Archives du mot-clé Europe

Europe 2020 : où en sont les objectifs éducation à mi-parcours ?

statEurostat vient de publier les indicateurs à mi-parcours du projet Europe 2020 lancé en 2010 par l’Union européenne pour l’emploi et la croissance. Deux des objectifs principaux de ce projet sont consacrés à l’éducation :

  • Abaisser le taux de sortie précoce du système scolaire à moins de 10 % en moyenne sur l’ensemble des pays ;
  • Augmenter le nombre de diplômés de l’enseignement supérieur pour au moins 40 % de la population âgée de 30 à 34 ans (les taux fixés étant différents selon la situation de départ de chaque pays, 66% pour le Luxembourg par exemple ou encore 27% pour l’Italie)

L’analyse des résultats montre que la part des jeunes quittant prématurément l’école a diminué progressivement dans l’Union européenne, en passant de 17,0% en 2002 à 11,1% en 2014. Les femmes sont le plus souvent moins affectées que les hommes par le phénomène de la sortie prématurée du système éducatif. La Croatie, la Slovénie et la Pologne se retrouvent en tête des pays ayant réussi à faire baisser la proportion de décrocheurs. La France n’a pas encore atteint son objectif fixé à 9,5%.

En ce qui concerne le taux de diplômés de l’enseignement supérieur, on constate que là aussi les chiffres sont encourageants avec un passage de 23,6% en 2002 à 37,9% en 2014. Le nombre de femmes diplômées a progressé plus fortement, de 24,5% à 42,3% en moyenne dans l’ensemble des pays membres de l’Union. Le pourcentage pour la France se situe juste après celui des pays scandinaves avec un taux à 44% de diplômés alors que son objectif 2020 personnel a été fixé à 50%.

Une synthèse pour la France est disponible là : http://ec.europa.eu/europe2020/europe-2020-in-your-country/france/country-specific-recommendations/index_en.htm

Source : Indicateurs Europe 2020 sur l’éducation en 2014

Les objectifs par pays : http://ec.europa.eu/europe2020/pdf/targets_en.pdf

 

Focus sur les pratiques numériques des chercheurs européens en SHS

C’est en lançant une enquête sur les pratiques numériques des chercheurs en SHS que le tout nouveau consortium européen DARIAH (pour Digital Research Infrastructure for the Arts and Humanities), inauguré en août 2014 et installé à Paris, commence à développer les partenariats européens en matière de recherche en SHS.

En se basant sur le partage et la comparaison d’infrastructures nationales déjà existantes, DARIAH a pour objectif de créer une nouvelle infrastructure qui permettra :

  • « d’accroître la visibilité de la production scientifique SHS au niveau européen (corpus, bases de données, de publications, etc.) ;
  • de valoriser les réalisations dans le domaine des humanités numériques ;
  • de rendre multilingues un nombre important de ressources, d’outils et de services ;
  • d’établir de nouvelles coopérations entre chercheurs, via les réseaux construits par DARIAH. »

Tout cela passe notamment par la mise à disposition de ressources en libre accès et de logiciels open source. DARIAH est organisé en 4 Virtual Competency Centres (VCC) auxquels participent les 15 membres européens : « e-Infrastructure », « Research and Education Liaison » (chargé du partage d’expertise entre chercheurs européens dans les différentes disciplines des humanités numériques), « Scholarly Content Management » et « Advocacy, Impact and Outreach ».

 

Pour plus d’information sur DARIA (site européen) : http://dariah.eu/

La date limite pour répondre à l’enquête destinée aux chercheurs en SHS (10 minutes pour répondre) est le 31 janvier 2015 : n’hésitez pas à faire circuler rapidement l’information dans vos réseaux.

 

Actualité des compétences clés en Europe

Alors que certains en France identifient le diable libéral derrière la moindre référence aux compétences dans l’éducation, le réseau européen KeyCoNet – dont l’IFÉ est membre partenaire- poursuit son travail d’analyse des atouts, des problèmes et des enjeux que pose l’utilisation de la notion de compétences dans l’enseignement obligatoire.

Plusieurs nouveaux partenaires de divers pays ont rejoint le réseau, qui vient de publier plusieurs documents permettant de mieux comprendre l’intérêt de KeyCoNet :

– une vidéo de présentation :

– le dernier bulletin d’information (mai 2013)

Télécharger la version française du bulletin (format PDF)

– un résumé (en anglais) de la revue de littérature produit l’an dernier

Document à télécharger (en anglais)

L’accompagnement des nouveaux enseignants au coeur des préoccupations européennes

« Beginning teachers: a challenge for educational systems », c’est le thème de la conférence annuellequi se tient actuellement à l’Institut français de l’éducation (Lyon), liée à la publication de l’ouvrage éponyme. Continuer la lecture de L’accompagnement des nouveaux enseignants au coeur des préoccupations européennes 

Eurydice lance une encyclopédie des systèmes éducatifs européens

Eurydice, le  service d’information de la commission européenne, a lancé cet automne Eurypedia, qui se veut une encyclopédie en ligne sur les systèmes éducatifs nationaux ou régionaux (quand les systèmes sont profondément différents dans un cadre fédéral) en Europe. Continuer la lecture de Eurydice lance une encyclopédie des systèmes éducatifs européens 

Salaires des enseignants en Europe : des disparités impressionnantes

Eurydice vient de publier une étude sur les salaires moyens des enseignants et des chefs d’établissements, de la maternelle au lycée,  à partir de données recueillies dans 31 pays de la zone euro.  Les hausses, ou baisses de salaire, les salaires des enseignants du privé ainsi que les conditions d’obtention des primes et autres bénéfices généraux sont également détaillés pour chaque pays.

Le premier réflexe est de vite regarder la fiche pour la France qui indique un salaire brut minimum oscillant entre 22 430€ (maternelle) et 25 228€ (lycée) et un maximum (après 20 à 30 ans de service) entre 44 518€ et 47 477€. On constate que l’avancement dans la carrière est long et fastidieux et que les écarts entre enseignants du primaire et du secondaire, malgré une qualification et certification identiques, ne sont pas négligeables. Une petite surprise également du côté des chefs d’établissements (hormis les directeurs d’école qui touchent le même salaire qu’un enseignant, ajusté d’une prime spécifique) avec des minimums allant de 37 070€ à 40 326€ en début de carrière à un maximum de 64 000€ en moyenne. Le facteur de variation significatif est le type d’établissement (collège , lycée professionnel ou lycée général) mais pas sa taille. Relativement comparable, la Finlande donne un salaire médian allant de 29 663€ (pré-primaire) et 40 088€ (primaire) à 49 875€ (lycée), un tiers de plus pour les chefs d’établissement (sauf les directeurs de maternelles, très peu considérés). Une différence de taille cependant :  les salaires sont fixés et négociés au niveau local ou municipal.

Ces chiffres n’ont rien d’extraordinaire et se situent globalement dans la moyenne des pays étudiés.  D’autres sont plus étonnants.

Parmi les salaires les plus bas on trouve la Bulgarie (salaire annuel brut médian de 4 271€ pour les enseignants et les chefs d’établissement), la Roumanie (5 508€ et 10 000€ ) et la Slovaquie (9360€ et 11 300€). On observe dans ces 3 pays quasiment aucune différence entre enseignants du primaire et du secondaire et très peu de différence entre enseignants et chefs d’établissement. Un peu mieux positionnée, la Slovénie affiche des minimums à 18 500€ et des maximums à 28 700€, également  sans aucune distinction entre primaire et secondaire. Par contre, le salaire moyen d’un chef d’établissement est compris dans une fourchette allant de 33 900€ à 37 400€. Il récompense généralement un diplôme élevé (maîtrise ou doctorat) et comprend une prime liée au résultat ou au contexte de l’établissement.

Contrairement à d’éventuelles idées reçues sur  les salaires de ses  fonctionnaires,  la Grèce annonce des minimums de 11 820€, des maximums de 19 992€ et un salaire médian, primes comprises, de 22 818€ pour tous les niveaux de l’enseignement et de 25 125€ pour les chefs d’établissements. A noter également le prix de l’heure supplémentaire : 8,91€ brut ! Le Portugal est par contre relativement bien placé avec des salaires compris entre 21 261€ et 43 285€ du primaire au secondaire. Quant au chef d’établissement, son salaire est fixé en fonction de la taille de l’école (moins de 800 élèves, entre 800 et 1200, et plus de 1200, les salaires maximums revenant le plus souvent aux directeurs d’écoles maternelles, soit 53 785€).  Les enseignants suédois, contrairement à ce qu’on pouvait penser, ne sont pas favorisés, avec des salaires minimums à 23 000€ en moyenne et des maximums à 32 000€, le tout fixé par les municipalités.

Une autre surprise, les enseignants Danois qu’on pensaient proches de leurs collègues scandinaves annoncent un salaire moyen allant de 56 486€ (maternelle)  à 77 108€ (lycée) et leurs chefs, 85 977€ pour tous les niveaux scolaires.

On constate également des différences avec nos voisins britanniques : les enseignants écossais perçoivent un salaire de base très intéressant à 28 187€ qui passe très rapidement (6 ans) à 37 760€, quel que soit le niveau d’enseignement alors que leurs collègues anglais touchent un minimum de 23 685€ et passent à 40 327€ après 10 ans de carrière. Des maximums moins importants qu’en France mais atteints beaucoup plus rapidement et sans aucune discrimination entre primaire et secondaire. Autre différence notoire, un chef d’établissement peut toucher en fin de carrière et en fonction de critères très précis (déterminant le degré de responsabilité), jusqu’à 90 474€ en Écosse et 115 310€ en Angleterre, quel que soit le niveau.

Enfin, les pays affichant les salaires les plus élevés pour les enseignants sont respectivement le Liechtenstein (entre 51 202€ et 83 086€ en primaire et 65 961€ 107 053€ pour le secondaire) et le Luxembourg (entre  64 895€  et 112 736€ pour le primaire, entre 72 332€ et 125 671€ pour le secondaire).

Ce qui est finalement remarquable au regard de cette grande disparité de salaires (y compris dans des pays économiquement assez proches), c’est que malgré ces différences de conditions, on constate par ailleurs que les questions vives de l »éducation scolaire sont malgré tout assez convergentes à travers les pays. Autrement dit, l’éducation est bien autre chose qu’un problème de marché scolaire (au sens économique du terme).

Ceux qui espèrent trouver une corrélation mécanique entre les rémunérations et la performance supposée des systèmes éducatifs, dans un sens ou dans un autre, en seront sans doute pour leurs frais. Ainsi dé-contextualisée, la rémunération des enseignants nous invite surtout à regarder plus loin, pour comprendre ce qui fait qu’un enseignant est plus ou moins bien considéré dans sa société ou la façon dont il vit son métier. Quant aux salaires des chefs d’établissement dans des pays comme la Grande Bretagne, la Grèce ou encore l’Italie (quasiment le double comparé à celui des enseignants en fin de carrière), ils semblent refléter le niveau des responsabilités qu’on leur confie et leurs capacités à faire preuve de leadership au sein des équipes éducatives.

 

 

 

 

 

Au delà de Lisbonne 2010 : un essai de prospective européenne

Sous le titre « Beyond Lisbon 2010: perspectives from research and development for education policy in Europe« , le CIDREE a publié son « Yearbook » 2010, consultable en ligne, qui marque aussi le 20° anniversaire du CIDREE.

Ce consortium réunit des représentants  d’une quinzaine d’institutions de différents pays européens qui ont comme point commun de se situer au carrefour entre la recherche  et la politique publique dans le domaine de l’éducation. On y trouve par exemple la National Foundation for Educational Research britannique (NFER), le Stichting Leerplanontwikkeling (SLO) néerlandais, le Oktatáskutató és Fejlestö Intézet (OFI) hongrois ou encore l’INRP français, qui accueillera en 2011 l’assemblée générale et la conférence annuelle du CIDREE à Lyon.

Forces et faiblesses du système éducatif français : ce que nous apprennent les statistiques

En cherchant bien évidemment tout autre chose, je suis tombée sur cet article de Claude Sauvageot et Nadine Dalsheimer, intitulé « La situation éducative de la France comparée à celle d’autres pays de l’Union européenne ou de l’OCDE », qui est paru dans le n°78 de la revue Education et formations (novembre 2008).
Le panorama dressé ici a retenu mon attention, tout simplement parce qu’il fait écho à cette tentation que nous avons tous de réduire la complexité à quelques formules faciles à retenir, faciles à s’approprier : sans langue de bois, l’article met en évidence certaines spécificités du système éducatif français, ses forces et ses faiblesses, à la lumière d’une sélection d’indicateurs de l’éducation produits par l’OCDE, par Eurydice et Eurostat, et par la Commission Européenne dans le cadre du suivi des objectifs de Lisbonne. Les publications périodiques qui servent d’appui à cet article sont les suivantes :
– la collection des Regards sur l’éducation de l’OCDE (cf. RSE 2009)
– celle des Chiffres clés d’Eurydice / Eurostat
– celle des Rapports annuels de suivi des objectifs de Lisbonne (cf. édition 2009),
– et celle des Etats de l’école, publiés par le Ministère de l’éducation nationale français, avec les données fournies par la DEPP.
Continuer la lecture de Forces et faiblesses du système éducatif français : ce que nous apprennent les statistiques