Archives du mot-clé curation

Scoop.it : présentation d’un outil de curation

J’ai participé à une visio-conférence organisée par l’équipe de Scoop.it pour présenter leur plateforme de curation de contenu. Nous sommes plusieurs au service Veille & Analyses à utiliser cette plateforme dans le cadre de notre veille en éducation. Scoop.it est née en France, à Toulouse. L’équipe s’est depuis agrandie avec une antenne aux États-Unis. L’implantation outre-Atlantique semble nécessaire pour que le service rendu par cette plateforme devienne pérenne.

Mathilde Lepetit, qui présentait cette visio-conférence, a introduit le concept de curation de contenu. Le web 2.0 (web social) se veut participatif. Il en résulte beaucoup de bruit. Savoir qui écouter et comment se faire entendre dans ce brouhaha perpétuel rend essentiel pour les différentes entités (entreprises, organismes, associations, etc.) le rôle d’un nouvel acteur : le curateur, qui repère l’information, l’enrichit (la commente, l’éditorialise) et la partage.

Je laisse de côté les spécificités du discours propre au monde de l’entreprise qui s’intéresse à la connaissance du marché, à la stratégie d’entreprise, à la relation client ou encore à la réputation d’une marque. Mais la gestion de la e-réputation concerne aussi d’autres acteurs. Le monde de l’éducation n’en est pas exempt.

Pour rappel, Scoop.it est organisée en « Topics » : c’est-à-dire que l’information est publiée en fonction de thèmes choisis par l’utilisateur. Cela permet de davantage cibler le contenu suivi ou publié (notamment par rapport à Twitter où l’on suit des individus qui peuvent twitter sur plusieurs thématiques).

Fonctions de Scoop.it

  • Capture d'écran 2013-12-05 11.20.08

    Sélection de l’information : pour trouver de l’information, il est possible d’utiliser le moteur de recherche interne à Scoop.it, qui fonctionne en lien avec Google. On peut aussi utiliser un bookmarklet qui permet de publier du contenu directement depuis la page web visitée. Une troisième solution consiste à entrer « à la main » un article directement sur la plateforme (bouton « New scoop« )

  • Édition du contenu : une fois le contenu sélectionné, il est possible de modifier tous les champs : le titre, l’image, le résumé (souvent le début de l’article). On peut aussi ajouter ses propres commentaires (section « Insights« ). Cette dernière partie amène de la valeur ajoutée au signalement. Il est conseillé de la compléter avec soin. Des mots clés peuvent aussi être attribués aux articles publiés permettant une indexation plus fine.
  • Partage sur les réseaux : la plateforme dialogue avec d’autres outils de réseau social, ce qui permet de publier en même temps sur Facebook, Twitter, Linkedin et d’autres encore. A l’instar de Hootsuite, Scoop.it peut être utilisé comme outil de publication sur divers réseaux.

Une communauté aussi

Avec son moteur de recherche intégré, on trouve au hasard des requêtes d’autres topics relatifs à notre domaine de veille. Il est alors possible de s’abonner (follow) à ces thématiques pour enrichir sa propre veille. Le partage est facilité, tout en ayant la possiblité d’enrichir ce contenu, en le commentant, l’indexant, etc.

Les topics peuvent aussi faire l’objet de recommandations dans la communauté. De même, on a la possibilité de faire des recommandations de contenus à des topics que l’on suit, sans pour autant diffuser l’information dans un de ses topics.

Limites

Scoop.it a réussi à se faire une place certaine sur le web, l’utilité de la plateforme est reconnue par les curateurs. D’autres outils existent, chacun avec leurs spécificités, leurs atouts et leurs inconvénients. Je pense à des outils comme Pearltree, Paper.li, ou encore à Tadaweb (lire article sur Eduveille), même s’ils ne chassent pas sur les mêmes territoires.

Une offre gratuite existe, avec quelques fonctionnalités de base. Si l’on souhaite avoir plus de possiblités (personnalisation, nom de domaine, curation d’équipe, newsletters plus nombreuses, intégration à un site web, etc.), il faudra passer à une offre business ou entreprises. Les tarifs sont élevés pour un particulier ou pour un établissement scolaire ou universitaire.

La question de la pérennité des données se pose aussi : je n’ai pas trouvé comment sauvegarder le contenu publié sur la plateforme. A moins de tout publier automatiquement sur un blog WordPress par défaut.

Le dialogue avec les autres plateformes est aussi aléatoire. Il suffit que l’un des outils change sa politique dans les autorisations liées à l’utilisation de l’API pour que ce qu’il était possible de faire hier ne le soit plus demain. Cette limite concerne tous les outils du web 2.0.

Quelques topics liés à l’IFE

Si l’outil vous semble intéressant pour votre pratique professionnelle, et que le monde de l’éducation fasse partie de vos préoccupations, voici quelques topics que vous pouvez suivre :

Pour aller plus loin

Pour plus de détails sur Scoop.it, vous pouvez lire l’article conseils pour optimiser vos topics sur le site Veille-digitale et regarder la présentation de Scoop.it par Marc Rougier dont la vidéo est reproduite ci-dessous.

TaDaweb : nouvel outil de veille

Ça fait quelques temps que TaDaweb est passé devant nos radars, depuis que Outils froids en a parlé, mais faute de temps, nous n’avons pas vraiment pu le tester. Le mois de Juillet a donc été mis à profit pour explorer plus avant ce nouveau venu dans la panoplie des outils de veille. Ça tombe bien, ça fait un an qu’il existe (naissance : Juillet 2012, au Luxembourg).

En fait, au service Veille & Analyses, chacun a développé sa propre organisation, nous n’utilisons pas tous les mêmes outils pour notre veille quotidienne. Certains utilisaient Website Watcher, mais depuis que nous avons été équipés de macs, ils ont dû abandonner ce logiciel qui ne tourne que sous Windows, sans jamais vraiment trouver quelque chose d’équivalent. Il existe bien des extensions pour Firefox, mais qui se révèlent limitées dès lors qu’il faut surveiller un nombre important de sites internet (pour ceux qui ne proposent pas de flux RSS).

C’est là que TaDaweb nous a semblé intéressant. Non seulement cet outil permet de surveiller des pages qui ne proposent pas de flux RSS, mais il permet bien plus : il est possible de fusionner plusieurs flux, d’éviter les redondances, de ne garder que ce que l’on souhaite, de filtrer le contenu en fonction de critères variés, etc.

Les fonctionnalités font penser à Yahoo Pipes que j’ai essayé de prendre en main, mais sans succès. TaDaweb est de ce point de vue plus accessible, même s’il nécessite un temps d’appropriation certain. Le tutoriel s’est avéré nécessaire pour moi.

 

Comment ça marche ?

un logiciel et un service web

Pour créer des Tadas, il faut télécharger le logiciel sur son poste de travail, et l’installer. Il existe une version Windows et une version Mac. Une version Linux est apparemment en préparation, si j’en crois l’échange de tweets avec un des concepteurs du projet. Le logiciel permet aussi de visualiser ce que donnent les Tadas.

Le logiciel est complété par une plateforme web 2.0 qui permet de publier et partager les créations, avec la possibilité de suivre l’activité des personnes de son choix.

Le tout est gratuit, tout du moins pour l’instant. J’ignore s’ils ont élaboré un modèle économique particulier.

des TaDas …

Ce sont des modules dans lesquels on organise les actions de veille. Les TaDas peuvent être privés ou publics. La création d’un TaDa se fait en 3 étapes :

  • Sélection des sources : ce peut être des flux RSS, des adresses de sites, des requêtes sur Google, Yahoo, ou sur les réseaux sociaux tels TwitterGoogle+ ou encore Facebook.
  • Extraction : différents outils permettent d’extraire l’information que l’on souhaite (liste, url, image, etc.), à partir d’une partie de page web par exemple.
  • Transformation : il est possible d’agréger, filtrer, trier, organiser le contenu de manière automatique, à partir de critères qu’il nous appartient de définir.

Un TaDa peut au final proposer plusieurs listes d’informations. Sur l’exemple donné plus bas, l’information est organisée en fonction de ce qui est trouvé à partir des requêtes sur Google, à partir d’une recherche sur Twitter ou encore à partir de la même recherche sur Google+.

et des Journals

Il s’agit du terme anglais, utilisé dans les notices. D’où le pluriel inattendu. Un journal permet de présenter de manière organisée plusieurs TaDas. Il est possible de s’abonner à un journal et d’être tenu informé des nouveaux éléments publiés.

Sur l’interface web de TaDaweb, on peut suivre l’activité d’autres personnes, rendre publics (ou pas) ces journals.

Voici un exemple de Journal pour suivre ce que l’on dit du service Veille & Analyses de l’IFÉ sur le web et sur les réseaux numériques. Ce journal ne fait appel qu’à un seul TaDa, mais il est possible d’en ajouter d’autres. Le journal sera alors automatiquement mis à jour.

Quelques liens

Curation et infobésité

L’association Doc Forum (Lyon) s’associe à l’ADBS à l’occasion des cinquante ans de cette dernière pour une matinée dédiée à la curation et l’infobésité qui s’est tenu à l’Université Lyon 1 le jeudi 30 mai 2013. Trois intervenants se sont succédé :

  • François Magnan, consultant,  a présenté le concept de curation et différents outils qu’il utilise ;
  • Antoine Msika, community manager pour Pearltrees ;
  • Frédéric Crutel pour l’entreprise Human Connect qui accompagne les entreprises dans leur politique de curation.

Cet article se fait l’écho de la première intervention, plus générale et plus directement liée à notre activité de veille en éducation. Le diaporama de l’intervention de François Magnan est disponible sur son blog.

Curation et web 2.0

Le terme de curation vient de l’anglais et décrit à l’origine le travail du commissaire d’exposition lors d’expositions artistiques : il choisit les oeuvres, les organise et les commente. Appliqué à l’information, il s’agit en fait de sélectionner des sources, les organiser et les éditorialiser pour les diffuser avec une valeur ajoutée.

Dans les années 1990, à côté des moteurs de recherche se sont développés des annuaires de recherches (ex : Yahoo) qui étaient élaborés par des personnes (éditeurs, documentalistes, etc.) chargées de sélectionner les ressources pour la constitution de ces annuaires. Avec le web 2.0, l’internaute devient acteur et organise lui-même le contenu du web, notamment en ayant recours aux divers outils de réseaux sociaux (bookmarking social, microblogging, réseaux professionnels). Une étude de 2010 de Forrester (Social Technographics) définit les profils des internautes et montre que 20% des personnes interrogées se considèrent comme des « collectors« , c’est-à-dire qu’ils agrègent et annotent du contenu. La curation profite aussi de ces outils du web 2.0.

L’infobésité est un concept plus ancien que le web, mais on assiste à un accroissement vertigineux de la quantité d’informations mises à disposition sur la toile, ce qui rend nécessaire le filtrage, le tri, le classement, etc. La curation est un remède à cette infobésité.

Plusieurs types de curation

Il faut distinguer la curation automatique de la curation humaine. Des outils permettent de faire de la curation de contenu de manière automatisée, à partir de requêtes de recherche, de filtrage prédéfinis (automatiques et personnalisables), mais le filtrage humain est ce qui va apporter de la qualité à la curation à travers un travail d’éditorialisation.

Il convient aussi de distinguer la curation continue de la curation ponctuelle, selon qu’il s’agit du fruit d’un travail thématique au long cours ou plutôt d’un travail lié à un projet limité dans le temps.

La curation en entreprise peut se faire aussi en interne (réseau entre professionnels de l’entreprise, sur un intra- ou extranet) ou en externe dans une perspective plus marketing en direction des usager ou clients.

Quatre questions clés pour un projet de curation

  • Quel sujet ? Mieux vaut avoir des connaissances préalables et de l’intérêt pour le sujet à propos duquel on souhaite diffuser le résultat d’une veille ;
  • Pour quel public ? S’adresse-t-on au grand public ou à un public ciblé ? La ligne éditoriale est plus aisée dans le second cas ;
  • À partir de quelles sources ? Il est possible (souhaitable même) de mixer des sources de confiance (validation de l’information plus facile) et des sources avec traitement automatique (voir les suggestions faites par les différents services en ligne ou les alertes mails et autres flux RSS) ;
  • Combien de temps ? S’agit-il d’une veille continue ou temporaire ? Le temps passé chaque jour à cette activité est à prévoir aussi en amont, car cette activité est très rapidement chronophage.

Les différentes phases d’un projet de curation

  • Choisir le sujet, la thématique, ainsi que les outils qui seront utilisés ;
  • Sélectionner les informations les plus pertinentes ;
  • Éditorialiser le contenu en classant dans des catégories, en indexant à l’aide de mots-clés, en commentant et contextualisant les informations ;
  • Partager ce contenu sur les réseaux sociaux, ce qui permet de promouvoir ce travail et de se positionner dans une communauté de curateurs.

Les outils de curation

François Magnan a sélectionné quelques outils qu’il utilise, mais quantité d’autres existent. Si Diigo existe depuis 2006, le boom de ces outils se situe quelques années plus tard avec l’arrivée de Pearltrees en 2009, de Scoop.it en 2010 et de Storify en 2011 par exemple.

Scoop.it permet une diffusion des ressources au fil du temps, organisées à la manière d’un magazine. Il permet aussi des suggestions que l’on peut paramétrer (choisir les sources et les mots clés). La capture des sources est simple, rapide. Le contenu est entièrement éditable (titre, photo, texte de présentation) et il est possible de commenter les informations diffusées sur ce réseau. Pour trouver l’information en amont, des agrégateurs de flux RSS ont toute leur place dans la palette d’outils (The old reader, rssowl, etc.), ainsi que les réseaux du type Twitter.

Storify peut s’avérer très utile dans le cas d’une curation temporaire, liée à un événement ou à un thème précis, dans la mesure où cet outil permet d’assembler rapidement du contenu de diverses sources (par glisser-déposer), de le classer et le commenter (titre, chapeau et zone de commentaire pour chaque source) à la manière d’une histoire. Il est très apprécié des journalistes.

Diigo est un outil de social bookmarking (marque-pages). Il est apparu avant que le terme de curation ne concerne le web, mais il offre une très grande richesse fonctionnelle et permet un usage collaboratif intéressant. Revers de la médaille : ce n’est pas le plus facile à prendre en main.

Discussion

Des questions relatives au droit d’auteur, notamment en ce qui concerne les images, ont été soulevées. C’est un sujet sensible, qui est toujours d’actualité.

La pérennité des données a été abordée aussi. Le fruit de la curation est la plupart du temps hébergé sur des serveurs qui appartiennent à des entreprises, sans que l’on ait de garantie de pérennité sur le moyen terme (voire parfois le court terme). Des activités cessent du jour au lendemain (voir le choix de Google d’arrêter certains de ses services comme Google Reader pourtant largement utilisé). Or tous ces services n’offrent pas la possibilité d’exporter nos données dans un format réutilisable ailleurs. Pearltrees ou Diigo le permettent, mais pas Scoop.it ni Storify par exemple.

Il aurait été intéressant aussi d’aborder la manière de procéder avec tous ces outils. Il a bien été dit que la curation est une activité chronophage. Il existe des services qui permettent de sélectionner facilement les réseaux sur lesquels publier le fruit de la curation. Cette articulation est à penser aussi en amont pour trouver la solution ou la combinaison la plus efficace.