Inspecteurs territoriaux : on les voit médiateurs, ils se sentent fatigués

L’étude de Georges Fotinos et José Mario Horenstein «  Le Moral des inspecteurs IEN, IA-IPR : qualité de vie au travail et épuisement professionnel » est arrivée sur mon bureau ce matin. Lors de sa présentation, en novembre dernier, elle avait eu quelques échos dans les médias. À croire que ceux-ci découvraient soudain qu’une profession plutôt discrète était elle susceptible de souffrance au travail.
La presse s’est donc emparé de « l’épuisement professionnel » d’un quart des inspecteurs, parlant de leur stress au travail voire de leur situation de burn-out. Continuer la lecture de Inspecteurs territoriaux : on les voit médiateurs, ils se sentent fatigués 

L’unité de Veille & Analyses de l’IFÉ recrute !

L’unité de Veille & Analyses en éducation de l’IFÉ est composée de 6 personnes, dont deux « chargés d’études », enseignants en détachement à l’ENS de Lyon pour une durée maximum de trois ans. Un de ces deux postes sera vacant à la rentrée 2017 et par conséquent ouvert au recrutement (voir profil détaillé et conditions de recrutements). Les enseignants peuvent provenir du premier degré comme du second degré (CPE compris).

Venir travailler à la Veille de l’IFÉ est une expérience originale pour qui veut contribuer de façon intensive à  la médiation entre le monde des recherches et celui des pratiques éducatives. La plupart de nos activités consiste en effet à monter des projets pour améliorer la circulation  des savoirs entre ces deux mondes, projets qui se traduisent par des publications, des services de signalement, des formations, des conférences et séminaires, etc.

Quelles sont les principales compétences attendues des candidats ?

Travailler à la veille requiert avant tout une grande curiosité intellectuelle, puisqu’il s’agit de s’intéresser à des travaux dans toutes les disciplines constitutives de la recherche en éducation (sciences de l’éducation, pédagogie et didactique, sociologie, psychologie, histoire, philosophie…). Il est indispensable d’aimer lire et écrire de façon assez dense : il est attendu de chaque collègue de la veille qu’il rédige régulièrement des dossiers de veille (deux par an généralement) et d’éventuelles notes ou articles plus ponctuels. Il faut également apprécier le travail en équipe, car il est dans nos habitudes d’échanger sur nos sujets respectifs et de nous relire sans craindre le regard critique des collègues. Il est enfin nécessaire de maitriser suffisamment l’anglais pour pouvoir lire des articles de recherche dans cette langue. Pour plus de précisions, vous pouvez nous contacter via ce formulaire.

Nous sommes localisés à Lyon (quartier de Gerland) : si vous n’habitez pas déjà les environs de Lyon, prévoyez un emménagement dans notre belle ville si vous êtes retenu(e)!

Attention : les pré-candidatures ne sont ouvertes que jusqu’au 2 février 2017.

Voir les modalités et les autres postes mis au recrutement : http://www.ens-lyon.fr/recrutement/travailler-a-l-ens-de-lyon-78892.kjsp?RH=ENS-LYON-FR

NB: les processus de candidature et de sélection pour la rentrée 2017 sont  terminés. Merci à celles et ceux qui se sont porté.e.s candidat.e.s.

Mystérieuse EMI

Expliquer ce qu’est l’éducation aux médias et à l’information (EMI), et sur quelles connaissances des pratiques des élèves s’appuyer pour mettre en œuvre cet enseignement : tel est l’objectif du Dossier de Veille de l’IFÉ n°115 : EMI : partir des pratiques des élèves.

Qu’est-ce que l’EMI ? Cet acronyme désigne l’éducation aux médias et à l’information, qui fait l’objet de ressources et de formations de plus en plus nombreuses. Pourtant les contours de cette notion ne sont pas faciles à cerner.

L’éducation aux médias pensée comme décryptage de la lecture des médias d’information n’est qu’une partie de l’éducation aux médias et à l’information, telle qu’elle est promue par les instances internationales, et l’UNESCO en particulier. Il s’agit alors de la traduction française de la notion très large de Media and Information Literacy. En France, les recherches sur l’éducation aux médias et à l’information, profondément bouleversée par l’émergence du numérique, adoptent de manière relativement récente une approche transdisciplinaire, cherchant à confronter des approches venus de champs différents, que nous tentons de présenter de manière synthétique.

Pensé de manière transdisciplinaire en France, cet enseignement se doit de partir des pratiques réelles des élèves : or, les recherches montrent qu’elles sont difficiles à  cerner, et mettent en garde contre les discours généralisants, qui peuvent faire obstacle à la mise en œuvre de pratiques pédagogiques efficaces. La deuxième partie du dossier fait donc le point sur quelques travaux de recherches récents, privilégiant les analyses qualitatives, permettant de cerner de manière fine comment les élèves, en particulier du secondaire, se positionnent en temps que chercheur.se.s d’information et  utilisent les médias, à l’ère du numérique.

L’éducation aux médias et à l’information fait l’objet d’une conférence nationale les 9, 10 et 11 janvier à l’IFÉ – ENS DE LYON.

Pour citer ce dossier :

Joubaire Claire (2017). EMI : partir des pratiques des élèves. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 115, janvier. Lyon : ENS de Lyon. En ligne : http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=115&lang=fr

Autres ressources :

La page consacrée à l’EMi sur Eduscol 

Le site de la conférence nationale « Cultures numériques, éducation aux médias et à l’information » (IFÉ – ENS de Lyon, 9,10 et 11 janvier 2017)

Pour télécharger les actes de la première conférence « Cultures numériques, éducation aux médias et à l’information », qui s’est tenue à l’IFÉ – ENS de Lyon en mai 2013.

Le site du CLEMI

 

Inné, non ! Acquis, oui !

vidal-geneve-2016

La deuxième journée ( cf. article 1 et article 2 sur la première journée) débute avec la conférence de Catherine Vidal, neurobiologiste et auteure de nombreux ouvrages sur les relations entre neurosciences et genre. Elle dirige une collection, Égale à Égal publiée chez Belin, qui s’intéresse aux questions d’égalité entre les femmes et les hommes  « pour faire le ménage des idées reçues« .

Catherine Reverdy et moi prenons d’abord le temps de discuter avec elle avant la présentation sur les moyens à mettre en œuvre pour démonter un à un les clichés portant sur les (soi-disant) différences entre le cerveau des femmes et celui des hommes. « Expliquer les démarches scientifiques avec humour, combattre les mauvaises images avec de bonnes, ne pas jargonner, voilà ce qui peut permettre au public de mieux comprendre les messages et de réfuter les préjugés » selon la scientifique.

Ce sont ces préjugés naturalistes qu’elle combat lors de cette conférence en démontant des théories innéistes sur les capacités des femmes et des hommes débouchant le plus souvent sur des neuromythes sexistes (comme les rôles sociaux ou professionnels attribués aux individus selon leur sexe, à ce propos lire notre Dossier de veille n°112).

Continuer la lecture de Inné, non ! Acquis, oui ! 

Plus on est de fous, plus on apprend ?

De nombreuses discussions se font aujourd’hui autour d’un travail en commun des élèves ou de leur apprentissage en contexte social : on parle de coopération, de collaboration, d’intelligence collective[1] ; on réinterroge le socioconstructivisme ; on évoque même l’importance de l’environnement social pour le développement du cerveau. Mais que sait-on du fonctionnement des groupes ? De la manière dont se tissent les liens avec l’apprentissage au fur et à mesure des interactions entre élèves ? Comment concrètement mettre en place des situations de coopération dans une classe et avec quels objectifs ? Doit-on développer d’abord les compétences de communication et d’écoute de ses pairs ?

Ce sont ces questions qu’aborde le Dossier de Veille de l’IFÉ n° 114 : La coopération entre élèves : des recherches aux pratiques, en s’intéressant à la façon dont les recherches en éducation étudient cette thématique et fournissent des pistes de réflexion aux enseignants pour la mise en œuvre de l’apprentissage coopératif dans le contexte de la classe.

Continuer la lecture de Plus on est de fous, plus on apprend ? 

Neuroplasticité : de l’importance du plaisir

geneve-ansermet

Après la conférence d’ouverture d’Olivier Houdé, celle de François Ansermet, psychiatre pour enfants et adolescents, clôt cette première journée. Avant lui sont intervenus Stéphane Pagès sur les bases physiologiques de la mémoire ( il a d’ailleurs provoqué une vague d’émotion dans l’assemblée, à peu près 500 personnes du milieu de la petite enfance genevoise, en expliquant comment son équipe avait coupé les moustaches d’une souris pour mieux apprécier sa capacité à apprendre de nouveau signaux), Josette Serres et Laurence Rameau sur les pratiques pédagogiques des crèches à l’appui de la recherche (retour sur la théorie de l’inhibition avec le test du chamallow comme prédicteur de réussite ultérieure: est-on capable à 4-5 ans de résister 10mn  à l’envie de manger un chamallow ?) et Sharon Peperkamp sur l’acquisition du langage chez le bébé. Continuer la lecture de Neuroplasticité : de l’importance du plaisir 

Neurosciences et petite enfance : un peu, à la folie… pas du tout !

geneve-houdeLa semaine dernière (1er et 2 décembre 2016) se déroulait à Genève le 12e colloque organisé par  le service petite enfance de la ville intitulé « L’éducation à la lumière des neurosciences ». Catherine Reverdy et moi-même y étions conviées suite à notre Dossier de veille sur les difficiles relations entre neurosciences et éducation. Des invités prestigieux,  comme Catherine Vidal ou Olivier Houdé, occupaient la tête d’affiche et nous fûmes flattées de leur être associées (après avoir averti l’organisatrice de nos réserves sur le concept de « neuro-pédagogie »).

Nous allons rendre compte de certaines des conférences  auxquelles nous avons assisté à travers plusieurs articles, dont le présent inaugure la série. Continuer la lecture de Neurosciences et petite enfance : un peu, à la folie… pas du tout ! 

La réception des résultats de PISA 2015 en Finlande

Le ministère finlandais de l’éducation et de la culture a présenté sur son site les résultats du programme PISA 2015 (Dossier de presse du 6 décembre). Satisfaite des toujours bons résultats, la ministre Sanni Grahn-Laasonen note néanmoins une baisse des performances en sciences (accroissement du nombre des plus faibles et baisse du nombre des plus performants), et un manque d’intérêt pour les matières scientifiques.

Les résultats soulèvent d’autre part des interrogations quant à l’égalité en éducation, en particulier pour les garçons. L’influence du contexte socio-économique sur les résultats d’apprentissage a augmenté. « Nous devons considérer quels sont les changements qui se produisent dans nos écoles ou dans la société qui ont conduit à une situation où trop de garçons ne sont pas intéressés par le modèle d’apprentissage proposé ». Continuer la lecture de La réception des résultats de PISA 2015 en Finlande 

Pour ne pas dire n’importe quoi quand arrivent les résultats de PISA…

Quelques jours avant la déferlante PISA, nous vous proposons ici quelques lectures, des plus courtes aux plus approfondies, permettant de disposer d’éléments réflexifs pour éclairer la publication des résultats de la grande enquête internationale de l’OCDE.

En introduction, un court mais pertinent article de Marie-Duru Bellat sur The Conversation, qui rappelle les principes de base nécessaires pour ne pas faire dire tout et n’importe quoi à PISA.

La revue  Administration & Éducation avait consacré l’an dernier un numéro spécial au « choc » PISA, qui résume bien l’essentiel des savoirs existants sur le sujet en direction des praticiens et cadres de l’éducation.

Nous avions réalisé en 2011 un Dossier de veille de l’IFÉ  « PISA : ce que l’on en sait et ce que l’on en fait » qui permet notamment de disposer en accès libre d’un aperçu d’analyses internationales sur ce thème.

Pour approfondir le thème, on trouvera dans le « Que Sais Je ? » de Georges Felouzis et Samuel Fermillot paru en 2012 des éléments solides pour comprendre comment sont réalisées ces enquêtes internationales et quelles utilisations on peut en faire.

Le CNESCO vient également de mettre en ligne un rapport fort  intéressant pour « comprendre les évaluations internationales » en comparant PISA et TIMMS.

Enfin, pour ceux qui n’auront pas la chance de participer aux Entretiens Ferdinand Buisson du 30 novembre à Lyon, on pourra se référer aux divers travaux de Xavier Pons sur l’évaluation des politiques éducatives, qui incluent bien évidemment des réflexions particulières sur la réception et l’utilisation des résultats de PISA en France.

 

Les inégalités scolaires sont-elles tributaires d’une impossible gestion de l’hétérogénéité ?

Le constat de l’accroissement des inégalités scolaires (et sociales) en France, relevé par les dernières évaluations PISA et par le récent rapport du CNESCO, alarme les partenaires de l’école et relance le débat de « la gestion de l’hétérogénéité des élèves ».

La réponse classique à cette diversité (culturelle, sociale, scolaire, cognitive, etc.), qui s’est traduite par de nombreux travaux de recherche dans les années 1980-1990, a été d’envisager une pédagogie différenciée, concept qui s’est traduit, lors de la réforme éducative au Québec (« le Renouveau pédagogique »), par un appel à la différenciation pédagogique à l’attention des enseignant.e.s.

La notion de pédagogie différenciée ne fait pas l’unanimité dans les travaux de recherche, et on peut lui préférer l’option canadienne de « différenciation pédagogique », principe mettant en avant la nécessité de différencier, non pour sélectionner, stigmatiser et hiérarchiser les élèves en fonction de différences (et d’ailleurs quelles différences ?) mais pour faire réussir tous les élèves. Cette différenciation est pédagogique dès lors qu’elle met en œuvre une multiplicité de stratégies d’enseignement.

Alors que le CNESCO et l’IFÉ organisent une conférence de consensus sur ce thème, les 7 et 8 mars 2017, le service Veille et analyses de l’IFÉ a cherché à faire le point sur la littérature de recherche traitant du sujet et en rend compte dans le Dossier de veille de l’IFÉ, n°113, « La différenciation pédagogique en classe », qui vient d’être mis en ligne.

Il interroge bien sûr le concept quant au(x) sens à lui donner et aux principes mis en avant par les uns et les autres, influencés sans doute par les disciplines de recherche mais aussi les contextes nationaux.

Malgré ses divergences, relativement minimes, la majorité des travaux qui dépassent le stade des intentions et proposent de passer à l’action, déclinent les conditions de la différenciation, en classe. Puisqu’il est question de stratégies d’enseignement, cette différenciation, qui peut anticiper les situations ou s’y adapter, peut porter sur les contenus, les processus d’apprentissage, les productions d’élèves ou encore l’environnement de travail en classe. Elle peut être mise en place avant un enseignement, pendant un enseignement ou après, et s’appuie sur le fil conducteur de l’évaluation (en cours d’apprentissage, pour ne pas dire « formative »).

Cependant, une fois posés les principes et modalités « idéales », les observations et enquêtes auprès des enseignants montrent que le passage de la théorie à la pratique est loin d’être simple.

Ce dossier est consacré à une différenciation pédagogique dans un contexte relativement « classique », mais il serait intéressant de se poser la question d’autres usages ou stratégies pouvant faciliter la réussite de tous les élèves : classe inversée, individualisation, enseignement explicite, pratiques d’« éducation nouvelle ».

Une ouverture à prévoir dans les lectures, serait d’étudier la différenciation dans un contexte plus large de l’établissement, à partir des dispositifs d’accompagnement, « plus de maître que de classe », cycles, classes multi-niveaux.

In fine, les différentes contributions des chercheurs, anglophones ou francophones, présentent un biais non négligeable, les observations en classe portent sur les pratiques enseignants ; il s’agit essentiellement de recherches qualitatives basées sur des entretiens avec les enseignants. Les effets de ces pratiques sur les élèves sont encore trop peu mesurés.