Archives du mot-clé bibliographie

Nouvelle bibliographie collaborative de la Veille

Vous connaissez sans doute l’outil de gestion de bibliographies que nous utilisions, et vers lequel nous renvoyions pour les références bibliographiques de nos Dossiers de veille. Le choix avait été fait il y a plus de 10 ans d’utiliser Wikindx, parce qu’à l’époque, il était le seul à permettre la mutualisation des références et à être accessible en ligne. Depuis, le paysage a fortement évolué.zotspip1
Pour être cohérents par rapport à nos pratiques individuelles depuis quelques années, nous avons décidé d’utiliser un outil que nous mentionnions déjà dans ce blog en 2009, à savoir Zotero.zotspip2

Grâce au travail commun avec le pôle TICE de l’Ifé, nous sommes en mesure de vous présenter notre nouvelle bibliographie collaborative en ligne. Les références des derniers dossiers sont peu à peu intégrées, mais pour les plus anciennes, nous laissons notre base Wikindx à disposition en ligne.

Nous espérons que notre nouvelle base vous donnera satisfaction, n’hésitez pas à jongler avec le moteur de recherche et les tris divers possibles pour trouver les références qui vous seront utiles.

 


Liens vers nos productions :

How could French Research influence international trends in educational policy ?

Je suis en train d’étudier un récent rapport de l’OCDE sur l’évaluation dans l’éducation et je constate, une fois de plus, que la quasi-totalité des références bibliographiques est en langue anglaise et provient d’auteurs anglo-saxons.  Un constat récurrent à chaque fois que l’on consulte un rapport d’une grande organisation internationale, qu’il s’agisse de l’OCDE, de l’Union européenne, etc.

Autrement dit, ces organisations qui ont désormais un pouvoir d’influence certain en matière éducative, basent l’essentiel de leurs rapports officiels sur une littérature scientifique circonscrite à quelques pays de langue anglaise (Royaume Uni, Etats-Unis, Canada anglophone, Australie et Nouvelle Zélande) et aux auteurs de pays familiers avec l’usage de l’anglais comme langue d’expression scientifique (Pays Bas, Norvège, Suède, Finlande, Danemark…).

On pourrait ainsi se dire que pour peser dans le débat international sur les questions de politique éducative, mieux vaut être un auteur, même de seconde zone, du Royaume Uni qu’un auteur de premier plan français, espagnol ou allemand !

On imagine les implications politiques, culturelles et sociales que cela signifie, si l’on veut bien prendre conscience qu’un domaine comme l’éducation n’est pas un champ purement « technique » mais implique des questions de valeurs très liées aux aires et aux cultures linguistiques.

Ce constat, que l’on retrouve à de nombreux niveaux, n’est pas neuf, mais l’internationalisation croissante de certaines questions éducatives lui donne une certaine acuité.

Engagé dans un projet européen sur les compétences en éducation, j’ai été sollicité pour contribuer à la revue de littérature générale et ainsi pu faire « exister » les problématiques francophones … tout en remarquant que la partie « évaluation des compétences » de la revue de littérature, rédigée par un sympathique collègue anglais, ne comportait pas la moindre référence francophone malgré les nombreux travaux existants dans ce domaine.

En fait, il se passe même parfois un phénomène de marginalisation scientifique et culturelle : les travaux dans une autre langue que l’anglais sont considérés « régionaux », essentiellement bons à informer sur la situation dans un pays circonscrit, pendant que seules les références anglaises sont considérées comme ayant une valeur générale et « internationale »… même quand elles ne traitent en l’occurrence que des derniers rebondissements d’une réforme anglaise !

On peut penser que la faiblesse historique des chercheurs francophones ( et surtout français il faut bien le dire) dans le maniement des langues étrangères est première responsable de cet état de fait. Pendant longtemps, de nombreux chercheurs français organisaient des colloques « internationaux » à bon compte, en se contentant d’inviter une poignée de collègues québécois et belges, pendant que les principaux congrès internationaux avec le reste du monde, se développaient ailleurs sans eux et en anglais…

On constate aussi que les collègues d’autres pays qui s’efforcent de répondre à des appels d’offre internationaux sont friands de volontaires français, car certaines institutions comme l’Union européenne valorisent fortement la présence de « français » dans des projets européens, pour compenser le moindre investissement des acteurs hexagonaux à ce niveau.

Si le problème est principalement un enjeu de compétence linguistique, on peut espérer que les jeunes générations de chercheurs pourront écrire et communiquer de façon plus simple au niveau international.

Outre que cela pose quand même le problème épistémologique du sens  et de la culture liés à la langue (essayez de traduire « accompagner un établissement » ou « veille scientifique » en anglais…), on peut se demander s’il n’y a que la langue en jeu.

Quand on voit les péripéties des classements internationaux des revues, on comprend bien que pour certains « experts », toute revue provenant d’une université américaine ou anglaise un tant soit peu prestigieuse est automatiquement parée d’une aura « internationale » là où une revue française ou allemande sera toujours suspectée d’être « locale », quel que soit le nombre d’articles provenant d’auteurs d’autres pays et quel que soit son nombre d’articles publiés en anglais.

On sait aussi que par le jeu des grosses plate-formes d’édition (Taylor et Francis, Elsevier…) comme des algorithmes des moteurs de recherche (qui privilégient les sites « locaux »), publier un article en anglais mais dans une revue ou un site web localisés en France n’offre pas de grandes garanties de visibilité internationale.

Dès lors, on peut aussi se demander si l’enjeu n’est pas seulement de savoir publier en anglais, mais aussi de publier dans les supports « consacrés » par ce qu’on appelle la recherche internationale mais qui ressemble parfois à la recherche anglo-saxonne…

Voir aussi :

Les revues à caractère international… et les autres

Pourquoi vous ne trouvez pas les dossiers de veille scientifique sur HAL SHS

Ceux qui ont l’habitude d’utiliser les archives ouvertes HAL SHS auront remarqué qu’on y trouve rarement les dossiers de veille produits par les personnes qui écrivent dans ce blog. Cela ne provient pas d’une négligence ou d’un manque d’intérêt de notre part, mais bien d’un blocage systématique des administrateurs d’HAL SHS.

Dès le lancement de la cellule de veille scientifique scientifique à l’INRP en 2003,  ses animateurs ont pourtant souhaité promouvoir l’accès et la diffusion la plus large à leurs productions. Dans ce cadre, ils ont dés le début choisi de privilégier une diffusion électronique et libre des revues de littérature récente en éducation (1), travaux qui sont devenus une production largement connue et utilisée dans le monde de la recherche en éducation.

Cette volonté de privilégier une diffusion « ouverte » aurait naturellement dû rencontrer HAL SHS, qui se présente comme « une bibliothèque numérique recevant et diffusant les productions intellectuelles de la Recherche dans les disciplines des SHS« .  C’est pourquoi des membres de la veille ont souhaité, dès 2006, insérer les dossiers de veille dans HAL SHS afin de bénéficier d’un archivage pérenne de ces productions, au delà des aléas institutionnels (rappelons ici que l’INRP a d’ailleurs été ensuite dissous en 2010…).

Hélas, après avoir enregistré les premiers dépôts en 2007 et 2008, HAL SHS s’est mis à refuser les dossiers d’actualité pour des raisons de forme plus moins argumentées (sachant que les modérateurs de HAL ne sont pas tenus de justifier leur refus). C’est pourquoi on ne trouve dans HAL qu’environ huit dossiers d’actualité, soumis avant la mise en place de la politique de refus systématique ou intégrés malgré tout en fonction de critères mystérieux.

En revanche, les autres productions (articles, communications, chapitres d’ouvrage…) des mêmes personnes sont acceptées sans aucun problème du moment qu’elles ressemblent aux productions routinières du monde académique.

Je me retrouve par exemple dans la situation d’avoir dans HAL SHS un certain nombre de productions  mineures (tout du moins compte-tenu du travail qu’elles ont nécessité), sans pouvoir y laisser certains dossiers majeurs sur lesquels je suis en permanence sollicité ! Raison pour laquelle, dorénavant, par souci de cohérence, je ne déposerai plus aucune publication dans HAL SHS. Ingénieur de recherche de statut, je n’ai pas d’enjeu de carrière lié à ma quantité de productions et ne voit donc vraiment pas l’intérêt de tronçonner mes productions dans HAL SHS (on les trouve facilement par ailleurs dans Google Scholar, sur ma page personnelle voire sur Academia.edu).

Quels sont donc les motifs invoqués pour refuser nos dossiers ?

Les raisons, telles qu’elles ont été exprimées (soit par oral, soit par courriel) tiennent en général dans l’idée suivante : puisque le critère de soumission à HAL SHS est un niveau scientifique attendu comparable à une « publication soumise dans une revue à Comité de lecture« , la forme des dossiers d’actualité s’éloigne trop des canons habituels des productions scientifiques. Donc, sans se permettre de juger « sur le fond », HAL rejette les dossiers à cause de la « forme ».

On pourrait comprendre cette contrainte, si tant est qu’elle soit une règle à portée un peu générale. Or, il suffit de parcourir, même distraitement, HAL SHS pour se rendre compte qu’on y trouve :

  • des articles de blog
  • des rapports d’institutions
  • des articles de vulgarisation
  • des articles de revue sans comité de lecture (revues militantes, d’organisation, d’institution, etc.)
  • des documents institutionnels (lettres ou notes ministérielles par exemple)
  • des documents de travail
  • des interviews journalistiques
  • etc.

Autrement dit, l’argument de la forme ne semble pas s’appliquer à tous avec la même rigueur !

D’autant plus que HAL SHS s’est permis de répondre à une collègue que « les notes de synthèse ne font pas partie des types de document acceptés dans HAL« , ce qui, si l’argument était véritable, poserait un vrai problème de fond  puisqu’il reviendrait à exclure un type de travail scientifique hautement valorisé partout ailleurs dans le monde !

N’y aurait-il pas, en fait, un autre problème derrière les prétextes formels, à savoir celui du statut d’une structure comme la veille de l’Institut français d’éducation, à l’interface entre la recherche et le système éducatif ? On peut  se demander si tout n’aurait pas été plus simple si nous avions pu nous réclamer d’une équipe de recherche labellisée ou si nous avions un statut officiel de chercheurs ou d’enseignants-chercheurs !

Dans le monde académique, beaucoup de choses fonctionnent sur une présomption élémentaire : est réputée être de la recherche la production d’un chercheur ou d’une équipe de recherche.
C’est compréhensible pour fonctionner au quotidien sans avoir à refaire sans cesse la preuve de ses compétences scientifiques, censées avoir été prouvées lors du recrutement ou de l’évaluation de son équipe.
Mais voilà : il se trouve que dans un domaine comme l’éducation, les productions qui ont du sens naissent aussi de lieux hétérogènes où se croisent les chercheurs statutaires, les auxiliaires de la recherche (ingénieurs de tous ordres) et les praticiens de l’éducation que sont les enseignants et les cadres de l’éducation.
Ces productions ont parfois plus de sens que certaines recherches scientifiques menées dans les laboratoires…et qui y restent car elles supportent mal l’épreuve du terrain !

Dans le monde de la recherche française, la priorité est au contraire trop souvent d’identifier les canaux institutionnels « légitimes » de la recherche qui évitent, surtout, de se poser des questions dérangeantes sur les contenus.
On l’a très bien vu lors des débats sur l’évaluation de la recherche et quand on examine la façon dont sont « comptées » les publications censées être scientifiques.
On le voit encore quand on constate que les monographies (livres) ou les communications de colloque sont présumées être déjà passées par le filtre d’une sélection scientifique, alors même que dans beaucoup de collections et de colloques, le filtre est plus que léger.

Mais, même dans le monde académique, il vaut sans doute mieux un ordre injuste que pas d’ordre du tout….

(1) Ces revues de littérature ont rapidement été nommées « lettres » puis « dossiers d’actualité », pour marquer la spécificité de ces productions par rapport à certaines notes de synthèses comme on en trouve par exemple dans la Revue française de pédagogie.

Les revues à visibilité internationale et les autres… selon les listes ERIH

Les classements des revues de recherche constituent un enjeu fort dans l’organisation du champ scientifique. Nous avions consacré en 2009 un dossier à cette problématique, dans un contexte de vives polémiques concernant  alors l’évaluation des activités des chercheurs : « productivité et qualité scientifique : avec quelles publications compter ?« . Nous revenons aujourd’hui sur une partie de ce thème en faisant le point, pour le domaine de la recherche en éducation, sur l’édition 2011 du classement des listes ERIH (European Reference Index for the Humanities), publiée par la Fondation européenne pour la science il y a un an dans une relative indifférence.

Le classement 2007-2008 des revues en trois catégories (« A », « B » et « C ») avait été ressenti comme un classement hiérarchique plus que comme une catégorisation en fonction du lectorat plus ou moins international, tel que prétendait le faire pourtant les listes ERIH. Pour parer cette critique, l’édition 2011 a mis en oeuvre de nouvelles catégorie : « NAT », « INT1 » et « INT2 ».

Les revues européennes « NAT » comme « national« , souvent liées à une aire linguistique , sont censées avoir comme lectorat principal une communauté universitaire nationale ou régionale.

Les revues « INT » comme « international« , aussi bien européennes que non européennes, sont celles qui sont censées être régulièrement citées à un niveau mondial. Ces dernières revues sont elles-mêmes réparties en deux sous-catégories :

  • INT1 qui regroupe les publications internationales à « haute visibilité »;
  • INT2 qui regroupe les publications internationales à « visibilité significative ».

Une catégorie spécifique, les W category journals, regroupe les revues qui ont publié leur premier numéro dans les trois dernières années avant la date de clôture pour la soumission au panel d’experts (22 janvier 2009 pour l’éducation).

531 revues ont été ainsi catégorisées pour la discipline Pedagogical and Educational Research, qu’on peut retrouver en interrogeant la base des ERIH revised lists sur le site de l’ESF.

Quel est le résultat pour la France ?

On trouve 21 revues françaises (contre une soixantaine dans le classement des revues référantes de l’AERES, voire autour de 70 en y ajoutant les revues « interface »). Ces 21 revues sont donc logiquement censées constituer une liste approchante, sinon complètement à jour, des revues françaises qui ont un rayonnement significatif au niveau national et surtout international. On trouvera la liste actuelle, comparée à celle de 2007, dans  le tableau récapitulatif à la fin de cet article.

Qu’en retenir ?

D’abord un gag : la même revue Repères (didactique du français) est mentionnée deux fois, la faute à deux ISSN différents (l’un correspondant aux anciennes collections). En revanche, elle est classée de façon différente : une fois en catégorie nationale (avec l’actuel ISSN), l’autre fois en catégorie internationale (avec l’ancien ISSN). Comment ont travaillé les « experts » ? Deux hypothèses parmi d’autres : soit c’est un comptage automatique de citations (par exemple dans Google Scholar) qui aboutit à mieux « évaluer » l’ancien que le nouvel ISSN; soit c’est une appréciation au doigt mouillé qui a aboutit à mieux classer celui qui ne porte pas dans le classement le sous-titre « recherche en didactique du français langue maternelle ». Bref, rigueur, précision et sérieux au programme !

Ensuite, quatre revues figurent dans la catégorie « INT1 ».

Parmi elles, Enfance est une revue plutôt ancrée dans le champ de la psychologie et qui s’intéresse, certes, au développement de l’enfant, mais dont la classification dans la catégorie « éducation et recherche pédagogique » est un peu abusive. Ceci dit, le principal problème réside surtout dans le fait que cette revue a apparemment cessé de paraître depuis…2008 ! Dommage…

Sinon, on trouve dans cette catégorie la Revue française de pédagogie, qui y était déjà lors du précédent classement, ainsi que deux nouvelles : Education & Didactique et Recherches en didactique des mathématiques.

La promotion d’Education & Didactique est impressionnante, puisque cette revue ne figurait même pas dans ce classement en 2007… pour la bonne raison que c’est une revue qui n’a commencé de paraître qu’en 2007 ! Cette revue parvient par là même à s’affranchir de la règle qui faisait que les revues ayant publié leur premier numéro dans les trois ans précédemment la date limite de soumission au comité étaient censées relever d’une catégorisation spécifique, la W category journal. Comme on peut s’interroger sur la profondeur de la lecture des revues indexées par les experts (au vu des anomalies précédemment relevées), on peut conjecturer sur cette place. Le fait que dès le départ, la revue a joué le jeu de l’accès en ligne, par une présence sur l’excellent portail Revues.org, n’est sans doute pas étranger à cette présence. D’autres facteurs d’influence ont pu s’exercer ?

Encore plus surprenante est la présence ici de la revue Recherches en Didactique des mathématiques, car si la didactique des mathématiques tient incontestablement une place centrale en France, on s’étonne que la composition exclusivement française du comité scientifique et du comité de rédaction n’ait pas fait ciller les experts de l’ESF…

En regard de cette promotion de la didactique, dont le caractère dominant sur la recherche en éducation française est ici bien illustré, il faut noter la rétrogradation de la revue Histoire de l’éducation, dorénavant considérée comme revue d’influence nationale ou régionale (au sens d’aire linguistique).

Dans la catégorie INT2 et NAT, parmi les éléments notables, on retiendra :

  • la disparition de la revue sur l’orientation scolaire et professionnelle (de l’INETOP-CNAM) et la rétrogradation de la revue Education permanente dans la catégorie NAT, ce qui semble indiquer une sensibilité faible à certaines approches professionnelles
  • l’entrée de la revue de l’ADMEE (Mesure et évaluation en éducation)
  • l’entrée de la revue de didactique éditée par l’IREM de Strasbourg, Annales de didactique et de sciences cognitives, qui confirme le poids prépondérant des didactiques dans l’édition 2011 des listes ERIH en éducation.
  • la rétrogradation de la Revue internationale de Sèvres dans la catégorie nationale, ce qui est un peu bizarre au regard du caractère éminemment international de cette revue, qui pourrait être plutôt une conséquence du fait que la RIES n’est pas à proprement dit une revue à comité de lecture (ce pourquoi l’AERES l’a référencée en revue « interface »).
Bref, sans aller plus avant dans cet examen, on ne peut que constater qu’on est encore loin d’un classement qui, même sans prétendre à l’exhaustivité, pourrait à tout le moins présenter des garanties de rigueur et de cohérence minimales…
Récapitulatif : les revues françaises dans la liste ERIH, catégorie « pedagogical and educational research ».

 

Titre de la revue (liste ERIH) Catégorie 2007 Catégorie 2011
Orientation scolaire et professionnelle NAT
Education et didactique INT1
Enfance INT1 INT1
Recherches en didactique des mathématiques NAT INT1
Revue française de pédagogie INT1 INT1
Carrefours de l’éducation NAT INT2
Education & Sociétés INT2 INT2
Education et formation NAT INT2
Formation/emploi INT2 INT2
Mesure et évaluation en éducation INT2
Penser l’éducation INT2 INT2
Repères INT2 INT2
Annales de didactique et de sciences cognitives NAT
Aster NAT NAT
Didaskalia NAT NAT
Education permanente INT2 NAT
Histoire de l’éducation INT1 NAT
Le Télémaque NAT NAT
Les sciences de l’éducation pour l’ère nouvelle NAT NAT
Recherche et formation NAT NAT
Repères. Recherche en didactique du français langue maternelle INT2 NAT
Revue internationale d’éducation Sèvres INT2 NAT

Nous nous intéresserons dans un prochain billet à la liste des revues dressée par l’AERES  en sciences de l’éducation …

Gestion de bibliographies : Zotero va devenir incontournable

Comment gérer les bibliographies ? Nombre de chercheurs, formateurs, documentalistes, bibliothécaires, etc.  se posent la question régulièrement. Il existe des outils très divers, certains propriétaires (Endnote par exemple), d’autres libres (Wikindx, que nous utilisons ici, à la VST), des formats variés (bibtex, rdf, …). Il est parfois difficile de s’y retrouver et de faire un choix.

Web 2.0 oblige, des outils en ligne sont apparus (Citeulike ou Connotea par exemple), qui permettent de gérer collectivement des bibliographies : possibilité de créer des groupes d’utilisateurs, de paramétrer certains droits, de partager les notices, d’en compléter ou annoter d’autres.

Qu’est-ce que Zotero ?

C’est dans ce contexte qu’a fait son apparition Zotero. Continuer la lecture de Gestion de bibliographies : Zotero va devenir incontournable 

Tous les outils pour capturer, organiser et annoter sa bibliographie

Le collectif PLUME organise le 20 mars prochain à Lyon une journée intitulée Gérez vos références bibliographiques avec des logiciels libres. Y seront présentés un ensemble d’outils permettant de capturer, organiser et annoter ses sélections bibliographiques, seul(e) ou à plusieurs : Zotero, Bibtex, Bibus, Jabref, Wikindx.

Vous reconnaitrez dans cette liste le logiciel Wikindx (fiche PLUME), utilisé par la VST pour gérer les bibliographies qui accompagnent ses dossiers d’actualité (Wikindx VST) et sa bibliographies thématique autour de l’édition numérique libre (Wikipédia, etc.), du web participatif et des usages pédagogiques des wikis (Wikindx Encyclen).

Cette journée sera aussi l’occasion de faire le point sur le projet ECLORE (évaluation et comparaison de logiciels de gestion de références bibliographiques), benchmark animé par le service de veille de l’INIST CNRS.

Le site PLUME (Promouvoir les Logiciels Utiles Maîtrisés et Economiques dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche), lancé à l’initiative de l’UREC (unité réseaux du CNRS) en 2007, est maintenant ouvert à l’ensemble de la communauté scientifique (universités, grandes écoles et organismes de recherche).

Il offre un ensemble de fiches descriptives sur des logiciels (essentiellement libres) et ressources expertisés et validés par les membres du collectif et les utilisateurs identifiés. Parmi les thématiques qui croisent peu ou prou nos centres d’intérêt : Documentation, Formation, SHS et Travail coopératif.

========

Mise à jour du 05/02 :

– la participation à cette journée est gratuite, mais la pré-inscription est obligatoire.

– les présentations seront retransmises en direct sur ce canal webcast de l’IN2P3.