Archives pour la catégorie Vue sur les TICE

Rapport Horizon 2014 : le numérique et ses défis pour l’école

Horizon Report Europe

Le rapport « Horizon report Europe 2014 » a été publié en octobre 2014 par la commission européenne, et réalisé par  la Inholland University of Applied Sciences (Pays-Bas) et le New Media Consortium (NMC), une communauté qui regroupe des experts (au nombre de 53) dans les technologies éducatives (praticiens, chercheurs, politiques, think tanks, etc.) de 22 pays différents. Ce rapport, qui s’inscrit dans le « NMC Horizon Project » visant à faire un état des lieux sur les innovations dans les usages éducatifs des technologies, tente de dessiner les tendances pour les cinq années à venir dans l’enseignement primaire et secondaire dans les vingt-huit pays membres de l’Union européenne. Sur les dix-huit sujets analysés, deux tendances apparaissent clairement : la modification du rôle des enseignants (ce discours n’est pas nouveau) et l’impact des médias sociaux (tels que Twitter et Facebook notamment) sur les pratiques de classe.
Le rapport réaffirme l’omniprésence des médias sociaux qui va encore s’accroitre dans l’éducation, ce qui va nécessairement modifier le rôle des enseignants. Les ressources éducatives libres (REL européennes) sont amenées à se développer, les formations à s’hybrider, l’apprentissage et l’évaluation en ligne a se transformer.
Les défis à relever

Les défis à relever

Le rapport classe les défis à relever selon leur niveau de difficulté :
  •  les défis « faciles » (solvable challenges) à relever, pour lesquels des solutions existent déjà. Il s’agit notamment de ce qui relève de l’intégration du numérique dans la formation des enseignants, ou des solutions pour pallier les faibles compétences numériques à l’école.
  • Les défis « difficiles » (difficult challenges), qui nécessitent plus de temps : l’« apprentissage authentique », l’hybridation des formations (mélange d’environnements d’apprentissage physiques et virtuels).
  • Les défis « ultras » (wicked challenges), bien plus complexes à relever, tels l’amélioration de l’enseignement de la « pensée complexe », d’une communication efficace. Il s’agit ici de développer des stratégies chez les apprenants afin qu’ils soient plus actifs dans leurs apprentissages.
D’après ce rapport, l’informatique dans les nuages et l’utilisation de tablettes vont devenir la norme d’ici peu de temps, puis viendra l’utilisation de jeux sur ordinateur dans le cadre des apprentissages, avant que ne se développent l’apprentissage personnalisé et les laboratoires virtuels. Nous pouvons déjà voir certains de ces usages aujourd’hui, mais qui restent relativement confidentiels et à la marge de l’école. On peut penser aux laboratoires divers (fablabs, learning labs, living labs, etc.) ou encore à certaines expérimentations qui ont encore du mal à essaimer. Ce rapport confirme ce qui a déjà pu être écrit par ailleurs. Les évolutions ne sont pas les mêmes dans tous les pays, elles ne suivent pas toujours le même rythme, selon les volontés politiques et les cultures nationales, mais elles révèlent une tendance de fond dont il faut avoir conscience pour que les systèmes éducatifs s’adaptent, ou mieux, anticipent ces changements, afin de permettre aux jeunes de développer une culture numérique pertinente, sans quoi les fractures numériques risquent de s’aggraver.

Quelques liens :

Apprendre et réussir avec le numérique – colloque Reims 2015

Un colloque sur le numérique s’est tenu à Reims en avril 2015, organisé par le GIP Formation continue de l’académie de Reims, l’ESPE et l’université de reims Champagne-Ardennes, intitulé « Apprendre et réussir avec le numérique : quelles transformations du métier d’enseignant, de formateur ? » . Trois interventions ont été proposées sur la journée.

« Quelles interactions entre pédagogie et numérique ? En quoi une approche numérique de la pédagogie permet-elle les progrès de tous et dans quelles conditions ? »

Mon intervention a introduit le propos en dressant un état des lieux du numérique à l’école. J’ai présenté le Dossier d’actualité n°73 sur le numérique (Pédagogie + Numérique = Apprentissages 2.0, novembre 2012), et complété mon propos par ce que j’ai pu lire sur la jeunesse, en faisant un focus particulier sur la notion d’empowerment, que nous avons déjà traitée dans ce blog.

«  Les classes inversées. De quelles hybridations parlons-nous pour l’éducation de demain » ?

Marcel Lebrun (Université catholique de Louvain) a ensuite tenté de clarifier le concept de classe inversée qui fait tant parler depuis quelques temps déjà. Ces flipped classrooms ont été imaginées par des enseignants de chimie du secondaire pour contrer la passivité et la démotivation de leurs élèves. Voici un extrait du résumé de son intervention :
«  Comme toute innovation pédagogique, les classes inversées interrogent l’enseignement traditionnel et proposent des pistes pour l’évolution de ces pratiques héritées d’une époque où elles proposent et stimulent une nouvelle considération des espace-temps de « l’enseigner-apprendre » en conviant les ressources, les activités, les contextes… hors les murs de l’école (la distance) dans la classe (la présence), en redonnant à cette dernière son potentiel d’activités et d’interactivité : libéré, d’une certaine façon, de la contrainte liée à la transmission, l’enseignant devient davantage gestionnaire de dispositifs et accompagnateur d’apprentissage. À bien y regarder, les statuts des savoirs sont reconsidérés, les rapports entre savoirs et compétences sont mieux équilibrés, les rôles assumés par les partenaires, enseignants et étudiants, sont distribués différemment… ».
La question des outils (numériques) est périphérique et n’est absolument pas un gage de renouvellement de la pédagogie. Le risque de fossilisation de pratiques exclusivement transmissives existe avec le numérique, mais les technologies peuvent contribuer au développement pédagogique, à condition d’imaginer des dispositifs centrés sur l’apprentissage des étudiants. Le numérique peut être favorablement utilisé dans des démarches de résolution de problèmes, à condition de savoir sortir du « joug des disciplines ».
Marcel Lebrun a partagé une vidéo d’une enseignante (Annick A. Carter) qui explique la classe inversée aux parents :

Compétences des étudiants/stagiaires vs compétences des enseignants/formateurs, continuités, ruptures

Bruno Devauchelle a clot la journée en axant son propos sur les compétences à l’ère du numérique (les compétences du XXIè siècle). Les pratiques quotidiennes sont assez éloignées des discours sur le numérique, d’où qu’ils viennent. Le numérique est devenu un fait social qui imprègne le quotidien de tout le monde et des jeunes en particulier. Devauchelle insiste sur le fait que l’on ne peut se contenter de dire que ce ne sont que des outils : il faut avoir conscience que ce sont des instruments, qui bien que performants, nous contraignent fortement, même si cela permet aussi l’accès à de nombreuses ressources intéressantes.

Ateliers

Les ateliers, au nombre de 7, qui se sont alternés sur la journée, présentaient des expérimentations dans diverses situations : tablettes tactiles dans le cadre de la liaison école/collège (CANOPE) ; numérique au service des ingénieries multimodales (GRETA) ; numérique et handicap (ESPE) ; simulateur de classe (ESPE) ; nouveaux usages de la plateforme Moodle (Académie de Reims) ; réseaux sociaux ; création et accompagnement pédagogique.

La Génération Z bouscule le monde de l’entreprise… et l’école ?

Suite au Dossier de veille sur la jeunesse, nous avons été sollicité pour un point particulier du dossier, à savoir les questions que pose l’arrivée des jeunes dans le monde de l’entreprise. Ces jeunes de moins de 20 ans, appelés par certains la Génération Z, semblent remettre en cause les fonctionnements « traditionnels » de l’entreprise et de la formation (alternance, apprentissage, etc.). Si la question est posée par les acteurs de la formation professionnelle, elle fait néanmoins écho aux questions d’ordre pédagogique soulevées par le rapport des jeunes aux apprentissages, au savoir, le tout avec en arrière plan les pratiques et usages numériques des jeunes.

Qu’est-ce que la Génération Z ?

Il y a peu de littérature scientifique sur la question. On pourra relire avec profit le Dossier de veille de Laure Endrizzi (2012) sur la Jeunesse 2.0, ou l’article de son intervention à l’AREF en 2013 (Génération dite Y : quand la recherche empirique contredit le discours commun) dans lequel elle écrivait :

« La génération Z (qui fait suite à la génération Y) ou la génération C (qui crée, communique, collabore) désignerait des personnes exposées dès leur plus jeune âge à l’informatique connectée et ubiquitaire, aux pratiques multimédia nomades, associées notamment au téléphone mobile, aux réseaux sociaux. Les SMS, la musique et l’internet sont leurs médias favoris. On les appelle aussi generation M (pour le fonctionnement multitâche) ou generation text (pour l’usage intensif des SMS). Mais les frontières entre les deux générations restent floues. Les statisticiens, sociologues et autres économistes prompts à raisonner en termes générationnels divergent en effet sur le moment de la transition : certains estiment la durée de vie de la génération Y à une vingtaine d’années (donc une durée équivalente à celle des générations précédentes), d’autres plaident pour une transition accélérée, fixant le passage à la génération Z ou C à la fin des années 1990.En tout état de cause, ces débats restent le fait d’initiés et les discours qui touchent le grand public s’embarrassent rarement de telles nuances. En écho aux digital natives proposés par M. Prensky (2001) pour distinguer les natifs du numérique de leurs parents (digital immigrants), les qualificatifs qui ont suivi, quelle que soit leur popularité, ont en commun de tous adopter une logique binaire : il y aurait ceux qui sont nés entre 1980 et 2000 et les autres, ceux qui possèdent les compétences numériques et les autres. »

Éric Delcroix consacre un blog à la Génération Z. On y trouve des articles, des liens et des références, mais peut-on pour autant croire que cette génération est homogène ? Les fractures numériques existent et parmi elles, la fracture culturelle est la plus difficile à résorber : selon le background culturel et social des jeunes, ils n’appréhendent pas de la même façon le numérique et les usages diffèrent. Si tous ont des usages ludiques, ceux qui investissent la sphère culturelle d’Internet en développent d’autres. Je vous invite à relire l’article d’Internet Actu intitulé : Perdre son temps, la nouvelle fracture numérique.

La Génération Z concerne les jeunes nés après 1995. Ils sont hyperconnectés, l’outil de prédilection étant le smartphone. Ils préfèrent les relations horizontales avec leur pairs que les relations verticales hiérarchiques. Ils sont prêts à s’engager pour une cause, mais de manière ponctuelle et informelle, se méfiant des structures trop organisées. Ils feraient preuve d’optimisme, ce qui change des jeunes de la génération précédente qui estiment faire partie d’une génération sacrifiée.

La Génération Z arrive sur le marché du travail

Reste que cette génération arrive sur le marché du travail et remet en cause les fonctionnements et les hiérarchies établies. Une enquête a été publiée par BNP Paribas et The Boson Project, intitulée « La Grande InvaZion« . Ces jeunes ne se reconnaissent pas dans un fonctionnement top/down, privilégient le réseau et les compétences par rapport au diplôme, veulent des relations professionnelles basées sur la confiance. Leur arrivée bouscule les habitudes et plaide pour un nouveau management entrepreunarial.

Ces aspects ont été au coeur de la discussion sur les jeunes lors de la conférence annuelle des directeurs des Centres de formation par alternance (CFA) de l’académie de Lyon le 5 février 2015, qui rencontrent des difficultés pour s’adapter à ce nouveau public.

Pour aller plus loin :

Focus sur les pratiques numériques des chercheurs européens en SHS

C’est en lançant une enquête sur les pratiques numériques des chercheurs en SHS que le tout nouveau consortium européen DARIAH (pour Digital Research Infrastructure for the Arts and Humanities), inauguré en août 2014 et installé à Paris, commence à développer les partenariats européens en matière de recherche en SHS.

En se basant sur le partage et la comparaison d’infrastructures nationales déjà existantes, DARIAH a pour objectif de créer une nouvelle infrastructure qui permettra :

  • « d’accroître la visibilité de la production scientifique SHS au niveau européen (corpus, bases de données, de publications, etc.) ;
  • de valoriser les réalisations dans le domaine des humanités numériques ;
  • de rendre multilingues un nombre important de ressources, d’outils et de services ;
  • d’établir de nouvelles coopérations entre chercheurs, via les réseaux construits par DARIAH. »

Tout cela passe notamment par la mise à disposition de ressources en libre accès et de logiciels open source. DARIAH est organisé en 4 Virtual Competency Centres (VCC) auxquels participent les 15 membres européens : « e-Infrastructure », « Research and Education Liaison » (chargé du partage d’expertise entre chercheurs européens dans les différentes disciplines des humanités numériques), « Scholarly Content Management » et « Advocacy, Impact and Outreach ».

 

Pour plus d’information sur DARIA (site européen) : http://dariah.eu/

La date limite pour répondre à l’enquête destinée aux chercheurs en SHS (10 minutes pour répondre) est le 31 janvier 2015 : n’hésitez pas à faire circuler rapidement l’information dans vos réseaux.

 

Se nourrir de ressources pour enseigner

DV 96_Image DVQuelles sont les sources et les ressources des enseignants qui préparent leur cours ? Où vont-ils les chercher et comment s’y prennent-ils pour les sélectionner et les transformer en documents qu’ils présentent à leurs élèves ? C’est le cœur de ce Dossier de veille de l’IFÉ n° 96 (novembre 2014) qui présente l’état des recherches portant sur la notion de ressource, complexe à définir, et sur l’usage que les enseignants en font au quotidien.

Comme pour toute recherche d’information, les enseignants se créent un environnement personnel de travail, une sorte de banque de ressources utiles, à utiliser rapidement, utilisables plus tard ou simplement intéressantes en elles-mêmes. C’est un espace à la fois matériel puisqu’il comporte un ou plusieurs manuels scolaires, des fiches prêtées par des collègues, des cartes présentes dans la salle, des objets didactiques, mais  un espace aussi numérique avec des exercices tout prêts, les cours de l’année passée, des manuels numériques, les programmes sur Éduscol, des documentaires intéressants, etc.

Cette sélection des ressources se fait en fonction de leur pertinence dans un contexte scolaire donné, pour un enseignant donné, avec des classes données. C’est tout l’art de l’enseignant (ou l’exercice de sa liberté pédagogique selon certains) d’être constamment en train d’adapter et de re-créer des ressources pour améliorer l’apprentissage de ses élèves. Comme le disait Boileau à propos des écrivains :

Hâtez-vous lentement, et, sans perdre courage,
Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage :
Polissez-le sans cesse et le repolissez ;
Ajoutez quelquefois, et souvent effacez.

Continuer la lecture de Se nourrir de ressources pour enseigner 

Le numérique en question : focus sur l’académie de Grenoble

licence CC by – picture by Dr. Avishai Teicher

En octobre se tenait le 4è colloque international de l’ESEN intitulé « Le numérique en question« . Le dossier « Pédagogie + Numérique = Apprentissage 2.0 » y a été présenté au nom de l’IFÉ. Le programme de ces trois journées est accessible en ligne et s’articule autour de trois thématiques : société numérique ; numérique et apprentissages ; vers les écoles du futur.

Ce colloque a été l’occasion de rencontrer des gens intéressants, de mener des discussions passionnées, en plus d’écouter des présentations et de participer à des ateliers.C’est suite à ces rencontres que j’ai été invité à participer à une réunion de l’incubateur numérique éducatif (INÉ) de l’académie de Grenoble, piloté par le Délégué académique au numérique (DAN – Yaël Briswalter). Voici la présentation de cet incubateur sur le site de l’académie de Grenoble : Continuer la lecture de Le numérique en question : focus sur l’académie de Grenoble 

Les ressources éducatives libres (OER) se tournent (enfin) vers leurs usagers

Pour faire suite à notre déplacement à l’ECER 2014, voici le compte-rendu d’un des très nombreux symposiums auxquels on pouvait assister. Il est en lien avec mon prochain dossier, qui porte sur les ressources pour l’enseignant et qui s’inscrit dans le cadre du projet ANR « Ressources vivantes pour l’enseignement et l’apprentissage » (ReVEA). Ce symposium, « Open Educational Resources and Informational Ecosystems: Impacts on Education », constitué de 4 communications en une heure et demie, avait pour sujet le courant de l’open education qui, comme son nom l’indique, cherche à rendre disponible, accessible, gratuit, tout ce qu’il faut pour enseigner et apprendre. Les chercheurs dépendant des réseaux 6 (Open Learning: Media, Environments and Cultures) et 12 (LISnet – Library and Information Science Network) étaient présents dans ce symposium commun.

Le courant de l’open education est très à la mode depuis sa création au début des années 2000. Il répond aux besoins soulevés par la société de la connaissance : rendre la connaissance accessible à tout le monde, à tout âge, la partager, la discuter, la créer facilement, etc. En 2013, un rapport de la Commission européenne (« Ouvrir l’éducation: les nouvelles technologies et les ressources éducatives libres comme sources innovantes d’enseignement et d’apprentissage pour tous ») préconisait de :
– « aider les établissements éducatifs, les enseignants et les apprenants à acquérir des compétences numériques et des méthodes d’apprentissage;
– soutenir la mise en place et l’accessibilité de ressources éducatives libres (REL) ;
– connecter les salles de classes et mettre à disposition des matériels et contenus numériques ;
– mobiliser toutes les parties prenantes (enseignants, apprenants, familles, partenaires économiques et sociaux) afin de redéfinir la place des technologies numériques dans les établissements éducatifs. »

Continuer la lecture de Les ressources éducatives libres (OER) se tournent (enfin) vers leurs usagers 

« Dialogue » sur le numérique à l’école

Retour de congé : le dernier numéro de la revue Dialogue (n° 153 – Enseigner Apprendre avec le numérique ? – GFEN) nous est parvenu. Comment le Groupe français d’éducation nouvelle appréhende-t-il le numérique à l’école ?

Le dossier s’ouvre sur un article de André Tricot (repris en fait d’un entretien publié en 2013 sur le site « Docpourdocs ») pour qui la possibilité donnée à tous d’avoir accès à des ressources en ligne n’est pas suffisant pour qu’il y ait apprentissage :

« Les ressources ne sont que des outils, au service des tâches, qui elles-mêmes sont au services des apprentissages« 

Il poursuit en expliquant que :

« une ressource de qualité, pour avoir une valeur, nécessite un scénario pédagogique (…), des élèves et un enseignant« 

Il rappelle ainsi l’importance cruciale du rôle de l’enseignant, encore plus avec le numérique. Mais ces derniers doivent aussi être secondés par une institution qui porte elle-même des valeurs et qui s’inscrit dans des finalités définies par la société. Le numérique interroge ainsi la finalité de l’école (scolarité obligatoire, lycée, etc.). Or ces questions ne sont toujours pas tranchées.

Suit un article de Bernard Stiegler qui invite à repenser l’éducation, tout simplement parce que le savoir a changé, du fait des bouleversements provoqués par le numérique dans tous les domaines.

« Au passage, je souligne que ma position concernant toute technique est qu’il faut la considérer à la fois comme bonne et mauvaise. Une technique qui ne serait pas bonne ne se serait pas développée, elle a une raison d’être ; une technique est mauvaise si on n’en a pas une éducation. Nous sommes donc dans l’obligation de repenser l’éducation, parce que le numérique change toutes les formes de savoir, y compris l’éducation familiale. »

Michel Neumayer liste quelques conditions pour que le numérique à l’école fonctionne : adopter une posture réflexive sur nos pratiques, même si cela prend du temps ; se former pour ne plus être dans une démarche de transmission maître-élèves, mais pour favoriser un travail de problématisation entre élèves, et entre maitres et élèves ; justifier ces « pédagogies du détour » auprès des élèves, des parents et des institutions ; appréhender collectivement au sein de l’établissement ces questions de littératie numérique (« capacité à se mouvoir de manière consciente et raisonnée dans cet espace signes ancien et nouveau que constitue l’internet et surtout à y faire sens« ).

Michel Baraër s’intéresse plus particulièrement à ce que le numérique peut apporter au travail collaboratif. Certes, « les technologies numériques ne portent pas, en elles-mêmes, de doctrine pédagogique« , elles peuvent d’ailleurs renforcer l’enseignement magistral, mais « elles peuvent aussi être mises au service des principes d’éducation nouvelle » parmi lesquels figure en bonne place la coopération : « les technologies numériques peuvent décupler les moyens pour coopérer« .

Je n’irai pas jusqu’à partager l’optimisme de Anne Laure Michel pour qui « la société pousse à l’individualisme, l’informatique au collectif« , mais par contre, les valeurs véhiculées par les enseignants, l’institution doivent infléchir les usages pour favoriser le travail collectif, le partage, la mutualisation, la co-création, etc.

Quelques articles traitent de la formation à distance, avec tous les degrés d’hybridation possibles (deux articles d’Isabelle Lardon s’intéressent d’ailleurs à la plateforme neop@ss, développée par nos collègues du Centre Alain Savary). Patrick Raymond reste sceptique sur les cours en ligne accessibles aux élèves. Un encadrement par des enseignants s’avère nécessaire pour permettre de réels apprentissages et ne pas en rester à des répétitions, des automatismes, des procédures à appliquer :

« La question est donc bien celle de quelle réussite est visée : compréhension ou seulement maîtrise de la procédure, des automatismes ?« 

La question de la pédagogie est donc centrale (voir le Dosssier d’actualité n°79), bien plus importante que celle du numérique ou des outils. C’est tout le savoir-faire, les valeurs des enseignants, des formateurs, qui donne au numérique la force de transformer les pratiques.

Ce numéro de la revue Dialogue est riche et mérite qu’on s’y attarde.

Strong libraries = strong societies ?

Que retenir du Congrès IFLA (International Federation of Library Associations and Institutions), cette énooorme association internationale de professionnels des bibliothèques qui a rassemblé pas moins de 4000 participants en provenance du monde entier à Lyon la semaine dernière ?

Des bonnes et louables intentions, bien évidemment, avec cette « Déclaration de Lyon » sur l’accès à l’information et le développement présentée lors de la conférence d’ouverture par l’actuelle présidente Sinikka Sipilä. Une déclaration qui rappelle le rôle clé que les bibliothèques ont à jouer pour réduire la fracture numérique et pour garantir un accès moins inégalitaire à l’information, en étroite collaboration avec les autorités locales. Avec un slogan : « Strong libraries = strong societies: e-participation for strong societies » qui ne laisse aucun doute sur la perspective fondamentalement inclusive de cette déclaration. Une déclaration déjà signée par plus de 130 organismes, dont en France l’ADBU, le CFIBD, la FADBEN, l’ENSSIB et la BML et qui sera soumise aux Nations Unies en septembre dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le Développement. Une déclaration donc qui, curieusement, en insistant sur les inégalités d’accès, laisse dans l’ombre les inégalités d’usage, dont on sait aujourd’hui qu’elles prédominent largement du moins dans nos sociétés dites « développées ».

Du côté « éducation », plusieurs rencontres ont été organisées par la section « school libraries » de l’IFLA. Une première session proposait de discuter des mises à jour à apporter aux Normes IFLA / Unesco pour les bibliothèques scolaires, publiées en 2002 :  un florilège de principes plaidant pour des bibliothèques scolaires investies dans l’amélioration de l’enseignement et de l’apprentissage, qui bénéficient d’un personnel qualifié, de locaux et équipements adaptés et de conditions budgétaires pérennes… Déjà un vaste programme ! alors pour la 2e édition, haut les coeurs…!

La seconde session, organisée avec l’IASL, prévoyait de conclure les travaux menés dans le cadre du projet School Libraries on the Agenda (cf programme Building strong library associations) et de présenter plusieurs actions de « sensibilisation » au rôle des bibliothèques scolaires (« sensibilisation » ne rendant que très imparfaitement compte de l’anglais « advocacy », à la tonalité plus militante, sur un mode plus défensif donc).

Car la position du bibliothécaire scolaire a toujours (et même plus que jamais) besoin d’être défendue… La session du Ministère de l’éducation nationale, qui a rassemblé, d’après le compte-rendu disponible ici, une soixantaine de personnes, ne le dément pas : on y retrouve les ingrédients habituels liés à la professionnalisation des personnels des CDI, à la perspective « éducative » de leurs actions dans des lieux qui offrent ressources imprimées et ressources numériques… Bref, une belle brochette de poncifs !

Pendant ce temps-là, j’ai fait un rêve : celui où les bibliothécaires ne parlent pas qu’aux bibliothécaires (au mieux) et où la littératie numérique relève d’une responsabilité commune qui mobilise tous les acteurs de l’école, et en premier lieu le chef d’établissement ; un rêve dans lequel le bibliothécaire n’est pas l’unique « médiateur » mais a la charge de donner vie et dynamiser des « contextes de médiation », espaces-temps seuls susceptibles de promouvoir une appréhension collective durable du numérique… au service d’une autonomie citoyenne individuelle.

« strong libraries = strong societies » ? ou bien « strong schools = strong societies » ? un jour, on aura peut être un ministre capable de relever un tel défi…

Pédagogie Freinet & numérique

La lecture du dernier numéro du Nouvel éducateur (ICEM – Pédagogie Freinet) comporte un dossier sur le numérique. La lecture de certains articles surprend par le ton assez virulent à l’encontre des outils numériques (« Reviens, Marx, ils sont devenus fous »). Certes, le propos du premier article se veut nuancé et réaffirme le primat de la pédagogie :

« faire entrer les nouvelles technologies dans la classe et dans l’école, c’est aussi porter un regard lucide sur leurs avantages et leurs inconvénients, c’est refuser leur déification, c’est refuser que l’outil devienne le maître. Faire entrer ces nouvelles technologies, c’est leur conserver justement leur statut d’outils, outils dont nous sommes la main, outils qui doivent être au service de la construction des savoirs, au service de la libre expression ».

Mais l’appellation « nouvelles technologies » (que l’on retrouve dans d’autres articles) montre que les auteurs tiennent à distance ce qui relève du numérique. Parler de technologies présuppose qu’il faut être expert pour pouvoir les utiliser. Or, non seulement ces technologies ne sont pas nouvelles (elles étaient déjà nouvelles il y a plus de 20 ans), mais ce sont les usages qui priment, la technologie s’effaçant toujours plus, notamment avec les nouveaux terminaux.

D’ailleurs, ce ne sont pas de « simples outils » tant leur omniprésence dans la vie quotidienne affecte les usages, les manières de penser, de créer, de communiquer. L’article propose un point de vue tronqué.

Cette approche se trouve confortée par le deuxième article qui plaide pour un apprentissage du code à l’école. Tous les articles n’ont pas la même teneur. Sylvain Connac regrette d’ailleurs l’inertie d’une partie du mouvement Freinet en ce qui concerne le numérique. On pourrait élargir cette remarque à bon nombre d’acteurs de l’éducation populaire aussi. Les arguments que l’on retrouve souvent (y compris dans ce numéro de la revue) concernent l’emprise du capitalisme sur les contenus, le numérique étant ni plus ni moins qu’une machine à consommer et à décérébrer les élèves. Soit. Est-ce la raison pour laquelle il est dit que « Le fax, c’est magique » (titre d’un article de ce numéro) ?

Heureusement, d’autres articles mettent en avant des usages positifs dans les classes, qui ont permis du travail en équipe, d’échanger avec d’autres élèves, de rédiger et publier sur des blogs, d’écrire à plusieurs, de mutualiser, partager des contenus. Le « braconnage pédagogique » est nécessaire à l’enseignant, qui façonne les usages numériques en fonction de ce qu’il en attend.

Ce numéro, s’il propose des regards croisés sur la question du numérique à l’école, laisse quand même percevoir une forte réticence à son encontre. Pourtant, forts de ces interrogations légitimes, les mouvements pédagogiques seraient d’une grande utilité pour développer des usages pertinents. Or, ils ne sont pas très audibles sur ce terrain-là. Il n’est pas certain que ce numéro les rende davantage audibles.

Rappel : Thibert Rémi (2012).  Pédagogie + Numérique = Apprentissages 2.0. Dossier d’actualité n°79, novembre. http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=recherche&dossier=79&lang=fr