Archives pour la catégorie Tendances et prospective

Les ambiguïtés d’une formation secondaire technologique ou professionnelle

Alors que la DEPP donne des éléments de satisfaction quant à l’insertion des jeunes apprentis ou des jeunes diplômés de l’enseignement professionnel, une étude compare la relation entre niveau et type de diplômes et situation sur le marché du travail de population adulte (hommes) dans 18 pays dont 11 pays européens.
Si les élèves sortant d’une formation professionnelle avec un diplôme (si possible le plus élevé possible) ont de meilleures chances de trouver une emploi, et notamment un emploi mieux rémunéré, que les étudiants ou élèves ayant suivi une formation généraliste, il s’avère que sur le long terme ces derniers ont de meilleures perspectives d’emploi du fait d’une plus grande adaptabilité à un marché du travail en évolution constante (sans compter les différentiels en termes de salaires).
Ce constat est marqué pour la Suisse, l’Allemagne et le Danemark mais l’impact varie avec la structure institutionnelle spécifique de la scolarité et de la formation professionnelle, de même que la situation économique du pays. En Suisse, le solde économique (écart entre chômage et emplois par exemple) reste favorable à l’enseignement professionnel du fait d’une croissance plus lente, contrairement à l’Allemagne et au Danemark où la croissance économique est plus rapide.
Les contenus de formations professionnelles sont bien entendu hétérogène et ont sans doute un rôle à jouer dans cette inadéquation au marché du travail à retardement. Les auteurs pointent cependant la nécessité de ne pas sacrifier certaines compétences de bases solides et concomitamment d’investir dans l’« apprentissage tout au long de la vie », prôné par la Commission européenne.

« La nécessité d’inciter, aussi bien les individus que les employeurs, à mettre en place une meilleure offre de formation continue tout au long de la carrière n’est pas comprise ».
« Cette analyse suggère que cet objectif devrait recevoir l’attention des décideurs politiques, en particulier si ceux-ci envisagent de faire bouger les systèmes scolaires en place vers une formation plus professionnelle ». (Hanushek et al., 2017)

Sources :

  • Hanushek Eric, Schwerdt Guido, Woessmann Ludger & Zhang Lei (2017). General Education, Vocational Education, and Labor-Market Outcomes over the Lifecycle. The Journal of Human Resources, vol. 52, n° 1, p. 48-87. Lien
  • Marchal Nathalie (2017). Le niveau de formation et de diplôme demeure toujours déterminant dans l’insertion des apprentis. Note d’information de la DEPP, n° 17.11, juin. Lien
  • Marchal Nathalie (2017). Le niveau de formation et de diplôme : déterminant dans l’insertion des lycéens professionnels. Note d’information de la DEPP, n° 17.12, juin. Lien

 

 

Teachers, Teaching, and the Relevance of Educational Research: Reflections from the Front Line

Le 31 mars dernier s’est tenu à l’IFÉ la 13ème session de son séminaire international qui portait sur la question des liens pertinents entre la recherche et les pratiques. Une des participant.e.s, Roseline Sultana Arnéodo du Junior College de Malte, a rédigé une analyse fine du séminaire que nous proposons ici à nos lecteurs et lectrices.

Introducing context, theme, and protagonists

The Institut Français de l’Éducation (IFÉ) organised a one-day seminar on “Research and Practice: Towards what Kind of Relevant Research for Teachers?” with the key issue being the extent to which educational research impacts on classroom practice, if at all. The seminar took place in Lyon, France, on the 31st March 2017, and was attended by several teachers from a number of European countries. Continuer la lecture de Teachers, Teaching, and the Relevance of Educational Research: Reflections from the Front Line 

Quelles sont les recherches pertinentes pour les enseignant.e.s ?

L’Institut français de l’Éducation (IFÉ) organise une série de séminaires internationaux sur le thème général : Approches internationales et pluridisciplinaires des enjeux de la recherche collaborative en éducation. Dans le cadre de ce thème, il y aura un séminaire d’une journée sur le thème plus spécifique de la mobilisation et de l’utilisation de la recherche (comment la recherche se déplace dans la pratique éducative et comment elle est utilisée).

L’un des points forts de la plupart des débats internationaux sur la formation des enseignant.e.s est la nécessité de les sensibiliser aux contributions de la recherche sur les questions d’éducation. Il est donc stratégique d’avoir une recherche solide et bien structurée sur l’éducation qui soit en mesure de fournir aux praticiens et aux décideurs politiques des informations sur les questions d’éducation essentielles. Il est tout autant nécessaire de réfléchir à l’articulation entre la recherche, les points de vue des praticien.ne.s et les conditions d’une appropriation réelle des résultats de la recherche. Il s’agit non seulement d’une information ou d’une formation, mais aussi du développement de modalités de recherche spécifiques, faisant passer les praticien.ne.s de la seule position d’interprète à celle de co-concepteurs, dans l’esprit d’une véritable recherche collaborative. Malgré les nombreuses incitations institutionnelles et l’intérêt grandissant des politiques pour les résultats probants et les bonne pratiques en éducation, les processus d’application et les  facteurs qui influent sur l’utilisation concrète de la recherche par les enseignant.e.s  pour leur pratique  ne sont pas toujours expliqués. Continuer la lecture de Quelles sont les recherches pertinentes pour les enseignant.e.s ? 

Neurosciences et petite enfance : un peu, à la folie… pas du tout !

geneve-houdeLa semaine dernière (1er et 2 décembre 2016) se déroulait à Genève le 12e colloque organisé par  le service petite enfance de la ville intitulé « L’éducation à la lumière des neurosciences ». Catherine Reverdy et moi-même y étions conviées suite à notre Dossier de veille sur les difficiles relations entre neurosciences et éducation. Des invités prestigieux,  comme Catherine Vidal ou Olivier Houdé, occupaient la tête d’affiche et nous fûmes flattées de leur être associées (après avoir averti l’organisatrice de nos réserves sur le concept de « neuro-pédagogie »).

Nous allons rendre compte de certaines des conférences  auxquelles nous avons assisté à travers plusieurs articles, dont le présent inaugure la série. Continuer la lecture de Neurosciences et petite enfance : un peu, à la folie… pas du tout ! 

La réception des résultats de PISA 2015 en Finlande

Le ministère finlandais de l’éducation et de la culture a présenté sur son site les résultats du programme PISA 2015 (Dossier de presse du 6 décembre). Satisfaite des toujours bons résultats, la ministre Sanni Grahn-Laasonen note néanmoins une baisse des performances en sciences (accroissement du nombre des plus faibles et baisse du nombre des plus performants), et un manque d’intérêt pour les matières scientifiques.

Les résultats soulèvent d’autre part des interrogations quant à l’égalité en éducation, en particulier pour les garçons. L’influence du contexte socio-économique sur les résultats d’apprentissage a augmenté. « Nous devons considérer quels sont les changements qui se produisent dans nos écoles ou dans la société qui ont conduit à une situation où trop de garçons ne sont pas intéressés par le modèle d’apprentissage proposé ». Continuer la lecture de La réception des résultats de PISA 2015 en Finlande 

L’art de tacler la formation des enseignants

Notre pratique professionnelle nous conduit à lire ou parcourir annuellement plus de 400 livres ou articles de chercheurs, dans la sphère anglophone et francophone, et ce, pour les six veilleurs composant l’équipe Veille et analyses de l’Institut français de l’éducation.

Nous avons noté depuis plusieurs années un fait saillant, le « bashing » de la formation des enseignants (initiale et continue). Le terme « bashing » est sans doute trop fort car les chercheurs sont plutôt de nature indulgente.

Il n’en reste pas moins que quels que soient les sujets traités, nous pourrions dans chacun de nos Dossiers écrire un chapitre sur l’insuffisance de formation.

Ainsi il ressort des dossiers publiés en 2013-2016, qu’il faudrait (mieux) former les enseignants: Continuer la lecture de L’art de tacler la formation des enseignants 

De la fabrication de l’interdisciplinarité à sa généralisation

photo-masterclass-interdis
Mardi 13 septembre au soir se tenait un événement un peu particulier à la cité des sciences et de l’industrie, auquel j’ai participé : la masterclass « Fabriquer l’interdisciplinarité », organisée par le Lab School Network. Cette masterclass sera suivie d’un hackathon les 17 et 18 septembre sur la même thématique.
Une table ronde animée par Louise Tourret (France Culture) a débuté la masterclass, avec François Taddei, Emmanuel Saint-Fuscien et moi-même. Dans le public, des enseignants bien sûr, mais aussi des étudiants, des chercheurs, des comédiens… Commençant la table ronde par l’interdisciplinarité à l’école, j’ai tenté d’apporter des explications aux polémiques soulevées par la dernière réforme du collège, et notamment par les enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI).

Continuer la lecture de De la fabrication de l’interdisciplinarité à sa généralisation 

Ce qui nous lie à ceux qui nous lisent

Ce sont 1 758 lecteurs qui ont répondu, durant le mois de juin dernier, à notre petite enquête lancée à l’occasion du passage du seuil de nos 10 000 abonnés.
Cette enquête ne constitue évidemment pas une évaluation de nos productions. Ceux qui répondent sont, par définition, plutôt des lecteurs réguliers qui trouvent un intérêt dans nos activités. Cette réserve devant être toujours présente dans l’analyse des résultats, cette enquête nous a délivré quelques enseignements intéressants et utiles pour notre travail.

Continuer la lecture de Ce qui nous lie à ceux qui nous lisent 

Bonnes pratiques : le classement de projets basés sur des données probantes …

Par les temps qui courent, il est de bon ton de mettre en avant les formules « qui  marchent ».

Certains (re)découvrent la pédagogie Montessori, d’autres comptent sur les neurosciences pour rendre les élèves mieux-apprenants, …

En Angleterre, les recherches sur l’evidence-based education (éducation basée sur la preuve) ont depuis longtemps le vent en poupe.

L’Education Endowment Foundation (EEF), organisme basé à Londres, investit dans des projets utilisant des données probantes afin d’aider les écoles à dépenser plus efficacement leur budget, dans leur objectif d’améliorer l’enseignement et l’apprentissage des enfants issus de familles à faible revenu. Ces projets sont évalués par des instituts de recherche indépendants : « La grande majorité des projets que nous finançons est gérée comme des essais contrôlés randomisés, et les autres projets utilisent des modèles quasi-scientifiques ».

L’EEF répertorie et classe des projets portant sur l’enseignement artistique, la gestion des comportements, le feedback, la méta-cognition, l’apprentissage collaboratif, le numérique,  le travail à la maison, les styles d’apprentissages,  l’investissement parental, le tutorat entre pairs, la baisse des effectifs de classe, le redoublement, etc.

Continuer la lecture de Bonnes pratiques : le classement de projets basés sur des données probantes … 

Les chercheurs en sciences de l’éducation sont-ils tous des sages ?

La Direction générale des ressources humaines du MENESR publie désormais des fiches démographiques par section CNU, permettant d’apprécier l’évolution de la population des enseignants-chercheurs (EC) sur 20 ans, la structure démographique de la section, les effectifs qualifiés et recrutés ainsi que leur répartition géographique.

Voici quelques données brutes auxquelles votre curiosité ne saurait résister, extraites de la fiche dédiée à la section 70 – celle des sciences de l’éducation :

  • Les effectifs d’EC en sciences de l’éducation représente 1,3% de la population des EC, toutes disciplines CNU confondues.
  • Ils sont passés de 399 en 1995 à 668 en 2015 (495 MCF et 173 PR).
  • Leur croissance est cependant moins rapide que celles d’autres sections dans le groupe « interdisciplinaire », dans lequel ils ne représentent plus que 27% (contre 37% en 1995).
  • Les sections 71 (sciences de l’information et de la communication) et 74 (STAPS), qui sont rattachées au groupe interdisciplinaire, comptent en 2015 plus d’EC que la section 70 – respectivement 803 et 809.
  • La population des EC de la 70e section est significativement plus âgée que dans les autres sections ; près de 3 PR sur 4 ont 55 ans et plus ; 18% des actifs ont atteint les 65 ans.
  • Les carrières en sciences de l’éducation commencent tard : seuls 17% des MCF ont moins de 40 ans.
  • Depuis 2011, les taux de qualification ont progressé d’environ 10 points chez les MCF et de 15 points chez les PR (respectivement 42 et 46% en 2015).
  • La sélection est faible pour accéder à des fonctions de PR (23 qualifiés, 23 postes publiés, 17 postes pourvus) mais les décisions du CNU ne sont pas toujours suivies.
  • La sélection est plus forte pour les MCF (123 qualifiés, 35 postes publiés, 34 postes pourvus).
  • En 2015, seuls 23 doctorants contractuels (approximativement un sur deux) ont une charge d’enseignement.
  • Parmi les enseignants non permanents, le nombre d’ATER (65) et le nombre d’enseignants associés (43) sont particulièrement élevés, comparés à celui des doctorants contractuels.
  • La fiche ne précise pas le nombre d’enseignants du second degré affectés dans le supérieur, pouvant être comptabilisés dans les sciences de l’éducation.

 

Pyramide des âges des enseignants-chercheurs de la 70e section et de l’ensemble des disciplines CNU (DGRH, MENESR), 2015

pyramide-ages-70e-section-CNU