Archives du mot-clé économie de l’éducation

Savoir commenter l’information (à propos d’une étude HSBC/ISPOS MORI)

Le 16 avril, HSBC holdings (groupe bancaire  qui se déclare « banque universelle » ayant pour objectif l’accompagnement des entreprises dans leur développement international et des particuliers dans la gestion de leur patrimoine) a rendu public un rapport intitulé The value of education : springboard for success (la valeur de l’éducation : tremplin pour la réussite).

La source d’information : Une enquête menée entre décembre 2013 et janvier 2014, dans 15 pays et portant sur un échantillon de 4592 parents (hommes ou femmes), pour identifier leurs attentes et comportements quant à la scolarité de leurs enfants, de la maternelle à l’université.
Les 15 pays sont les suivants : Australie, Brésil, Canada, Chine, France, Hong Kong, Inde, Indonésie, Malaisie, Mexique, Singapour, Taïwan, Turquie, Grande-Bretagne, Etats-Unis.

 Les médias français ont titré sur le faible niveau de stress des parents et leur insatisfaction du système éducatif français. Le Café pédagogique s’appuyant sur ce moindre stress  s’interroge « les parents français font-ils les enfants moins disciplinés ? » et consacre un paragraphe sur les contenus attendus (résolution de problèmes, pensée analytique ou acquisition de compétences numériques).[1]
Les médias non francophones ont plutôt retenu les investissements faits par les parents, l’ambition d’études universitaires, et de préférence à l’étranger (ce dernier point étant plutôt le fait des parents asiatiques).
Pour les commanditaires (HSBC), cette étude de consommation (réalisée par IPSOS Mori), avait pour objectif de déterminer, à partir des valeurs de l’éducation des parents, quels pouvaient être leur comportement vis à vis du coût de l’éducation, l’investissement qu’ils sont prêts à y consacrer et leurs attentes en terme de retour sur investissement.Il parait difficile de généraliser les résultats communiqués puisque  ce rapport de 28 pages ne donne aucune indication sur les caractéristiques des personnes sondées : répartition homme/femme; catégories socioprofessionnelles, niveau de revenu, localisation, etc.  Le fait que cette étude ait été commanditée par une institution financière et les commentaires émanant des responsables de cette holding laissent à penser que la préoccupation première de cette enquête était de pouvoir mieux conseiller les parents dans la gestion de leur budget éducation.  Dans ce cas, les commentaires émis sur les médias français (sauf le magazine Challenges) sont incomplets et hasardeux, omettant les items financiers. Sans données sur la méthodologie, difficile d’affirmer quoi que ce soit, dans un sens ou dans un autre…

Prenons donc les chiffres en l’état, en évitant de généraliser.
Vous trouverez ci-dessous les grands items dont les médias ont rendu compte (ou pas), en France, au Canada, en Grande-Bretagne ou à Singapour. Retenons en préambule  les commentaires faits par des consultants de HSBC, pour bien situer le cadre de cette enquête (et que les médias français ont omis de préciser) :

« Plus tôt vous commencez  [à épargner pour les études de vos enfants] et moins d’inquiétude vous aurez. Le nombre d’années recommandé est d’environ 20 ans. Vous pouvez aller jusqu’à 30 ans, si vous voulez, mais vous devriez commencer  dès que vous avez l’intention d’avoir un enfant » (HSBC Singapour).

« Pour ceux qui souhaitent envoyer leurs enfants à l’étranger, les taux de change joueront un rôle important pour réduire les frais de scolarité et de séjour ». Le consultant évoque alors des transferts de fonds, l’accumulation de devises et vante les services contribuant « à réduire le risque d’un manque à gagner induit par un soudain mouvement défavorable du taux de change »(HSBC Philippines).

  Détails des informations retenues (à partir  de 3 quotidiens ou magazines français, 1 magazine canadien, des informations émanant de HSBC Manille et Londres et en croisant avec les données d’origine, données dans le rapport final):

La qualité de l’éducation
–       9% des parents français pensent que le système éducatif national est le meilleur. Seuls les parents brésiliens sont plus pessimistes (6% sont fiers de leur système). Ce sont les singapouriens qui sont les plus fiers (75%);
–       56% des français estiment que la qualité de l’éducation n’est pas au niveau des meilleurs standards internationaux;
–       51% des parents considèrent que les États-Unis sont le pays offrant le meilleur niveau d’études, alors que 52% des parents français leur préfèrent l’Allemagne;
–       38% des parents estiment que le RU offre le meilleur niveau d’études, 27% l’Allemagne, 25% l’Australie et 25% le Japon.

Les objectifs  de parcours
–       61% des parents français espèrent que leurs enfants poursuivront leurs études dans le supérieur (91% en Malaisie, 86% en Turquie, 84% au Brésil, 83% en Inde, 55% aux USA, 48% au Canada, 38% RU, 37% Australie ; 82% au Canada ; 92% à Singapour. Moyenne : 62%).

Les attentes envers l’école
– Entre bonheur et autodiscipline, les parents privilégient l’autodiscipline (43%), mais ce taux dépasse les 50% en Asie (Indonésie 69%) pour être inférieur à 30% en France (30%), Australie et Royaume-Uni. Le bonheur a la faveur de l’Australie, Singapour et Taiwan (France : 40%);
–       Pour les français, les anglais et les australiens il est plutôt question de bonheur, d’épanouissement, d’acquisition des compétences;
–       En Asie, les parents ont tendance à attendre du collège et du lycée qu’ils rendent autonomes leurs enfants (37 % en Chine, 37% à Taiwan).

Le choix de l’école ?
–       40% considère que le secteur public est tout aussi bon que le secteur privé;
–       32% considère que la qualité du secteur public est moins bonne que celle du secteur privé;
–       43% des canadiens estiment que le secteur public apporte les compétences nécessaires contre 24% qui pensent que ce n’est pas le cas;
–       certains parents envisagent une scolarisation dans le privé (en terme d’investissement) pour le primaire,  dans les pays en développement et en Asie. Pour le secondaire, les parents les plus favorables se situent en Indonésie, en Inde ou en Chine;
–       Au Royaume-Uni ou en France ou Taiwan, ces chiffres sont respectivement de 6-8% pour le primaire et 17-22% pour le secondaire.

Faire ses études à l’étranger
–       74% des parents souhaiteraient que leurs enfants fassent des études universitaires à l’étranger (ce taux varie de 92% en Indonésie à 41% en Australie, en passant par 51% au Canada, 65% en France  et 50% au RU);
–       Le bénéfice des études à l’étranger : maitriser une langue étrangère et apprendre l’autonomie. L’apprentissage des langues est jugé important dans les pays non anglophones (82% en Turquie, 76% au Brésil) ; l’indépendance est mise en avant dans les pays asiatiques (par 55 à 69% des parents) beaucoup moins en France (21%) en Turquie (20%) ou en Inde (27%).

Les contenus et apprentissages
–       Les compétences de bases, au primaire, sont importantes (43%) et sont plus importantes pour les mères (65%) que pour les pères (54%);
–       Au secondaire, un socle commun de compétences est attendu par 40% des parents ; d’autres compétences sont citées, comme la résolution de problèmes (35% sr l’ensemble , très prisée à Singapour et Hong-Kong) la culture numérique (32%) ou l’esprit d’analyse (32% et à 40 % en Chine et Taiwan).

Le stress lié à l’éducation des enfants
–       38% considèrent que les décisions relatives à l’orientation sont facteurs de stress;
–       17% des français sont stressés par rapport aux études supérieures (éducation). Les plus stressés : Taiwan, Hong-Kong, Malaisie, Inde.

Planification des études
–       les français planifient les études supérieures de leur enfant 4,4 ans avant contre 6,6 ans dans les autres pays (Brésil 10,2 ans ; Chine : 3,8 ans) ;
–       51% regrettent de ne pas avoir mis de côté ou d’avoir planifié assez tôt les études de leurs enfants, Malaisie 84%, Chine 78%, Brésil 67%, 33% au Canada, Singapour 49%;
–       en France, 86% des personnes interrogées indiquent ne pas avoir eu ce problème.

Le financement des études
–       58% pensent que financer la scolarité de leur enfant est le meilleur investissement qu’ils puissent faire (Brésil : 79% ; Royaume-Uni : 35%, moyenne : 58%, France : 36%);
–       Cette opinion est plus forte chez les parents ayant leurs enfants scolarisés dans le secteur privé (69% contre 51%);
–       5 % des enfants français travaillent pour aider au financement de leurs études (USA : 25%);

En moyenne les parents consacrent 42% de leur budget à l’éducation. Certains pays y consacrent plus de 50 % (Canada 54%, Singapour 53%). Les parts de budgets les plus faibles se trouvent au Royaume-Uni (24%) en Inde (33%) et en Indonésie (35%).Certains parents aident à l’achat d’une première voiture (France), d’autres à  l’achat d’une maison (RU) ou d’autre au démarrage d’une affaire (Indonésie, Mexique, Turquie).

École et marché du travail
–       L’université est la meilleure voie pour intégrer la vie professionnelle  pour plus de 40% des parents : être compétitif sur le lieu du travail (43% sur l’ensemble,  majeur pour 47% des canadiens, 57% des mexicains ou 52% des malaysiens, France : 29%) ; obtenir un bon salaire (37% de l’ensemble, 43% des canadiens et majeur pour 41% des indiens, France : 24%); maximiser les opportunités personnelles (34% de l’ensemble), fournir une bonne formation professionnelle (34% et 33% en France);
–       Les mères (50%) considèrent que l’impact des études supérieures est important pour un gain en terme de revenu (pères : 38%).

Autres sources  :


[1] Le Café a repris le contenu du préambule au rapport, rédigé par l’un des responsables de la banque HSBC (cf. lien indiqué sur l’article du Café).