Archives du mot-clé débat

Le politique doit-il se mêler d’éducation ?

Les enseignants doivent-ils se mêler de politique ou s’en méfier ?  Les pédagogues ont-ils intérêt à disposer de relais politiques ? Ce qui se décide au ministère a-t-il un impact réel sur le terrain ?  Ce qui se passe dans la classe doit-il ne concerner que des professionnels de l’éducation ?..

Ces questions là et bien d’autres seront au centre de la première conférence publique des Entretiens Ferdinand Buisson, le mercredi 9 décembre prochain (17:00-19:00) à l’ENS de Lyon (IFÉ – salle de conférences).

L’entrée est libre et gratuite, mais sur inscription pour des raisons de sécurité évidentes : http://colloques.ens-lyon.fr/eventShow/efb01  (si vous rencontrez des problèmes pour vous inscrire, envoyez nous un message à veille.scientifique at ens-lyon.fr)

Ce rendez-vous constitue la première édition d’un cycle qui ambitionne d’organiser des dialogues argumentés sur des questions stratégiques, au carrefour de la recherche et du système éducatif. Chaque Entretien fera l’objet d’une publication dans une nouvelle collection d’ENS Éditions.

Les intervenants pour la conférence-débat du 9 décembre seront :

– Clémence Cardon-Quint

Ancienne élève de l’École normale supérieure, agrégée de lettres modernes et diplômée de Sciences Po, Clémence Cardon-Quint est maître de conférences en histoire à l’ESPE d’Aquitaine (université de Bordeaux) et membre du CEMMC (Centre d’études des mondes moderne et contemporain). Elle vient de publier Des lettres au français : Une discipline à l’heure de la démocratisation (1945-1981) (Presses Universitaires de Rennes, 2015).

– Olivier Coutarel

Actuel proviseur du lycée Jean-Perrin à Lyon, Olivier Coutarel a notamment été proviseur du lycée polyvalent Aiguerande à Belleville, principal du collègue du Tonkin à Villeurbanne et directeur de cabinet du Recteur de Lyon. Agrégé de mathématiques et titulaire d’un DEA de didactique des mathématiques,  il est intervenu régulièrement comme formateur dans le cadre de Masters de formation des futurs enseignants ou de formations des futurs chefs d’établissements.

– Philippe Bongrand

Docteur en science politique, Philippe Bongrand est maître de conférence en sciences de l’éducation à l’université de Cergy-Pontoise et à l’ESPÉ de Versailles, membre du laboratoire ÉMA (Écoles, mutation, apprentissages). En décembre 2015, il publiera notamment dans la revue Diversité un article coécrit avec J.F. Nordmann « Valeurs de la République, valeurs de la classe. Les événements de janvier 2015 vus par des professeurs-stagiaires ».

– François Jacquet-Francillon

Agrégé de philosophie, docteur en histoire, François Jacquet-Francillon est professeur émérite de Sciences de l’éducation à l’université Charles-de-Gaulle Lille 3 et membre du laboratoire Théodile-CIREL. Il a été également co-rédacteur en chef de la Revue française de pédagogie, dont il est toujours membre du comité de rédaction (en charge des Notes Critiques). Il est notamment le co-auteur, avec L. Loeffel et R. D’Enfert d’ Une histoire de l’école : anthologie de l’éducation et de l’enseignement en France XVIII°-XX° siècle (Retz, 2010).

Jean- Yves Langanay

Jean-Yves Langanay a été enseignant, chef d’établissements, IA IPR Etablissements et vie scolaire puis directeur du centre régional de documentation pédagogique de l’académie de Crétei. Ancien président d’Education & Devenir, il participe aujourd’hui dans l’académie de Lyon à l’animation du CAPE (collectif des associations partenaires de l’école publique). Il a publié en 2002 avec Claude Rebaud  « l’établissement scolaire: un jeu collectif ! » et publiera en janvier 2016 : « le chef d’établissement pédagogue

Hélène Buisson-Fenet (ENS de Lyon, Laboratoire Triangle) et Olivier Rey (ENS de Lyon, Institut français de l’Éducation) animeront la conférence.

 

« L’école à l’épreuve de l’actualité »

Préparant mon futur dossier sur les relations complexes entre les disciplines et les « attentes transversales » (questions vives, interdisciplinarité, etc.),  me voici aujourd’hui devant la préface rédigée par Jean-Pierre Astolfi de l’ouvrage L’école à l’épreuve de l’actualité (Legardez & Simonneaux, 2006). Le titre aurait dû me mettre la puce à l’oreille, mais j’entame la préface de ce livre datant de presque dix années, sans me douter de son écho prémonitoire des sombres événements de janvier :

« La diversité idéologique de nos sociétés contemporaines rend nécessaire, mais en même temps délicate, la mise en débat scolaire des questions vives. La question se pose de savoir si celle-ci ne fait pas courir à l’École républicaine un risque d’éclatement, dès lors que les attentes des individus et des groupes vis-à-vis d’elles sont largement contradictoires. Avec comme sombre horizon, un développement d’enseignements alternatifs qui « recrutent » les élèves sur une certaine vision du monde. […] Car la difficulté est ici de savoir ce qui peut être mis en débat et ce qui ne doit pas l’être. Il faut, dirait Kuhn, définir le paradigme stable au sein duquel prennent sens les controverses, si l’on veut éviter que des idéologies non démocratiques ne s’engouffrent dans la brèche d’un relativisme généralisé.« 

Ce paragraphe se termine par la phrase : « La question de ce qui doit être « réchauffé » et de ce qui doit être « refroidi » s’avère finalement assez subtile. » Question subtile mais qui paraît indispensable : comment l’école peut (car elle doit) arriver à trouver l’équilibre entre une nécessaire prise en compte de la « diversité idéologique » actuelle et une « conciliation pragmatique [et prudente] d’idéologies contradictoires » ?

Continuer la lecture de « L’école à l’épreuve de l’actualité »