Archives du mot-clé e-éducation

Une enquête sur les recherches TICE en Afrique et dans le pourtour méditerranéen

Deux équipes réalisent une cartographie des recherches francophones sur les TICE dans le cadre d’une collaboration avec l’IFIC (Institut de la francophonie pour l’ingénierie des connaissances et la formation à distance, Agence universitaire de la francophonie – AUF) :

– une première équipe, de l’Institut Français de l’Education (IFÉ, ENS de Lyon), coordonnée par Luc Trouche, s’intéresse au pourtour méditerranéen (du Maroc à la Turquie)

– une seconde équipe, de l’ENS de Yaoundé, coordonnée par Marcelline Djeumeni-Tchamabé, se consacre à l’Afrique subsaharienne.

Les recherches sur les TICE constituent un champ très vaste, qui recoupe un ensemble de domaines : didactique des disciplines, psychologie, économie, sociologie, sciences du langage, informatique, sciences de l’éducation, e-learning… Autant de disciplines qui cherchent à éclairer les questions posées par la rencontre entre éducation et technologie.
L’objectif de ce travail est d’avoir une meilleure visibilité sur ces réseaux et thématiques émergents, pour encourager de nouvelles formes de collaborations scientifiques (appui aux études doctorales, à la formation et à la publication pour les chercheurs).
Dans cette perspective, un questionnaire en ligne a été mis en ligne et ouvert à tous les chercheurs concernés :  http://ife.ens-lyon.fr/enquetes/TICE . `
Pour tout contact : Reftice@ens-lyon.fr ; Twitter : @reftice

 

Petite poucette à la fac

Aujourd’hui, Petite poucette, pour reprendre la formule de Michel Serres [1], fait des études supérieures. Et plusieurs des cours qu’elle suit utilisent une plateforme pédagogique ; certains sont même totalement à distance.

Dans sa vie privée, elle a plein d’opportunités pour apprendre, elle communique avec ses proches via le Web, elle investit certains médias en ligne pour partager ses passions avec d’autres. Mais c’est sa vie privée.
Elle aime bien que la fac lui facilite la tâche pour utiliser son ordinateur portable dans de bonnes conditions, mais ne souhaite pas que l’institution envahisse les médias sociaux qu’elle réserve à ses amis, sa famille.

Pour ses études, elle utilise volontiers l’internet et pratique la recherche d’informations en ligne ; elle apprécie d’avoir accès à des contenus structurés de cours sur la plateforme pédagogique. C’est normal, parce que c’est pratique. Ça lui demande plus d’efforts, mais si le cours est de bonne qualité, ça vaut la peine.
Elle aime bien quand le prof trouve un bon équilibre entre le cours en présence et les fonctionnalités de la plateforme ; elle n’aime pas quand il se lance dans des expériences trop « geek », ça la perturbe. Elle est exigeante donc, mais d’abord sur la qualité du cours et sur les échanges avec le prof. Pas tellement sur l’innovation pédagogique.

L’environnement d’études de Petite poucette a beaucoup évolué ces dernières années et les changements à venir sont encore plus importants. Elle ne s‘en rend pas nécessairement compte, elle reste perplexe devant les écarts de pratiques d’un prof à l’autre…

Bien sûr, il ne faudrait pas se méprendre sur cet instantané… Les pratiques numériques sont bien plus inégales qu’il n’y paraît et pas nécessairement « générationnelles », comme on l’a montré dans Jeunesses 2.0 : les pratiques relationnelles au cœur des médias sociaux (dossier d’actualités n°71, février 2012).
Et si les pratiques pédagogiques ont évolué, la fonction enseignante dans l’enseignement supérieur français reste largement impensée (Savoir enseigner dans l’enseignement supérieur : un enjeu d’excellence pédagogique, n°64, septembre 2011).

Pour aller un peu plus loin sur les changements qui sont intervenus dans l’enseignement supérieur, ce nouveau dossier du service Veille et analyses de l’IFÉ (n°78, octobre), Les technologies numériques dans l’enseignement supérieur, entre défis et opportunités, examine quelques travaux de recherche publiés dans les 10 dernières années en France, en Europe et en Amérique du Nord.

Une première partie traite des aspects plutôt institutionnels en essayant d’évaluer dans quelle mesure les technologies numériques constituent un levier pour la modernisation de l’enseignement supérieur et en particulier pour la rénovation de la pédagogie.
Dans un deuxième temps, ce sont les pratiques numériques des étudiants et des enseignants et leur influence sur les attentes en terme d’apprentissage et les conceptions de l’enseignement qui sont examinées.
La dernière partie traite de la plus-value qui réside dans la relation entre pédagogie et technologie et des conditions dans lesquelles cette plus-value peut opérer.

——————-

[1] Pour tout savoir sur Petite poucette :  un entretien (septembre 2011) et une vidéo (aôut 2012) de Michel Serres.

JEL 2012 : une maturité balbultiante pour l’e-learning dans l’enseignement supérieur

[Màj du 18 juillet 2012 : mise en ligne du ebook des JEL avec les notes collaboratives et les tweets]

Un beau programme pour la 7e édition des journées du e-learning (JEL) qui s’est tenue à l’université Lyon 3 les 28 et 29 juillet…
Et promesse tenue : malgré des intitulés parfois abscons (vous iriez assister à une conférence intitulée « course de fond ou course de vitesse »?), les conférences plénières et ateliers ont donné à voir et à entendre (vidéos) de nombreuses initiatives plaidant pour une « maturité » naissante du e-learning dans l’enseignement supérieur.

La mode est d’ailleurs au « livre blanc », signe qu’il est temps désormais pour les acteurs, à quelque niveau qu’ils se situent, de prendre des décisions ? Celui sur L’apprentissage augmenté, publié par Thot il y a tout juste quelques jours, a été abondamment diffusé.
Jean Heutte nous a présenté en avant-première les principes structurants du livre blanc sur la démarche e-portfolio dans l’enseignement supérieur : il s’agit d’un projet porté par la MINES (mission numérique pour l’enseignement supérieur), avec une publication prévue à la rentrée prochaine (octobre). L’exposé de ces principes a mis au jour plusieurs tensions, plus ou moins aisées à appréhender :
– entre le niveau individuel et le niveau institutionnel d’une part : le e-portfolio, qui est fondamentalement la propriété de l’étudiant, doit soutenir son activité réflexive tout en étant totalement intégré au système d’information de l’établissement.
– entre le monde académique et le monde professionnel d’autre part : la démarche doit permettre une plus grande lisibilité des parcours individuels (notamment en termes de compétences), à la fois pour les étudiants et pour les employeurs potentiels.

Une des pistes suggérées par J. Heutte pour s’inscrire dans cette perspective tout au long de la vie est le recours aux « open badges« . Lancés à l’initiative de Mozilla, ces open badges fonctionneraient comme des indicateurs non diplômants faisant la preuve d’une compétence acquise dans un cadre formel d’enseignement ou dans un cadre plus informel (auto-formation, bénévolat, loisirs). Les établissements proposant des formations certifiantes pourraient donc « émettre » aussi des badges, càd des certificats de compétences qui viendraient compléter le CV des étudiants ou leur profil sur les réseaux sociaux par exemple.
L’idée est séduisante, mais j’avoue ne pas tout comprendre à la manière dont la chaîne de production et d’attribution de ces badges serait opérationnalisable… Il y a bien l’idée que ce serait la masse des utilisateurs de badges qui en légitimerait l’existence… mais, concrètement ça me paraît pas si simple… Sans doute me faudrait-il creuser un peu plus…

Pour finir avec les livres blancs, j’en mentionnerai un dernier, consacré cette fois-ci à l’accompagnement des enseignants aux usages pédagogiques du numérique, sous la responsabilité de Geneviève Lameul ; celui-ci n’a peut être pas été évoqué au cours des JEL, mais je le signale car il est également porté par la MINES et suit un calendrier identique à celui sur la démarche e-portfolio : les 2 livres blancs seront en effet présentés lors d’un séminaire national qui aura lieu à Nancy en novembre prochain.

Mais revenons à ces deux journées, avec à la une du programme, en vrac : le jeu, l’immersion, la mobilité, les réseaux sociaux, le e-portfolio, l’open education… sans oublier les aspects juridiques (c’est bien le moins qu’on puisse attendre d’une fac de droit !) et des intervenants français, belges, suisses, italiens, espagnols, canadiens,… j’en oublie sûrement.

Je n’ai pas pu assister à la séance de clôture animée par Gérald Delabre, mais ce que j’ai pu en suivre sur Twitter m’a confortée dans l’idée qu’un des mots clés de cette édition 2012 était le « temps ».
Avec Jean-Michel Fourgous qui a souligné l’importance d’une meilleure articulation entre le temps scolaire et le temps extra-scolaire et la nécessité de repenser le temps « élève » en y introduisant du e-learning et le temps « enseignant » pour y instituer des temps d’accompagnement des élèves.
Mais surtout avec Margarida Romero, chercheuse à l’université autonome de Barcelone, qui a brillamment mis en évidence la concurrence entre les différents temps intervenant en situation d’e-learning (diapos) :
– les temps académiques (avec inscription libre ou fonctionnement en cohorte, donc plus ou moins flexibles)
– les temps d’activités (durée et échéance de réalisation)
– les temps individuels d’engagement dans la tâche (fonction des contraintes temporelles de l’étudiant, et des co-équipiers)
– les temps des co-équipiers selon le niveau d’interdépendance dans la réalisation de la tâche collective (qui s’il est fort, requiert une planification ou une régulation également forte).

Des contraintes donc qui chacune à leur niveau peuvent rendre l’engagement dans la tâche extrêmement complexe, alors que c’est la flexibilité qui est recherchée au départ dans un cours en e-learning. L’organisation du travail collaboratif à distance, de surcroît avec des étudiants issus de zones géographiques très éloignées, peut représenter un véritable défi, ne serait-ce parce que chaque étudiant a l’impression que les autres sont insuffisamment engagés (group time awareness). Pourtant, les recherches convergent pour dire que les étudiants qui sont forcés de travailler régulièrement sont plus performants in fine que ceux qui travaillent en totale autonomie…

Du côté de l’open education, les projets européens dans la filiation de l’opencourseware du MIT progressent, si l’on en croit Sophie Touzé, même si le modèle économique reste à trouver et si les avancées françaises sont timides : 3 établissements d’enseignement supérieur ont pour l’instant investi le créneau : Grenoble École de Management, ParisTech et Université de Lyon (diapos). Les initiatives du consortium OCW, et d’autres visant à encourager la création et l’usage de ressources éducatives libres (REL) sont désormais soutenues explicitement par l’Unesco qui vient d’adopter la Déclaration de Paris sur les REL lors du Congrès mondial éponyme des 20-22 juin derniers.

Un gros bémol quand même à cette maturité naissante du e-learning dans l’enseignement supérieur : l’immaturité de la législation française… Pour Michel Dupuis, l’oeuvre pédagogique multimédia reste un OJNI (objet juridique non identifié) qui est traitée de manière fragmentée, dans une logique de cumul de droits qui s’avère fondamentalement contre-productive. Pour Cédric Manara (diapos), le protocole d’accord signé en 2012 sur l’exception pédagogique est totalement absurde : il ne traite que de l’usage des ressources en présentiel, rendant ainsi l’e-learning illégal, et se limite à autoriser l’utilisation d’extrait d’une oeuvre en salle de classe… Ainsi, il serait interdit de montrer une photo ou un tableau en entier, de visionner un film dans son intégralité, de chanter une chanson en classe et de faire étudier un poème pour le bac français s’il n’est pas tombé dans le domaine public… j’en passe… un vrai bonheur…
Il paraît qu’il est encore temps de réagir sur le site HADOPI pour exprimer ses impressions sur les exceptions au droit d’auteur… en attendant la prochaine édition des JEL les 27 et 28 juin 2013.

Qui fait quoi en e-éducation en France ?

Pour tout savoir sur qui fait quoi en matière d’e-éducation en France, il va falloir attendre un peu… Attendre en particulier que l’enquête qui vient d’être mise en ligne par l’IFÉ porte ses fruits :

http://ife.ens-lyon.fr/e-education/

Il s’agit donc d’établir une cartographie de la recherche française en e-éducation, une cartographie couvrant l’enseignement scolaire, l’enseignement supérieur et la formation des adultes, avec des acteurs issus à la fois de la recherche publique et de la recherche privée.

Mais au fait, l’e-éducation, c’est quoi ? Le terme connaît un certain succès en France depuis les appels à projets e-éducation lancés dans le cadre du programme Investissements d’avenir, mais n’en demeure pas moins flou. Les concepteurs de l’enquête ont choisi de laisser la question ouverte. La recherche en e-éducation recouvre ainsi toutes les disciplines qui s’intéressent aux apports, progrès et transformations de l’éducation et de la formation en lien avec le numérique.

Ce beau projet est réalisé à la demande du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche (DGESIP-MINES, DGRI) par un groupe de pilotage qui comprend, outre l’IFÉ, l’université Pierre et Marie Curie, l’université de Lorraine, l’ENS Cachan et le réseau ATIEF.

L’enquête s’adresse à toutes les équipes de recherche et entreprises déjà impliquées dans des projets de recherche sur l’e-éducation.
Elle s’adresse également aux associations et aux structures d’appui de l’enseignement supérieur qui contribuent ou sont susceptibles de contribuer à ces mêmes projets.

Les premiers résultats seront présentés lors de la semaine du web organisée à Lyon du 16 au 21 avril prochains. Les annuaires ainsi créés et la base de projets associés seront également mis à la disposition du public sur un site web hébergé par l’École normale supérieure de Lyon.

Les délais sont donc assez contraints… merci de faire circuler l’information auprès des organismes concernés et de contribuer à l’enrichissement des données collectées.