Archives du mot-clé étudiants

Les étudiants des ESPE et filières d’enseignement ne sont pas forcément ceux qu’on pense

Les clichés sur les étudiantes et les étudiants qui s’inscrivent dans les filières universitaires (ESPE) menant aux carrières de l’enseignement amènent à imaginer des étudiants plutôt bons élèves et plutôt originaires de familles liées à l’enseignement scolaire ou supérieur. Et si l’on se trompait ?

Les résultats de l’enquête 2016 de l’Observatoire national de la vie étudiante (46340 questionnaires traités)  donnent une image assez nette de la population étudiante, dont la catégorie « enseignement/ESPE » qui regroupe les étudiants préparant des diplômes et concours de la profession enseignante (près de 4% du nombre total des étudiants). Quelles sont les caractéristiques de cette sous population ?  En fait, il semble que ceux qui peuplent les filières universitaires menant à l’enseignement  sont issus de milieux socioprofessionnels plus modestes que ceux des autres filières et ont un parcours scolaire d’élèves qu’on qualifie usuellement de « passables » ou « moyens ». Ces constatations moyennes demanderaient bien sûr à être affinées, car elles recouvrent de probables importantes disparités régionales, disciplinaires et académiques. Il convient également de garder à l’esprit que les étudiants inscrits dans ces filières ne sont pas forcément les enseignants de demain : certains  deviennent professeurs sans passer par le master 1 des ESPE et d’autres ne réussissent pas les concours de l’enseignement après leur première année de master (1).

Des étudiants qui sont plutôt des étudiantes

Ces étudiants sont le plus souvent des étudiantes, puisque ces dernières composent 64% des effectifs des filières de l’enseignement. Ces étudiant(e)s sont aussi les plus âgé(e)s en moyenne de l’échantillon global de l’OVE, avec une moyenne de 27 ans, ce qui corrobore d’autres données sur les fréquentes reprises d’études associées à la préparation des concours d’enseignement ou de certaines spécialités dans le domaine de la formation. Peu d’étrangers dans cette catégorie, 4,1%, soit un taux proche de celui qu’on trouve  en CPGE, ce qui est logique dans un domaine professionnalisé orienté vers la fonction publique. Continuer la lecture de Les étudiants des ESPE et filières d’enseignement ne sont pas forcément ceux qu’on pense 

Étudiants : des parcours et pratiques pluriels

Si l’on vous donne le mot « étudiant », quelle image vous vient à l’esprit ? Assurément, une représentation unique est impossible et ce sont plusieurs visages qui défilent, se succèdent, tant les parcours, connaissances, histoire et projections sont particuliers. Le dossier de veille n° 106 « Les nouveaux étudiants, d’hier à aujourd’hui » pose ce regard sur les étudiants, au travers de leurs expériences et propose d’observer ce qu’ils vivent.

L’enseignement supérieur comptabilise de plus en plus d’étudiants aux profils hétérogènes : bacheliers professionnels, étudiants étrangers, publics adultes et en formation continue ; à temps partiel, à distance, en césure ; qui envisagent des études de plus en plus longues, ou des cumuls de diplômes soit pour retarder leur insertion, soit se donner plus de chances sur le marché du travail. Les cursus professionnalisants se sont multipliés, et les stages devenus quasi incontournables sont au programme y compris de cursus « classiques ». Le travail salarié étudiant, dont l’évolution est manifeste ces dernières années, n’est pas sans conséquence sur les études et les manières d’étudier.

Qu’en est-il de leur parcours dans le supérieur ? On les dit peu libres de leur choix d’études qu’ils subiraient ou qu’ils s’interdisent… Néanmoins, pour bon nombre d’entre eux, les filières universitaires sont aussi l’espace d’ajustement de trajectoires, qui entraînent réorientations, abandons, formations à la carte ou mises en suspens des études. Autant d’actions comptabilisées regrettablement en échec alors qu’elles concourent à leur expérience. La préoccupation récurrente sur leur devenir professionnel, appuyée par le poids de la société et de la conjoncture économique conduit à s’attacher au rôle du projet dans leur parcours : est-il prépondérant à la réussite des étudiants ? Dans cette perspective, le savoir utilitariste semble prendre le pas sur le savoir intellectuel pourtant plus favorable à leur réussite. Faire évoluer le sens accordé aux études, et par là-même mobiliser ses connaissances, développer de nouveaux apprentissages, réflexifs, avec une pensée critique, pour enfin développer une réflexion sur ses propres manières d’apprendre, sont des étapes progressives du « devenir  étudiant » qu’il s’agit d’accompagner.

Le dossier de veille questionne leur usage des technologies, leurs perceptions vis à vis du monde universitaire et des pratiques pédagogiques déployées, et souhaite apporter un éclairage sur leurs difficultés, déclarées ou observées, ainsi que sur leurs attentes, afin de mieux appréhender les univers des étudiants et poser la question de leur réussite.

Ce dossier est réalisé à l’occasion d’une conférence de consensus organisée conjointement par l’Institut français de l’Education (ENS de Lyon) et la Direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle (Ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche), à Paris les 16 et 17/12/2015, sur le thème « Réussite et échec dans l’enseignement supérieur ».