Archives pour la catégorie En débat

Quelles sont les recherches pertinentes pour les enseignant.e.s ?

L’Institut français de l’Éducation (IFÉ) organise une série de séminaires internationaux sur le thème général : Approches internationales et pluridisciplinaires des enjeux de la recherche collaborative en éducation. Dans le cadre de ce thème, il y aura un séminaire d’une journée sur le thème plus spécifique de la mobilisation et de l’utilisation de la recherche (comment la recherche se déplace dans la pratique éducative et comment elle est utilisée).

L’un des points forts de la plupart des débats internationaux sur la formation des enseignant.e.s est la nécessité de les sensibiliser aux contributions de la recherche sur les questions d’éducation. Il est donc stratégique d’avoir une recherche solide et bien structurée sur l’éducation qui soit en mesure de fournir aux praticiens et aux décideurs politiques des informations sur les questions d’éducation essentielles. Il est tout autant nécessaire de réfléchir à l’articulation entre la recherche, les points de vue des praticien.ne.s et les conditions d’une appropriation réelle des résultats de la recherche. Il s’agit non seulement d’une information ou d’une formation, mais aussi du développement de modalités de recherche spécifiques, faisant passer les praticien.ne.s de la seule position d’interprète à celle de co-concepteurs, dans l’esprit d’une véritable recherche collaborative. Malgré les nombreuses incitations institutionnelles et l’intérêt grandissant des politiques pour les résultats probants et les bonne pratiques en éducation, les processus d’application et les  facteurs qui influent sur l’utilisation concrète de la recherche par les enseignant.e.s  pour leur pratique  ne sont pas toujours expliqués. Continuer la lecture de Quelles sont les recherches pertinentes pour les enseignant.e.s ? 

Inné, non ! Acquis, oui !

vidal-geneve-2016

La deuxième journée ( cf. article 1 et article 2 sur la première journée) débute avec la conférence de Catherine Vidal, neurobiologiste et auteure de nombreux ouvrages sur les relations entre neurosciences et genre. Elle dirige une collection, Égale à Égal publiée chez Belin, qui s’intéresse aux questions d’égalité entre les femmes et les hommes  « pour faire le ménage des idées reçues« .

Catherine Reverdy et moi prenons d’abord le temps de discuter avec elle avant la présentation sur les moyens à mettre en œuvre pour démonter un à un les clichés portant sur les (soi-disant) différences entre le cerveau des femmes et celui des hommes. « Expliquer les démarches scientifiques avec humour, combattre les mauvaises images avec de bonnes, ne pas jargonner, voilà ce qui peut permettre au public de mieux comprendre les messages et de réfuter les préjugés » selon la scientifique.

Ce sont ces préjugés naturalistes qu’elle combat lors de cette conférence en démontant des théories innéistes sur les capacités des femmes et des hommes débouchant le plus souvent sur des neuromythes sexistes (comme les rôles sociaux ou professionnels attribués aux individus selon leur sexe, à ce propos lire notre Dossier de veille n°112).

Continuer la lecture de Inné, non ! Acquis, oui ! 

Neuroplasticité : de l’importance du plaisir

geneve-ansermet

Après la conférence d’ouverture d’Olivier Houdé, celle de François Ansermet, psychiatre pour enfants et adolescents, clôt cette première journée. Avant lui sont intervenus Stéphane Pagès sur les bases physiologiques de la mémoire ( il a d’ailleurs provoqué une vague d’émotion dans l’assemblée, à peu près 500 personnes du milieu de la petite enfance genevoise, en expliquant comment son équipe avait coupé les moustaches d’une souris pour mieux apprécier sa capacité à apprendre de nouveau signaux), Josette Serres et Laurence Rameau sur les pratiques pédagogiques des crèches à l’appui de la recherche (retour sur la théorie de l’inhibition avec le test du chamallow comme prédicteur de réussite ultérieure: est-on capable à 4-5 ans de résister 10mn  à l’envie de manger un chamallow ?) et Sharon Peperkamp sur l’acquisition du langage chez le bébé. Continuer la lecture de Neuroplasticité : de l’importance du plaisir 

Neurosciences et petite enfance : un peu, à la folie… pas du tout !

geneve-houdeLa semaine dernière (1er et 2 décembre 2016) se déroulait à Genève le 12e colloque organisé par  le service petite enfance de la ville intitulé « L’éducation à la lumière des neurosciences ». Catherine Reverdy et moi-même y étions conviées suite à notre Dossier de veille sur les difficiles relations entre neurosciences et éducation. Des invités prestigieux,  comme Catherine Vidal ou Olivier Houdé, occupaient la tête d’affiche et nous fûmes flattées de leur être associées (après avoir averti l’organisatrice de nos réserves sur le concept de « neuro-pédagogie »).

Nous allons rendre compte de certaines des conférences  auxquelles nous avons assisté à travers plusieurs articles, dont le présent inaugure la série. Continuer la lecture de Neurosciences et petite enfance : un peu, à la folie… pas du tout ! 

John Hattie et le Saint Graal de l’enseignement 

John Hattie, un chercheur néo-zélandais, a publié en 2009 un ouvrage,  « Visible Learning », dont l’éditeur a fièrement rajouté sur la couverture de certaines rééditions un extrait d’un article du Times Education (2008) titré « Research reveals teaching’s Holy Grail », ce qui peut être traduit par « une recherche révèle le Saint Graal de l’enseignement ». On ne saurait mieux indiquer comment ce travail et devenu un modèle de « bonne » recherche sur l’éducation, ce qui justifie qu’on lui consacre une série d’articles pour mieux en cerner l’intérêt et les limites.

La raison de cet emballement pour Visible Learning réside en premier lieu dans la forme de ce travail, qui synthétise environ 800 méta-analyses, représentant plus de 50 000 études, portant sur des millions d’élèves, dans l’objectif d’identifier les facteurs de la réussite scolaire. Grossièrement résumé : quelles sont les pratiques qui restent les plus efficaces pour améliorer l’enseignement, quand on a compilé la plupart des études empiriques existantes sur la question ?  Depuis sa sortie, l’ouvrage a été plusieurs fois réédité, complété et mis à jour, avec un succès croissant. A titre d’exemple, il est actuellement cité plus de 5000 fois dans Google Scholar, John Hattie lui même est cité plus de 4700 fois dans la base bibliométrique Scopus. Visible Learning  est aujourd’hui plus qu’un ouvrage, c’est une entreprise scientifique qui dispose de sa plate-forme multilingue (http://visible-learning.org ), qui soutient un programme de formation des enseignants (http://visiblelearningplus.com ) et de nombreuses autres activités pilotées par John Hattie, souvent en collaboration avec d’autres entreprises commerciales (par exemple avec la société Pearson).

L’influence de John Hattie s’étend désormais aussi dans le monde francophone, puisque ses travaux sont cités dans bon nombre d’articles universitaires. Le centre de transfert pour la réussite éducative au Québec a ainsi consacré un dossier aux recherches basées sur les données probantes en cette rentrée 2016 , qui lui réserve une large place.
Ces quelques illustrations permettent de comprendre combien ce qu’on peut appeler le phénomène Hattie est devenu en moins de dix ans un fait majeur dans la recherche en éducation au niveau international. Pourquoi ? Continuer la lecture de John Hattie et le Saint Graal de l’enseignement  

Des données pas si probantes que cela…

Nous ne sommes  spécialistes ni en méta-analyses ni en statistiques ou en enquêtes quantitatives. Néanmoins, certaines affirmations ou raccourcis surprenants repérés dans Visible Learning nous ont amenés à chercher dans les lectures et compte-rendus de l’ouvrage des éclairages concernant des aspects qui semblaient problématiques. Nous avons assez facilement découvert de nombreuses sources qui pointent des approximations voire de grossières erreurs qu’on ne s’attend pas à trouver dans un ouvrage qui bénéficie d’une telle aura scientifique. Il faudrait sans doute faire la part des inévitables controverses interprétatives, de la mauvaise foi et des vrais problèmes épistémologiques. En tout état de cause, ces questions là ne peuvent être passées sous silence.

Merci d’avance aux lecteurs qui voudront bien corriger et enrichir ce billet en réagissant.

Continuer la lecture de Des données pas si probantes que cela… 

Quand trop de données tue l’information : les limites des méta-analyses

Les méta-analyses utilisées dans l’ouvrage de John Hattie sont mobilisées en vue de calculer la grandeur d’effet (size effect) d’un dispositif ou d’une pratique pédagogique sur la réussite scolaire. La crédibilité scientifique de ces méta-analyses repose sur leur capacité à utiliser un langage commun, en l’occurrence les statistiques, pour comparer des dizaines, des centaines voire des milliers de situations éducatives sur un même thème, là où une recherche « ordinaire », qu’elle soit quantitative ou qualitative, ne porte que sur une population de quelques centaines ou dizaines de personnes sur un territoire limité.

Qu’est-ce qu’une méta-analyse ?

Imaginons une question telle que : « quels sont les effets sur la réussite scolaire de l’usage des tablettes numériques en classe ? ». Continuer la lecture de Quand trop de données tue l’information : les limites des méta-analyses 

Qu’apporte finalement Visible Learning ?

Il est parfois assez difficile de relier chaque taille d’effet particulière aux conclusions générales tracées par Hattie à l’issue de son étude. L’ouvrage mélange des parties descriptives et relativement fastidieuses pour chaque « facteur » d’effet, avec des parties plus littéraires et naïvement optimistes sur les considérations des « bons » enseignants à la fin. La multiplication de sites et de textes de vulgarisation issus de l’entreprise Visible Learning concourt à renforcer cette distance entre les méta-analyses mobilisées et les prescriptions « selon Hattie » que l’on retrouve un peu partout. Oublions donc ici ce problème de relation entre les statistiques et leur interprétation, pour ne nous intéresser qu’aux propositions en terme de prescriptions pédagogiques que John Hattie popularise.

Des enseignants démiurges de l’éducation

Première et principale conclusion de Visible Learning, les enseignants sont l’élément décisif de tout processus éducatif. Les institutions éducatives, leurs dispositifs, leurs instruments, leurs acteurs, leurs modes de fonctionnement et leurs mode d’intégration sociale et culturelle sont considérés essentiellement comme des contextes en arrière-plan. Une certaine tradition américaine valorise l’expérience de l’élève, dans le prolongement des théories de John Dewey. Ici en revanche, ce sont les bons enseignants, dans la perspective de Hattie, qui sont les démiurges, au centre de tout : ils savent quand parler, comment diriger, quand se taire, quels outils mobiliser, quel feedback apporter, etc. Sa promotion de « l’instruction directe » contre ce qu’il appelle le constructivisme s’incarne dans cette omniprésence des enseignants dans la réussite scolaire. Dans plusieurs textes il insiste sur leur engagement et leur passion, ce qui a conduit Terhard (2011) à évoquer un idéal romantique de l’enseignant, dont l’engagement « par vocation » serait modernisé à l’aide des preuves scientifiques extraites des méta-analyses. Continuer la lecture de Qu’apporte finalement Visible Learning ? 

Balade chez les « à-peu-près-istes »

Imaginons la citation suivante, à propos de la pédagogie différenciée :

« […] démarche qui cherche à mettre en œuvre un ensemble diversifié de moyens et de procédures d’enseignement et d’apprentissage, afin de permettre à des élèves d’âges, d’aptitudes, de comportements, de savoir-faire hétérogènes, mais regroupés dans une même division, d’atteindre par des voies différentes des objectifs communs« .

Sachant que deux documents mentionnaient deux auteurs différents, comment trouver à qui attribuer effectivement cette définition?
On utilise Google et Google scholar (peu de résultats pour ce moteur!?!).
Et sur les 17 premiers résultats pertinents de cette double prospection, l’auteur est :

  • inconnu (pas de mention de source, c’est moins chronophage que de chercher à être rigoureux!!) (1  occurrence);
  • Louis Legrand en 1979 (1 occurrence);
  • un rapport de l’IGEN en 1980. IGEN -Inspection générale de l’éducation nationale (1980). La pédagogie différenciée au collège. Paris : Centre national de documentation pédagogique (5 occurrences);
  • Henri Raymond, dans un article des Cahiers pédagogiques, en  1989 (ou en 1987 pour certains). Il a eu un vif succès d’estime (impossible, sans perdre trop de temps, de vérifier si Henri Raymond renvoyait à un autre auteur) (7 occurrences);
  • V. de Landsheere en 1992 (1 occurrence);
  • Dictionnaire de pédagogie de 1996 (1 occurrence).
  • Le CSE en 2001 (1 occurrence).

Si on suppose que c’est l’IGEN qui gagne, du fait de l’antériorité, on peut en déduire que les chercheurs ne sont pas tout à fait scrupuleux… car ce sont essentiellement les documents figurant sur des sites académiques qui citent le rapport de l’IGEN.

Le travail de veille est un long chemin pas tout à fait tranquille!

À quoi rêve le collège des Bernardins ?

« À quoi rêve l’école ? » – telle fut la formule choisie par le philosophe Milad Doueihi pour introduire une journée d’étude organisée le 6 octobre 2016 par le Collège des Bernardins, un prestigieux « lieu de rencontres » situé au centre de Paris, sur un thème aussi large qu’ambitieux : « apprendre et enseigner à l’ère numérique ».

Encore faut-il prendre « école » au sens large, puisqu’il fut question aussi bien d’institution scolaire, d’école primaire et de lycée général, d’enseignement supérieur à l’université comme à la « web school factory » (une école post-bac en 5 ans visant à former de futurs managers du numérique), de formation en entreprise, de la soif d’apprendre à enseigner des étudiants ne voulant surtout pas devenir enseignants, ou de réflexions menées au sein de l’église sur la formation des prêtres. Continuer la lecture de À quoi rêve le collège des Bernardins ?