Archives du mot-clé individualisme

Note de lecture : chercher le social en chacun de nous

widget

Le dernier ouvrage de Bernard Lahire (Dans les plis singuliers du social) se veut accessible au plus grand nombre puisqu’il l’a rédigé pour défendre ses travaux et ses théories, en réponse à des attaques ou interrogations soulevées lors de sa carrière. L’ouvrage se décline en quatre chapitres, « De l’individu libre et autonome : retour sur un mythe contemporain » ; « Individu et sociologie » ; « La fabrication sociale des individus : cadres, modalités, temps et effets de socialisation » et « Le cerveau disposé ». Ce dernier chapitre apporte de l’eau au moulin des relations grippées entre psychologie cognitive, neurosciences et sociologie.

Mais laissons ces considérations pour l’instant et parcourons d’abord les cheminements de pensée présentés dans les trois premiers chapitres. Proposant en premier lieu un panorama de la notion d’individualisme et de son essor récent, Lahire nous donne des exemples d’utilisation de ce terme, qui depuis quelques années s’impose en sociologie (et est donc de moins en moins interrogé), dans les travaux portant par exemple sur la jeunesse, sur l’école ou sur le déclin de l’institution (titre d’un ouvrage de François Dubet). Il y est souvent question d’autonomie et de liberté de chaque individu, enclin à devenir un être totalement original, se distinguant des autres individus en répondant à sa personnalité profonde.

Cherchant les théories sous-tendant ces affirmations nombreuses, Bernard Lahire évoque le rôle de la psychothérapie ou de la philosophie, centrées sur le moi, qui n’hésitent pas à postuler le délitement du moi et le remplacement de l’appartenance sociale à un groupe par la « dissémination du social » : « Les désirs individualistes nous éclairent aujourd’hui davantage que les intérêts de classe » (Gilles Lipovetsky dans un ouvrage de 1989). Selon Lahire, ces argumentations ne se fondent sur aucune base empirique mais sont pourtant prises pour argent comptant. Elles proviennent d’après lui d’une posture de rejet du déterminisme sociologique, pour lequel chaque individu est en quelque sorte façonné par son origine sociale et ne peut la contrer. Or, d’après lui, les sociologues déterministes ne nient pas les choix et les décisions individuelles, mais ils cherchent à les expliquer et supposent qu’ils ne sont pas libres a priori. Évoquant le sociologue Norbert Elias à propos de ce rapport entre individu et société, il montre que nous pensons spontanément d’abord à l’individu, puis ensuite à ses relations avec la société : notre conception du social est « atomisée », c’est la société (extérieure) qui agit sur les individus (vus comme un tout), alors qu’il y a en fait bien interdépendance entre les deux.

Continuer la lecture de Note de lecture : chercher le social en chacun de nous