Archives du mot-clé didactique

La didactique de l’éducation à la citoyenneté en colloque (4) – symposium

Jeudi 19 octobre après-midi, dans le cadre du colloque international des didactiques de l’histoire, de la géographie et de l’éducation à la citoyenneté « Quelles références pour les didactiques de l’histoire, de la géographie, de l’éducation à la citoyenneté ? », qui fait l’objet d’un compte-rendu en quatre parties (présentation, séances plénières, ateliers, symposium) sur Eduveille, quatre interventions à plusieurs voix ont permis aux membres du réseau REPCITé (Réseau d’études pluridisciplinaires sur la citoyenneté et l’éducation), ancré dans la psychologie, de partager avec des didacticiens leurs références et quelques résultats de recherche, dans le cadre du symposium « didactique de l’éducation à la citoyenneté : contributions pluridisciplinaires des recherches menées en sciences humaines et sociales ». Continuer la lecture de La didactique de l’éducation à la citoyenneté en colloque (4) – symposium 

La didactique de l’éducation à la citoyenneté en colloque (3) – ateliers

 Impossible d’assister à l’ensemble des communications portant sur l’éducation à la citoyenneté proposées lors du colloque international des didactiques de l’histoire, de la géographie et de l’éducation à la citoyenneté « Quelles références pour les didactiques de l’histoire, de la géographie, de l’éducation à la citoyenneté ? », dont il est question dans Eduveille (présentation, séances plénières, ateliers, symposium), et encore moins à la totalité ce celles présentées lors des douze ateliers. Cinq exposés auxquels nous avons assisté permettent tout de même d’illustrer différentes approches de l’enjeu des références en didactique de l’éducation à la citoyenneté.

Jean-Charles Buttier (université de Genève) a présenté quelques réflexions à partir de sa thèse sur les catéchismes politiques français (1789-1914) lors de sa communication portant sur « l’éducation à la citoyenneté en France : un projet républicain entre prescription et contestation (1789-2015) ». Au moment des débats portant sur l’introduction d’un enseignement de morale laïque en 2013, certaines voix se sont élevées contre un possible retour à un catéchisme républicain datant de la IIIème république. S’inscrivant dans un cadre théorique historico-didactique (M.-F. Bishop, C. Heimberg), J.-C. Buttier a démontré l’anachronisme de cette crainte. Le catéchisme politique tout comme l’éducation à la citoyenneté sont des produits des années révolutionnaires (43% des catéchismes républicains de la période 1789-1914 sont publiés à cette époque, avec un pic en 1794 ; pour les catéchismes scolaires, le pic est atteint dès 1793), l’étude des rééditions successives dans les années 1790 de l’un d’entre eux montrant par ailleurs la diversité et les mutations des attributs associés à la citoyenneté. L’article 35, sur le droit à l’insurrection, de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1793 (jamais appliquée) réapparaît dans un catéchisme de 1848, ici vecteur d’émancipation bien plus que d’endoctrinement. Forme sécularisée d’un apprentissage par cœur de questions-réponses, le catéchisme n’est pas au centre de la pédagogie de la IIIème République : support pédagogique décrié, associé à l’Eglise catholique, il est éclipsé dans l’éducation à la citoyenneté par d’autres outils de transmission des valeurs républicaines (manuels d’histoire d’E. Lavisse, Tour de France par deux enfants de G. Bruno).

Un atelier a été consacré au « contexte multiculturel ». Stéphane Minvielle (« L’introduction de l’enseignement moral et civique dans le contexte multiculturel de l’Ecole calédonienne : le choc des références ? », ESPE de l’université de la Nouvelle-Calédonie) a présenté le « bricolage » effectué à partir de références multiples en éducation à la citoyenneté, en partie spécifiques au contexte néocalédonien. Entre les accords de Nouméa de 1988 (création d’une collectivité territoriale sui generis, d’une citoyenneté calédonienne et naissance d’un « destin commun ») et le référendum sur l’autodétermination qui doit avoir lieu en 2018, le système éducatif néocalédonien a fait l’objet de transferts de souveraineté successifs : ainsi, l’instruction morale et civique est toujours enseignée à l’école primaire (à parité entre dimension nationale et locale), puis l’EMC au collège et au lycée (depuis février 2016). Au « bricolage » du prescrit s’ajoute celui des valeurs : françaises, occidentales, républicaines d’un côté, kanak et océaniennes de l’autre. Ces dernières sont présentées de façon éclatée dans différents textes : Charte du Peuple kanak de 2014, préambule du projet éducatif néocalédonien et rapport sur la mission d’écoute et de conseil sur l’avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie de 2016 et portées depuis 2017 par un enseignement obligatoire des fondamentaux de la culture kanak. Quelles articulations penser et pratiquer entre ces systèmes de valeurs ? Ce « bricolage » se prolonge pour les praticiens, comme ailleurs, par des enjeux liés aux cycles (programmations et progressions annuelles et triennales) et aux pratiques pédagogiques préconisées, notamment la mise en place du débat argumenté et ses difficultés.

Les trois communications suivantes ont été présentées dans le cadre de l’atelier « Valeurs et savoirs, quels enjeux sociaux ? ».

Nora Köhler (université de Genève, « Quelles références pour les valeurs transmises à l’école ? ») a proposé une analyse de discours d’enseignants d’histoire de deux cantons suisses romands, réagissant en partie à des extraits du Dictionnaire de pédagogie et d’Instruction primaire de F. Buisson. Elle utilise donc certains textes emblématiques de la IIIème République comme déclencheurs de parole pour approcher qualitativement les différentes références mobilisées de façon déclarative par les enseignants : plan d’études romand (parfois débattu), croyances religieuses privées, déclaration universelle des droits de l’homme, projet d’établissement. Sont principalement déclarés comme visés les règles de civilité (respect, tolérance, vivre ensemble) nécessaires au bon fonctionnement de l’espace classe et le développement de l’esprit critique ; les difficultés à faire valoir ces valeurs sans les prescrire transparaissent également dans les entretiens.

Anne Vézier (ESPE de Nantes, « l’enseignement laïque des faits religieux entre savoirs et valeurs, quelles références pour aborder le religieux ») s’est quant à elle intéressée aux références mobilisées par les professeurs stagiaires dans le cadre de leur mémoire professionnel. Après avoir replacé l’émergence de cet enseignement dans son contexte éducatif et scientifique, elle a situé sa propre recherche dans différents cadres théoriques, entre autres les sciences religieuses, la problématisation du philosophe M. Fabre, l’histoire qui permet de L. Febvre à A. Nef de replacer des croyances dans leur contexte, l’anthropologie de J. Bazin fondée sur l’observation de rites visibles. Elle a enfin proposé une catégorisation des références des enseignants stagiaires : histoire et sens commun de l’enseignement, inscription dans le champ des questions socialement vives, et de façon ponctuelle science sociales. En conclusion, la tension a été reprise entre « éducation à » et enseignement, l’enjeu de formation de faire émerger des références et leurs potentielles contradictions a été dégagé, la différence entre neutralité axiologique et neutralité épistémique posée et complétée par Nadine Fink (Haute Ecole Pédagogique de Vaud) par la notion d’« impartialité engagée » (T. Kelly) au cours de la discussion.

Enfin, Lola Petit (Ecole Pratique des Hautes Etudes) a développé la question de « l’enseignement laïque des faits religieux et de l’éducation à la laïcité à l’école primaire : de la pluralité des représentations à la multiplicité des références épistémologiques – Comment produire des outils didactiques sur des questions socialement vives ». Sa recherche-action l’a amenée à s’emparer de cette référence didactique, dont elle a illustré la définition par la présentation des enjeux sociaux et médiatiques, scientifiques et scolaires de son objet d’études.

En raison de la richesse du programme, d’autres communications dont les titres et les résumés se rapportent principalement à l’éducation à la citoyenneté n’ont pu être entendues. Laurence Fouache (Université Charles-de-Gaulle – Lille 3, « la géographie prospective : entre formation du citoyen et formation disciplinaire ») et Marco Lupatini (« Géographie et citoyenneté » interrogent tous deux dans leur thèse de doctorat les finalités politiques de la géographie scolaire. L’éducation au patrimoine connaît également une inflexion dans le sens de l’éducation à la citoyenneté, comme en témoignent les travaux de C. Fredella (université de Milan-Bicocca, « histoire locale et construction de sa propre identité : une recherche formation dans le domaine de l’éducation à la citoyenneté ») et de ses collègues italiennes, espagnoles, suisses et français (ESPE de Marseille), menées depuis 2015 dans le cadre du projet Erasmus+ Step. Laura Trivino Cabrera (université de malaga) a développé un propos centré sur « les études culturelles et la perspective féministe dans l’éducation à la citoyenneté à travers la culture médiatique ».

Une dernière modalité de discussion a été centrée sur les références de l’éducation à la citoyenneté : le symposium dédié (4).

Pour aller plus loin

  1. F. Audigier, « Les Education à … quels significations et enjeux théoriques et pratiques ? Esquisse d’une analyse », Recherches en didactique, 13, 2012, p.25-38
  2. F. Buisson (dir.) 1911, Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris : Hachette, 1911 (2èmé édition). Consultable en édition électronique: http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/
  3. P. Kahn, « L’enseignement moral et civique : vain projet ou ambition légitime ? Eléments pour un débat », Carrefours de l’éducation, 2015/1, 39, p.185-202
  4. T. Kelly, « Discussing controversial issues : four perspectives on teacher’s role », Theory and Research in Social Education, 1986, 14, p.113-138
  5. A. Nef, L’islam a-t-il une histoire ? Du fait religieux comme fait social, Lormont, Le Bord de l’eau, 2017
  6. S. Urbanski, L’enseignement du fait religieux : Ecole, république, laïcité, Paris, Presses universitaires de France, 2016

La didactique de l’éducation à la citoyenneté en colloque (2) – séances plénières

Dans le cadre du colloque international des didactiques de l’histoire, de la géographie et de l’éducation à la citoyenneté « Quelles références pour les didactiques de l’histoire, de la géographie, de l’éducation à la citoyenneté ? » présenté sur Eduveille (présentation, séances plénières, ateliers, symposium), quatre manifestations se sont tenues dans l’amphithéâtre Averroès de l’ESPE de Bordeaux et ont permis de nourrir des échanges communs de plus en plus ciblés sur l’éducation à la citoyenneté.

Dans sa conférence inaugurale, « Des didactiques qui font feu de tout bois ? », Nicole Tutiaux-Guillon (ESPE Lille Nord de France) a replacé dans leurs contextes les interrogations communes sur les références en didactique des sciences sociales et humaines. Ces références se sont construites pragmatiquement, à partir des années 1980, en partant d’objets de recherche ancrés dans des sciences contributoires (plus diverses pour l’éducation à la citoyenneté que pour l’histoire et la géographie) et dans des pratiques professionnelles à dénaturaliser. Sont ensuite venus s’ajouter des apports d’autres sciences sociales et humaines en fonction des questions posées par les didacticiens au fil des directions prises par leurs recherches, même si ce soubassement est différemment articulé selon les productions finales (thèse, article, intervention). Aujourd’hui, l’ancrage des didacticiens dans des références scientifiques s’effectue souvent dans des laboratoires pluridisciplinaires ; cette configuration appelle à adopter des cadres théoriques extérieurs à la discipline, donc à prendre en compte des emprunts aux autres sciences sociales et humaines, aux sciences de l’éducation, aux autres didactiques, au risque de la dénaturalisation du concept, de l’incohérence et de l’incompatibilité des références, des contraintes de l’interdisciplinarité prescrite, ou au contraire dans l’espoir de faire dialoguer de façon heuristique des traditions diverses, dans l’esprit du « bricolage » (C. Lévi-Strauss, La pensée sauvage, 1960). Dans un dernier temps de l’exposé, la question des références s’est élargie à leur légitimité scientifique, sociale et axiologique. Au vu du cadre institutionnel de l’enseignement supérieur, quelles références mobiliser dans une stratégie de constitution d’un champ propre aux didactiques disciplinaires ? Quelle place accorder aux références dans les publications et interventions destinées aux formateurs et aux enseignants ? Au prix de quels déplacements conceptuels le dialogue entre chercheurs et professionnels a-t-il lieu ? Sous l’influence du débat politique, d’enjeux civiques et de questionnements éthiques, quelles valeurs sous-tendent, de façon souvent implicite, les choix de références opérés par les chercheurs ? Comment les didacticiens se positionnent-ils sur les usages sociaux de l’histoire, la géographie citoyenne ou sur les valeurs intrinsèquement liées à l’éducation à la citoyenneté ? Dans leurs commentaires, Jean-François Thémines (Université de Caen Normandie) et Jean-François Cardin (Université de Laval) ont insisté sur les dimensions empirique, topologique et axiologique de l’intervention, et présenté un exercice d’egohistoire, montrant la constitution progressive de trois systèmes référentiels de recherche en didactique : empirique, puis théorique et méthodologique, enfin international et en particulier anglosaxon.

Le même jour, la première table ronde consacrée aux concepts nomades a pris pour objet deux notions éminemment actuelles pour la didactique de l’éducation à la citoyenneté : espace public a été pris en charge par Marco Lupatini (université de Fribourg), esprit critique par Marc-André Ethier (université de Montréal). La polysémie et la complexité de l’expression « espace public » a été au centre de la première intervention : ont été convoquées des disciplines telles que l’urbanisme, l’architecture, la géographie, puis la philosophie, la psychologie et la sociologie, de T. Paquot à M. Lussault et J. Lévy en passant par R. Brunet, H. Arendt et J. Habermas. Le concept d’esprit critique est quant à lui de plus en plus fréquemment mobilisé dans le discours institutionnel éducatif et dans les recherches en didactique de l’histoire, aux Etats-Unis comme en France. Les réactions de la part des auditeurs ont mis au jour les difficultés à articuler innovation dans la recherche par l’utilisation de concepts-outils redéfinis par le chercheur en fonction de ses questions et de ses objets, dans une tension heuristique féconde – mais chronophage – avec les représentants des disciplines de référence et la stabilisation nécessaire de ces mêmes concepts afin de les transmettre aux étudiants et futurs enseignants, malgré la diffusion d’outils de travail comme les dictionnaires.

La table ronde du lendemain, intitulée « quelles références pour des domaines émergents ? » a vu une deuxième intervention de Nicole Tutiaux-Guillon, pensée comme proposition d’analyse didactique de l’éducation à la diversité ethno-culturelle en France. Concept embryonnaire plus qu’émergent, il n’est pas une prescription institutionnelle, même si certains textes récents (programmes d’enseignement moral et civique de 2015, socle commun de connaissances, de compétences et de culture de 2016, rapport scientifique du Cnesco sur l’amplification des inégalités sociales et migratoires à l’école de 2016) peuvent y inviter. Le contexte international peut également servir de levier à ce propos : travaux du Conseil de l’Europe dès les années 1990 auxquels a contribué F. Audigier (par exemple Citoyenneté démocratique, langues, diversité et droits de l’homme, 2002), le guide Global Competency for an inclusive World de l’OCDE (2016) publié en vue de l’évaluation PISA de 2018 qui évaluera aussi la global competency des élèves. Un cadre multiculturel, du fait de la présence de communautés autochtones sur le territoire national ou de populations issues de l’immigration, pose le défi de la résolution des tensions dans l’éducation à la citoyenneté entre normativité homogénéisante de l’Etat-nation et reconnaissance de droits individuels. Comment rendre le pluralisme compatible avec les valeurs démocratiques universalistes ? Même en l’absence de prescription institutionnelle, le chercheur peut construire cet objet de recherche émergent dans la mesure où il s’appuie sur des contenus disciplinaires construits, enseignés et appris, qui questionnent le système scolaire, l’interpellent, le dérangent. La deuxième partie de l’intervention a illustré cette thèse en prenant comme objet l’immigration et les travaux actuels d’A. Destailleur, différenciant contenus potentiels, contenus empêchés (apportés par l’élève mais disqualifiés par l’enseignant en ce qu’ils peuvent engendrer des conflits portant sur les cultures et leur métissage) et contenus induits. Amenée par Sylvain Doussot (université de Nantes), la discussion, commune aux différents concepts émergents présentés, les a resitués en fonction de la nature des débats – médiatiques, sociaux, prenant une forme scolaire – amenés par ces questions.

La dernière table ronde, « Quelles épistémologies des didactiques ? » a permis à Carla Peck (université d’Alberta) de présenter en français sa « recherche sur l’identité ethnoculturelle et la conscience historique » des élèves canadiens. En quoi les identités ethniques des élèves influencent-elles leur compréhension du récit historique canadien ? La définition de la citoyenneté choisie met en exergue non un statut juridique mais, dans la lignée des travaux de B. Anderson, une communauté imaginaire, un sentiment d’appartenance à une communauté. L’identité est à ce titre plurielle, dynamique et multiscalaire. Le propos s’est ancré plus largement dans un cadre de références anglo-saxon (philosophie politique du Canadien W. Kymlicka, cultural studies du sociologue britannique S. Hall, politique de la reconnaissance du philosophe canadien C. Taylor, linguistique de J. Cummins et M. Early) et un contexte canadien présenté comme unique, combinant diversité du peuplement, protection constitutionnelle des minorités et intégration du multiculturalisme dans le récit (national et projeté) sur le Canada. Dans le cadre de cette recherche, les élèves ayant rédigé un texte dans lequel ils répondaient à la question ouverte de leur auto-identification, qui s’est révélée complexe, fluide et transitoire.

En complément de ces séances plénières quotidiennes, les discussions se sont tenues dans le cadre de nombreux ateliers (3).

Pour aller plus loin : références bibliographiques

  1. B. Anderson, L’Imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 2006)
  2. A. Barthes, J.-M. Lange & N. Tutiaux-Guillon (dir.), Dictionnaire critique des enjeux et concepts des « éducation à », Paris, L’harmattan, 2017
  3. Y. Lenoir, C. Xypas & C. Jamet (dir.), Ecole et citoyenneté. Un défi multiculturel, Paris, A. Colin, 2006
  4. N. Tutiaux-Guillon, Interpréter la stabilité d’une discipline scolaire : l’histoire-géographie dans le secondaire français, in F. Audigier & N. Tutiaux-Guillon (dir.), Compétences et contenus. Les curriculums en questions, Bruxelles, de Boeck, 2008, p.111-146
  5. N. Tutiaux-Guillon, Le difficile enseignement des « questions vives » en histoire-géographie, in A. Legardez & L. Simmonneaux (dir.), L’école à épreuve de l’actualité : enseigner les questions vives, Issy-les-Moulineaux, ESF, 2006, p.119-135

Pour aller plus loin : l’agenda des colloques internationaux

« Diversité culturelle et citoyenneté : enjeux éducatifs à l’heure de la mondialisation » (Corte, 12-14 octobre 2017 ; université de Corse Pascal Paoli / CNRS)

« Débattre du paysage. Enjeux didactiques, processus d’apprentissage, formations » (université de Genève, 25-27 octobre 2017 ; projet Didactique du paysage. Mutualisation des expériences et perspectives didactiques à propos des controverses paysagères)

« Citoyenneté, identité et altérité » (Paris, 6 au 8 juin 2018, 4ème Conférence de l’Association Internationale de recherche en didactique de l’histoire et des sciences sociales – AIRDHSS)

« Communautés éducatives : formations et pratiques en contexte de diversité » (Genève, 18 au 20 juin 2018 ; 3èmes rencontres du Réseau International Education et Diversité – RIED)

La didactique de l’éducation à la citoyenneté en colloque (1) – présentation

Les enjeux de l’éducation à la citoyenneté ont été depuis deux ans renouvelés par des orientations politiques prises à l’échelle nationale (onze mesures pour une grande mobilisation de l’Ecole pour les valeurs de la République annoncées par la ministre N. Vallaud-Belkacem le 22 janvier 2015) et européenne (déclaration de Paris du 17 mars 2015 des ministres européens de l’éducation de l’Union européenne portant sur la promotion de l’éducation à la citoyenneté et aux valeurs communes de liberté, de tolérance et de non-discrimination). Au sein du système éducatif français, de nouvelles prescriptions curriculaires sont apparues : le domaine 3 du socle commun de connaissances, de compétences et de culture entré en vigueur en septembre 2016 porte sur la formation de la personne et du citoyen, l’enseignement moral et civique a été mis en place du cours préparatoire au baccalauréat, un parcours citoyen a été créé.

Les recherches et productions scientifiques sur ces questions se sont également multipliées : programmes de recherche comme Redisco dont l’Institut français de l’Education est partie prenante, journées d’études et colloques, publications et numéros thématiques de revues.

Il était donc intéressant de rendre compte de cette thématique du point de vue de la didactique disciplinaire.

Du mercredi 18 au vendredi 20 octobre 2017 s’est tenu dans les locaux de l’ESPE de Bordeaux le colloque international des didactiques de l’histoire, de la géographie et de l’éducation à la citoyenneté « Quelles références pour les didactiques de l’histoire, de la géographie, de l’éducation à la citoyenneté ? ».

Ces colloques ont succédé aux Journées d’Etudes didactiques fondées au tournant des années 2000 et ont désormais lieu tous les deux ans, en France ou à l’étranger. La manifestation de cette année a été portée par l’ESPE d’Aquitaine, l’université de Bordeaux (LAB-E3D Laboratoire Epistémologie et didactique des disciplines et UMR 5319 Passages) et le Centre de Recherche en Education de Nantes (CREN).

Environ cent enseignants-chercheurs, doctorants et formateurs, ont ainsi pu durant trois jours partager leurs réflexions et leurs expériences, majoritairement francophones (France, Suisse romande, Québec, Belgique), mais aussi espagnoles et italiennes.

Les didactiques sont ici considérée comme des « disciplines de recherche qui analysent les contenus (savoirs, savoir-faire …) en tant qu’ils sont objets d’enseignement et d’apprentissages » (Didactiques, in Y. Reuter et al., Dictionnaire des concepts fondamentaux des didactiques, Bruxelles, De Boeck, 2013, p. 65) et les références comme ces « éléments, points que l’on a choisis ou déterminés au préalable comme cadre pour situer et résoudre un problème » (Trésor de la langue française informatisé). Trois axes de travail avaient été retenus par les organisateurs : construction et reconstruction des cadres de référence, tension entre références (épistémologies, savoirs pratiques, disciplines contributives) et relations entre références et usages professionnels et institutionnels.

Ne seront ici évoqués qu’une partie des échanges, se rapportant plus directement à la didactique de l’éducation à la citoyenneté. Certaines des nombreuses autres contributions inscrites plus explicitement dans le champ des didactiques de l’histoire et de la géographie ont cependant également pu aborder cette dimension.

De ce point de vue, quelques éléments ressortent des trois jours de débats :

– l’articulation de plus en plus pensée entre didactique de l’histoire, didactique de la géographie et questionnements liés aux finalités civiques de ces disciplines scolaires. Les opérations cognitives en jeu dans l’enseignement-apprentissage de l’histoire à l’école et les évolutions de la géographie scolaire en direction de l’éducation au développement durable et de la prospective constituent à ce titre des leviers à exploiter,

– l’ouverture nécessaire, voire consubstantielle, de l’éducation à la citoyenneté à l’interdisciplinarité dans les pratiques scolaires et les recherches universitaires : les disciplines de référence y sont multiples, les approches croisées (didactique, sciences politiques, sociologie, psychologie, philosophie, etc.),

– la fonction heuristique de la dimension internationale de la recherche : la tension entre repérage d’éléments de convergence entre les systèmes éducatifs et l’ancrage de chacun dans leurs contextes (national, régional, local) se lit dans les domaines des valeurs liées à l’éducation à la citoyenneté, des dispositifs d’enseignement-apprentissage et de formation des enseignants,

– enfin la référence aux travaux fondateurs de F. Audigier, qui dans le champ francophone a contribué à la naissance et à la structuration de la discipline.

Pour approfondir les réflexions présentées ci-dessus, les trois formats de communication qui ont permis la réflexion collective  structurent la suite de ce billet : séances plénières (2), ateliers (3) et symposium (4).

Apporter votre contribution aux enjeux de l’éducation scientifique et technologique

C’est à Saint-Malo du 27 au 30 mars 2018 que se tiendront les 10e rencontres scientifiques de l’ARDIST, l’Association pour la recherche en didactique des sciences et des technologies. Ce sera l’occasion de fêter les 20 ans de l’association, créée en 1998 pour mutualiser et partager les recherches en didactique des différentes disciplines scientifiques et technologiques. Un Dossier de veille est justement en préparation pour faire le point sur ces champs de recherche.

Les rencontres scientifiques de l’ARDIST, qui ont lieu tous les 2 ans, sont un moment d’échange entre toutes les didactiques des disciplines scientifiques et technologiques sur les enjeux, les problématiques, les méthodologies et les résultats des recherches. C’est aussi l’occasion de présenter des contributions de recherches de champs connexes et des ouvertures à des didactiques d’autres disciplines. Ces rencontres scientifiques ont vocation à accueillir toutes les personnes concernées par les didactiques des sciences et des technologies (chercheurs, enseignants, formateurs, étudiants, décideurs, responsables).

Vous avez jusqu’au 31 octobre 2017 pour contribuer à ces rencontres, sous le format que vous souhaitez, sous forme de symposiums ou de communication. Toutes les informations sont disponibles en ligne.

Si vous souhaitez mieux connaitre les chercheurs en didactique des sciences et des technologies, ou si vous voulez vous inscrire en tant que tel, vous pouvez consulter l’annuaire des chercheurs en éducation et formation EduObs, géré par l’IFE.

Écrits intermédiaires : comment favoriser les apprentissages des élèves

Lors d’un déplacement au lycée Albert Camus de Nantes, qui fait partie du réseau des Léa (lieux d’éducation associé), j’ai été amené parler des « travaux intermédiaires » des élèves. La commande initiale concernait les brouillons et les cartes heuristiques. Je retrace ci-dessous les grandes lignes de ce que j’ai présenté.

A propos de l’écrit

Historiquement, l’apparition de l’écrit (et plus tard de l’imprimerie) a participé à la transformation du fonctionnement cognitif de l’homme en lui permettant de réorganiser sa mémoire. Cette dernière s’en est remise à l’écrit pour se libérer et être plus disponible pour d’autres activités. Une nouvelle forme de pensée, plus complexe a ainsi pu se développer : « L’écrit n’a pas seulement amplifié nos capacités mentales, il a réorganisé les processus cognitifs par lesquels nous mémorisons, comparons, catégorisons, ordonnons nos idées et par lesquels nous les communiquons aux autres. C’est la nature réflexive du langage écrit qui est à l’origine de cette transformation » (Alcorta, 2001). Continuer la lecture de Écrits intermédiaires : comment favoriser les apprentissages des élèves 

Didactique(s) et sciences humaines et sociales : et si on se causait ?

Le 17 novembre dernier, l’Association pour les recherches comparatives en didactique (ARCD) a organisé une journée d’étude autour de la thématique : « Didactique(s) : quel dialogue au sein des sciences de l’homme et de la société ».

Les tentatives de dialogue mais aussi les distances de communication ont été discutées par les intervenants, dans des domaines tels que la didactique des sciences et des technologies (Maryline Coquidé), la didactique du français et les sciences du langage (Ekaterina Bulea-Bronckart), l’approche anthropologique en didactique (Marie-Pierre Chopin), la philosophie (Henri Go) ou la sociologie (Philippe Losego). Chantal Amade-Escot et Marie Toullec-Théry ont réagi aux diverses interventions.

Un colloque organisé en 2012 par la Haute école pédagogique du canton de Vaud « Sociologie(s) et didactique(s) : vers une transgression des frontières » avait déjà évoqué les relations difficiles en termes de pratiques (socialement différenciées), de manière d’aborder les controverses, du rapport entre savoirs et savoirs disciplinaires de la part des enseignants. Cette analyse comparative entre sociologie et didactique posait l’argument suivant : « Longtemps, la sociologie a traité l’école comme une sorte de boîte noire en négligeant les processus d’apprentissage. Les didactiques, quant à elles, se sont essentiellement préoccupées des dimensions cognitives, en négligeant quelque peu les rapports sociaux ». Qu’en est-il actuellement : la sociologie réinvestit-elle l’étude des savoirs scolaires et les didactiques intègrent-elles le social dans leurs différents modèles ?

Continuer la lecture de Didactique(s) et sciences humaines et sociales : et si on se causait ? 

La collaboration, plus qu’une somme de cerveaux (même sociaux)

vtte-sciences-apprendreC’est dans la salle de conférences de l’Institut français de l’Éducation qu’a eu lieu ce 18 novembre la huitième session du séminaire international de l’IFÉ : « Le « cerveau social » : Conception sociale de la cognition et dynamique du faire apprendre. Trois débats avec Neil Mercer« . Un nouveau format laissant une large place à la discussion, puisque la présentation d’un intervenant le matin (Neil Mercer, Université de Cambridge) était suivie par celles de deux discutants l’après-midi (Andrée Tiberghien, université Lumière-Lyon 2 et Jean-Yves Rochex, université Paris 8).

Venant de psycholinguistique et prêt à toute ouverture, Neil Mercer cherche, dans sa présentation intitulée « Education and the social brain: linking language, collective thinking and learning », à faire des ponts entre la psychologie de l’éducation, les neurosciences et les apports théoriques de Vygotski. Vaste programme, mais nécessaire depuis que les neuroscientifiques ont créé le concept de « cerveau social » en 1998 (avec Dunbar) et semblent être devenus incontournables dans tous les ministères de l’Éducation (voir pour plus de détails sur ce sujet notre Dossier de veille de septembre 2013).

Continuer la lecture de La collaboration, plus qu’une somme de cerveaux (même sociaux) 

Sociologie(s) et didactique(s) en bord de lac

Les 13 et 14 septembre dernier s’est tenu le colloque « Sociologie et didactiques : vers une transgression des frontières », organisé par la Haute école pédagogique du canton de Vaud, à Lausanne.
Tout bon veilleur ne peut qu’être alerté par ce rapprochement singulier des mots « sociologie » et « didactique » (dont nous ne sommes pas sûrs, après 48 heures de débats, de devoir les décliner au singulier ou au pluriel). Sans aller jusqu’à parler de la carpe et du lapin…
C’est en tout cas dans un cadre très inspirant (les bords du lac Léman/de Genève) que la HEP avait organisé cette rencontre improbable construite autour de cinq thèmes d’ateliers :
–       Atelier 1 : les pratiques socialement différenciatrices ; rapports sociaux et enseignement des mathématiques ; rapports sociaux et enseignement de l’économie ; rapports sociaux et tensions entre culture générale et formation professionnelle ; difficultés sociales et curricula.
–       Atelier 2 : enseigner par les controverses : quel effet sur les sciences ?; questions vives, curriculum réel, médiation ; croiser les regards sociologique et didactique sur les curricula ; pratiques émergentes et curriculum réel.
–       Atelier 3 : savoirs disciplinaires et rapport au savoir des enseignants ; le rapport au savoir des enseignant peut-il être à la fois social et rationnel ?; quel effet de la formation sur le rapport au savoir des enseignants ?; arts et rapport au savoir des enseignants ; sociologie de l’action didactique
–       Atelier 4 : dispositifs didactiques et standardisation des savoirs : vers un « élève numérique » ?; standardisation , évaluation et concurrence.
–       Atelier 5 : les manuels scolaires construisent-ils des savoirs et des savoir-faire réifiés ?
Ces ateliers étaient bornés par une conférence introductive de Claire Margolinas, didacticienne de son état, et par une conférence de clôture de Bernard Lahire « le sociologue de service », comme a bien voulu le présenter Philippe Losego, sociologue et coorganisateur du colloque.

L’argumentaire du colloque était le suivant : « Longtemps, la sociologie a traité l’école comme une sorte de boîte noire en négligeant les processus d’apprentissage. Les didactiques, quant à elles, se sont essentiellement préoccupées des dimensions cognitives, en négligeant quelque peu les rapports sociaux.
Mais, depuis une décennie, la sociologie de l’éducation réinvestit fortement l’étude des savoirs scolaires alors que les didactiques intègrent de plus en plus le social dans leurs différents modèles. Les points de rencontre potentiels entre la sociologie et les didactiques ne manquent donc pas…
Est-il possible de construire des concepts communs ou de les transposer d’un domaine à l’autre? C’est la question à laquelle ce colloque devrait permettre de répondre ».

Une fois la présentation formelle faite, qu’en fût-il des contenus ?

Quelques relevés de notes des deux conférences (étayés par des lectures d’articles « voisins »).

a) « Connaissance et savoir : des distinctions frontalières » (C. Margolinas)

C. Margolinas a envisagé le rapport entre connaissance et savoir, la connaissance en tant qu’équilibre en situation (entre sujet et objet) et le savoir comme texte produit dans une institution. Pour les didactiques il s’agit là de processus fondamentaux (voir la théorie des situations didactiques de Brousseau) : les élèves développent des connaissances (qui leur permettront de réagir dans de nombreuses situations de la vie professionnelle). La transformation du savoir en connaissance (dévolution) doit s’interroger sur les raisons d’être d’un savoir; sur les conditions qui transforme ce savoir en une connaissance utile.

 [« La dévolution est l’acte par lequel l’enseignant fait accepter à l’élève la responsabilité d’une situation  d’apprentissage ou d’un problème et accepte lui-même les conséquences de ce transfert». Brousseau, 1998].

L’autre  sens du contrat didactique est l’institutionnalisation, c’est un processus de formulation, de formalisation, de mémorisation, mise à l’épreuve, généralisation, reconnaissance d’une valeur culturelle et sociale [« l’institutionnalisation, c’est le processus dans et par lequel le professeur signifie aux élèves les savoirs ou les pratiques qu’il leur faut retenir comme les enjeux de l’apprentissage attendu », Brousseau, 1998].

Les didactiques s’intéressent aux circulations entre savoirs et connaissances, la psychologie s’intéresse plutôt aux connaissances, la sociologie aux savoirs mais aussi au curriculum caché donc aux connaissances.

Les maths sont liées à une institution particulièrement homogène (une société savante) contrairement par exemple à la SVT (société de cristallographie, sociétés de biologie, de zoologie….) ou le français (de multiples entités sont concernées : institutions, sociétés savantes, institutions para-médicales, familles…). Cette homogénéité, propre aux mathématiques peut rendre les choses plus facile (la discipline scientifique se confond avec la discipline scolaire, une seule section CNU).

Néanmoins, pour montrer l’existence de connaissances transparentes, C. Margolinas s’appuie sur l’exemple de l’énumération à l’école depuis la maternelle et au delà (recherche faite au sein d’une équipe de l’INRP entre 2003 et 2008). Des connaissances d’énumération sont nécessaires pour l’entrée dans l’écrit (français) mais ces connaissances sont le plus souvent transparentes : les profs reconnaissent l’existence de difficultés mais ils les attribuent à l’élève (il s’organise mal ou bien). Ils ne les situent pas comme des difficultés d’acquisition de connaissances ;  au mieux, celles-ci sont considérées comme transversales.

Or, l’énumération d’une collection organisée (en colonnes ou en lignes) est une organisation littératienne de l’espace (plutôt que physique : espace, corps). Dans la recherche présentée, il s’agit pour les élèves de dénombrer des jetons. La connaissance est incorporée à l’oralité. Ainsi, littératie, oralité et énumération sont inextricablement mêlées

Pour Brousseau (1984) l’énumération n’a pas de statut culturel en mathématique mais est un savoir dans l’institution « didactique des mathématiques », tout en étant peu visible dans l’institution scolaire (du point de vue des enseignants….).

Pour qu’il y ait dévolution/institutionnalisation, il faut qu’il y ait visibilité de la relation savoir/connaissances-énumération. C. Margolinas utilise le terme de « curriculum caché » pour exprimer cette partie du curriculum qui est composée des savoirs absents dans des programmes alors même que les connaissances associées à ceux-ci sont nécessaires pour réussir les tâches proposées à l’école.

Cette appréhension du curriculum caché, les interactions entre mathématiques et français et sociologie de l’éducation montre l’effacement des frontières.

b) « De la division du travail scientifique : les rapports entre la didactique et la sociologie en période d’hyperspécialisation » (B. Lahire)

Les Sciences humaines et sociales subissent un découpage disciplinaire et sous-disciplinaire fort, conduisant à une hyperspécialisation. Ce mouvement est sans doute dû à une professionnalisation scientifique induite par la recherche de la preuve, mais à ne connaître qu’un champ restreint, on risque l’assèchement et/ou l’enfermement (on étudie un homo economicus, un homo politicus , etc.). Un lecteur non spécialiste a une vision peu claire des recherches, voir une absence de vision qui laisse le champ libre à des gens moins honnêtes scientifiquement.

B. Lahire se réfère aux travaux de Durkheim qui ont conduit celui-ci à créer la revue « l’année sociologique » afin que soit mises en commun les différentes sciences spéciales, il n’y a pas indépendance mais analyses collectives.  « En changeant l’économie d’ensemble dans laquelle elles s’insèrent, on les fait « tourner » à un autre régime ».  B. Lahire cite également l’approche de N. Elias souhaitant la création des « sciences de l’homme », pour éviter de faire des structures sociales des objets figés.

Quelles relations entre sociologie et didactique ?

Les sociologues ont été confrontés  à deux options : « la première option consiste à sélectionner une partie spécifique de la réalité et à s’en réserver l’étude, la seconde suppose plutôt de définir un point de vue et une méthode spécifique pour appréhender la réalité, sans délimiter a priori ce qui, dans cette réalité, est susceptible d’être étudié à partir de ce point de vue et de cette méthode». La première option fut celle privilégiée par G. Simmel , pour qui la sociologie étudie le contenant, alors que les autres sciences spécialisées étudient les contenus.

La sociologie a évolué en étudiant des objets qui lui étaient traditionnellement réservés, tout en se heurtant à d’autres disciplines mais aussi à l’émiettement des recherches. La sociologie de l’éducation ne s’est guère préoccupée des savoirs et de leur transmission. Elle s’est intéressée aux inégalités plutôt qu’au cadre et à la nature des savoirs.

Quid de la sociologie du curriculum ? Il n’y a pas vraiment de connexion avec la transmission des savoirs. La transposition didactique reste lettre morte du côté des sociologues. Le rôle de la transmission des savoirs est dédié à l’école, à l’institution ; elle ne peut que paraître suspecte aux sociologues.  « La sociologie est particulièrement diserte sur les trajectoires des acteurs, sur leurs stratégies et leurs capitaux, sur leurs positions dominantes et dominées, sur l’état des luttes ou des rapports de forces entre les acteurs en présence, mais reste le plus souvent muette concernant les contenus et les formes de savoir ou de pratique, les visions du monde, les structures cognitives ou symboliques, etc., avec lesquels les acteurs agissent dans le monde social ».

La didactique, inversement, est centrée sur les savoirs (scolaires) et leur enseignement. Hantée par l’inconscient scolaire, elle gagnerait à sortir du cadre scolaire, de la pédagogie pour mieux comprendre l’institution scolaire et tirer les conséquences du fait qu’un enfant (l’apprenant) arrive à l’école avec des connaissances et des expériences. « La vérité de l’interaction didactique n’est jamais toute entière contenue dans l’interaction telle qu’elle se livre à l’observation et que, par conséquent, les difficultés, malentendus, dialogues de sourds, incompréhensions, etc., ne sont pas inscrits dans la logique de la situation didactique ». La didactique doit changer de culture méthodologique (ex. sortir de la salle de classe pour aller dans la famille), changer le rapport à l’autorité (institutions).

« En prenant en compte le plus systématiquement possible les multiples savoirs ordinaires ou savants et les divers apprentissages, des plus simples aux plus complexes, nécessaires à la vie sociale, un programme de didactique ainsi élargi, rendrait un service très important à la connaissance du monde social en contribuant à donner une représentation moins désincarnée ou décharnée de celui-ci ».

  • À lire :

– Joigneaux C., Laparra M., Margolinas C. (2012). Une dimension cachée du curriculum réel de l’école maternelle : la littératie émergente ? , colloque Sociologie et didactiques, Lausanne, 13-14 septembre 2012.
– Laparra M., Margolinas C. (2010). « Milieu, connaissance, savoir. Des concepts pour l’analyse de situations d’enseignement ». Pratiques, n° 145/146, juin, p.141-160.
– Lahire B. (2012). « Des effets délétères de la division scientifique du travail sur l’évolution de la sociologie  », SociologieS, mis en ligne le 27 janvier 2012.
– Lahire B. (2007). « La sociologie, la didactique et leurs domaines scientifiques ». Éducation et didactique, vol.1, n°1, avril, p.73-81.

à suivre… quelques échos des ateliers…