Archives du mot-clé bonnes pratiques

John Hattie et le Saint Graal de l’enseignement 

John Hattie, un chercheur néo-zélandais, a publié en 2009 un ouvrage,  « Visible Learning », dont l’éditeur a fièrement rajouté sur la couverture de certaines rééditions un extrait d’un article du Times Education (2008) titré « Research reveals teaching’s Holy Grail », ce qui peut être traduit par « une recherche révèle le Saint Graal de l’enseignement ». On ne saurait mieux indiquer comment ce travail et devenu un modèle de « bonne » recherche sur l’éducation, ce qui justifie qu’on lui consacre une série d’articles pour mieux en cerner l’intérêt et les limites.

La raison de cet emballement pour Visible Learning réside en premier lieu dans la forme de ce travail, qui synthétise environ 800 méta-analyses, représentant plus de 50 000 études, portant sur des millions d’élèves, dans l’objectif d’identifier les facteurs de la réussite scolaire. Grossièrement résumé : quelles sont les pratiques qui restent les plus efficaces pour améliorer l’enseignement, quand on a compilé la plupart des études empiriques existantes sur la question ?  Depuis sa sortie, l’ouvrage a été plusieurs fois réédité, complété et mis à jour, avec un succès croissant. A titre d’exemple, il est actuellement cité plus de 5000 fois dans Google Scholar, John Hattie lui même est cité plus de 4700 fois dans la base bibliométrique Scopus. Visible Learning  est aujourd’hui plus qu’un ouvrage, c’est une entreprise scientifique qui dispose de sa plate-forme multilingue (http://visible-learning.org ), qui soutient un programme de formation des enseignants (http://visiblelearningplus.com ) et de nombreuses autres activités pilotées par John Hattie, souvent en collaboration avec d’autres entreprises commerciales (par exemple avec la société Pearson).

L’influence de John Hattie s’étend désormais aussi dans le monde francophone, puisque ses travaux sont cités dans bon nombre d’articles universitaires. Le centre de transfert pour la réussite éducative au Québec a ainsi consacré un dossier aux recherches basées sur les données probantes en cette rentrée 2016 , qui lui réserve une large place.
Ces quelques illustrations permettent de comprendre combien ce qu’on peut appeler le phénomène Hattie est devenu en moins de dix ans un fait majeur dans la recherche en éducation au niveau international. Pourquoi ? Continuer la lecture de John Hattie et le Saint Graal de l’enseignement  

Quand trop de données tue l’information : les limites des méta-analyses

Les méta-analyses utilisées dans l’ouvrage de John Hattie sont mobilisées en vue de calculer la grandeur d’effet (size effect) d’un dispositif ou d’une pratique pédagogique sur la réussite scolaire. La crédibilité scientifique de ces méta-analyses repose sur leur capacité à utiliser un langage commun, en l’occurrence les statistiques, pour comparer des dizaines, des centaines voire des milliers de situations éducatives sur un même thème, là où une recherche « ordinaire », qu’elle soit quantitative ou qualitative, ne porte que sur une population de quelques centaines ou dizaines de personnes sur un territoire limité.

Qu’est-ce qu’une méta-analyse ?

Imaginons une question telle que : « quels sont les effets sur la réussite scolaire de l’usage des tablettes numériques en classe ? ». Continuer la lecture de Quand trop de données tue l’information : les limites des méta-analyses 

Bonnes pratiques : le classement de projets basés sur des données probantes …

Par les temps qui courent, il est de bon ton de mettre en avant les formules « qui  marchent ».

Certains (re)découvrent la pédagogie Montessori, d’autres comptent sur les neurosciences pour rendre les élèves mieux-apprenants, …

En Angleterre, les recherches sur l’evidence-based education (éducation basée sur la preuve) ont depuis longtemps le vent en poupe.

L’Education Endowment Foundation (EEF), organisme basé à Londres, investit dans des projets utilisant des données probantes afin d’aider les écoles à dépenser plus efficacement leur budget, dans leur objectif d’améliorer l’enseignement et l’apprentissage des enfants issus de familles à faible revenu. Ces projets sont évalués par des instituts de recherche indépendants : « La grande majorité des projets que nous finançons est gérée comme des essais contrôlés randomisés, et les autres projets utilisent des modèles quasi-scientifiques ».

L’EEF répertorie et classe des projets portant sur l’enseignement artistique, la gestion des comportements, le feedback, la méta-cognition, l’apprentissage collaboratif, le numérique,  le travail à la maison, les styles d’apprentissages,  l’investissement parental, le tutorat entre pairs, la baisse des effectifs de classe, le redoublement, etc.

Continuer la lecture de Bonnes pratiques : le classement de projets basés sur des données probantes … 

A la recherche d’une Science pour l’éducation

A l’occasion d’un article hagiographique sur Céline Alvarez, on a pu lire récemment, dans un magazine bien connu dans le monde éducatif, la phrase suivante : « Les neurosciences sont les seules à pouvoir nous renseigner sur la complexité de l’être humain » ( «Le cerveau d’un enfant varie selon la pédagogie qu’on lui applique », Lorraine Rossignol, Télérama, 19 février 2016).

Dans son simplisme grotesque, l’affirmation a suscité quelques vives réactions de lecteurs, mais la plupart des professionnels de l’éducation se sont contentés de réactions narquoises. Sur le fond, elle ne fait pourtant que caricaturer ce que l’on entend parfois, y compris dans certaines institutions de l’éducation nationale.

C’est un mouvement qui évoque le ressac : l’agenda médiatique ou politique est régulièrement saisi par telle ou telle personnalité qui invoque l’urgence de donner une base scientifique aux pratiques éducatives.

Cela évoque souvent une réplique de (mauvais) boulevard :

  • Sur un ton expert indigné : « comment est-il possible qu’à notre époque on ne se décide pas à enfin utiliser les acquis de la science pour enseigner !? » ;
  • Sur un ton politique exaspéré : « il faut en finir avec l’idéologie et enfin appliquer dans les salles de classe les méthodes appuyées sur des vrais sciences » ;
  • Sur un ton universitaire sarcastique : « il faudra m’expliquer pourquoi on ne pourrait pas appliquer à l’éducation les protocoles scientifiques qui ont fait leur preuve dans les autres domaines » ;
  • Sur un ton journalistique: «  de nouvelles recherches capitales pour l’éducation de nos enfants sont pourtant ignorées par le système académique ! ».

Continuer la lecture de A la recherche d’une Science pour l’éducation 

Lecture-écriture : quelles pratiques pour quels résultats ?

Cela fait plusieurs mois qu’une étude sans précédent sur les pratiques d’enseignement dans le domaine du lire et écrire a été lancée, à l’initiative de l’IFÉ et de la direction de l’enseignement scolaire (DGESCO) du ministère. Coordonnée par Roland Goigoux, l’enquête mobilise une soixantaine de chercheurs de 13 laboratoires de toute la France.

Le vendredi 25 septembre prochain, les premiers résultats en seront présentés en public à l’ENS de Lyon sur ce qui concerne le niveau du cours préparatoire (d’autres éléments concernant le CE1 seront apportés en 2016).

 

Les chercheurs ont en effet pu mobiliser un corpus remarquable : plus de 3 000 heures d’enseignement filmées et indexées dans 131 classes, des traces écrites (cahiers par exemple) analysées, des entretiens avec les professeurs des écoles de l’échantillon, les performances des 2507 élèves concernées évaluées régulièrement….

L’objectif : restituer précisément ce qui se passe dans les classes, avec des enseignants d’origine diverse, qui  utilisent des méthodes variées mais dans l’ordinaire de leur métier et sans dispositif expérimental.

De quoi en finir avec la querelle des méthodes ? Premiers éléments de réponse le 25 septembre…

Programme et inscriptions : http://ife.ens-lyon.fr/ife/recherche/lire-ecrire/lire-et-ecrire

Education et formation à l’OCDE : quelques points de repère

Il est certaines explorations dont on ressort au mieux en ayant trouvé ce qu’on ne cherchait pas, au pire sans avoir trouvé ce que l’on cherchait, mais en ayant toujours le sentiment de passer à côté de quelque chose… Les sites et sous-sites des organisations internationales s’inscrivent nécessairement dans cette catégorie, la navigation nous rendant souvent incapables de distinguer les voies principales des chemins de traverse… sauf à avoir déjà quelques connaissances sur la structure…
Profitant de la préparation de notre formation VST de décembre prochain pour mettre à jour mes connaissances, je me suis dit qu’un petit billet sur les actions de l’OCDE en matière d’éducation et de formation serait sans doute utile à quelques un(e)s. Car si les travaux statistiques de l’organisation sont généralement connus, avec sa publication phare Regards sur l’éducation (cf. RSE 2009) et ses études PISA, on ne se représente sans doute pas toujours clairement la multiplicité des initiatives qui permettent aux pays membres et partenaires de confronter leurs expériences en matière de politiques publiques pour l’apprentissage tout au long de la vie. Sans prétention, voici donc quelques points de repère sur les thématiques clés, les principaux programmes et leurs publications, avec une mention spéciale pour le CERI (Centre pour la recherche et l’innovation dans l’enseignement) qui a fêté ses 40 ans en 2008. Continuer la lecture de Education et formation à l’OCDE : quelques points de repère 

Documentation 2.0 : quels services pour quelle valeur ajoutée ?

Pourquoi produire une revue de presse quotidienne de 150 pages, si personne n’a le temps de la lire ? Pourquoi alimenter consciencieusement une base de données si personne n’en connaît l’existence ? Pourquoi s’enorgueillir de l’étendue des abonnements électroniques souscrits par sa bibliothèque si personne ne les utilise ? Pourquoi pointer les (mauvaises) pratiques des usagers qui n’essaient même pas d’utiliser le moteur de recherche ultra-puissant (et ultra compliqué) implanté sur le portail de la bibliothèque ?

Ces quelques exemples fournis par Jean Michel, consultant indépendant en management de l’information-documentation, donnent le ton de cette journée d’études organisée par l’ADBS Aquitaine le 15 janvier dernier.

Sous le titre « Documentalistes, ajoutez de la valeur à vos services » et en écho à la journée parisienne de février 2008, cette rencontre a été l’occasion d’échanges particulièrement stimulants sur l’évolution des métiers et des services documentaires. Après l’exposé théorique de Jean Michel, 3 présentations d’expériences se sont succédées :

Continuer la lecture de Documentation 2.0 : quels services pour quelle valeur ajoutée ? 

Le tableau blanc interactif : expérience britannique

Une deuxième visio-conférence a été organisée entre l’IUFM de Rouen (pour les professeurs d’anglais en formation), l’université de Rochdale et l’INRP. Après avoir exploré comment utiliser l’univers de Second Life en cours de langues lors de la première visio-conférence, nous avons échangé sur l’utilisation de tableaux blancs interactifs (TBI) en classe. Les expériences relatées concernaient des classes de primaire, pour des enseignements divers : mathématiques, langue étrangère, langue d’usage.

La Grande Bretagne est plus avancée que la France en ce qui concerne les usages des technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement. L’existence d’un organisme d’état (le Becta) qui incite les établissements scolaires à utiliser les tice, qui évalue les usages, qui fait un travail de prospective afin de donner des orientations et qui négocie avec les éditeurs et les fabricants de matériel, permet de mener des politiques volontaristes et pérennes dans le temps. D’ailleurs, le site du Becta est riche d’informations, nous pouvons y trouver des rapports et communiqués de presse relatifs à l’éducation, l’école, les parents et les TIC. Il travaille en ce moment à la mise en place d’un format commun à tous les fabricants de TBI pour favoriser la mutualisation et la collaboration entre enseignants. Continuer la lecture de Le tableau blanc interactif : expérience britannique 

Le classement mondial Web des centres de recherche

Cybermetrics Lab, un groupe de recherche appartenant au Consejo Superior de Investigaciones Científicas (CSIC), basé à Madrid, publie depuis 2004, un classement « des activités, des résultats et la visibilité des institutions qui est un indicateur de l’impact et de prestige ». Mis à jour deux fois par an, il répertorie plus de 7000 organismes.
Ce laboratoire n’a pas pour objectif déclaré de classer les institutions, mais d’inciter à une plus grande lisibilité des travaux de recherche sur le WEB. Tenant en compte aussi bien l’information formelle (revues électroniques, bases de données) que non formelle, le classement ne porte pas uniquement sur les travaux de recherche : il s’agit bien aussi de bonnes pratiques en matière de diffusion et communication.
Continuer la lecture de Le classement mondial Web des centres de recherche