Archives du mot-clé apprentissage

1 prof pour 12 élèves ou 2 profs pour 25 élèves : qu’est-ce que ça change ?

A l’heure où les enseignant.e.s de primaire, directement concerné.e.s par la mise en place éventuelle de la mesure « 12 élèves par classe de CP et de CE1 en REP+ » annoncée à la rentrée 2017, manifestent leur crainte de la suppression du dispositif Plus de maitres.ses que de classes, voici ce qu’on peut tirer de certaines recherches en éducation, à travers une approche un peu décalée : comment les enseignant.e.s accompagnent au mieux l’apprentissage de leurs élèves ?

C’est en effet la prochaine thématique du Dossier de veille que je prépare actuellement, et les points de convergence avec le sujet ne manquent pas. La réduction du nombre d’élèves par classe vise à améliorer leurs conditions d’apprentissage en vue d’une meilleure réussite. Au cœur de cette réussite se trouve notamment la relation entre enseignant.e.s et élèves et la manière dont ces enseignant.e.s s’y prennent pour anticiper leurs difficultés et les accompagner au plus près dans leurs apprentissages.

On apprend dans la littérature de recherche sur ce sujet plusieurs choses intéressantes. Des analyses historiques montrent que l’enseignement français s’est construit sur le fait que les élèves ont un niveau homogène : on comprend ainsi l’importance donnée à la préparation des cours par les enseignants français et les différences culturelles qui peuvent exister dans d’autres pays, davantage enclins à utiliser la différenciation pédagogique. D’autres analyses se situent au niveau des pratiques enseignantes face à la difficulté scolaire, et montrent que cette question touche aux représentations des enseignants. Patrick Rayou met ainsi en évidence 3 raisons « pour lesquelles l’enseignant ne peut se saisir pleinement du processus intellectuel de l’élève pour comprendre comment celui-ci se situe dans le processus d’apprentissage, comment il travaille et comment il peut l’aider » :

  • « Dans la représentation de certains enseignants, le temps consacré en amont de la séance à la préparation et à l’analyse a priori de ce qui va se passer d’un point de vue didactique est un garant de la réussite de la séance.
  • Pendant la séance, au cours de la tâche, l’enseignant va rarement se consacrer à l’analyse diagnostique en temps réel du processus d’apprentissage chez l’élève pour renommer l’activité.
  • La division du travail éducatif, telle qu’elle est organisée actuellement dans le système éducatif français, tend à dessaisir l’enseignant du suivi du processus d’apprentissage dans sa continuité, puisque différents acteurs interviennent, notamment au moment de l’appropriation des notions (travail personnel en dehors de la classe). »

On le voit, l’évaluation diagnostique des élèves semble particulièrement difficile à réaliser pour un.e enseignant.e seul.e, alors qu’un travail collectif entre enseignant.e.s parait à même de faire évoluer les représentations. Ces représentations sont tellement ancrées que, pour Félix et al. (2012), les enseignant.e.s n’ont d’autre choix que de faire appel à leur expérience personnelle lorsqu’ils ou elles aident leurs élèves, et non plus à leur registre professionnel : « C’est parce que l’activité d’enseignement est contrariée que les professeurs recourent à des significations sociales familières qui leur permettent d’agir et d’éviter de se retrouver en situation de crise face aux élèves, mais avec en contrepartie le sentiment de « mal faire son travail » d’enseignant. Ce sentiment provient d’une dissociation dans le travail d’aide dans lequel l’enseignant n’a pas à enseigner mais à devenir un « travailleur sur autrui », dans le sens de Dubet (1999), à savoir mettre autrui (l’élève) au travail sur lui-même, affranchi des conditions de l’étude. »

Le dispositif « Plus de maitres.ses que de classes », qui s’applique du CP au CM2, consiste à affecter un.e enseignant.e surnuméraire à une ou plusieurs écoles pour intervenir ponctuellement auprès de certaines classes choisies pour un temps donné par toute l’équipe pédagogique de l’école en fonction des besoins exprimés par les enseignant.e.s.  Un des effets de ce dispositif a été justement de montrer les liens et les tensions à l’œuvre dans les relations qui se créent entre les enseignant.e.s et leurs collègues surnuméraires. Cela a notamment conduit les équipes pédagogiques des écoles concernées à se regrouper pour réfléchir à la manière de mutualiser les outils de diagnostic par exemple, ou d’organiser autrement les regroupements d’élèves selon leurs besoins. Au niveau académique, des ressources sont parues (notamment des évaluations diagnostiques pour les élèves de CP et CE1), utilisables pour tous les enseignant.e.s de primaire, comme dans l’académie de la Réunion.

Une réflexion que l’on peut faire sur les articles qui paraissent au sujet de la proposition présidentielle concerne en outre l’évaluation des effets des mesures envisagées : LA recherche en éducation montrerait que telle mesure est efficace et telle autre non (voir à ce sujet les articles de ce blog sur les méta-analyses en éducation), en l’occurrence que la réduction du nombre d’élèves par classe serait forcément bénéfique pour la réussite des élèves. Dans l’article « Politique éducative d’Emmanuel Macron : ce que peut en dire la recherche » par exemple, on peut lire : « la réduction de la taille des classes en primaire [est] une politique éducative qui a été étudiée de façon extensive et sur laquelle on dispose de résultats solides et univoques. Quelle que ce soit la méthode d’analyse adoptée (randomisation ou quasi-expérimentale), ou le contexte (aux États-Unis comme en France), les résultats sont clairs : la réduction de la taille des classes en primaire a des effets positifs importants sur les élèves socialement défavorisés, que ce soit à court ou à long terme. »

Mais ici particulièrement, les résultats ne sont pas aussi clairs ! Si on regarde en détail, les études citées montrent bien des effets calculés significatifs en primaire, mais précisent que les résultats ne prennent pas en compte en détail une éventuelle modification des pratiques enseignantes : « la recherche en science de l’éducation fait parfois l’hypothèse que seules d’importantes modifications des pratiques, résultants de dispositifs explicites d’accompagnement des enseignants par des instances pédagogiques appropriées lors des réductions de tailles de classes, peuvent permettre aux enseignants et aux enfants de tirer parti de classes plus petites. » (Piketty & Valdenaire, 2006)

Vérifier cette hypothèse, c’est bien ce que le dispositif « Plus de maitres.ses que de classe » cherche à faire, en se basant non sur une diminution du nombre d’élèves par classe, mais sur l’idée d’augmenter le nombre d’enseignant.e.s par école, et c’est pourquoi a été mis en place un Comité national de suivi de ce dispositif. Les 6 rapports et les nombreux articles de recherche qui sont parus depuis sa mise en œuvre en 2012 (voir ci-dessous) indiquent que l’évaluation est toujours en cours, comme en témoigne la synthèse de notre collègue Patrick Picard du Centre Alain-Savary. Cette évaluation concerne trois aspects : l’étude des transformations en profondeur des pratiques enseignantes dans la classe, la modification de l’organisation de travail des enseignants, impactant le niveau de l’établissement (voire de la circonscription), et bien entendu la difficile évaluation des effets de ce dispositif sur la réussite des élèves (non réductible à leurs seuls résultats à des tests nationaux, comme c’est souvent le cas aux États-Unis).

Le temps de formation et d’appropriation de ce nouveau dispositif est également un facteur important, même s’il peut paraitre incompatible avec le temps politique. A l’échelle des pratiques enseignantes, ce dispositif est tout jeune mais prometteur puisqu’il a été reconduit et amélioré depuis sa mise en œuvre. Il mérite donc de ne pas être rayé d’un coup de plume, au moins au niveau des résultats qu’il a montrés : si réduction de la taille des classes il y a, elle doit aller de pair avec un accompagnement des pratiques enseignantes dans chaque école, et la dimension collective de la réflexion sur la réussite des élèves doit forcément être un axe majeur de ce dispositif.

Pour aller plus loin

 

 

Donner du sens à l’apprentissage des nombres et opérations?

Les 12 et 13 novembre 2015, le Conseil national de l’évaluation du système scolaire (CNESCO) et l’Institut français de l’éducation (IFÉ) ont organisé une conférence de consensus sur l’apprentissage des nombres et des opérations à l’école primaire. Parmi les questions posées aux experts, figure celle-ci : « quelles relations établir entre la résolution de problèmes et l’introduction des opérations et de leurs propriétés ? ». C’est E. Sander et J.-F. Richard qui ont été chargés de répondre à cette question. En tant que professeurs de psychologie (cognitive), ils ont expliqué l’importance des énoncés de problèmes dans le processus de compréhension de notions mathématiques abstraites, et du passage d’une « sémantique quotidienne » à une « sémantique mathématique ».
C’est dans ce contexte que s’inscrit la réalisation du Dossier de Veille de l’IFÉ du mois de novembre : réaliser une synthèse de travaux sur la résolution de problèmes mathématiques, à destination d’acteurs de l’enseignement primaire.
Après avoir listé les enjeux d’une vision institutionnelle de la résolution de problèmes, cet état de l’art tente une typologie de la notion de « résolution de problèmes » en mathématiques, avant de présenter divers travaux de recherche relatifs à la résolution de problèmes du point de vue opérationnel (techniques opératoires) ou cognitif pour aborder les processus, stratégies et contextes discutés.
Après le sens du nombre, il convient de donner du sens à la manipulation de données et aux techniques opératoires, sans certitude pour les enseignants du primaire de pouvoir privilégier une stratégie de résolution plutôt qu’une autre…

Référence :
Feyfant Annie (2015). La résolution de problèmes de mathématiques au primaire. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 105, novembre. Lyon : ENS de Lyon.

 

 

 

Le climat scolaire

« Le « climat scolaire » désigne la qualité des relations qui se nouent entre les acteurs d’une même expérience scolaire, essentiellement entre élèves ou entre élèves et adultes d’une même classe, d’un même établissement » Voici la description du climat scolaire proposée par Denis Meuret dans son ouvrage « Pour une école qui aime le monde »1. Cependant, il est difficile de donner une définition universelle et univoque du climat scolaire en effet, cette notion repose sur une appréciation subjective de chacun des membres de la communauté éducative.

Les travaux de l’OCDE2 montrent que la qualité du climat scolaire est la corrélation de plusieurs éléments :

  1. La qualité du bâtiment scolaire : Sa plus ou moins grande vétusté, sa propreté, la taille et la luminosité des classes, le système de chauffage, l’état des parties communes (murs, escaliers, toilettes, réfectoire…) ont tous une incidence sur le moral des enseignants et des élèves et donc sur le climat scolaire.

  2. Le climat relationnel : Ce climat fait référence à l’atmosphère qui règne dans les rapports entre les individus. C’est la dimension socio-affective des relations, la bonne entente interpersonnelle entre les différents acteurs. Des interactions sociales positives favorisent les apprentissages ainsi que le développement psycho-social. Cette dimension concerne les relations entre les élèves, entre les enseignants, entre les élèves et les enseignants mais aussi entre les enseignants et la direction (normes communes, état d’esprit général).

  3. L’engagement des enseignants, la dynamique d’équipe: C’est la stabilité, la cohésion des équipes, des enseignants qui sont motivés et qui ont la conviction qu’ils peuvent « faire la différence ».

  4. Le cadre et les règles : Il s’agit de l’importance d’un règlement intérieur clair, d’un établissement avec des règles explicites, explicitées et des normes communes.

  5. Les problèmes de violence, de harcèlement, de brimade et d’intimidation : Ces difficultés peuvent naître entre les élèves et entre les élèves et les enseignants. Plus ces difficultés sont importantes, plus le climat scolaire est dégradé.

  6. L’engagement des élèves/implication des élèves : L’absentéisme, le manque d’assiduité, de travail et de participation peuvent créer des établissements au climat scolaire dégradé.

Cet article est le premier d’une série, suivront des comptes-rendus de visite de différents établissements (MFR, lycée professionnel, collège…) permettant d’appréhender le climat scolaire, recueillir le point de vue des acteurs de la communauté éducative et tenter de répondre à différentes questions : Comment les élèves perçoivent-ils le climat scolaire de leur établissement ? Comment les professeurs se sentent-ils dans leur classe ? Élèves et enseignants se sentent-ils bien dans leur établissement ? Quelles stratégies le chef d’établissement utilise-il pour que les élèves et l’ensemble de son personnel se sentent bien dans ses locaux ? Quel est l’impact de la perception du climat scolaire sur les résultats scolaires, sur l’implication des élèves dans les apprentissages ?…

  1. Meuret, Denis. Pour une école qui aime le monde Presse Universitaire 2013 []
  2. OECD, Creating Effective Teaching and Learning Environment : First Results of TALIS 2009 []

Neurosciences et éducation : peut-on les marier ?

Capture d’écran 2013-09-16 à 09.37.34Inspiré du titre d’un article de Francis Schrag (professeur en philosophie de l’éducation) paru en 2013, la question du mariage entre neurosciences et éducation est au cœur des débats que suscite l’éventuelle application des résultats neuroscientifiques dans la salle de classe. Neurosciences de l’éducation, esprit, cerveau et éducation ou encore neuro-éducation, le vocabulaire ne manque pas pour désigner cette « jeune science », dont l’objectif est de mieux faire connaître le cerveau et les processus cognitifs qui lui sont attachés. Continuer la lecture de Neurosciences et éducation : peut-on les marier ? 

Nos multiples mémoires

Pour Francis Eustache, directeur de recherche à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), la mémoire est formée de cinq systèmes : une mémoire à court terme ou de travail, une mémoire à long terme plus complexe comprenant une mémoire procédurale (mémoire des automatismes), une mémoire perceptive (qui identifie des stimulus), une mémoire sémantique (mémoire des connaissances générales sur le monde au sens large, sur les concepts), une mémoire épisodique (la plus sophistiquée, la mémoire des souvenirs). Ces mémoires travaillent en interaction et non pas de façon isolée, elles ne sont pas figées car elles se modifient au fil du temps et des expériences. Ce vaste réseau permet de créer l’information en transformant des souvenirs en éléments sémantiques.

Le concept de mémoire de travail est défini par Eustache et Desgranges (2010) comme « un système mnésique responsable du traitement et du maintien temporaire des informations nécessaires à la réalisation d’activités aussi diverses que la compréhension, l’apprentissage et le raisonnement. Ce modèle postule l’existence de deux sous-systèmes satellites de stockage (la boucle phonologique et le calepin visio-spatial) coordonnés et supervisés par une composante attentionnelle, l’administrateur central ». La mémoire de travail recouvre aujourd’hui le concept de mémoire à court terme car elle ne se contente pas d’être une voie de passage temporaire des informations sensorielles vers la mémoire à long terme, elle est également un espace de travail entre l’environnement et la mémoire à long terme. À cet espace s’ajoute un troisième système de stockage, le « buffer » épisodique, un tampon qui traite et oriente les informations multimodales provenant de différentes sources.

Nous tentons ci dessous de représenter ces systèmes de mémoire.

 

mémoire long terme

 

mémoire court terme

 

 

Cet article de blog est un développement du Dossier d’actualité Veille & Analyses IFÉ n° 86 (septembre 2013) : « Neurosciences et éducation : la bataille des cerveaux ». Vous trouverez la liste des articles de blog associés à ce Dossier sur la page de présentation et les références correspondantes regroupées dans notre bibliographie collaborative qui comprend les références complètes et les accès éventuels aux articles cités (libres ou payants selon les abonnements électroniques de votre institution).

Mr Thorne et la phonétique (…in english)

La lecture de « The Times-education »(exercice malaisé car le contenu des articles est réservé aux abonnés) permet, entre les articles consacrés au ministre de l’éducation Michael Gove (et sa volonté de remplacer « too much too fast » le  General certificate of secondary education), ceux qui se délectent des attentes des parents, ou s’intéressent à la place prise par l’informatique dans le curriculum (et notamment dans le GCSE ou le english baccalaureate), de découvrir des sites sympathiques réalisés par des enseignants qui le sont sans doute autant.

Pour expliquer le titre de cet article, voilà donc un enseignant so british qui propose des ressources (vidéos) pour les élèves de CP. Le titre du site « Dr. Throne does phonics : where learning to read becomes reading to learn ».

Souvent aidé de la girafe Geraldine, les enfants apprennent (en vrac) les phonèmes, la phonétique, la grammaire, un vocabulaire de 200 mots, les consonnes, les voyelles, la prononciation, les nombres, les couleurs, les phrases les plus fréquentes. Dr. Throne ayant accédé au label « TES » (site de ressources pour et par les enseignants) nous parle également des oxymores!

Selon les thèmes, Christopher Throne propose plusieurs vidéos.

Et comme Mr. Throne est un jeune homme très moderne, on peut accéder à ses vidéos via You Tube et télécharger (moyennant finance) des applis’ pour Ipad, Androïd, etc. (et on peut le suivre sur Twitter)

Comme il s’agit d’une initiation à l’anglais, nous ne pourrons que nous en inspirer pour faire de même pour le français ou…  apprendre l’anglais.

Apprentissages 2.0 au secondaire

Le numérique à l’école fait couler beaucoup d’encre depuis plus de trente ans. Objet de toutes les attentes, les TIC ont pénétré les établissements scolaire de manière importante. Des logiques d’équipements (plan « ordi pour tous », « cartable numérique », ordinateurs portables ou encore tablettes) font place petit à petit à des logiques d’usages numériques et de développements de ressources.

La question de l’impact des TIC à l’école n’est pas nouvelle. Il semble qu’elle soit mal posée tant le rapport au savoir, l’accès à l’information, l’organisation de cette information bousculent les repères habituels. Les questions relatives à la pédagogie, à l’encadrement mais aussi à la formation des enseignants sont directement liées au développement des usages numériques à l’école.

Après un dossier sur le numérique dans l’enseignement supérieur, le dossier d’actualités n°79, qui a bénéficié des conseils avisés de Jean-Louis Durpaire, intitulé « Pédagogie + Numérique = Apprentissages 2.0 » dresse un état des lieux de la recherche sur la question du numérique dans le secondaire.

Éducation familiale et scolarisation

Régulièrement, se pose la question de la répartition des rôles éducatifs entre les parents et les enseignants, entre l’école et la famille. Dans un rapport intitulé « Comment apprend-on ? La recherche au service de la pratique » (2010), l’OCDE s’est intéressé aux influences familiales sur l’apprentissage et la socialisation des enfants. Sujet très prisé par la littérature anglo-saxonne, abordé en 2005, dans un dossier de la Revue française de pédagogie, la problématique permet d’aborder bien d’autres variables que le seul déterminisme social, souvent mis en avant par les sociologues pour expliquer l’échec scolaire. Dans le Dossier d’actualité Veille et Analyses, n°63, sont déclinés quelques uns des effets de l’éducation familiale sur la réussite scolaire. Ces facteurs, favorables ou non, ont des influences variables selon leur combinaison dans l’environnement familial : styles éducatifs, pratiques culturelles, pratiques pédagogiques, attentes et projets parentaux, accompagnement à la scolarité. Il esquisse rapidement quelques pistes comme l’approche génétique ou les « contre-exemples » que seraient la réussite d’élèves issus de milieux défavorisés ou l’échec « d’héritiers ».

Jeu et apprentissages : quand l’élève devient artisan mineur

Un article du Café pédagogique du jour pose la question du rôle des jeux sérieux dans les apprentissages.
Le landerneau des jeux vidéo, et plus particulièrement des geeks amateurs du jeu Minecraft (encore en version bêta) s’intéresse depuis quelques semaines à une application réalisée par un enseignant new-yorkais, Joël Levin, pour ses élèves de 6 à 8 ans. Peut être a-t-il été inspiré par le fait que ce jeu est orienté sandbox (bac à sable).
Le joueur part donc de rien. Considérant que la manipulation simultanée de la souris et des touches de clavier, nécessaire pour évoluer dans ce monde à construire, n’était pas facile pour de jeunes enfants, Joël Levin, a créé un tutoriel spécifique. Après une phase d’apprentissage, son application permet aux enfants de créer des outils, des ingrédients, des maisons et surtout de la faire en coopération avec les autres.
J. Levin a aussi préparé des situations types, utilisant google earth pour les aspects géographiques, créant des situations problèmes (réaliser une tâche, résoudre une énigme).
Il semble que les tests en classe aient été faits plutôt hors temps scolaire, mais la motivation des élèves pour travailler ensemble a été au-delà des espérances de cet enseignant informaticien. Le déroulement du jeu n’est pas pour autant idyllique puisqu’on retrouve des comportements identiques à ceux d’une cours de récréation. J. Levin interrompt alors le jeu pour recadrer ces créateurs.
Par ailleurs, nul doute que ceux qui jouent à Minecraft apprécieront la géométrie, puisque c’est un monde de cubes, voir d’objets en 2D !

Sources :
– Webster Andrew (2011). Educational building blocks: how Minecraft is used in classrooms, Ars technica. (Voir aussi un commentaire en français sur le blog du groupe de recherche Compas)
The Minecraft Teacher, blog de Joël Levin.
Voir aussi :
– Musset Marie et Thibert Rémi (2009). « Quelles relations entre jeu et apprentissages à l’école ? Une question renouvelée », Dossier d’actualité de la VST, n°48, octobre 2009.

Descriptif du jeu Minecraft (Wikipédia):

« Le jeu plonge le joueur dans un monde créé dynamiquement par le logiciel, offrant aux joueurs un monde créé de cubes représentant des arbres, des cours d’eau, du sable, des montagnes, etc. Le joueur peut changer à sa guise le monde en ajoutant ou supprimant des cubes. Plusieurs matériaux et plusieurs outils sont disponibles, mais chaque outil doit être créé à partir de matériaux, par exemple, avec du bois, il est possible de faire des planches. Avec ces dernières, des bâtons et avec des bâtons et des morceaux de bois, des outils comme des pelles, des épées, etc. Il est possible de jouer seul dans une carte générée dynamiquement, ou en multijoueur sur un serveur existant ou créé pour l’occasion. »

Les langues vivantes à l’école à l’heure de l’approche actionnelle et du web 2.0

L’enseignement des langues vivantes à l’école connaît de profonds bouleversements depuis une dizaine d’années. La mise en place du Cadre Europeén Commun de Référence pour les Langues (CECRL) demande aux enseignants (et aux apprenants) de modifier leurs façons de faire. Si l’approche communicative n’a pas vraiment existé dans les classes, malgré les instructions officielles, la perspective actionnelle préconisée par le CECRL entre peu à peu dans les mœurs. La notion de tâche, qui est centrale dans cette nouvelle approche, entre en résonance avec les possibilités offertes par les outils du web 2.0 (travail collaboratif, mise en réseaux). S’il n’est pas rare de lire que les TIC renforcent la motivation des élèves, il n’y a pas de certitude quant à la durée de cette motivation, ni aux effets positifs sur l’apprentissage. Les TIC peuvent renforcer une posture transmissive de l’apprentissage comme elles peuvent favoriser une dynamique socioconstructiviste. Tout dépend d’une part des outils utilisés – Personnal learning environment (PLE) vs Virtual learning environment (VLE), par exemple -, mais aussi et surtout de l’approche retenue. L’approche par tâche permet de travailler des compétences de haut niveau. Les outils de communication médiatisée par ordinateur (CMO) ouvrent des perspectives intéressantes.

À partir d’une revue de littérature sur les dernières recherches, le dossier d’actualité n° 58 du mois de novembre fait le point sur cette approche actionnelle pour l’enseignement-apprentissage des langues vivantes et la met en regard de l’approche par compétences du socle commun et des outils du web 2.0.