Archives du mot-clé climat scolaire

Où il est encore question de climat scolaire

Nous avons déjà abordé la question du climat scolaire dans ce blog. Tout le monde s’accorde pour dire que travailler sur le climat scolaire pour le rendre meiller est bénéfique pour les apprentissages, et permet de lutter efficacement contre le décrochage scolaire. Les travaux sur la persévérance scolaire l’ont déjà démontré (voir le Dossier d’actualité sur le décrochage scolaire).

Le dernier numéro de Pisa in focus n°50 (Do teacher-student relations affect students’ well-being at school ?) édité par l’OCDE, qui établit une corrélation entre relations enseignants-élèves et bien-être de ces derniers dans leur établissement, ne surprendra personne. Une version française devrait bientôt être mise en ligne.

On peut y lire que les élèves ont plus de chances d’être heureux à l’école s’ils ont de bonnes relations avec leurs enseignants.

Bonheur à l’école et réussite en mathématiques

Un graphique représente le lien entre « bonheur à l’école » et réussite en mathématiques. La France est à peu près dans la moyenne des pays. Ceux qui sont le mieux placés sur ces deux axes sont Singapour, la Chine, le Japon, la Suisse et le Lichtenstein. À l’inverse, les moins bien placés sont le Qatar, l’Argentine, la Grèce, la République slovaque.

Le Kazakhstan, la Thaïlande, l’Albanie, l’Indonésie, le Pérou, le Mexique, la Malaisie font partie des pays où les élèves se sentent bien à l’école mais ne réussissent pas en mathématiques.PISA-1

Sentiment d’appartenance

Le sentiment d’appartenance, fort peu développé en France, est aussi une condition essentielle pour un meilleur climat scolaire et pour favoriser les apprentissages. Un tableau établit un classement basé sur les (bonnes) relations entre enseignants et élèves et le sentiment d’appartenance de ces derniers. La France est classée avant dernier (sur plus de 60 pays)  juste devant le Lichtenstein.PISA-2

Privilégier le bien-être ou la réussite des élèves ?

En ce qui concerne la réussite des élèves en mathématique, la France se situe juste au-desssus de la moyenne européenne (495 contre 494), mais est le pays qui accorde le moins d’importance au bien-être des élèves dans cette discipline par rapport aux autres étudiés.PISA-3

Références

Un dispositif favorisant le climat scolaire: le lieu échange parents

La spécificité du collège dans lequel j’ai été accueillie est le lieu échange-parents. Lors de ma visite, j’ai eu la chance de découvrir ce lieu, qui a vu le jour il y maintenant cinq ans et de rencontrer l’adulte relais responsable de l’espace qui est une personne extérieure à l’établissement missionnée sur ce projet à temps plein.

Ce lieu est ouvert toute la semaine sauf le mercredi après-midi. Sept ateliers de Français Langues Étrangères (FLE) sont proposés. Les parents ont passé les examens du Diplôme Initial de Langue Française (DILF), du Diplôme d’Etudes en Langues Française de niveau 1 (DELF1) ou du Diplôme d’Etudes en Langues Française de niveau 2 (DELF 2). Des parents qui ont commencé par apprendre les bases du français passaient cette année le niveau B1 (Selon l’échelle du Cadre européen commun de référence pour les langues).

Des parents de différentes origines sont présents aux ateliers : espagnole, italienne, roumaine, bulgare, marocaine, algérienne, tunisienne, serbe, bosniaque. Toute la richesse du quartier est représentée.

Différents ateliers

La particularité du lieu-parents c’est que les ateliers sont animés par des professeurs. Par exemple, le lundi matin, l’atelier créatif est proposé par une enseignante de français. Les relations entre parents et professeurs deviennent des échanges d’adultes à adultes. Cela favorise le fait que le parent se sente à l’aise avec l’enseignant, ils parlent de leurs passions, de leur vie…

Ces ateliers sont créés dans le but de faire rencontrer parents et professeurs : on peut parler facilement de son enfant, de l’ambiance de la classe, toutes les questions que l’on pourrait poser à un professeur mais dans un climat plus serein où il y a de la parité d’estime, les barrières liées au statut s’effacent.

Une séance de gymnastique d’une durée de 1h30 est proposée aux mamans deux fois par semaine. Cette séance est animée par une enseignante d’EPS. Il se posait le problème dans le quartier que les jeunes filles ne faisaient pas de sport, la réponse la plus adaptée a été de faire pratiquer une activité sportive aux mamans.

D’autres ateliers sont proposés : anglais, allemand, informatique, formation premiers secours… Un atelier « journal des parents » a été créé, il s’agit du premier journal écrit par des parents dans le quartier. Un atelier retouche a été mis en place à l’initiative d’une maman couturière.

Les parents s’inscrivent dans les ateliers qui les intéressent. Les mères sont plus présentes que les pères. Cependant, ils ont exprimé la volonté d’assister à des cours le soir mais cela reste compliqué à organiser pour l’établissement. Les pères à la recherche d’une formation viennent prendre des cours de FLE. Cette année deux d’entre eux sont venus durant deux trimestres puis ont trouvé un emploi. Beaucoup de pères sont engagés auprès de la fédération de parents d’élèves (14 délégués), ils sont très motivés et se rencontrent une fois par mois pour l’organisation , la préparation à la participation au Conseil d’Administration (CA). Ils sont présents dans les différentes commissions du collège.

Les cours de FLE sont donnés par des formatrices extérieures à l’établissement. Le choix de la personne est très important pour que parents et formatrice soient à l’aise, crée un échange, un partage dans le but de favoriser un bon climat. Il faut encourager la stabilité de l’équipe de ce lieu échange-parents.

Les objectifs de ce lieu-parents

L’enjeu de la création de ce lieu est d’ouvrir l’école aux parents. Deux objectifs majeurs sont à atteindre : faciliter l’intégration des parents au collège et l’intégration dans la société via la maîtrise de la langue française. Les ateliers ne sont que des accroches, des prétextes : une maman qui vient en cours de FLE et en atelier créatif est obligée de parler en français, sans qu’elle ne s’en rende compte. Les ateliers sont toujours mis en place pour répondre à un besoin. Ces besoins et les demandes des familles sont pris en considération. Une relation de confiance s’établit peu à peu grâce à cet espace. Il est nécessaire de passer par cette étape pour pouvoir aider les enfants.

Un gros travail a été mené sur la rumeur. Dans le quartier les parents entendaient toutes sortes de choses sur le collège : « De toute façon je ne peux pas mettre mon enfant dans ce collège, le niveau est bas, il y a des problème de comportement ». Pour contrer à cette mauvaise image du collège, il fallait répondre grâce à du concret. L’adulte relais a décidé de permettre aux parents via un questionnaire de poser leurs questions à des chefs d’établissements du quartier. Quatre écoles ont répondu favorablement à ce projet. Cela a donné lieu à la première exposition dans le collège. Face aux rumeurs négatives sur l’établissement, il était nécessaire de rassurer les parents, de montrer une réalité pour se questionner et évoluer. A partir de là, l’image du collège a considérablement changé.

De plus, les parents qui fréquentent le lieu parlent aux autres donc le reste du quartier est au courant de ce qu’il se fait dans le collège. Les parents qui viennent rassurent les autres.

Ce lieu a permis de faire revenir des parents qui ont eu une mauvaise expérience de l’école. Lors d’une exposition, ils ont écrit leurs souvenirs de l’école. Ils décrivaient leur passé difficile dans leur établissement et leur relation particulière à celui-ci. Grâce à ce lieu, les parents renouent avec les apprentissages dans le collège de leurs enfants.

Dans ce lieu-parents, on essaye de réconcilier les parents, l’école et l’enfant. Un autre objectif majeur de ce lieu est de permettre aux élèves d’atteindre de meilleurs résultats au collège.

Lors de ma visite, une maman m’expliquait que le fait qu’elle se rende au lieu échange-parents rassure son fils, ça lui fait plaisir, il sent que sa mère est investie dans son école. Selon cette maman, pour le climat général de l’établissement, ce lieu est très important. Parfois, des problèmes sont réglés dans ce lieu plutôt que dans le bureau du CPE. Une réelle confiance est établie dans cet espace.

Selon l’adulte relais, en ayant une image positive de leur établissement, en voyant leurs parents investis dans le collège, les jeunes sont plus motivés, le climat scolaire s’améliore et les résultats progressent. C’est là tout l’enjeu de ce lieu échange-parents.

Pour aller plus loin sur cette thématique, les cahiers pédagogiques proposent l’ouvrage : « Enseignants, parents, réussite des élèves : quel partenariat ? »

Décrochage scolaire, climat scolaire: un exemple en lycée professionnel

La voie professionnelle permet d’acquérir des connaissances et des compétences dans un domaine professionnel. Les élèves préparent, après la troisième un CAP ou un baccalauréat professionnel.

Public accueilli

En visite dans un lycée professionnel, la proviseure qui a accepté de me recevoir m’explique que c’est en quelque sorte un choix de « relégation ». Ne viennent en lycée professionnel que les jeunes qui ont connu des difficultés au collège. Le lycée professionnel scolarise des vagues d’immigration récente, des élèves en échec scolaire ou ayant des difficultés scolaires.

Dans cet établissement, ¼ des élèves ont le brevet des collèges et un jeune sur deux maîtrise le socle commun de compétences. Toute la noblesse, l’enjeu et la fierté d’un lycée professionnel est de scolariser de « mauvais élèves », qui n’ont pas envie de venir, et d’en faire de « bons élèves » qui réussissent un baccalauréat professionnel et qui s’insèrent dans une poursuite d’étude ou dans la voie professionnelle.

Le lycée accueille deux tiers de garçons et un tiers de filles, ils ont de 15 ans à 20 ans et sont issus de familles défavorisées.

La persévérance scolaire

Le décrochage scolaire est plus présent en CAP qu’en baccalauréat professionnel. Deux explications possibles :

  • Des élèves trouvent des contrats d’alternance : les meilleurs élèves vont vers l’alternance car ils veulent gagner leur vie. On parle plus facilement de réorientation.

  • Des élèves qui sont à bout de souffle dans leur scolarité qui ne supportent plus d’être en classe.

Le lycée professionnel travaille en partenariat avec le CIO, la mission locale et avec les travailleurs sociaux. Au sein de l’établissement, un travail de partenariat s’établit notamment autour du Groupe de Prévention du Décrochage Scolaire (GPDS). Il se compose des deux CPE, de la COP, de l’intervenante de la Mission de Lutte contre le Décrochage Scolaire (MLDS), de l’infirmier, de l’Assistante Sociale (AS), de deux professeurs et de la proviseure qui préside. Cette assemblée évoque des cas d’élèves qui sont encore présents mais de manière perlée. Durant ces rencontres chacun des membres peut évoquer des suspicions d’élèves potentiellement décrocheurs.

L’absentéisme est le premier indicateur de décrochage scolaire. Selon la proviseure, l’absentéisme et le décrochage seraient des synonymes. Des résultats qui chutent pourraient être un indicateur mais au vu des résultats plutôt faibles dès l’arrivée des élèves, cette composante n’est pas fiable.

Les élèves choisissent leurs cours, ce sont des absentéistes qui ciblent tel ou tel enseignement. Il n’est pas rare que des élèves soient absents en cours, mais qu’ils soient présents dans l’enceinte du lycée. C’est leur lieu de vie, ils viennent au lycée parce qu’ils s’y sentent bien.

Il est important de souligner que dans cet établissement public local d’enseignement (EPLE) l’équipe pédagogique et le pôle médico-social sont stables.

Le taux de réussite au baccalauréat professionnel est un peu moins bon que la moyenne académique. L’objectif est d’arriver à être dans la moyenne entre autre en travaillant sur l’absentéisme. En effet, les élèves absents, en situation de décrochage scolaire, sont conservés sur les listes alors qu’ils ne se présentent pas à l’examen. Les résultats sont donc biaisés.

A propos du climat scolaire

Selon la proviseure, le climat scolaire est la condition première pour amener les élèves vers la persévérance scolaire. Elle accorde beaucoup d’importance à l’ambiance générale de l’établissement. Selon elle, si les élèves ne se sentent pas bien dans leur établissement, les membres de la communauté éducative ne seront pas bien non plus, et inversement. Les locaux sont estimés comme le levier le plus important du climat scolaire favorisant la réussite. Un réel travail est mené au niveau des locaux de l’établissement : créer un foyer des élèves, aménager un patio avec jardin, placer des bancs dans le hall fabriqués par les élèves, rendre la salle des professeurs plus agréable en y installant une machine à café… Il faut faire en sorte que le lycée soit le plus accueillant possible, le plus agréable, avoir un joli accueil, mettre des poubelles tant dans l’établissement qu’aux abords du lycée. Si l’établissement paraît chaleureux aux yeux des élèves, ils vont avoir envie de venir. Une fois qu’ils sont là il faut que les apprentissages aient du sens, travailler sur l’orientation, sur leurs projets, même si ce qu’ils font ne leur plaît pas forcément, faire de leur formation un tremplin pour faire autre chose après.

En second temps, des relations interpersonnelles positives entre élèves, entre élèves et professeurs et entre professeurs joue un rôle essentiel. La proviseure veille à ce que les enseignants ne se sentent pas seuls, elle se rend disponible pour eux dès qu’ils en ont besoin. Elle s’arrête souvent en salle des professeurs, dans le hall d’entrée pour apprécier le climat scolaire.

L’ensemble de la communauté éducative s’engage à garantir un climat scolaire serein, la vigilance au sein de l’établissement tout comme aux abords est une des préoccupations de tous les instants. Selon la chef d’établissement, il n’y a pas de bon travail s’il n’y a pas de bon climat scolaire, c’est la base de tout travail éducatif. Elle accorde une importance toute particulière au langage des élèves, à leur vocabulaire et n’hésite pas à les reprendre systématiquement.

Selon les élèves interrogés, les règles ont été clairement explicitées en début d’année. Les élèves ont la possibilité se s’impliquer dans la vie du lycée grâce à des actions, des projets : Les membres du CVL travaillent sur le projet de création d’un foyer ; des élèves œuvrent à la mise en place des bancs préalablement fabriqués par leurs soins dans le hall d’entrée ; les secondes ont rédigé des contes fantastiques en cours de français qui ont été vendus lors de la journée portes ouvertes, avec l’argent récolté, un voyage à Disney à été organisé ; les 30 ans du lycée ont été célébrés ; la maison des lycéens a vu le jour…

D’après une élève interrogée, l’implication dans ces projets est source de motivation car les élèves s’investissent beaucoup mais en contrepartie, ils sont fiers du résultat.

La volonté serait d’associer le plus possible les parents à la vie de l’établissement: ils sont conviés à la réunion de rentrée, à la remise des bulletins en main propre au premier et deuxième trimestre. Malheureusement, en règle générale, ceux qui répondent présents sont les parents des élèves pour qui tout se passe plutôt bien. Les familles que l’on a le plus besoin de voir sont souvent absentes de ce genre de manifestation.

L’arrivée en lycée professionnel est synonyme d’une orientation plutôt subie. Ainsi, il est essentiel de favoriser un accompagnement individualisé du jeune, un dialogue vers son orientation future.

Les Maisons Familiales Rurales: Réussir autrement

logo-mfrLes Maisons Familiales et Rurales sont issues du milieu associatif d’après la loi de 1901 et dépendent de l’enseignement agricole. Ce qui caractérise les MFR, c’est l’alternance entre les semaines de formation où les élèves sont présents à la MFR et les semaines de stage.

Réussir autrement

La volonté des MFR c’est de faire réussir les élèves autrement grâce à la pédagogie de l’alternance. Cette pédagogie se divise en quatre phases communes à toutes les MFR :

  • La préparation du plan d’étude : Il s’agit d’élaborer un questionnaire que l’élève sera capable de renseigner à la fin de son stage;

  • Le plan d’étude : Il s’agit de développer les réponses au questionnaire pour créer un rapport de stage;

  • L’étude de stage : Il s’agit de la correction de l’étude de stage. Tous les élèves effectuent un entretien individualisé avec un formateur permettant un retour sur le travail de chacun. Ce dossier donnera lieu à une note;

  • La mise en commun : Il s’agit d’un temps de mutualisation. Les formateurs évoquent les contenus des études de chaque élève. C’est un échange collectif permettant de travailler le projet d’orientation des adolescents. Ce travail est indispensable car un projet d’orientation permet de se projeter vers l’avenir.

En ce qui concerne les enseignements en salle de classe, les MFR se basent sur le référentiel de compétences des établissements agricoles. Les élèves ont des cours de français, de mathématiques, de vente, de technologies mais aussi des modules de la vie sociale et culturelle tels que des enseignements d’éducation à la sexualité, à la santé…

Pédagogique et éducatif

Les élèves sont au cœur de la pédagogie des MFR, l’équipe de formateurs se rend disponible pour les élèves à chaque instant. Le fonctionnement d’une Maison Familiale est très différent d’un établissement de l’Éducation nationale. Tout d’abord, il n’y a pas de CPE ainsi, la dichotomie entre l’éducatif et le pédagogique est inexistante. Les formateurs assurent tout l’aspect pédagogique en donnant du sens aux apprentissages, et ils se chargent aussi de tout ce qui relève de l’éducatif en conduisant des problèmes dans la classe ou en dehors vers une solution.

Travail en équipe

Pour le bon équilibre d’une MFR, le travail en équipe est primordial. Dans ces structures, il est nécessaire de rendre les apprentissages vivants, de donner du sens. Par exemple, les cours de technologie sont en lien avec les futurs stages. Il faut éviter les confusions cognitives, les questions « à quoi ça sert », « pourquoi on apprend ça ? ». Il est essentiel de favoriser le travail en demi-groupe pour que les jeunes se sentent pris en considération.

La pédagogie de l’alternance signifie un travail en collaboration autour de plusieurs acteurs : la famille, le maître de stage et les formateurs. Le carnet de formation permet de faire le lien entre ces différentes personnes gravitant autour de la réussite des élèves.

Public hétérogène

Les MFR accueillent des adolescents souvent abimés par leur expérience scolaire antérieure. Leurs bulletins affichent des résultats très médiocres et pour certains des problèmes de comportement avérés. Les Maisons Familiales procèdent à leur propre recrutement, les élèves « dys » (dyslexique, dysphasique, dyscalculie…) sont de plus en plus demandeurs pour intégrer les établissements de ce type . Le public accueilli est très hétérogène :

  • Élèves « dys » ;

  • Élèves ayant de grosses difficultés sociales et familiales ;

  • Élèves renvoyés plusieurs fois d’établissement de l’Éducation Nationale ;

  • Élèves qui envisagent une orientation professionnelle.

D’après les élèves rencontrés, l’internat est propice à leur réussite car des heures d’études obligatoires sont mises en place, ils peuvent travailler à plusieurs, s’entraider, les formateurs sont disponibles pour les encourager, les épauler et cela les obligent à se mettre au travail.

A propos du climat scolaire

D’après les travaux de l’OCDE, la qualité du climat scolaire est la corrélation de plusieurs éléments. Tout d’abord en ce qui concerne la qualité du bâtiment scolaire. Dans la MFR visitée, les élèves ont un avis positif sur les locaux notamment grâce au grand parc arboré. On favorise l’implication des élèves dans la vie de l’établissement. Tout d’abord, ils doivent effectuer des services. Chaque semaine, à tour de rôle, deux élèves sont responsables du ménage dans la salle de classe, à deux autres est confiée la préparation de la table du petit déjeuner, du déjeuner et du dîner etc. Ces services parfois difficiles à comprendre pour les 4èmes, deviennent très rapidement ritualisés. Ces tâches permettent aux élèves de s’ancrer dans la vie réelle, de les aider à devenir des citoyens autonomes, de les rendre plus respectueux et donc de favoriser un climat scolaire positif.

En ce qui concerne le climat relationnel, le fait qu’il y ait un nombre restreint d’élèves, les adolescents ressentent moins de tensions, les formateurs ont plus de temps pour chacun. De manière individuelle, les élèves se sentent mieux en évoluant dans un environnement à taille humaine. Le fait d’avoir quitté leur ancien établissement est pour l’ensemble des élèves un bénéfice considérable, le fait de couper complétement avec leur ancien milieu est propice à une reprise favorable de leur scolarité.

Les élèves sont unanimes pour dire que les formateurs sont disponibles à 100% pour eux. Ils se sentent écoutés, pris en considération, aidés. Ils considèrent qu’il s’agit un peu de l’école de la deuxième chance, ainsi, ils saisissent l’opportunité de tout « recommencer à zéro ».

Dans la MFR qui m’a ouvert ses portes, le vendredi, c’est le jour de la « synthèse ». Avant que les élèves ne rentrent chez eux, ils se regroupent avec l’ensemble des formateurs pour faire un bilan de la semaine, on aborde les points positifs et les points négatifs. Toutes ces informations sont transmises à la direction. Ainsi, les élèves peuvent faire entendre leur avis et savent que celui-ci sera entendu.

Pour les élèves interrogés, les sanctions sont jugées comme étant justes ce qui contribue à un climat scolaire favorable. Ces règles ont été clairement explicitées aux élèves en début d’année scolaire. Chaque adolescent a signé le règlement intérieur. De nombreux élèves insistent sur le fait qu’un dialogue est établit avec les formateurs avant la sanction. La tolérance face à la violence est nulle. Chaque élève est parfaitement au clair avec ces consignes.

Dans cette MFR, le levier principal du climat scolaire favorisant la persévérance scolaire est la motivation des élèves. Selon les niveaux, l’année scolaire est rythmée par un fil conducteur, un thème de travail, permettant la motivation des élèves. Des élèves très difficiles à leur arrivée se retrouvent en fin de 4ème complétement transformés. Pour la majorité des jeunes accueillis en MFR, la pédagogie du « réussir autrement » correspond à leurs besoins.

Alors que le constat est fait que de plus en plus d’élèves de l’Éducation nationale décrochent, les MFR réussissent à raccrocher des élèves jusqu’à les amener au diplôme. Ainsi, on peut se demander si l’Éducation nationale n’a pas tout intérêt à regarder de plus près ce qu’il se passe dans les établissements agricoles et notamment dans les MFR.

Je remercie la MFR de la Dombes pour son accueil chaleureux.

 

Le climat scolaire

« Le « climat scolaire » désigne la qualité des relations qui se nouent entre les acteurs d’une même expérience scolaire, essentiellement entre élèves ou entre élèves et adultes d’une même classe, d’un même établissement » Voici la description du climat scolaire proposée par Denis Meuret dans son ouvrage « Pour une école qui aime le monde »1. Cependant, il est difficile de donner une définition universelle et univoque du climat scolaire en effet, cette notion repose sur une appréciation subjective de chacun des membres de la communauté éducative.

Les travaux de l’OCDE2 montrent que la qualité du climat scolaire est la corrélation de plusieurs éléments :

  1. La qualité du bâtiment scolaire : Sa plus ou moins grande vétusté, sa propreté, la taille et la luminosité des classes, le système de chauffage, l’état des parties communes (murs, escaliers, toilettes, réfectoire…) ont tous une incidence sur le moral des enseignants et des élèves et donc sur le climat scolaire.

  2. Le climat relationnel : Ce climat fait référence à l’atmosphère qui règne dans les rapports entre les individus. C’est la dimension socio-affective des relations, la bonne entente interpersonnelle entre les différents acteurs. Des interactions sociales positives favorisent les apprentissages ainsi que le développement psycho-social. Cette dimension concerne les relations entre les élèves, entre les enseignants, entre les élèves et les enseignants mais aussi entre les enseignants et la direction (normes communes, état d’esprit général).

  3. L’engagement des enseignants, la dynamique d’équipe: C’est la stabilité, la cohésion des équipes, des enseignants qui sont motivés et qui ont la conviction qu’ils peuvent « faire la différence ».

  4. Le cadre et les règles : Il s’agit de l’importance d’un règlement intérieur clair, d’un établissement avec des règles explicites, explicitées et des normes communes.

  5. Les problèmes de violence, de harcèlement, de brimade et d’intimidation : Ces difficultés peuvent naître entre les élèves et entre les élèves et les enseignants. Plus ces difficultés sont importantes, plus le climat scolaire est dégradé.

  6. L’engagement des élèves/implication des élèves : L’absentéisme, le manque d’assiduité, de travail et de participation peuvent créer des établissements au climat scolaire dégradé.

Cet article est le premier d’une série, suivront des comptes-rendus de visite de différents établissements (MFR, lycée professionnel, collège…) permettant d’appréhender le climat scolaire, recueillir le point de vue des acteurs de la communauté éducative et tenter de répondre à différentes questions : Comment les élèves perçoivent-ils le climat scolaire de leur établissement ? Comment les professeurs se sentent-ils dans leur classe ? Élèves et enseignants se sentent-ils bien dans leur établissement ? Quelles stratégies le chef d’établissement utilise-il pour que les élèves et l’ensemble de son personnel se sentent bien dans ses locaux ? Quel est l’impact de la perception du climat scolaire sur les résultats scolaires, sur l’implication des élèves dans les apprentissages ?…

  1. Meuret, Denis. Pour une école qui aime le monde Presse Universitaire 2013 []
  2. OECD, Creating Effective Teaching and Learning Environment : First Results of TALIS 2009 []