Archives du mot-clé handicap

De l’édition adaptée au héros handicapé

Magie des mots et des images, pouvoir de la littérature : parents et éducateurs savent combien le livre compte pout tout enfant. Marie-Ange Pompignoli a rendu compte dans la Revue des livres pour enfants de juin 2010 des actes du colloque Littérature, Jeunesse et handicap (INS HEA, 2007).

Garantir à tous l’accès au livre nécessite d’élaborer des supports spécifiques : adaptation des classiques, traduction en langue des signes, versions  tactiles ou  en braille. Quelques maisons d’édition s’y emploient : Danger Public (collection « les Mots à l’endroit »), Monica Companys, Regards d’enfants, et la Fée des Mots. D’autres initiatives participent aussi de la rencontre entre le livre et son public : animer un blog à l’hôpital, proposer des séances de lecture, ou encore penser le théâtre comme entrée en littérature, particulièrement dans le cas d’hospitalisation de longue durée et de handicap moteur.

Mais on doit aussi explorer une autre piste et poser la question de la représentation du héros handicapé en littérature jeunesse ; des initiatives ont lieu en Europe (Tchéquie, Pays-Bas, Italie) ; en France, on peut saluer la BD de Jack et Greg La Bande à Ed, et la collection Castor Poche.

Après les effets de la loi de 2005 (Musset & Thibert, 2010) dans les bibliothèques (rampes d’accès, signalétique braille, boucles magnétiques) peut-on faire le pari de rendre l’objet livre accessible à tous ? C’est la question que pose Soizic Jouin dans ce même numéro. Dans une petite bibliothèque milanaise, des ergothérapeutes, des psychologues et des éducateurs ont franchi le pas : avec quelques subventions, des dons et beaucoup de bénévolat, ils ont crée un fonds de plusieurs centaines d’ouvrages adaptés, tous accessibles au prêt. L’objet livre en est transformé : pages plastifiées, reliures spirales, poignées pour tourner les pages…autant d’aménagements qui le rendent manipulable. Le mobilier accompagne cette démarche : les tables sont munies de tourne-page, de sets en plastique antidérapants, de pupitres et d’appui-bras ; les étagères sont toutes inclinées et munies de rampes. Des plateaux réunissent des « magnets » à l’image des couvertures, ce qui permet aux enfants de choisir leur livre sans se déplacer et sans rencontrer de trop grandes difficultés pour s’exprimer. Les livres sont soigneusement choisis (l’enfant autiste est particulièrement sensible aux jeux de rimes et de rythmes), et éventuellement aménagés.

La bibliothèque va plus loin encore et utilise la Communication améliorée et alternative (CAA) à destination des personnes sans langage oral ou écrit, avec des VOCAs (Vocal Output Communication Aids) tels le BIGmack qui diffuse des messages quand on presse un bouton, ou le BA.BAR (une page d’album est enregistrée sur un code-barres collé ensuite sur la page et lu grâce à un scanner). Des pictogrammes (par exemple le système BLISS, autre outil de la CAA) aident à la lecture mais aussi à communiquer sur ce qui a été lu.

En France, les bibliothèques publiques ont pris en compte l’adaptation pour les déficiences visuelles et auditives ; la médiathèque de l’hôpital Poincaré de Garches propose des livres tactiles mais privilégie la forme numérique. Les librairies qui proposent des fonds spécialisés, telle Talulu à Annemasse, méritent donc d’être connues, pour que le plaisir de feuilleter et de lire –ou de se faire lire- soit partagé, et que se multiplient les accueils spécifiques en bibliothèque.