Archives du mot-clé insertion professionnelle

Les ambiguïtés d’une formation secondaire technologique ou professionnelle

Alors que la DEPP donne des éléments de satisfaction quant à l’insertion des jeunes apprentis ou des jeunes diplômés de l’enseignement professionnel, une étude compare la relation entre niveau et type de diplômes et situation sur le marché du travail de population adulte (hommes) dans 18 pays dont 11 pays européens.
Si les élèves sortant d’une formation professionnelle avec un diplôme (si possible le plus élevé possible) ont de meilleures chances de trouver une emploi, et notamment un emploi mieux rémunéré, que les étudiants ou élèves ayant suivi une formation généraliste, il s’avère que sur le long terme ces derniers ont de meilleures perspectives d’emploi du fait d’une plus grande adaptabilité à un marché du travail en évolution constante (sans compter les différentiels en termes de salaires).
Ce constat est marqué pour la Suisse, l’Allemagne et le Danemark mais l’impact varie avec la structure institutionnelle spécifique de la scolarité et de la formation professionnelle, de même que la situation économique du pays. En Suisse, le solde économique (écart entre chômage et emplois par exemple) reste favorable à l’enseignement professionnel du fait d’une croissance plus lente, contrairement à l’Allemagne et au Danemark où la croissance économique est plus rapide.
Les contenus de formations professionnelles sont bien entendu hétérogène et ont sans doute un rôle à jouer dans cette inadéquation au marché du travail à retardement. Les auteurs pointent cependant la nécessité de ne pas sacrifier certaines compétences de bases solides et concomitamment d’investir dans l’« apprentissage tout au long de la vie », prôné par la Commission européenne.

« La nécessité d’inciter, aussi bien les individus que les employeurs, à mettre en place une meilleure offre de formation continue tout au long de la carrière n’est pas comprise ».
« Cette analyse suggère que cet objectif devrait recevoir l’attention des décideurs politiques, en particulier si ceux-ci envisagent de faire bouger les systèmes scolaires en place vers une formation plus professionnelle ». (Hanushek et al., 2017)

Sources :

  • Hanushek Eric, Schwerdt Guido, Woessmann Ludger & Zhang Lei (2017). General Education, Vocational Education, and Labor-Market Outcomes over the Lifecycle. The Journal of Human Resources, vol. 52, n° 1, p. 48-87. Lien
  • Marchal Nathalie (2017). Le niveau de formation et de diplôme demeure toujours déterminant dans l’insertion des apprentis. Note d’information de la DEPP, n° 17.11, juin. Lien
  • Marchal Nathalie (2017). Le niveau de formation et de diplôme : déterminant dans l’insertion des lycéens professionnels. Note d’information de la DEPP, n° 17.12, juin. Lien

 

 

L’université se penche sur l’avenir de ses étudiants

Photo 91Depuis le début des années 2000, des rapports européens et internationaux recommandent l’élévation du niveau de qualification des jeunes pour améliorer leur difficile accès à l’emploi et favoriser ainsi leur « employabilité » (citons entre autres un rapport de 2012 du CEDEFOP, un rapport britannique de 2001 du DFES, un rapport de l’agence McKinsey de 2013, un rapport des universités australiennes de 2008, les actes de colloque de la dernière conférence University-Industry Interaction de 2013). La réflexion porte depuis quelques années à la fois sur l’enseignement professionnel, qui doit pouvoir permettre une poursuite d’études, et sur la professionnalisation des filières plus généralistes, processus qui doit confronter les étudiants au monde du travail et les préparer à exercer une profession (voir par exemple le rapport de 2011 du CEDEFOP : « Vocational education and training at higher qualification levels »).

En France, le contexte particulier dans lequel se trouve le monde universitaire suite à la loi LRU de 2007 (relative aux libertés et responsabilités des universités) et aux changements induits par le Plan pluriannuel pour la réussite en licence (2008-2012) cristallise les tensions autour de ces questions de rapprochement entre l’université et le monde du travail, puisque chaque université a désormais pour mission explicite de préparer ses étudiants à leur insertion professionnelle. Certains dénoncent une dévalorisation des savoirs académiques, désormais contraints de s’adapter en permanence aux besoins des entreprises ; d’autres voient l’occasion d’élaborer des référentiels de compétences en se rapprochant le plus possible des professions préparées. Voit-on apparaître un clivage entre des formations dites professionnalisantes et les formations généralistes ou au contraire la frontière entre les deux devient-elle floue ? Le succès grandissant des licences professionnelles depuis leur création et leurs meilleurs résultats pour l’insertion professionnelle sont-ils dus à la formation elle-même ou aux caractéristiques des étudiants ? Pourquoi de nombreux étudiants continuent leur études après ces formations prévues pour l’entrée dans la vie active ? Autant de problématiques complexes soulevées par cette notion de professionnalisation.

Centré sur ces questions, le Dossier de veille de l’IFÉ n° 91 (mars 2014) examine la manière dont les universités françaises (avec quelques incursions dans l’enseignement supérieur hors université) ont répondu à la demande croissante de professionnalisation, aussi bien au niveau de leur offre de formations que sur le plan de l’accompagnement des étudiants dans leur projet personnel et professionnel. Le développement de l’éducation à l’entrepreneuriat et la montée des formations en alternance dans le supérieur seront également abordés, formes emblématiques des innovations pédagogiques mises en place par les universités ces dernières années. Malgré l’encouragement de la dernière loi sur l’Enseignement supérieur et la Recherche à poursuivre dans cette voie, l’université d’aujourd’hui semble encore chercher la façon de dialoguer sereinement avec le monde du travail, comme en témoignent les innombrables travaux de recherche autour de cette question.