Archives du mot-clé enseignement agricole

Innover c’est savoir s’adapter

Les acteurs de l’enseignement agricole en Auvergne-Rhône-Alpes étaient en séminaire les 27 et 28 septembre, à Lyon, accueillis par l’IFÉ-ENS de Lyon, autour de la thématique « Oser, partager, construire l’innovation pédagogique »[1].

« L’innovation est un marqueur fort de l’enseignement agricole » comme le dit la DRAAF (Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt de la région Auvergne-Rhône-Alpes). Pour l’enseignement agricole qui reste un « secret bien caché » (Philippe Vinçon[2]), il était sans doute intéressant de faire le point sur les stratégies éducatives et pédagogiques mises en œuvre. Les enjeux de l’innovation pédagogique se déclinent en quatre axes, gouvernance, accompagnement et diffusion, prise en compte dans les pratiques pédagogiques[3] et utilisation de l’outil numérique. La clé de voûte de l’innovation étant l’évaluation et la valorisation des pratiques et dispositifs innovants. Continuer la lecture de Innover c’est savoir s’adapter 

Cultivons l’éducation socioculturelle

L’éducation socioculturelle a fêté ses 50 ans en mars dernier. À l’occasion de cette célébration, l’hebdomadaire Le Sillon (hebdomadaire agricole et rural de l’Adour) reprenait les propos de la ministre de l’Éducation, lors du séminaire organisé à cet occasion : «Vous connaissez le plagiat par anticipation? C’est le fait de croire que l’on invente quelque chose et de découvrir que quelqu’un d’autre l’a déjà fait avant. Eh bien c’est le sentiment que j’ai avec la réforme du collège et ce qui existait déjà avec l’éducation socioculturelle dans l’enseignement agricole» (Le Sillon, 28/04/2016).

Ce n’est pas la première fois que l’on constate que l’enseignement agricole est une potentielle source d’inspiration en matière de pédagogie, de travail collectif, etc.

Mais, qu’est ce que l’« éducation socioculturelle »  (ESC)?

Dans le même article du Sillon, on trouve les mots : ouverture au monde et à la culture, pluridisciplinarité, projets collectifs, moment d’échanges, travail de groupe, valeurs, plaisir, lutte contre l’échec et le décrochage. Continuer la lecture de Cultivons l’éducation socioculturelle 

Les MFR : un OVNI dans le paysage éducatif ?

logo-mfrJ’ai plusieurs fois mentionné l’enseignement agricole dans ce blog. La France est une exception dans le monde, avec un enseignement agricole qui dépend du ministère de l’agriculture et non de celui de l’éducation. Si l’enseignement agricole n’est pas complètement déconnecté des politiques du MEN, il présente quand même des spécificités qui méritent d’être connues et dont l’Éducation nationale pourrait s’inspirer parfois. Les réformes des dernières années tendent vers une organisation qui existe depuis bien longtemps dans l’enseignement agricole : CCF, lycées des métiers, partenariats, rapprochement avec les voies de l’apprentissage, etc. Dans ce qui relève de l’enseignement agricole, une structure apparait encore comme un OVNI parfois, de par son statut, son implantation, son fonctionnement : il s’agit des MFR (maisons familiales et rurales), souvent méconnues des enseignants de collège, de lycée ou de LP, parfois regardées avec méfiance car considérées comme concurrentes. Elles forment plus de 70 000 individus chaque année, de la 4ème à la licence professionnelle. 51 000 jeunes suivent ces formations dans des classes sous statut scolaire, 63 000 ont des contrats d’apprentissage, et 9 000 personnes ont recours à elles dans le cadre de la formation continue ou de la validation des acquis de l’expérience.
J’ai mentionné les MFR dans le Dossier de veille n°99, mais je tenais à présenter plus en détail l’histoire de ces structures atypiques. Un  billet avait déjà été publié en mai 2014 dans une série d’articles qui traitaient du climat décrochage scolaires.

Origines

Si les premières Maisons familiales et rurales datent de 1937, elles s’inscrivent dans une histoire antérieure avec notamment la création du mouvement du Sillon en 1899, par Marc Sangnier, qui s’inspire de la doctrine sociale de l’Église. Les Sillons seront dissous en 1910 à la demande de Rome, mais ce mouvement renaitra en 1914 avec la création  du Syndicat central d’initiative rurale (SCIR). Ce sont les bases  des futures chambres d’agriculture et des Maisons familiales et rurales.
En 1935, le SCIR lance la première expérience de formation agricole, à l’initiative de trois agriculteurs et un prêtre, qui repose sur l’alternance du travail manuel et du travail intellectuel, l’enseignement en lien avec la réalité, la formation humaine, la vie de groupe… En 1937, devant le succès de cette expérience, la première MFR est créée à Lauzun, malgré les atermoiements du SCIR et de l’Église, dont le mouvement prend son indépendance. La deuxième MFR verra le jour en 1940 en Haute Savoie. D’autres expériences de ce type ont lieu entre temps, mais qui ne dureront pas, faute d’un support associatif solide.
L’Union nationale des syndicats des maisons familiales de France est créée en 1941, et dès le départ, les salariés sont associés au fonctionnement de la structure. Chaque Maison familiale est autonome et choisit d’adhérer à la structure nationale. L’Union va définitivement s’installer en 1946, et commence à se structurer en lien avec les milieux professionnels agricoles et le ministère de l’agriculture. Des associations départementales voient le jour entre 1955 et 1960, qui sont des relais locaux et qui assurent un maillage du territoire de proximité.
La communication de l’Union prend de l’ampleur à partir des années 1990, période à laquelle est adopté le slogan « Réussir autrement ».

Statut associatif

Le statut associatif pour les MFR est une volonté dès le départ, pour protéger leur indépendance, notamment à l’égard de la corporation paysanne qui était encadrée par le gouvernement de Vichy.
Dans la période d’après guerre, les MFR réaffirment leur volonté de ne pas être sous la coupe de l’État et de ne pas être non plus sous le contrôle de l’Église. Une scission a d’ailleurs lieu en 1945. De nouvelles orientations sont adoptées qui réaffirment le fonctionnement associatif de chaque MFR, le principe de l’alternance entre la MFR et l’entreprise, l’organisation en groupe restreint. Si les familles peuvent demander à ce qu’un prêtre ou un pasteur dispensent une formation religieuse pour ceux qui le souhaitent, le ministre du culte ne peut en aucun cas être le directeur de la MFR.
Les relations avec le clergé sont difficiles, car ce dernier souhaite récupérer dans son giron le mouvement des MFR. Les relations avec l’État ne sont pas plus faciles. Ce n’est qu’en 1984 que les MFR sont reconnues comme interlocutrices directes par les pouvoirs publics.
La visée affichée de ces associations est de permettre aux jeunes de trouver leur place dans le monde des adultes et de participer à sa transformation. Comme pour toute association, les adhérents (ici : les familles) sont associés au fonctionnement des MFR.
Si au départ, les MFR s’adressaient à des jeunes issus du monde agricole, ce n’est plus le cas aujourd’hui. L’évolution est la même que celle de l’enseignement agricole plus largement. Le déclin de la population agricole ne s’est pas accompagné d’un déclin des formations de l’enseignement agricole, bien au contraire. Tous les adolescents sont susceptibles de pouvoir intégrer une MFR. D’ailleurs, ces structures jouent un rôle indéniable dans le cadre de la lutte contre le décrochage scolaire, en « récupérant » des jeunes dont l’Éducation nationale ne sait pas quoi faire.

Pédagogie

Sur un plan pédagogique, les MFR diffèrent de ce qui se fait dans l’enseignement traditionnel, en favorisant la pratique avant la théorie. Le mouvement revendique une « pédagogie du réel » qui ne relève pas non plus de l’éducation nouvelle et de la pédagogie active. Ils mettent en place une approche globale de l’enseignement et tentent de créer des ponts entre les disciplines. Ils développent une véritable pédagogie de l’alternance (qu’ils qualifient d’alternance intégrative), en se basant sur trois principes : nécessaire relation pédagogique entre le vécu dans l’entreprise et la formation à l’école ; mise en situation réelle avec des adultes ; association formation technique et formation générale. Cette alternance privilégie  « la réflexion des jeunes à partir de leur mise en situation de travail réelle ».
Avec le développement des politiques favorisant l’apprentissage, les MFR, fortes de leur expérience en la matière, engagent une mutation et ouvrent des CFA à partir de 2007.
La présence d’un internat est aussi une caractéristique des formations dispensées. C’est un facteur essentiel de la socialisation et de l’autonomisation des jeunes.

Formation des personnels

Les encadrants ne sont pas des enseignants mais des moniteurs qui sont à la fois formateurs, animateurs et accompagnateurs. La question de la formation ne se pose donc pas de la même manière que dans l’enseignement traditionnel.
Des écoles pour  cadres sont créées à partir de 1942, qui deviendront par la suite des centres techniques , puis en 1946 une association paritaire voit le jour, qui deviendra plus tard l’ANFRA (Association nationale de formation et de recherche pour l’alternance). Jusqu’en 1968, la formation des moniteurs associera formation technique et formation pédagogique. En 1969, la formation pédagogique passe sous la tutelle du ministère de l’agriculture. Dans les années 1980, le recrutement se diversifie, la formation technique est moins importante, ce qui ne va pas sans créer quelques difficultés pour la mise en oeuvre de la pédagogie de l’alternance.

Ouverture à l’international

L’ouverture à l’international fait partie de l’ADN de l’enseignement agricole, et s’inscrit dans une politique de partenariats avec des associations ou structures dans les pays étrangers (coopération, etc.). C’est vrai aussi dans les MFR, qui commencent à essaimer à l’étranger, en Tunisie, en 1956, puis en Algérie. Elles travaillent avec le ministère de la coopération et nouent des liens avec les associations locales. Le continent africain, avec les anciennes colonies française, sera le premier à voir s’ouvrir des MFR (Sénégal, Côte d’Ivoire, Togo, Cameroun, etc.). En Europe aussi, certains pays adoptent ce fonctionnement : Italie, Espagne dans les années 1960. Après 1969, l’Argentine s’approprie l’idée des MFR, puis plus largement l’Amérique centrale et l’Amérique latine dans les années 1970. A la fin du XXè siècle, des MFR ouvrent au Québec, au Vietnam et au Maroc. Aujourd’hui, ce sont plus de 500 MFR qui sont présentes à l’étranger.

Pour aller plus loin :

Les Maisons Familiales Rurales: Réussir autrement

logo-mfrLes Maisons Familiales et Rurales sont issues du milieu associatif d’après la loi de 1901 et dépendent de l’enseignement agricole. Ce qui caractérise les MFR, c’est l’alternance entre les semaines de formation où les élèves sont présents à la MFR et les semaines de stage.

Réussir autrement

La volonté des MFR c’est de faire réussir les élèves autrement grâce à la pédagogie de l’alternance. Cette pédagogie se divise en quatre phases communes à toutes les MFR :

  • La préparation du plan d’étude : Il s’agit d’élaborer un questionnaire que l’élève sera capable de renseigner à la fin de son stage;

  • Le plan d’étude : Il s’agit de développer les réponses au questionnaire pour créer un rapport de stage;

  • L’étude de stage : Il s’agit de la correction de l’étude de stage. Tous les élèves effectuent un entretien individualisé avec un formateur permettant un retour sur le travail de chacun. Ce dossier donnera lieu à une note;

  • La mise en commun : Il s’agit d’un temps de mutualisation. Les formateurs évoquent les contenus des études de chaque élève. C’est un échange collectif permettant de travailler le projet d’orientation des adolescents. Ce travail est indispensable car un projet d’orientation permet de se projeter vers l’avenir.

En ce qui concerne les enseignements en salle de classe, les MFR se basent sur le référentiel de compétences des établissements agricoles. Les élèves ont des cours de français, de mathématiques, de vente, de technologies mais aussi des modules de la vie sociale et culturelle tels que des enseignements d’éducation à la sexualité, à la santé…

Pédagogique et éducatif

Les élèves sont au cœur de la pédagogie des MFR, l’équipe de formateurs se rend disponible pour les élèves à chaque instant. Le fonctionnement d’une Maison Familiale est très différent d’un établissement de l’Éducation nationale. Tout d’abord, il n’y a pas de CPE ainsi, la dichotomie entre l’éducatif et le pédagogique est inexistante. Les formateurs assurent tout l’aspect pédagogique en donnant du sens aux apprentissages, et ils se chargent aussi de tout ce qui relève de l’éducatif en conduisant des problèmes dans la classe ou en dehors vers une solution.

Travail en équipe

Pour le bon équilibre d’une MFR, le travail en équipe est primordial. Dans ces structures, il est nécessaire de rendre les apprentissages vivants, de donner du sens. Par exemple, les cours de technologie sont en lien avec les futurs stages. Il faut éviter les confusions cognitives, les questions « à quoi ça sert », « pourquoi on apprend ça ? ». Il est essentiel de favoriser le travail en demi-groupe pour que les jeunes se sentent pris en considération.

La pédagogie de l’alternance signifie un travail en collaboration autour de plusieurs acteurs : la famille, le maître de stage et les formateurs. Le carnet de formation permet de faire le lien entre ces différentes personnes gravitant autour de la réussite des élèves.

Public hétérogène

Les MFR accueillent des adolescents souvent abimés par leur expérience scolaire antérieure. Leurs bulletins affichent des résultats très médiocres et pour certains des problèmes de comportement avérés. Les Maisons Familiales procèdent à leur propre recrutement, les élèves « dys » (dyslexique, dysphasique, dyscalculie…) sont de plus en plus demandeurs pour intégrer les établissements de ce type . Le public accueilli est très hétérogène :

  • Élèves « dys » ;

  • Élèves ayant de grosses difficultés sociales et familiales ;

  • Élèves renvoyés plusieurs fois d’établissement de l’Éducation Nationale ;

  • Élèves qui envisagent une orientation professionnelle.

D’après les élèves rencontrés, l’internat est propice à leur réussite car des heures d’études obligatoires sont mises en place, ils peuvent travailler à plusieurs, s’entraider, les formateurs sont disponibles pour les encourager, les épauler et cela les obligent à se mettre au travail.

A propos du climat scolaire

D’après les travaux de l’OCDE, la qualité du climat scolaire est la corrélation de plusieurs éléments. Tout d’abord en ce qui concerne la qualité du bâtiment scolaire. Dans la MFR visitée, les élèves ont un avis positif sur les locaux notamment grâce au grand parc arboré. On favorise l’implication des élèves dans la vie de l’établissement. Tout d’abord, ils doivent effectuer des services. Chaque semaine, à tour de rôle, deux élèves sont responsables du ménage dans la salle de classe, à deux autres est confiée la préparation de la table du petit déjeuner, du déjeuner et du dîner etc. Ces services parfois difficiles à comprendre pour les 4èmes, deviennent très rapidement ritualisés. Ces tâches permettent aux élèves de s’ancrer dans la vie réelle, de les aider à devenir des citoyens autonomes, de les rendre plus respectueux et donc de favoriser un climat scolaire positif.

En ce qui concerne le climat relationnel, le fait qu’il y ait un nombre restreint d’élèves, les adolescents ressentent moins de tensions, les formateurs ont plus de temps pour chacun. De manière individuelle, les élèves se sentent mieux en évoluant dans un environnement à taille humaine. Le fait d’avoir quitté leur ancien établissement est pour l’ensemble des élèves un bénéfice considérable, le fait de couper complétement avec leur ancien milieu est propice à une reprise favorable de leur scolarité.

Les élèves sont unanimes pour dire que les formateurs sont disponibles à 100% pour eux. Ils se sentent écoutés, pris en considération, aidés. Ils considèrent qu’il s’agit un peu de l’école de la deuxième chance, ainsi, ils saisissent l’opportunité de tout « recommencer à zéro ».

Dans la MFR qui m’a ouvert ses portes, le vendredi, c’est le jour de la « synthèse ». Avant que les élèves ne rentrent chez eux, ils se regroupent avec l’ensemble des formateurs pour faire un bilan de la semaine, on aborde les points positifs et les points négatifs. Toutes ces informations sont transmises à la direction. Ainsi, les élèves peuvent faire entendre leur avis et savent que celui-ci sera entendu.

Pour les élèves interrogés, les sanctions sont jugées comme étant justes ce qui contribue à un climat scolaire favorable. Ces règles ont été clairement explicitées aux élèves en début d’année scolaire. Chaque adolescent a signé le règlement intérieur. De nombreux élèves insistent sur le fait qu’un dialogue est établit avec les formateurs avant la sanction. La tolérance face à la violence est nulle. Chaque élève est parfaitement au clair avec ces consignes.

Dans cette MFR, le levier principal du climat scolaire favorisant la persévérance scolaire est la motivation des élèves. Selon les niveaux, l’année scolaire est rythmée par un fil conducteur, un thème de travail, permettant la motivation des élèves. Des élèves très difficiles à leur arrivée se retrouvent en fin de 4ème complétement transformés. Pour la majorité des jeunes accueillis en MFR, la pédagogie du « réussir autrement » correspond à leurs besoins.

Alors que le constat est fait que de plus en plus d’élèves de l’Éducation nationale décrochent, les MFR réussissent à raccrocher des élèves jusqu’à les amener au diplôme. Ainsi, on peut se demander si l’Éducation nationale n’a pas tout intérêt à regarder de plus près ce qu’il se passe dans les établissements agricoles et notamment dans les MFR.

Je remercie la MFR de la Dombes pour son accueil chaleureux.

 

Il faut accepter le management, de manager et d’être managé

Ce billet clôt la série d’articles publiés suite au séminaire des chefs d’établissement de l’enseignement agricole du mois d’octobre 2012. Michel Bascle, directeur de l’ENFA de Toulouse (Ecole nationale de formation agronomique) où sont formés les enseignants de l’enseignement agricole participait à la deuxième table ronde intitulée « Comment impulser et accompagner les changements au sein de la communauté éducative ? ».

Pour lui, le changement sera plus facilement intégré dans un futur proche, car les « jeunes » enseignants intègrent davantage la remise en cause des acquis permanents. Il n’empêche que le chef d’établissement doit avoir une stratégie pédagogique claire, et l’atomisation des fonctions des proviseurs et principaux ne rend pas cette tâche simple. Imaginer un projet pédagogique demande du temps. La question du management (terme utilisé par M. Bascle) est centrale.

Or, pour manager, il faut trois conditions :

  • il faut un manager, c’est à dire un moteur.
  • il faut accepter d’être managé : ce n’est pas une attitude habituelle dans le monde de l’enseignement.
  • il faut que l’institution accepte ce type de management : elle doit accorder sa confiance à l’établissement, et lui laisser de l’autonomie.

Le jour où les personnels accepteront d’être managés, alors il sera possible de développer une logique d’établissement formateur, c’est à dire de mobiliser les formateurs dans une logique de professionnalisation permanente. Le changement ne se décrète pas, il s’impulse. La difficulté réside dans la mise en place des conditions propices à ce qu’une dynamique voit le jour. Tout établissement a une culture qui lui est propre (c’est à dire des valeurs partagées qui induisent des comportements). Il convient de se saisir de cette culture pour la développer, l’orienter…

Rôle du chef d’établissement et travail collectif des enseignants

Troisième retour sur le séminaire des chefs d’établissement de l’enseignement agricole. Ce billet se base sur l’intervention de Patrick Mayen, chercheur en sciences de l’éducation qui a fait un bilan de la première table ronde. Il s’est attardé sur le travail collectif des enseignants et la prise de risque. Pierre Saget précise que la nécessité de l’action collective se fait sentir dans les établissements sensibles, mais beaucoup moins dans les établissements où le climat scolaire fonctionne bien.

Le chercheur explique que les enseignants ont besoin de trouver un lieu pour apprendre, expérimenter. Des initiatives existent, un peu partout. Les expérimentations répondent à plusieurs fonctions :

  • on observe les effets puis on décide s’il faut continuer ou pas ;
  • on apprend en expérimentant ;
  • on privilégie des actions « minuscules » qui s’inscrivent dans le concrêt du quotidien. L’innovation n’est pas forcément synonyme de révolution ;
  • c’est l’occasion pour les enseignants de redécouvrir les élèves et de rétablir une véritable relation avec eux.

Le pilotage pédagogique dont la responsabilité incombe au proviseur (ou au principal) est une tâche ingrate. Le rôle des chefs d’établissement est de créer et d’organiser les conditions pour que le travail des enseignants soit réalisable. Il doit pouvoir favoriser la prise de risque, qui est nécessaire pour innover. Cette prise de risque suppose de la sécurisation, sinon les enseignants ne sont pas prêts à innover.. Cette sécurisation relève de la fonction du chef d’établissement et de l’équipe d’encadrement plus largement.

Se pose aussi la question de l’évaluation, abordée lors de la 2ème table ronde par Francine Randi (Inspectrice de l’enseignement agricole) qui explique qu’il y a de plus en plus de demande d’évaluation collective de la part des enseignants. Le travail des inspecteurs s’oriente vers la réalisation d’outils d’aide à l’auto-évaluation. Cette dimension collective est prise en compte par l’inspection, mais le moteur de la dynamique collective se trouve au sein de l’établissement autour des projets de l’établissement. Le rôle du pilotage pédagogique est essentiel.

C’est ce qui ressort d’ailleurs du dossier d’actualité n° 73. Le leadership de l’établissement doit être « mis en conflit » à l’intérieur de l’établissement sur des positions pédagogiques et des problèmes de gestion de classe. Les réponses sont à apporter collectivement, dans un souci de partage de responsabilités (entre enseignants et cadres). Ce travail collectif, les évaluations qui en sont faites doivent aussi favoriser la réflexivité des enseignants.

 

Références bibliographiques

  • Endrizzi Laure et Thibert Rémi, « Quels leaderships pour la réussite de tous les élèves ? », Dossier d’actualité Veille et Analyses (73), avril 2012, p. 28. <http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=73&lang=fr>
  • Barrère Anne, « Chef d’établissement : un singulier métier », Les cahiers pédagogiques (458), décembre 2007, pp. 24-26.
  • Bouvier Alain, « Croire en l’intelligence collective », Les cahiers pédagogiques (458), décembre 2007, pp. 11-12.

Enseignement agricole et Education nationale : deux façons d’articuler le pédagogique et l’éducatif

Ceci est le deuxième billet consacré au séminaire des Personnels de direction des EPLEFPA. Le premier traitait de l’enseignement agricole (EA) comme laboratoire pour l’éducation nationale (EN). Je terminais sur une mention de Pierre Saget, IGEN, qui intervenait lors de la première table ronde sur les stratégies pédagogiques pour l’EPLEFPE.

Pour Pierre Saget, le rapport entre l’EN et l’EA est ambigu et paradoxal.L’EA a connu une rupture à la fin des années 70 / début des années 80 en procédant à une rénovation pédagogique qui a réussit, alors que l’EN échouait dans cette rénovation. Depuis ce temps, l’EN contourne la difficulté de la rénovation pédagogique dans la classe en développant des actions périphériques, qu’il s’agisse de tutorat, d’accompagnement personnalisé ou d’autres actions de ce type.

Le chef d’établissement est celui qui impulse et conduit la politique pédagogique et éducative, or dans l’EN, les enseignants ont toujours mis en doute la capacité du principal ou proviseur à intervenir sur ce qui relève du pédagogique, au nom de la sacro-sainte « liberté pédagogique » de l’enseignant. Pierre Saget distingue d’ailleurs la liberté pédagogique et l’autonomie pédagogique. Il plaide pour que les établissements réfléchissent collectivement à la pédagogie, pour que l’on sorte de l’individualisme et que l’on développe un fonctionnement collectif.

Les choses n’ont pas vraiment évolué jusqu’à aujourd’hui. D’ailleurs, la plupart des enseignants ne veulent pas gérer ce qui relève de l’éducatif, laissant cet aspect aux CPE (et l’équipe de la vie scolaire). Dans l’EA, les enseignants se sont toujours occupé d’aspects éducatif et pédagogique. En ce sens aussi, l’EA est un laboratoire intéressant pour l’EN.

À ce titre, la création des conseils pédagogiques (EN) ou des conseils d’éducation et de formation (EA) sont salutaires : il est enfin possible de parler de pédagogie et d’éducation . Pourtant ils rencontrent des résistances. Il est primordial d’investir conjointement la dimension éducative et la dimension pédagogique dans les politiques d’établissement.

L’enseignement agricole, un laboratoire pour l’Éducation nationale ?

Le séminaire des personnels de direction d’EPLEFPA (établissement public local d’enseignement et de formation professionnelle agricole) s’est tenu les 18 et 19 octobre 2012 dans les locaux du Ministère de l’agriculture à Paris. Ayant été sollicité pour participer à une table ronde, suite à la parution du dossier d’actualité sur le leadership pédagogique, j’y suis resté la première journée.

Ce billet, qui sera suivi d’autres, va s’intéresser aux propos du ministre de l’agriculture, M. Stéphane Le Foll qui a ouvert le séminaire. Il a redit les enjeux forts de l’éducation dans une société comme la nôtre et s’est félicité des débats liés à la refondation (dans laquelle l’IFE est impliqué).

Il a ensuite présenté les trois principaux objectifs de l’enseignement agricole (EA) :

  • l’EA revendique le pacte éducatif et souhaite favoriser les relations avec l’Education nationale (EN), tout en gardant sa spécificité : l’enseignement a été très tôt territorialisé. L’ouverture sur le reste de la société, sur l’Europe et le monde fait partie de ses gènes, et le ministre plaide pour que ce sillon soit davantage creusé.
  • l’EA touche au secteur de l’agriculture et la prise en compte des enjeux environnemental et écologique sont cruciaux. L’EA a un rôle essentiel à jouer dans la redéfinition des modèles de développement (révolution verte, innovation, etc.) et doit être un relais, un moteur, un passeur de savoir faire.
  • l’éducation doit être un moyen de promotion sociale, alors que depuis quelques temps, on constate que l’école est surtout le lieu de la reproduction sociale.
    L’EA a mis en oeuvre le lycée des métiers depuis longtemps, en brassant dans les mêmes locaux la formation initiales (CAP, Bac Pro), la formation continue, l’apprentissage. Il a un vrai savoir faire qui doit être un laboratoire pour toute la société. Le ministre regrette qu’une « société qui ne brasse plus ses enfants finit par créer des fractures, des coupures« .

Lors des différentes tables rondes qui ont suivi, cette idée de « laboratoire » que serait l’EA est souvent revenu dans les discussions, notamment dans le discours de Pierre Saget, IGEN qui a travaillé quelques temps avec l’EA. Les lycées des métiers ont tenté de reproduire ce qui se faisait au niveau de l’EA, les conseils pédagogiques peuvent être comparés aux CEF (Conseil de l’éducation et de la formation). Les établissements sont de par la nature même de l’EA fortement ouverts sur l’extérieur, aussi bien localement (avec le tissus économique) qu’au niveau international (avec des projets de coopération).

L’EN devrait peut-être regarder ce qui se fait chez son voisin qu’elle connait très peu dans le meilleur des cas, ou qu’elle n’a jamais croisé…