Archives du mot-clé conférence de consensus

Conférence de consensus sur la lecture : retour sur plusieurs mois de travail

Les recommandations finales du jury de la conférence de consensus sur la lecture organisée par l’IFÉ et le CNESCO ont été rendues publiques hier jeudi 7 avril.

Nul doute qu’elles constitueront une référence difficile à contourner, car elles s’appuient sur les expertises et des états des savoirs internationaux produits par des spécialistes reconnus dans la plupart des disciplines susceptibles d’éclairer les processus du « lire, apprendre et comprendre » : sciences de l’éducation, psychologie cognitive, didactique du français, sciences du langage, sociologie…

Le jury a aussi pris en compte les savoirs  issus de la pratique pour mettre les recommandations en contexte dans le système éducatif français, en mobilisant ses propres expériences puisque ses différents membres représentaient une grande partie des acteurs et des parties prenantes de l’éducation : enseignants de différents niveaux et de différences champs disciplinaire, chefs d’établissements, conseillers pédagogiques et inspecteurs, parents d’élèves,  intervenants sur les questions d’illettrisme, de lecture numérique, de ressources éducatives…

Le jury au travail à Lyon
Réunion du jury

Ces recommandations concluent un long travail entamé à l’automne dernier, marqué  par la définition de la problématique sous la présidence d’Olivier Dezutter, la sélection d’un jury d’une vingtaine de praticiens, l’identification et la sollicitation d’une quinzaine d’experts, la production des contributions des experts, l’organisation de deux journées de formation des membres du jury par l’IFÉ, la tenue de deux journées publiques à l’ENS de Lyon et enfin le travail de rédaction des recommandations par le jury sous la présidence de Jean-Emile Gombert.

CdqOU_AW0AAAjSaL’ensemble des interventions des deux journées publiques ont été filmées et sont disponibles en ligne.

Lors des journées de formation du jury, des mini-synthèses ont notamment été produites par des chargés d’étude et de recherche de l’IFÉ, que nous mettons aujourd’hui à disposition de tous :

 

Conférence de consensus sur la lecture : le programme est paru

La troisième conférence de consensus organisée par le CNESCO et l’IFÉ porte sur le thème de la lecture. Son titre officiel « Lire, apprendre, comprendre : comment enseigner la lecture tout au long de la scolarité ? ».  Le jury a été constitué et  s’est mis au travail le 30 janvier dernier. Le déroulé des deux journées publiques, qui se dérouleront à l’ENS de Lyon, les 16 et 17 mars 2016,  vient d’être publié : téléchargez ici le programme de la conférence.

Les inscriptions sont ouvertes : n’attendez pas pour réserver votre place !

La conférence a pour objectif de faire le point sur les acquis des élèves en lecture, d’identifier les pratiques enseignantes susceptibles de mieux former les élèves à la lecture, de repérer les difficultés pour mieux les traiter, de prendre en compte l’apport et le rôle de la lecture à favoriser dans l’ensemble des disciplines scolaires mais aussi de prendre en compte les enjeux de la lecture au delà de l’école et en tenant compte des nouveaux éléments apportés par le développement des pratiques numériques.

IMG_20160130_143205
Première séance de travail du jury (30 janvier 2016)

Elle vise ainsi à repartir des acquis de la conférence de consensus de 2003 sur le même thème, pour élargir les conclusions de l’époque sur de nouvelles perspectives et en prenant mieux en compte la questions des pratiques éducatives et de leur continuité.

La conférence est présidée par Olivier Dezutter, didacticien du français actuellement en poste à l’université de Sherbrooke (Canada), pendant que le jury est présidé par Jean-Emile Gombert, psychologue de l’université de Rennes 2, dont il a été Président.

A l’image de cette double présidence, les experts mobilisés pour cette conférence sont issus de plusieurs courants de recherche et  disciplines universitaires (psychologie cognitive, sciences de l’éducation, didactique, sciences du langage, sociologie, etc.) de nature à permettre des points de vue diversifiés et pluralistes.

Conférence de consensus sur la lecture : l’appel à candidatures pour le jury est lancé

La conférence de consensus sur la lecture organisée par le CNESCO et l’IFÉ se déroulera à l’ENS de Lyon, les 16 et 17 mars 2016.

Après la conférence de consensus organisée en 2003, qui était centrée sur les premiers apprentissages de la lecture, cette conférence visera à faire le point sur les savoirs  qui permettent de réfléchir aux manières de soutenir le développement continu de la compétence de lecture aux différentes étapes de la scolarité obligatoire, en tenant compte des types et genres de textes à lire dans les différentes disciplines scolaires mais aussi de l’évolution et de la diversification des  environnements et des supports de lecture à l’ère numérique.

Elle mobilisera pour cela des expertises issues de différentes disciplines (sciences de l’éducation, psychologie cognitive, didactique, sociologie, sciences du langage…) afin de produire des recommandations pertinentes pour tous ceux qui sont engagés dans des activités professionnelles visant à favoriser les pratiques de lecture : enseignants de la maternelle au lycée, parents, bibliothécaires, documentalistes et  intervenants du milieu culturel.

Comme pour les autres conférences, un jury représentatif des différentes parties prenantes sur cette thématique éducative sera constitué. Il aura pour rôle de produire ces recommandations après avoir lu différentes synthèses et auditionné les experts mobilisés.

Que vous soyez parent, enseignant ou personnel de l’encadrement éducatif, vous pouvez faire acte de candidature jusqu’à début janvier  en renseignant le formulaire en ligne : http://ife.ens-lyon.fr/enquetud/index.php?sid=12371

La conférence est placée sous la présidence d’Olivier Dezutter, professeur à l’université de Sherbrooke (Canada), qui assure le pilotage scientifique. Le jury sera lui présidé par Jean-Emile Gombert, professeur à l’université de Rennes 2 .

Redoublement : on peut faire mieux et plus efficace

Nathalie Mons et Michel Lussault ont rendu public mercredi 4 février les recommandations du jury de la Conférence de consensus sur le redoublement et ses alternatives.
Oui, il existe des stratégies pédagogiques plus justes et plus efficaces que le redoublement pour s’attaquer aux difficultés scolaires des élèves : voilà ce qui pourrait être l’un des messages principaux qui ressort de cette conférence.

L’abondante littérature internationale examinée et les experts mobilisés ont confirmé que le redoublement, quel que soit le contexte, a des effets positifs incertains sur le court terme et des effets négatifs assurés sur le moyen et le long terme. Pour une pratique dont le coût est estimé à 2 milliards d’euros par ans, le bilan est pour le moins négatif !

Les chercheurs ont reconnu que malgré ces constats, scientifiquement étayés, les représentations des enseignants, des parents voire des élèves restent favorables en France au redoublement.
Pourquoi ?  Assurément parce-que toutes les parties prenantes de l’éducation ont besoin qu’on leur démontre qu’il existe des alternatives efficaces.

Comment traiter des lacunes jugées rédhibitoires pour la suite du parcours scolaire d’un élève ? Voilà le défi à relever. S’il est clair que le redoublement blesse les élèves qui le subissent plus qu’il ne les aide à réussir, il faut alors armer les enseignants et les responsables éducatifs pour faire face à la difficulté scolaire.

Les travaux de la Conférence ont démontré qu’en France comme dans d’autres pays il existe justement des dispositifs et des stratégies crédibles en ce sens : universités d’étés, scolarité par cycles, « looping », différenciation pédagogique, groupes de besoin, maitre supplémentaire, etc.

Le jury propose dés lors de véritables expérimentations, au sens scientifique du terme, dans une perspective à 10 ans,  dont certaines, comme un professeur  des apprentissages fondamentaux pour un cycle à l’école élémentaire, ne sont pas nécessairement très difficiles à mettre en place.

Probablement pas assez connus ni suffisamment évalués, certains dispositifs particulièrement convaincants reposent sur un changement de perspective : au lieu de partir de l’idée  que des élèves « n’ont pas le niveau » et qu’il faut les traiter « à part », ces dispositifs proposent un traitement de la difficulté scolaire dans la classe en introduisant des variations dans les modalités d’apprentissage.
Autrement dit, ils postulent que les difficultés scolaires sont de même nature pour tous les élèves, mais qu’elles présentent des degrés de difficultés différents pour chacun, plus élevés et donc plus problématiques pour certains. Il s’agit dès lors d’essayer de comprendre ce que les élèves ne comprennent pas, plutôt que de leur répéter la même chose de la même façon pendant une année supplémentaire en espérant que « ça rentre mieux ».

Articulant les constats sur ce qu’on sait des effets du redoublement et ce qu’on peut proposer comme alternatives, les recommandations sont ainsi allées au delà du dualisme entre redoublement et promotion automatique.

On n’y découvre rien de révolutionnaire, ce qui est tout sauf inattendu : l’objectif des conférences organisées par le CNESCO et l’IFÉ consiste à figer, à un moment donné, les résultats les plus robustes de la recherche sur une question, pas à faire preuve d’originalité ou d’innovation.
L’intérêt d’une conférence de consensus réside dans la rencontre entre les expertises issues du monde scientifique et les attentes des praticiens. Elle doit se préoccuper autant du « possible » que du « souhaitable », autant du « pertinent » que du « juste », car l’objectif est bien de déboucher sur des recommandations autant opérationnelles qu’il soit possible. Elles se situent dans la problématique du passage du laboratoire univeristaire au terrain éducatif, avec le souci de sélectionner parmi les études disponibles mais sans rien sacrifier de l’intégrité des savoirs mobilisés.

De ce point de vue, la diversité des experts sollicités directement lors de deux jours de réunion publique est intéressante car elle montre, sur ce sujet, l’intérêt de faire appel a des chercheurs comme à des praticiens, à des représentants de disciplines différentes (sciences de l »éducation, psychologie, didactique, économie, sociologie), à des points de vue étrangers comme à des experts du sytème français, à des analyses qui privllégient le regard sur l’organisation du système éducatif comme à des démarches centrées sur les pratiques dans la classe ou l’établissement.

Pour en savoir plus