Archives du mot-clé archives ouvertes

« Des trésors au fond des placards »

C’est pour éviter que ces trésors restent au fond de leur placards, que le site Master Contributions a été créé (en 2011?) par une prof d’histoire-géo, actuellement au Centre de recherche sur les liens sociaux (CERLIS, université Paris Descartes). Il se veut coopératif, gratuit, simple et surtout accueillant pour les mémoires de recherche de niveau master.

Les principes énoncés :
– Proposer une plate-forme coopérative de mémoires et travaux de recherches sous forme d’une banque de données et de contacts;
– Faciliter la mise en relation pour des échanges de bonnes pratiques sur un principe (chercheur confirmé/ jeune étudiant chercheur – étudiant chercheur/ entreprise etc.…);
– Limiter aux mémoires et rapports soutenus devant jury avec mentions « Très bien » ou « Bien »; Le site ne cherche pas à « capturer » les thèses de doctorats puisque des annuaires et autres sites et/ou éditeurs les répertorient par ailleurs.
– Offrir une plateforme de diffusion de maîtrises et de masters uniquement de recherche (cycle d’au moins 4 ans) et de qualité.

On peut y naviguer
– via un moteur de recherche classique (recherche sur l’ensemble de la base de données);
– par grands domaines : sciences humaines et sociales, sciences formelles et naturelles et sciences de la vie, du corps et de l’art;
– par « discipline », comme les sciences de l’éducation, la géographie ou encore « les études genre ».

Pour déposer son œuvre, il suffit de  s’inscrire, de renseigner quelques éléments descriptifs de celle-ci et de la « déposer » (en PDF).

Les veilleurs que nous sommes pourront-ils y trouver quelques pépites? Pour l’instant, seules les disciplines suivantes ont quelques dépôts : architecture et urbanisme (3 mémoires), arts et culture(2), chimie (1), études sur le genre (8), géographie (1), histoire (10), Info-Com (3), Informatique (1), Lettres et littérature (2), mathématiques (1), philosophie (2), psychologie (2), sciences de la santé (1), sciences de la terre et de l’univers (1), sciences de la vie (1), sciences de l’éducation (20), sciences des activité physiques et sportives (1), sciences du langage (1), sciences économiques (5), sciences juridiques (5), sciences politiques (3), sociologie/anthropologie 11).Fonds encore modeste et qui donc « peut mieux faire ».
Faites-vous connaître les masterisés!

 

Pourquoi vous ne trouvez pas les dossiers de veille scientifique sur HAL SHS

Ceux qui ont l’habitude d’utiliser les archives ouvertes HAL SHS auront remarqué qu’on y trouve rarement les dossiers de veille produits par les personnes qui écrivent dans ce blog. Cela ne provient pas d’une négligence ou d’un manque d’intérêt de notre part, mais bien d’un blocage systématique des administrateurs d’HAL SHS.

Dès le lancement de la cellule de veille scientifique scientifique à l’INRP en 2003,  ses animateurs ont pourtant souhaité promouvoir l’accès et la diffusion la plus large à leurs productions. Dans ce cadre, ils ont dés le début choisi de privilégier une diffusion électronique et libre des revues de littérature récente en éducation (1), travaux qui sont devenus une production largement connue et utilisée dans le monde de la recherche en éducation.

Cette volonté de privilégier une diffusion « ouverte » aurait naturellement dû rencontrer HAL SHS, qui se présente comme « une bibliothèque numérique recevant et diffusant les productions intellectuelles de la Recherche dans les disciplines des SHS« .  C’est pourquoi des membres de la veille ont souhaité, dès 2006, insérer les dossiers de veille dans HAL SHS afin de bénéficier d’un archivage pérenne de ces productions, au delà des aléas institutionnels (rappelons ici que l’INRP a d’ailleurs été ensuite dissous en 2010…).

Hélas, après avoir enregistré les premiers dépôts en 2007 et 2008, HAL SHS s’est mis à refuser les dossiers d’actualité pour des raisons de forme plus moins argumentées (sachant que les modérateurs de HAL ne sont pas tenus de justifier leur refus). C’est pourquoi on ne trouve dans HAL qu’environ huit dossiers d’actualité, soumis avant la mise en place de la politique de refus systématique ou intégrés malgré tout en fonction de critères mystérieux.

En revanche, les autres productions (articles, communications, chapitres d’ouvrage…) des mêmes personnes sont acceptées sans aucun problème du moment qu’elles ressemblent aux productions routinières du monde académique.

Je me retrouve par exemple dans la situation d’avoir dans HAL SHS un certain nombre de productions  mineures (tout du moins compte-tenu du travail qu’elles ont nécessité), sans pouvoir y laisser certains dossiers majeurs sur lesquels je suis en permanence sollicité ! Raison pour laquelle, dorénavant, par souci de cohérence, je ne déposerai plus aucune publication dans HAL SHS. Ingénieur de recherche de statut, je n’ai pas d’enjeu de carrière lié à ma quantité de productions et ne voit donc vraiment pas l’intérêt de tronçonner mes productions dans HAL SHS (on les trouve facilement par ailleurs dans Google Scholar, sur ma page personnelle voire sur Academia.edu).

Quels sont donc les motifs invoqués pour refuser nos dossiers ?

Les raisons, telles qu’elles ont été exprimées (soit par oral, soit par courriel) tiennent en général dans l’idée suivante : puisque le critère de soumission à HAL SHS est un niveau scientifique attendu comparable à une « publication soumise dans une revue à Comité de lecture« , la forme des dossiers d’actualité s’éloigne trop des canons habituels des productions scientifiques. Donc, sans se permettre de juger « sur le fond », HAL rejette les dossiers à cause de la « forme ».

On pourrait comprendre cette contrainte, si tant est qu’elle soit une règle à portée un peu générale. Or, il suffit de parcourir, même distraitement, HAL SHS pour se rendre compte qu’on y trouve :

  • des articles de blog
  • des rapports d’institutions
  • des articles de vulgarisation
  • des articles de revue sans comité de lecture (revues militantes, d’organisation, d’institution, etc.)
  • des documents institutionnels (lettres ou notes ministérielles par exemple)
  • des documents de travail
  • des interviews journalistiques
  • etc.

Autrement dit, l’argument de la forme ne semble pas s’appliquer à tous avec la même rigueur !

D’autant plus que HAL SHS s’est permis de répondre à une collègue que « les notes de synthèse ne font pas partie des types de document acceptés dans HAL« , ce qui, si l’argument était véritable, poserait un vrai problème de fond  puisqu’il reviendrait à exclure un type de travail scientifique hautement valorisé partout ailleurs dans le monde !

N’y aurait-il pas, en fait, un autre problème derrière les prétextes formels, à savoir celui du statut d’une structure comme la veille de l’Institut français d’éducation, à l’interface entre la recherche et le système éducatif ? On peut  se demander si tout n’aurait pas été plus simple si nous avions pu nous réclamer d’une équipe de recherche labellisée ou si nous avions un statut officiel de chercheurs ou d’enseignants-chercheurs !

Dans le monde académique, beaucoup de choses fonctionnent sur une présomption élémentaire : est réputée être de la recherche la production d’un chercheur ou d’une équipe de recherche.
C’est compréhensible pour fonctionner au quotidien sans avoir à refaire sans cesse la preuve de ses compétences scientifiques, censées avoir été prouvées lors du recrutement ou de l’évaluation de son équipe.
Mais voilà : il se trouve que dans un domaine comme l’éducation, les productions qui ont du sens naissent aussi de lieux hétérogènes où se croisent les chercheurs statutaires, les auxiliaires de la recherche (ingénieurs de tous ordres) et les praticiens de l’éducation que sont les enseignants et les cadres de l’éducation.
Ces productions ont parfois plus de sens que certaines recherches scientifiques menées dans les laboratoires…et qui y restent car elles supportent mal l’épreuve du terrain !

Dans le monde de la recherche française, la priorité est au contraire trop souvent d’identifier les canaux institutionnels « légitimes » de la recherche qui évitent, surtout, de se poser des questions dérangeantes sur les contenus.
On l’a très bien vu lors des débats sur l’évaluation de la recherche et quand on examine la façon dont sont « comptées » les publications censées être scientifiques.
On le voit encore quand on constate que les monographies (livres) ou les communications de colloque sont présumées être déjà passées par le filtre d’une sélection scientifique, alors même que dans beaucoup de collections et de colloques, le filtre est plus que léger.

Mais, même dans le monde académique, il vaut sans doute mieux un ordre injuste que pas d’ordre du tout….

(1) Ces revues de littérature ont rapidement été nommées « lettres » puis « dossiers d’actualité », pour marquer la spécificité de ces productions par rapport à certaines notes de synthèses comme on en trouve par exemple dans la Revue française de pédagogie.