Comprendre les mutations de l’École

Tel est l’objectif du Magazine de l’éducation, édité par la plate-forme TECHEDULAB, du laboratoire EMA- École, Mutations, Apprentissages (université de Cergy-Pontoise) et dont le numéro zéro vient d’être mise en ligne.

Ce numéro s’intéresse aux programmes des candidats à l’élection présidentielle. Les rédacteurs ont notamment synthétisé les choix politiques par des graphiques en toile d’araignée (ou radar). Continuer la lecture de Comprendre les mutations de l’École 

Les étudiants des ESPE et filières d’enseignement ne sont pas forcément ceux qu’on pense

Les clichés sur les étudiantes et les étudiants qui s’inscrivent dans les filières universitaires (ESPE) menant aux carrières de l’enseignement amènent à imaginer des étudiants plutôt bons élèves et plutôt originaires de familles liées à l’enseignement scolaire ou supérieur. Et si l’on se trompait ?

Les résultats de l’enquête 2016 de l’Observatoire national de la vie étudiante (46340 questionnaires traités)  donnent une image assez nette de la population étudiante, dont la catégorie « enseignement/ESPE » qui regroupe les étudiants préparant des diplômes et concours de la profession enseignante (près de 4% du nombre total des étudiants). Quelles sont les caractéristiques de cette sous population ?  En fait, il semble que ceux qui peuplent les filières universitaires menant à l’enseignement  sont issus de milieux socioprofessionnels plus modestes que ceux des autres filières et ont un parcours scolaire d’élèves qu’on qualifie usuellement de « passables » ou « moyens ». Ces constatations moyennes demanderaient bien sûr à être affinées, car elles recouvrent de probables importantes disparités régionales, disciplinaires et académiques. Il convient également de garder à l’esprit que les étudiants inscrits dans ces filières ne sont pas forcément les enseignants de demain : certains  deviennent professeurs sans passer par le master 1 des ESPE et d’autres ne réussissent pas les concours de l’enseignement après leur première année de master (1).

Des étudiants qui sont plutôt des étudiantes

Ces étudiants sont le plus souvent des étudiantes, puisque ces dernières composent 64% des effectifs des filières de l’enseignement. Ces étudiant(e)s sont aussi les plus âgé(e)s en moyenne de l’échantillon global de l’OVE, avec une moyenne de 27 ans, ce qui corrobore d’autres données sur les fréquentes reprises d’études associées à la préparation des concours d’enseignement ou de certaines spécialités dans le domaine de la formation. Peu d’étrangers dans cette catégorie, 4,1%, soit un taux proche de celui qu’on trouve  en CPGE, ce qui est logique dans un domaine professionnalisé orienté vers la fonction publique. Continuer la lecture de Les étudiants des ESPE et filières d’enseignement ne sont pas forcément ceux qu’on pense 

Reviens Humboldt ! Ils sont devenus fous !

Les coïncidences sont parfois heureuses… à l’heure où C. Musselin publie un nouveau livre sur la course aux standards internationaux, l’IFÉ remet au ministre son rapport sur la transformation des universités et publie son dernier dossier de veille sur la profession académique… trois publications qui entrent en résonance les unes avec les autres pour offrir un panorama sans concession de l’enseignement supérieur français aujourd’hui… Continuer la lecture de Reviens Humboldt ! Ils sont devenus fous ! 

A Reims, l’accompagnement des projets se fait… de la maternelle au lycée

Mercredi 22 mars se tenait la première journée de l’innovation dans l’académie de Reims., organisée par la CARDIE. J’ai été invitée à présenter mes Dossiers de veille Des projets pour apprendre ? et Éduquer au-delà des frontières disciplinaires. J’ai pu montrer à travers des exemples récents pris dans des collèges que la mise en place de projets pouvait permettre aux élèves de remobiliser des compétences disciplinaires dans des situations inédites et de développer d’autres compétences, plus transversales, pour qu’ils apprennent à « se projeter », c’est-à-dire à s’engager dans des réalisations concrètes. Nous sommes bien là au cœur des problématiques rencontrées par les enseignants de collège cette année, suite à la mise en place des enseignements pratiques interdisciplinaires.

Continuer la lecture de A Reims, l’accompagnement des projets se fait… de la maternelle au lycée 

Quelles sont les recherches pertinentes pour les enseignant.e.s ?

L’Institut français de l’Éducation (IFÉ) organise une série de séminaires internationaux sur le thème général : Approches internationales et pluridisciplinaires des enjeux de la recherche collaborative en éducation. Dans le cadre de ce thème, il y aura un séminaire d’une journée sur le thème plus spécifique de la mobilisation et de l’utilisation de la recherche (comment la recherche se déplace dans la pratique éducative et comment elle est utilisée).

L’un des points forts de la plupart des débats internationaux sur la formation des enseignant.e.s est la nécessité de les sensibiliser aux contributions de la recherche sur les questions d’éducation. Il est donc stratégique d’avoir une recherche solide et bien structurée sur l’éducation qui soit en mesure de fournir aux praticiens et aux décideurs politiques des informations sur les questions d’éducation essentielles. Il est tout autant nécessaire de réfléchir à l’articulation entre la recherche, les points de vue des praticien.ne.s et les conditions d’une appropriation réelle des résultats de la recherche. Il s’agit non seulement d’une information ou d’une formation, mais aussi du développement de modalités de recherche spécifiques, faisant passer les praticien.ne.s de la seule position d’interprète à celle de co-concepteurs, dans l’esprit d’une véritable recherche collaborative. Malgré les nombreuses incitations institutionnelles et l’intérêt grandissant des politiques pour les résultats probants et les bonne pratiques en éducation, les processus d’application et les  facteurs qui influent sur l’utilisation concrète de la recherche par les enseignant.e.s  pour leur pratique  ne sont pas toujours expliqués. Continuer la lecture de Quelles sont les recherches pertinentes pour les enseignant.e.s ? 

Inspecteurs territoriaux : on les voit médiateurs, ils se sentent fatigués

L’étude de Georges Fotinos et José Mario Horenstein «  Le Moral des inspecteurs IEN, IA-IPR : qualité de vie au travail et épuisement professionnel » est arrivée sur mon bureau ce matin. Lors de sa présentation, en novembre dernier, elle avait eu quelques échos dans les médias. À croire que ceux-ci découvraient soudain qu’une profession plutôt discrète était elle susceptible de souffrance au travail.
La presse s’est donc emparé de « l’épuisement professionnel » d’un quart des inspecteurs, parlant de leur stress au travail voire de leur situation de burn-out. Continuer la lecture de Inspecteurs territoriaux : on les voit médiateurs, ils se sentent fatigués 

L’unité de Veille & Analyses de l’IFÉ recrute !

L’unité de Veille & Analyses en éducation de l’IFÉ est composée de 6 personnes, dont deux « chargés d’études », enseignants en détachement à l’ENS de Lyon pour une durée maximum de trois ans. Un de ces deux postes sera vacant à la rentrée 2017 et par conséquent ouvert au recrutement (voir profil détaillé et conditions de recrutements). Les enseignants peuvent provenir du premier degré comme du second degré (CPE compris).

Venir travailler à la Veille de l’IFÉ est une expérience originale pour qui veut contribuer de façon intensive à  la médiation entre le monde des recherches et celui des pratiques éducatives. La plupart de nos activités consiste en effet à monter des projets pour améliorer la circulation  des savoirs entre ces deux mondes, projets qui se traduisent par des publications, des services de signalement, des formations, des conférences et séminaires, etc.

Quelles sont les principales compétences attendues des candidats ?

Travailler à la veille requiert avant tout une grande curiosité intellectuelle, puisqu’il s’agit de s’intéresser à des travaux dans toutes les disciplines constitutives de la recherche en éducation (sciences de l’éducation, pédagogie et didactique, sociologie, psychologie, histoire, philosophie…). Il est indispensable d’aimer lire et écrire de façon assez dense : il est attendu de chaque collègue de la veille qu’il rédige régulièrement des dossiers de veille (deux par an généralement) et d’éventuelles notes ou articles plus ponctuels. Il faut également apprécier le travail en équipe, car il est dans nos habitudes d’échanger sur nos sujets respectifs et de nous relire sans craindre le regard critique des collègues. Il est enfin nécessaire de maitriser suffisamment l’anglais pour pouvoir lire des articles de recherche dans cette langue. Pour plus de précisions, vous pouvez nous contacter via ce formulaire.

Nous sommes localisés à Lyon (quartier de Gerland) : si vous n’habitez pas déjà les environs de Lyon, prévoyez un emménagement dans notre belle ville si vous êtes retenu(e)!

Attention : les pré-candidatures ne sont ouvertes que jusqu’au 2 février 2017.

Voir les modalités et les autres postes mis au recrutement : http://www.ens-lyon.fr/recrutement/travailler-a-l-ens-de-lyon-78892.kjsp?RH=ENS-LYON-FR

NB: les processus de candidature et de sélection pour la rentrée 2017 sont  terminés. Merci à celles et ceux qui se sont porté.e.s candidat.e.s.

Mystérieuse EMI

Expliquer ce qu’est l’éducation aux médias et à l’information (EMI), et sur quelles connaissances des pratiques des élèves s’appuyer pour mettre en œuvre cet enseignement : tel est l’objectif du Dossier de Veille de l’IFÉ n°115 : EMI : partir des pratiques des élèves.

Qu’est-ce que l’EMI ? Cet acronyme désigne l’éducation aux médias et à l’information, qui fait l’objet de ressources et de formations de plus en plus nombreuses. Pourtant les contours de cette notion ne sont pas faciles à cerner.

L’éducation aux médias pensée comme décryptage de la lecture des médias d’information n’est qu’une partie de l’éducation aux médias et à l’information, telle qu’elle est promue par les instances internationales, et l’UNESCO en particulier. Il s’agit alors de la traduction française de la notion très large de Media and Information Literacy. En France, les recherches sur l’éducation aux médias et à l’information, profondément bouleversée par l’émergence du numérique, adoptent de manière relativement récente une approche transdisciplinaire, cherchant à confronter des approches venus de champs différents, que nous tentons de présenter de manière synthétique.

Pensé de manière transdisciplinaire en France, cet enseignement se doit de partir des pratiques réelles des élèves : or, les recherches montrent qu’elles sont difficiles à  cerner, et mettent en garde contre les discours généralisants, qui peuvent faire obstacle à la mise en œuvre de pratiques pédagogiques efficaces. La deuxième partie du dossier fait donc le point sur quelques travaux de recherches récents, privilégiant les analyses qualitatives, permettant de cerner de manière fine comment les élèves, en particulier du secondaire, se positionnent en temps que chercheur.se.s d’information et  utilisent les médias, à l’ère du numérique.

L’éducation aux médias et à l’information fait l’objet d’une conférence nationale les 9, 10 et 11 janvier à l’IFÉ – ENS DE LYON.

Pour citer ce dossier :

Joubaire Claire (2017). EMI : partir des pratiques des élèves. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 115, janvier. Lyon : ENS de Lyon. En ligne : http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=115&lang=fr

Autres ressources :

La page consacrée à l’EMi sur Eduscol 

Le site de la conférence nationale « Cultures numériques, éducation aux médias et à l’information » (IFÉ – ENS de Lyon, 9,10 et 11 janvier 2017)

Pour télécharger les actes de la première conférence « Cultures numériques, éducation aux médias et à l’information », qui s’est tenue à l’IFÉ – ENS de Lyon en mai 2013.

Le site du CLEMI

 

Inné, non ! Acquis, oui !

vidal-geneve-2016

La deuxième journée ( cf. article 1 et article 2 sur la première journée) débute avec la conférence de Catherine Vidal, neurobiologiste et auteure de nombreux ouvrages sur les relations entre neurosciences et genre. Elle dirige une collection, Égale à Égal publiée chez Belin, qui s’intéresse aux questions d’égalité entre les femmes et les hommes  « pour faire le ménage des idées reçues« .

Catherine Reverdy et moi prenons d’abord le temps de discuter avec elle avant la présentation sur les moyens à mettre en œuvre pour démonter un à un les clichés portant sur les (soi-disant) différences entre le cerveau des femmes et celui des hommes. « Expliquer les démarches scientifiques avec humour, combattre les mauvaises images avec de bonnes, ne pas jargonner, voilà ce qui peut permettre au public de mieux comprendre les messages et de réfuter les préjugés » selon la scientifique.

Ce sont ces préjugés naturalistes qu’elle combat lors de cette conférence en démontant des théories innéistes sur les capacités des femmes et des hommes débouchant le plus souvent sur des neuromythes sexistes (comme les rôles sociaux ou professionnels attribués aux individus selon leur sexe, à ce propos lire notre Dossier de veille n°112).

Continuer la lecture de Inné, non ! Acquis, oui ! 

Plus on est de fous, plus on apprend ?

De nombreuses discussions se font aujourd’hui autour d’un travail en commun des élèves ou de leur apprentissage en contexte social : on parle de coopération, de collaboration, d’intelligence collective[1] ; on réinterroge le socioconstructivisme ; on évoque même l’importance de l’environnement social pour le développement du cerveau. Mais que sait-on du fonctionnement des groupes ? De la manière dont se tissent les liens avec l’apprentissage au fur et à mesure des interactions entre élèves ? Comment concrètement mettre en place des situations de coopération dans une classe et avec quels objectifs ? Doit-on développer d’abord les compétences de communication et d’écoute de ses pairs ?

Ce sont ces questions qu’aborde le Dossier de Veille de l’IFÉ n° 114 : La coopération entre élèves : des recherches aux pratiques, en s’intéressant à la façon dont les recherches en éducation étudient cette thématique et fournissent des pistes de réflexion aux enseignants pour la mise en œuvre de l’apprentissage coopératif dans le contexte de la classe.

Continuer la lecture de Plus on est de fous, plus on apprend ?