Archives du mot-clé équité

Efficacité et/ou équité : faut-il arbitrer ?

Du 19 au 21 novembre s’est déroulé le colloque « Équité et efficacité en éducation », organisé à Rennes par le Centre de Recherche sur l’Education les Apprentissages et la Didactique (CREAD, Université Rennes 2) et l’AECSE (association des chercheurs et enseignants en sciences de l’éducation).

Si le contenu des symposiums et ateliers organisés chaque après-midi a été relativement classique (présentation de travaux, discussions entre collègues-nous y reviendrons ultérieurement), les conférences des deux premières matinées ont répondu aux attentes des participants : dès lors que le mot efficacité côtoie le mot équité, comment ne pas s’attendre à quelques divergences de vues ?

En intitulant son intervention : « La guerre des mondes : efficacité et équité contre autonomie et liberté », Albert Ogien a planté le décor, dès le début du colloque. Partant du mot efficacité, issu du vocabulaire économique, gestionnaire, qui prend tout son sens (mais peut aussi signifier « tout autre chose ») dès lors que l’État a mis en place des audits de modernisation, ayant pour but de « gérer la performance » , dans le cadre de la LOLF : « La LOLF […] institue de nouvelles règles d’élaboration et d’exécution du budget de l’Etat, introduit également une démarche de performance pour améliorer l’efficacité des politiques publiques » (Ministère des finances).

Cette nécessité de diminuer les dépenses publiques, dans un esprit de performance transparaît dans le vocabulaire du management utilisé dans les rapports d’audit. A titre d’exemple, A. Ogier a décortiqué le rapport d’audit de modernisation sur le pilotage du système éducatif, les critiques quant aux indicateurs non documentés dans les projets de loi de finances 2006 et 2007 et les préconisations.

Quelques morceaux choisis du document : « la construction d’ensemble [de l’Éducation nationale], faute d’une approche globale et synthétique, désormais requise par la LOLF, n’est pas réellement asservie à la mesure de l’efficacité et de l’efficience du système éducatif. » ; [les objectifs de progrès communs à l’ensemble du système éducatif] doivent exprimer de manière équilibrée les trois dimensions de la performance : efficacité socioéconomique, qualité de service à l’usager, efficience de la gestion. ». [Les auditeurs entendent par efficacité socioéconomique « ce qu’attend la Nation »].

Le discutant de cette intervention, Jean-Louis Derouet, a proposé de nous interroger sur la finalité de ce vocabulaire et sur le brouillage de la notion d’équité: s’agit-il d’une dérive de registre langagier ou d’un choix politique ? Faut-il parler d’équité ou de justice, d’équité ou d’égalité des chances ?

Le débat dans la salle pose la question du pourquoi et par qui ? Les acteurs ne verraient que les effets de cette confusion langagière, mais pour A. Ogier, il ne s’agit pas de se polariser sur un marionnettiste qui tirerait les ficelles, mais bien de s’interroger sur les stratégies sous-jacentes. Ces stratégies sont de plus en guidées par une pratique de benchmarking, par les évaluations PISA, dont la temporalité trisannuelle est inadaptée et entre en conflit avec la rhétorique de l’urgence imposée par les politiques (Rochex).

Pour A. Ogier, le problème n’est pas l’usage de mots différents mais bien la polysémie entretenue de mêmes mots, qui n’a rien d’anodin. La confusion, entretenue, signe d’un choix visant la réduction des dépenses publiques et in fine des droits sociaux plutôt qu’une gestion par la citoyenneté.

Se référant aux travaux de John Rawls sur l’équité, il prend comme exemple les politiques de redistribution, qui pour plus d’équité (de justice sociale) remettent en cause l’égalité (on privilégie les plus pauvres au détriment des plus riches).

Cette redistribution, appliquée à l’éducation, signifierait-elle que la recherche de plus d’équité (réduction de l’écart entre les meilleurs élèves et les élèves en difficultés) impliquerait une moindre attention apportée aux très bons élèves ? C’est une des critiques que Denis Meuret a évoquées dans la 2ème conférence de cette matinée, quant à la difficulté de réguler par les résultats dans un souci d’efficacité et d’équité. De même que la massification, l’instauration d‘un socle commun mettrait en danger l’autonomie, la culture et la liberté des meilleurs.

S’appuyant lui aussi sur la Théorie de la justice de Rawls, D. Meuret choisi  l’équité dans le domaine de l’éducation, tout en considérant qu’un système éducatif ayant comme objectif une certaine forme d’égalité peut être à la fois équitable et efficace. A partir des évaluations PISA 2000, il a cherché à mesurer l’efficacité des systèmes éducatifs et une possible équité de ces mêmes systèmes, en prenant comme indicateurs d’efficacité le score moyen et le score du 9ème décile (les 10% plus forts). Il a croisé ces indicateurs avec 3 indicateurs lui permettant de mesurer l’équité : l’effet de l’origine sociale du père, le score du 1er décile (les plus faibles) et la dispersion entre forts et faibles. « Il est important que le système scolaire ne fabrique pas des gens qui ne se comprennent pas. La démocratie, c’est être proches les uns des autres ».

Selon ces critères de corrélation, on observe ainsi des pays qui sont soit efficaces, soit équitables, d’autres qui sont efficaces et équitables et d’autres qui sont ni l’un, ni l’autre.

La démarche utilisant les évaluations PISA, le choix d’indicateurs proposé par D. Meuret ont soulevé de vives critiques de la part de son discutant, Bernard Sarrazy.

Gardons les conclusions générales de D. Meuret [pour le détail, il est possible de consulter une intervention au SRED, 2007]. Privilégier l’efficacité c’est par exemple dire que l’équité en éducation ne sert à rien tant que la société n’est pas équitable, qu’il faut récompenser les meilleurs qui tireront les plus faibles vers le haut, que la recherche d’équité est synonyme d’hétérogénéité et de difficulté à enseigner. On oppose au principe d’équité l’exemple du panier de pommes de Descartes : « une pomme pourrie contamine les autres ».

Par contre prêcher la complémentarité entre efficacité et équité, c’est améliorer le niveau des plus faibles et donc le niveau moyen. D. Meuret en appelle cette fois au tennis : « la concurrence d’un plus grand nombre améliore le niveau des plus forts ».

(à suivre)

  • Ogien Albert (2007). « La gouvernance, ou le mépris du politique ». Cités, n°32, p. 137-156.
  • Ogien Albert (2008). « La perfection gestionnaire. Rhétorique de l’efficacité et démocratie », in C. Olivier-Yaniv et M. Rinn (dir.), Communication publique et gouvernement du social. Grenoble : PUG.
  • Pierre Lepetit, Arnaud Polaillon, Bernard Simler, Jean-Pierre Lacoste, Pierre Renaudineau (2007). Pilotage du système éducatif dans les académies à l’épreuve de la LOLF : Rapport conjoint IGEN-I.G.A.E.N.R.-I.G.F. Paris : Ministère de l’Éducation nationale.
  • Rawls John (2008). La justice comme équité – Une reformulation de « Théorie de la justice ». Paris : La Découverte.
  • Rawls John (1997). Théorie de la justice. Paris : Seuil (Points)
  • Meuret Denis (2004). La justice de l’éducation d’après la conception rawlsienne de la justice : Situation de la Suisse. Deuxièmes Assises Romandes de l’Education, Lausanne, 25 septembre 2004, Syndicat des Enseignants Romands.
  • Meuret Denis (2007). « Équité et efficacité de l’enseignement obligatoire : faut-il choisir, et si oui, comment ? » In L’équité dans l’enseignement obligatoire, Table ronde autour de Norberto Bottani, 31 mai 2005, Genève : SRED. p. 11-31.