Archives pour la catégorie Ressources utiles

Trois défis pour la didactique des sciences et des technologies 

Les 29 et 30 mars prochains à Saint-Malo, l’association pour la recherche en didactique des sciences et des technologie (ARDIST) fêtera ses vingt ans. Pour cette occasion, le Dossier de veille n° 122 : Les recherches en didactique pour l’éducation scientifique et technologique aborde le développement de la didactique des sciences et des technologies à partir de la fin des années 1970 et les principales problématiques rencontrées par ce champ de recherche.

Continuer la lecture de Trois défis pour la didactique des sciences et des technologies  

Compétences sociales à l’école : apprendre à vivre ensemble ?

Apprendre à vivre ensemble est considéré comme l’un des apprentissages prioritaires de l’école élémentaire. Cet objectif se poursuit dans le secondaire si l’on se réfère aux textes officiels, en particulier au socle commun de connaissances, de compétences et de culture [1] élaboré en 2015. Aujourd’hui, en France, le Diplôme National du Brevet vient sanctionner l’acquisition des compétences décrites dans le socle dont notamment les compétences sociales citées dans le domaine 3 qui visent la formation de la personne et du citoyen : « l’élève exprime ses sentiments et ses émotions en utilisant un vocabulaire précis. Il exploite ses facultés intellectuelles et physiques en ayant confiance en sa capacité à réussir et à progresser. L’élève apprend à résoudre les conflits sans agressivité, à éviter le recours à la violence grâce à sa maitrise de moyens d’expression, de communication et d’argumentation. Il respecte les opinions et la liberté d’autrui, identifie et rejette toute forme d’intimidation ou d’emprise. Apprenant à mettre à distance préjugés et stéréotypes, il est capable d’apprécier les personnes qui sont différentes de lui et de vivre avec elles. Il est capable aussi de faire preuve d’empathie et de bienveillance ».

Les élèves doivent donc valider deux types de compétences, au-delà des compétences disciplinaire classiques : des compétences sociales et civiques d’une part, d’autonomie et d’initiative d’autre part. Généralement considérées comme des compétences sociales, non académiques ou encore non cognitives, ces compétences s’expriment pourtant suivant le même processus : les compétences font parfois référence à des attitudes (performances mesurables dans des actes) ou à des comportements (savoir-faire, être capable de), ou encore à des fonctions (actes ordonnés par une finalité), mais aussi à des potentialités (disposition interne au sujet), qui s’actualisent sous forme de réponses nouvelles à des situations nouvelles.Cette définition fait référence au compétences en générale mais aussi à leur déclinaison en compétences de base, compétence cognitive, compétence transversale, compétence émotionnelle, compétence socio-affective, compétence académique, compétence collective. Les compétences sociales correspondant donc à un ensemble de comportements adaptatifs appris, se modifiant avec l’âge, au cours des expériences vécues, ne serait-il pas plus pertinent de leur conférer un aspect dual plutôt que de vouloir séparer la dimension cognitive de la dimension comportementale.

Est-ce la mission de l’école que de mieux préparer les élèves à la vie qui les attend, de leur apprendre à gérer leurs émotions, d’éveiller leur sentiment d’empathie ? Dans quelle mesure le système éducatif contribue t-il au développement de ces compétences et le fait-il de manière consciente ?Ces questions sont débattues dans notre Dossier de veille 121 du mois de janvier : À l’école des compétences sociales.

[1] Lire ici les objectifs du Socle commun de compétences, de connaissances et de culture dans les cinq grands domaines.

Gaussel Marie (2018). À l’école des compétences sociales. Dossier de veille de l’Ifé, n°121, janvier. Lyon : ENS de Lyon.

 

Le DIPF : qu’est-ce que c’est ? Das DIPF – was ist das?

A l’occasion de la journée franco-allemande du 22 janvier, date-anniversaire de la signature en 1963 du traité d’amitié franco-allemand, dit traité de l’Elysée, par Charles de Gaulle et Konrad Adenauer, nous vous proposons de découvrir le partenaire allemand (Francfort sur le Main et Berlin) de l’IFé et de l’ENS de Lyon en matière de recherches en éducation : le DIPF, Deutsches Institut für internationale pädagogische Forschung. Portrait croisé de ces deux institutions « sœurs », à l’heure où E. Macron et A. Merkel souhaitent « promouvoir notre coopération bilatérale dans les domaines de l’éducation, de la recherche, de l’innovation et de la culture » (déclaration conjointe du 22 janvier 2018) …


Continuer la lecture de Le DIPF : qu’est-ce que c’est ? Das DIPF – was ist das? 

La sensibilisation des enseignants aux recherches améliore les résultats scolaires ? Ce n’est pas si évident…

En Angleterre comme un peu partout, on estime dans les communautés scientifiques et éducatives que l’on dispose aujourd’hui d’un certain nombre de résultats suffisamment robustes  pour améliorer l’apprentissage. On se rend compte, en revanche, que la plus grande partie des enseignants connaissent mal ces résultats et rencontrent des obstacles pour se les approprier.

C’est pour surmonter ce problème que l’Education Endowment Foundation a lancé depuis trois ans une série d’études visant à expérimenter les différentes façons de partager les résultats de la recherche avec les enseignants. Différents degrés de dissémination de ces résultats ont été testés, de la familiarisation la plus superficielle jusqu’à l’engagement d’enseignants dans des séminaires de travail visant explicitement le transfert de résultats de recherches dans les pratiques d’enseignement. Ces études ont été menées avec l’objectif de mesurer l’efficacité de ces différents processus : les résultats scolaires des élèves (en fin d’école primaire) provenant d’écoles avec intervention des chercheurs ont été comparés avec ceux d’écoles sans intervention (groupe contrôle). Continuer la lecture de La sensibilisation des enseignants aux recherches améliore les résultats scolaires ? Ce n’est pas si évident… 

Lire-écrire-compter-… écouter ! L’éducation sur les ondes : quel paysage sonore ?

Depuis la rentrée de septembre, l’Institut français de l’Education dispose d’une webradio, Kadékol, portée par Florence Sauvebois.

A l’heure où un tiers des Français et des Européens, et surtout les plus jeunes d’entre eux, utilise Internet pour écouter des émissions de radio (source : Ministère de la Culture, Pratiques culturelles en ligne, en France et en Europe – Points de repère et de comparaison 2007-2014), la radio numérique vient donc s’ajouter à la longue liste des moments, espaces et supports utilisés par les passeurs en éducation pour articuler recherches, politiques et pratiques éducatives et en faire dialoguer les acteurs. Pour rappel, le terme de passeur a été proposé par le service Veille et Analyses pour désigner en français les « courtiers » (brokers) qui grâce à leur regard et expérience des trois pôles – recherches, politiques, pratiques – contribuent à rendre utiles et utilisables les recherches en éducation.

Pour qui cherche à de temps en temps à reposer ses yeux, et ouvrir grand ses oreilles, la baladodiffusion complète la visite des sites Internet spécialisées en éducation, la lecture d’articles de recherche ou de revues professionnelles, la participation à des manifestations scientifiques et à des journées de formation.

A quelles conditions une webradio peut-elle être un lieu de production, de diffusion et de mise en débat des savoirs en éducation ? Quel « paysage éducatif sonore » (educational soundscape) pour le système éducatif français actuel ? Continuer la lecture de Lire-écrire-compter-… écouter ! L’éducation sur les ondes : quel paysage sonore ? 

Le conseil scientifique de l’Education nationale : futur lieu de passage entre recherches, politiques… et pratiques ?

A l’heure où les membres du futur conseil scientifique de l’Education nationale sont en passe d’être choisi.e.s, penchons-nous un instant sur la question des disciplines scientifiques qui constitueront ce futur conseil, présidé par le psychologue cognitiviste Stanislas Dehaene. Le ministre Jean-Michel Blanquer a annoncé que l’ensemble des disciplines scientifiques seraient partie prenante, ce que mettent en doute des personnalités scientifiques ou du monde de l’éducation dans l’appel « L’école a besoin de toute la recherche » lancé par un syndicat des enseignant.e.s du primaire, le SNUIPP.

Nous avons justement organisé à l’Institut français de l’Education une formation, les 23 et 24 novembre derniers,  sur le difficile et délicat passage entre les recherches en éducation, les politiques éducatives et les pratiques des différent.e.s acteurs et actrices en éducation et formation. Ce passage nécessite l’intervention de personnes connaissant suffisamment les trois pôles évoqués, et à même de faire le lien pour une meilleure utilisation des recherches par les praticien.ne.s. Dans la recherche internationale sur cette thématique, ces personnes sont nommées brokers (littéralement « courtiers »), terme que nous avions traduit dans le service Veille & Analyses il y a quelques années par « passeur.se » en éducation et qui connait un certain succès depuis.

Continuer la lecture de Le conseil scientifique de l’Education nationale : futur lieu de passage entre recherches, politiques… et pratiques ? 

Le CIDREE, un réseau européen pour agir et réfléchir en éducation

Ni instance de coopération gouvernementale, ni association de chercheurs, le Consortium d’institutions pour la recherche et le développement en éducation en Europe (CIDREE) est un réseau original qui regroupe à ce jour 17 membres représentants chacun un système éducatif européen. Certains membres font partie de leur ministère, d’autres sont issus d’une agence éducative relativement autonome de leur gouvernement, d’autres sont localisés au sein d’une université, mais tous partagent un rôle national dans leur champ de compétences. C’est l’ENS de Lyon, via l’IFÉ, qui représente la France, l’Institut français de l’éducation ayant repris en l’occurence l’adhésion qui était assurée par l’INRP jusqu’à sa dissolution. Continuer la lecture de Le CIDREE, un réseau européen pour agir et réfléchir en éducation 

Débat sur les rythmes à l’école : journée continue ou « en deux temps » ?

Et non, il ne s’agit pas du cas de la France qui se préoccupe du rythme hebdomadaire des temps scolaires à l’école, mais de nos voisins espagnols qui s’interrogent sur la meilleure répartition des heures dans une même journée d’école (ou de collège). Cette question apparait dans un article d’El País intitulé Jornada escolar continua o partida, ¿cuál es mejor?

Les horaires de la journée « en deux temps » (jornada partida), qui n’est plus majoritaire en Espagne depuis quelques années, sont les suivants : 9h-12h et 15h-17h (voir pour plus de détails le document proposé par des parents d’élèves de la Communauté de Valence, en faveur de la journée continue). Les horaires d’une journée continue sont toujours de 5h, mais regroupés de 9h à 14h. Le repas serait alors de 14h à 15h30 pour les élèves qui le souhaitent, et le reste de la journée, jusqu’à 17h, serait consacré à des temps périscolaires. Il y a donc pour cette répartition plusieurs sorties possibles des élèves (14h, 15h30, 17h), ce qui répondrait bien à la souplesse demandée par les familles, selon les tenants de la journée continue.

On retrouve dans ce débat des similitudes avec le débat français sur le nombre de jours hebdomadaires :

  • les intérêts des parents, des enseignant.e.s et des communautés locales (centres scolaires des communautés autonomes en Espagne) sont détaillés dans l’article ;
  • peu d’études de grande ampleur sur la meilleure répartition horaire sont disponibles, même si les travaux chronobiologiques montrent que la journée « en deux temps » correspond mieux aux baisses d’activité des enfants après le repas et en fin d’après-midi ;
  • la question des activités périscolaires (appelées extraescolares) est aussi soulignée comme étant au cœur des débats, et leur gratuité est acquise, dans l’objectif d’éviter les discriminations entre les familles ;
  • une étude sociologique montre que, au-delà des horaires, c’est la qualité du projet éducatif local qui compte le plus.

Pour aller plus loin :

Evènement final du projet européen TITA sur le décrochage

L’objectif du projet européen TITA (« Team cooperation to fight early school leaving, Training, Innovative Tools and Actions »), qui a démarré en 2014, est de soutenir les équipes pluri-catégorielles dans la prévention du décrochage scolaire en Europe.

En effet, pour mener à bien leur travail de prévention du décrochage scolaire au sein des établissements, les équipes pluri-professionnelles ont besoin d’outils leur permettant de mieux agir ensemble. Les travaux menés dans le cadre du projet européen TITA, établissant des liens concrets entre la recherche et l’expérimentation, ont permis la création d’une plateforme de formation au travail intermétier destinée à l’ensemble des professionnels de l’éducation.

Le dernier meeting du projet, le final event (traduction anglais-français en simultané lors du meeting), aura lieu le 17 octobre prochain à l’Institut français de l’Éducation à Lyon.

Objectifs de la journée :

  • Présenter les productions réalisées par les différents partenaires européens
  • Ouvrir la plateforme TITAction à l’ensemble des professionnels concernés
  • Éclairer et appuyer la démarche de formation

Public visé :

  • Représentants de différentes institutions politiques et éducatives
  • Formateurs, professionnels et partenaires de l’école impliqués dans la prévention du décrochage scolaire

Pour les personnes intéressées, le programme est disponible en ligne. Pour vous inscrire, c’est ici.

Pour aller plus loin sur la thématique :

 

L’interdisciplinarité au secondaire ? Tour d’horizon des pratiques européennes

C’est en septembre 2016 que le projet CROSSCUT (« Cross-curricular Teaching ») a démarré, à l’initiative du CIEP (Centre international d’études pédagogiques) de Sèvres et en partenariat avec l’Institut français de l’Éducation – ENS de Lyon. Il s’agit d’un projet européen Erasmus+ (2016-2019) qui explore les pratiques interdisciplinaires des enseignant.e.s du secondaire et qui a commencé par une enquête de terrain.

Les résultats de cette enquête européenne ont été collectés et mis en forme par le laboratoire de recherche danois LSUL de la Syddansk Universitet. Vous trouverez la traduction de ce rapport en ligne sur le site de l’IFE.

Continuer la lecture de L’interdisciplinarité au secondaire ? Tour d’horizon des pratiques européennes