les habitudes et plaide pour un nouveau management entrepreunarial.

Ces aspects ont été au coeur de la discussion sur les jeunes lors de la conférence annuelle des directeurs des Centres de formation par alternance (CFA) de l’académie de Lyon le 5 février 2015, qui rencontrent des difficultés pour s’adapter à ce nouveau public.

Pour aller plus loin :

Le goût du travail chez les jeunes

Le Dossier de veille sur la jeunesse (n°95 : une jeunesse fantasmée, des jeunesses ignorées ?), s’il est un peu décalé par rapport aux dossiers habituels dans la mesure où il ne traite pas spécifiquement d’éducation, suscite des demandes d’interventions qui portent essentiellement sur la difficulté d’accompagner les jeunes lors de leur entrée sur le marché du travail. Ces questionnements concernent d’ailleurs l’incompréhension mutuelle entre employeurs et jeunes. Les enseignants et/ou formateur de la formation professionnelle (initiale et continue) doivent s’adapter à une situation nouvelle qui les déstabilise autant que les employeurs.

Est-ce lié à l’évolution de la jeunesse, et plus particulièrement de la « Génération Z » ? Je vous renvoie au Dossier d’actualité de Laure Endrizzi sur la jeunesse 2.0, dans lequel elle décrit la génération Z ainsi :

« La génération Z (qui fait suite à la génération Y) ou la génération C (qui crée, communique, collabore) désignerait des personnes exposées dès leur plus jeune âge à l’informatique connectée et ubiquitaire, aux pratiques multimédia nomades, associées notamment au téléphone mobile, aux réseaux sociaux. Les SMS, la musique et l’internet sont leurs médias favoris. On les appelle aussi generation M (pour le fonctionnement multitâche) ou generation text (pour l’usage intensif des SMS).

Mais les frontières entre les deux générations restent floues. Les statisticiens, sociologues et autres économistes prompts à raisonner en termes générationnels divergent en effet sur le moment de la transition : certains estiment la durée de vie de la génération Y à une vingtaine d’années (donc une durée équivalente à celle des générations précédentes), d’autres plaident pour une transition accélérée, fixant le passage à la génération Z ou C à la fin des années 1990. »

Cette génération qui a grandi dans un quotidien largement envahi par les usages numériques se distingue par son hyperconnexion et sa manière d’être dans la communication permanente, notamment avec ses pairs. Cela bouscule les relations hiérarchiques traditionnelles, à l’école comme dans le monde du travail. C’est pourquoi, la transmission du savoir telle qu’elle est habituellement organisée à l’école ou dans l’entreprise (élèves stagiaires, apprentis, ou débutants dans un emploi) est mise à mal par ces jeunes qui ne se reconnaissent pas dans ce fonctionnement.

Rapport québécois

Pourtant, ce n’est pas nécessairement le rapport au travail qui serait déficient. C’est d’ailleurs ce que montre une étude québécoise publiée par l’Université Laval, intitulée « Le goût du travail : l’évolution du rapport au travail de jeunes adultes en phase de transition école-emploi » (pdf en ligne). Cette étude porte sur une centaine de jeunes de trois établissements différents, âgé de 17 à 25 ans à l’issue de leur formation professionnelle ou technique.

Les principaux résultats indiquent que le travail est important pour la grande majorité d’entre eux. Ce qu’ils attendent en général d’un travail, ce sont des tâches qu’ils ont plaisir à mener à bien, qui soient variées et qui leur donne des responsabilités. Ils accordent de l’importance à la qualité des relations. Le sentiment d’accomplissement personnel est important pour 11%, comment de bonnes conditions de travail.

Le rapport s’est intéressé à l’évolution de ce rapport au travail un an après, auprès des mêmes jeunes. Seule une minorité d’entre eux montre une diminution de l’importance générale du travail (13%). Ils sont plus nombreux à estimer que le travail structure leur quotidien et favorise le fait de contribuer à la société. Par contre, ils sont moins nombreux à penser que ça aide à se développer et à socialiser.

« Globalement, cette recherche montre que le travail joue un rôle important dans la vie des jeunes rencontré·e·s. Au-delà de tout discours sur les générations, le travail semble donc demeurer une valeur centrale de la vie. Cela dit, les réponses à la question «au fond, pourquoi travailler?», que nous posions en introduction, donne lieu à des réponses très variées« .

En conclusion, le rapport pointe un écart entre des éléments observés et les perceptions qu’en ont les jeunes. Cet écart est important à saisir pour travailler sur le ressenti des jeunes. Le travail reste une valeur essentielle, mais elle prend différentes formes en fonction des individus, de leur histoire, des contextes sociaux et professionnels. Les parcours des jeunes sont de plus en plus diversifiés, que ce soit pour les études ou pour l’entrée dans le monde du travail.

« Quoi qu’en disent les médias, rappelons-nous qu’au-delà des écueils rencontrés, les jeunes font généralement preuve d’une motivation et d’un goût manifestes pour le travail, comme en témoigne leur investissement dans cette sphère de vie« .

La jeunesse : état transitoire ou permanent ?

DV95Après un dossier sur l’enfance (Musset, 2011), un autre sur la jeunesse 2.0 (Endrizzi, 2012), nous nous intéressons dans le dernier numéro des Dossier de veille de l’IFÉ à la jeunesse de manière plus générale sous le titre : Une jeunesse fantasmée, des jeunesses ignorées ?

La jeunesse fascine autant qu’elle inquiète la société. Difficile dans ces conditions pour les jeunes de trouver leur place dans la société. Comme dans d’autres domaines, les différences nationales sont très importantes, en fonction de considérations historiques, politiques, sociales, culturelles ou encore économiques. En Europe, on peut distinguer quatre groupes de pays : l’Europe du nord, l’Europe occidentale, les pays du Sud de l’Europe et les pays de l’Est. Selon qu’il s’agit des valeurs propres aux jeunes, des aides institutionnelles, du marché de l’emploi, de la décohabitation, ou encore de l’influence de la religion, on retrouve souvent ce découpage.

Pourquoi certains pays, dont la France, affichent la jeunesse comme une priorité nationale, alors que dans le même temps, elle fait l’objet de suspicions diverses : une jeunesse dangereuse qu’il convient de canaliser ; une jeunesse perdue qu’il convient d’aider ; une jeunesse malmenée dont l’insertion professionnelle est rendue difficile ; etc. Pourtant, dans le même temps, la jeunesse est représentée comme un âge d’or que beaucoup d’adultes ne veulent pas quitter. Tant et si bien qu’il est devenu bien difficile d’établir la limite entre la jeunesse et l’âge adulte : 18, 24, 35 ans ? Voire davantage pour certains auteurs (Galland & Roudet) qui voient dans la tranche d’âge 18-60 une certaine homogénéité.

Pour en savoir plus sur cet âge de la vie, coincé entre l’enfance (et l’adolescence ?) et l’âge adulte, ce dossier fait le point sur ce qu’en dit la recherche. Et se poser la question de la jeunesse revient aussi à se poser la question de ce qu’est un adulte…

Pour citer ce dossier :

Thibert Rémi (2014). Une jeunesse fantasmée, des jeunesses ignorées ? Dossier de veille de l’IFÉ, n°95, octobre. Lyon : ENS de Lyon.
En ligne : http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=recherche&dossier=95&lang=fr