Archives pour la catégorie Echos des colloques

À propos de la persévérance scolaire

Je suis intervenu dans le cadre du Plan national de formation, devant des Inspecteurs de l’Éducation nationale de l’enseignement professionnel (IEN ET-EG) pour parler de la
persévérance scolaire. Mes interventions habituelles, depuis la sortie du Dossier d’actualité n° XXX portent sur le décrochage scolaire. Aborder la question sous l’angle de la persévérance oblige à changer de focale et à se mettre l’accent sur la prévention et sur ce qui permet aux élèves de s’engager dans leurs apprentissages. Le lien est rapidement fait avec le travail personnel de l’élève, objet du dernier Dossier de veille publié tout récemment (DV n°111, Représentations et enjeux du travail personnel de l’élève).

perseverance Continuer la lecture de À propos de la persévérance scolaire 

Les CROUS dans l’actualité

Les CROUS (centres régionaux des oeuvres universitaires et scolaires) ont eu 60 ans en 2015 ! Le saviez-vous ? En tous cas l’heure de la retraite n’a pas encore sonné, c’est le moins que l’on puisse dire… Alors que la nomination de son nouveau directeur est imminente, le CNOUS (centre national) fait aussi l’actualité avec l’accord-cadre signé fin mai avec la Conférence des présidents d’université (CPU). Cet accord national, en définissant le périmètre des actions communes aux deux organismes, renforce les coopérations déjà mises en oeuvre avec l’accord signé en 2012, et mise sur une convergence plus marquée en matière de qualité des conditions de vie et d’études comme facteur essentiel de réussite et d’épanouissement des étudiants.

Pour les CROUS, il ne s’agit plus seulement de gérer des restaurants et des résidences universitaires… Au delà de la « vie de campus », les questions d’accès et d’attractivité, y compris internationale, de l’enseignement supérieur ainsi que les préoccupations relatives à un développement territorial durable, sont de fait partagées avec d’autres acteurs, établissements d’enseignement supérieur (regroupés) et collectivités territoriales. Parmi les 35 mesures qui composent le Plan national de vie étudiante, présenté le 1er octobre 2015 par le Président de la République, certaines nourrissaient déjà la feuille de route des CROUS.

Leurs actions se sont effectivement diversifiées ces dernières années et plusieurs services ont été mutualisés. Parmi les initiatives récentes, on mentionnera en 2012 l’ouverture d’un site dédié au logement étudiant (Lokaviz.fr), en 2013 le lancement du site Jobaviz.fr (centrale du job étudiant), en 2014 la gestion dématérialisée du dossier social de l’étudiant (DSE) pour l’attribution et le suivi des bourses (sur messervices.etudiant.gouv.fr), en 2015 la mise en service d’Izly pour permettre aux étudiants de se restaurer dans tous les resto U de France pour 3,25 euros… Continuer la lecture de Les CROUS dans l’actualité 

Décrochage scolaire : que de chemin parcouru

2014-10-16_03-29-22Le travail accompli par l’IFE à propos du décrochage scolaire et de la persévérance scolaire, parmi lesquels deux Dossiers de veille (Enseignement primaire : les élèves à risque (de décrochage) – Feyfant, 2012 ; Le décrochage scolaire : diversité des approches, diversité des dispositifs – Thibert, 2013) nous amène à être régulièrement sollicités soit pour des projets (voir par exemple le projet européen d’envergure TITA porté par l’IFE), soit pour des interventions devant des publics variés.

La dernière intervention a eu lieu à l’ESEN pour une formation de formateurs sur la question du décrochage scolaire. Les différentes contributions, qu’elles soient proposées par des chercheurs, des inspecteurs, des chefs d’établissement, des formateurs, des chargés d’études, des enseignants, ou encore des médecins, montrent le chemin parcouru en seulement trois ans. Continuer la lecture de Décrochage scolaire : que de chemin parcouru 

Robot cherche élève pour apprentissage interactif

Les 12 et 13 mai derniers ce sont déroulées les premières journées « Robotique en éducation », organisées par l’Institut français de l’éducation et l’université Lyon 1.

Outre l’enthousiasme des intervenants et des éditeurs de robots pour l’éducation, les échanges et interventions ont porté sur l’usage des robots et plus largement sur l’impact des objets techniques sur les apprentissages (y compris tout au long de la vie).

Pour M. Lussault (directeur de l’IFÉ), la numérisation transforme l’accès aux savoirs, l’impact de la donnée massive change « le mode d’administration de la preuve ». Contournant l’interrogation de Lamartine « objets inanimés avez-vous donc une âme ? », M. Lussault interroge cet objet désormais animé qui interagit avec l’humain, devient plus qu’un medium mais un partenaire ou un co-acteur. (Lors des ces journées, on parlera, par exemple, de ces robots coréens qui permettent de faire l’appel, par reconnaissance faciale des petits élèves de maternelle). D’autre part, le numérique bouscule le jésuitisme français, en bousculant la hiérarchie des normes, remettant en cause le rôle du « père », porteur de la Vérité. Il insiste sur la dimension de coéducation, entre tous les partenaires éducatifs (et le robot) et la nécessité d’un travail collectif pour définir les savoirs à enseigner (et à apprendre). Continuer la lecture de Robot cherche élève pour apprentissage interactif 

Le lycée professionnel, relégué et pourtant avant-gardiste ?

Le Bac professionnel fête cette année ses 30 ans. Les lycées professionnels, récemment réformés, accueillent environ 700 000 élèves. L’objectif de 80% de jeunes d’une génération au niveau du Bac a été fixé dans les années 80, une grande part de la progression vers cet objectif a été atteinte grâce à la progression des effectifs qui préparent un bac professionnel.

EFB_lycee_proIl n’en reste pas moins que la voie professionnelle reste souvent une solution par défaut, quand l’inscription en filière générale ou technologique n’est pas possible. Elle est fréquemment considérée comme une voie de relégation, car l’orientation vers la voie professionnelle est socialement et scolairement très marquée.

Comment alors s’y prennent les acteurs de ces lycées pour faire apprendre à des jeunes souvent marqués par des échecs antérieurs et un rapport compliqué à la culture scolaire ? Qu’est-ce que cela change aussi bien aux savoirs en jeu qu’à la façon dont on apprend et dont on travaille avec ces savoirs ?

Lors de cette deuxième édition des Entretiens Ferdinand Buisson, des chercheurs et des praticiens ont été invités à discuter ces intuitions de départ, à partir de leurs connaissances et de leur expérience concernant les lycées professionnels.

En abordant ce sujet, encore largement méconnu au regard d’autres questions éducatives, nous avons voulu lier étroitement les questions sociales et les questions pédagogiques, dans une vision aussi pluridisciplinaire que possible.

La conférence-débat se tiendra le jeudi 16 juin 2016 à l’IFÉ- ENS de Lyon (18h-20h). Continuer la lecture de Le lycée professionnel, relégué et pourtant avant-gardiste ? 

Conférence de consensus sur la lecture : le programme est paru

La troisième conférence de consensus organisée par le CNESCO et l’IFÉ porte sur le thème de la lecture. Son titre officiel « Lire, apprendre, comprendre : comment enseigner la lecture tout au long de la scolarité ? ».  Le jury a été constitué et  s’est mis au travail le 30 janvier dernier. Le déroulé des deux journées publiques, qui se dérouleront à l’ENS de Lyon, les 16 et 17 mars 2016,  vient d’être publié : téléchargez ici le programme de la conférence.

Les inscriptions sont ouvertes : n’attendez pas pour réserver votre place !

La conférence a pour objectif de faire le point sur les acquis des élèves en lecture, d’identifier les pratiques enseignantes susceptibles de mieux former les élèves à la lecture, de repérer les difficultés pour mieux les traiter, de prendre en compte l’apport et le rôle de la lecture à favoriser dans l’ensemble des disciplines scolaires mais aussi de prendre en compte les enjeux de la lecture au delà de l’école et en tenant compte des nouveaux éléments apportés par le développement des pratiques numériques.

IMG_20160130_143205
Première séance de travail du jury (30 janvier 2016)

Elle vise ainsi à repartir des acquis de la conférence de consensus de 2003 sur le même thème, pour élargir les conclusions de l’époque sur de nouvelles perspectives et en prenant mieux en compte la questions des pratiques éducatives et de leur continuité.

La conférence est présidée par Olivier Dezutter, didacticien du français actuellement en poste à l’université de Sherbrooke (Canada), pendant que le jury est présidé par Jean-Emile Gombert, psychologue de l’université de Rennes 2, dont il a été Président.

A l’image de cette double présidence, les experts mobilisés pour cette conférence sont issus de plusieurs courants de recherche et  disciplines universitaires (psychologie cognitive, sciences de l’éducation, didactique, sciences du langage, sociologie, etc.) de nature à permettre des points de vue diversifiés et pluralistes.

Gestes professionnels, gestes de métier : de l’analyse à la formation

Le 5 février dernier, la Chaire UNESCO « Former les enseignants au XXIe siècle » organisait une journée d’étude sur « Les gestes professionnels des enseignants comme objet d’étude et objet de formation ». La colonne vertébrale de cette journée a été deux extraits vidéos, des moments de vie d’une même classe et deux enseignants, l’une de français, l’autre de maths.

Dans son introduction à la journée, Luc Ria a posé le décor, sur le fond et sur la forme que pouvaient prendre les réflexions et travaux sur les gestes professionnels[1]. Quelles méthodes pour les étudier ? Existe-t-il une culture partagée sur des gestes professionnels ? Les enseignants sont isolés, dans des espaces clos et s’ils inventent, testent des gestes professionnels, ils peuvent avoir des difficultés à partager ces gestes, à créer des référentiels. Par ailleurs, il existe des gestes porteurs d’un héritage culturel, historique et de valeurs symboliques. Enfin pour le travail scolaire, il peut exister des lourdeurs qui empêchent de faire un pas de côté pour observer ces gestes.

Ces gestes professionnels sont-ils révélateurs des préoccupations des enseignants ? On peut observer par exemple une posture d’attente des enseignants, marque d’une préoccupation de contrôler les élèves. Existe-t-il des gestes pédagogiques ou didactiques, pour enseigner et faire apprendre ? Certains gestes d’enseignement sont co-construits en classe, induisant une double signification pour l’enseignant et les élèves : quelles peuvent être les interprétations des gestes professionnels par les élèves ? Continuer la lecture de Gestes professionnels, gestes de métier : de l’analyse à la formation 

Missions de lutte contre le décrochage scolaire : des pratiques en mutation

J’ai été convié à une réunion académique des MLDS (mission de lutte contre le décrochage scolaire) à Lyon pour y faire une intervention sur les différentes approches du décrochage scolaire selon les pays et sur les différentes prise en charge du phénomène, suite au dossier publié en 2013 sur le sujet. J’ai aussi présenté la plateforme de formation que l’IFE est en train de  mettre en place dans le cadre d’un projet européen (projet TITA, sur le travail multi-partenarial au niveau des établissements pour lutter contre le décrochage scolaire). Cette plateforme s’inspire de ce que l’IFE a fait avec la plateforme néopass@action  : des situations réelles sont filmées dans les établissements, puis analysés par les protagonistes, ainsi que par d’autres professionnels, puis par des experts ou des chercheurs. Le but étant de faire émerger une réflexion sur les pratiques professionnelles réelles afin de comprendre les difficultés et envisager des réponses en contexte.
Le CSAIO, Yves Flammier, a commencé la journée par une présentation globale de la lutte contre le décrochage scolaire, en détaillant les actions menées au niveau de l’académie de Lyon, en articulation avec les préconisations ministérielles. Il a insisté sur la prise en charge collective des jeunes et sur le rôle central des coordonateurs MLDS. Quelques chiffres ont été donnés :
  • le taux de décrochage dans l’académie est plutôt en dessous des moyennes nationales ;
  • le nombre de jeunes effectivement pris en charge par les différents dispositifs reste très faible par rapport au nombre de jeunes repérés : en 2015, 467 jeunes ont été pris en charge par les PSAD, contre 5535 sans solution au départ ; 42 sont retournés en formation grâce à la plateforme « reviens te former », alors que le SAIO avait reçu 529 demandes.
  • Les prises en charge peuvent s’avérer efficaces. 79% des 1182 pris en charge par les MLDS ou les écoles de la seconde chance ont trouvé une solution après la prise en charge ;
  • les réseaux foquale se sont occupé de 1442 jeunes.
 Mais il n’en reste pas moins que de nombreux jeunes restent sans solution.
D’autres interventions se sont succédées :
  • présentation des plates-formes de suivi et d’appui aux décrocheurs (PSAD) par Danielle Mackowiak (chargée de mission PSAD) ;
  • témoignages de coordonnateurs MLDS (Anne-Maëlle Comes pour le LP Emile Béjuit à Bron ; Frédéric Guillaume pour le lycée Alexandre Bérart d’Ambérieu en Bugey) sur la mise en oeuvre d’une organisation de repérage au sein d’un établissement scolaire ;
  • présentation de la semaine de la persévérance scolaire (du 4 au 8 avril) par Fatiha Kammoussi (chargée de mission), avec une conférence qui aura lieu le 7 avril au matin « la persévérance : un enjeu au quotidien ».
Des travaux en ateliers ont occupé une bonne partie de l’après midi avant restitution en plénière. Il m’a été demandé d’apporter un regard distancié et de mettre en perspective ce qui a été dit pendant la journée. Ce qui suit reprend ce que j’ai pu dire en fin de journée.

MLDS : on sait ce que ça n’est pas

Ou plutôt ce que ça ne devrait plus être… En effet, ces missions (voir la description sur le site de l’ESEN ou sur le site du ministère) ont évolué, changeant la posture des référents décrochage scolaire.
Les MLDS, ce n’est pas une externalisation de la prise en charge des difficultés scolaires des élèves. Cette externalisation, qui a été la logique pendant des années, n’a pas aidé à la prise en compte par les enseignants de la difficulté scolaire des élèves, dans la mesure où celle-ci relevait d’une intervention extérieure. Quel intérêt alors de se poser la question en terme d’approche pédagogique différente ? On peut renvoyer au débat sur « la médicalisation de l’échec scolaire » pour reprendre le titre du livre de Stanislas Morel.
On sait aussi que la MLDS n’est pas la seule solution existante à proposer aux élèves. Il existe d’autres structures, d’autres dispositifs , avec lesquels la MLDS doit d’ailleurs nouer des liens.
On sait aussi qu’il n’y a pas de recette toute faite, et que les solutions sont à trouver au cas par cas, en fonction des lieux, des situations, de ce qui existe déjà, des liens noués avec l’environnement, etc. Avec l’idée que le passage par les MLDS doit être aussi court que possible.

Vers un leadership pédagogique

Ce qui nous amène à envisager le rôle de la MLDS comme un pivot au sein d’un réseau. le coordonnateur MLDS joue un rôle de leadership pédagogique (voir Dossier de veille n°104 « Le leadership des enseignants au coeur de l’établissement »  – Reverdy & Thibert, 2015) : ils animent un réseau interne à l’établissement, mais aussi avec des partenaires extérieurs, institutionnels ou autres, au niveau d’un territoire donné, d’un bassin de formation, dans une démarche de projet. C’est donc un véritable travail d’ingénierie pédagogique qui leur est demandé, autrement dit, de passer d’une logique du« faire » à une logique du« faire faire » ? Ce n’est plus aux coordonnateurs de prendre en charge les élèves, mais il leur revient d’organiser leur prise en charge au sein d’un réseau, en fonction de projets différents selon les individus. Cette organisation est forcément complexe et multiple et demande des compétences communicationnelles et de pilotage importantes, de la souplesse, de l’adaptation, etc.
Tout ceci plaide pour un travail collectif important. Sans cette approche collective et partagée, la MLDS a peu de chance de se montrer efficace. Cela fait écho aux premiers résultats de l’enquête menée par le Cereq à propos du projet Tita mentionné précédemment, concernant le rôle et l’effet des GPDS (groupes de prévention du décrochage scolaire) mis en place dans les établissements. Les situations varient selon les établissements, mais un résultat m’a particulièrement interpelé : dans 18% des établissements analysés existe une action qui engagent l’ensemble de l’organisation scolaire au quotidien. Il s’agit principalement de collèges. Le fonctionnement de ces GPDS y est différent (rôle plus important des enseignants) et s’inscrit dans un ensemble de dispositifs plus large. Ainsi, lorsque le travail collectif est une réalité, la nécessité de ces instances est moins grande, mais elles permettent d’organiser efficacement ce collectif.

Des alliances éducatives

Ce travail collectif à initier gagne en efficacité s’il s’appuie aussi sur les ressources extérieures à l’établissement. Les coordonnateurs MLDS, même s’ils sont rattachés administrativement à un établissement, sont censés travailler à l’échelle d’un réseau, en lien avec les autres établissements du secteur. Le réseau comprend certes les partenaires « traditionnels » de l’école, mais il importe de lier des contacts privilégiés avec les mondes associatif et économique aussi. On peut penser à « Pôle emploi », à la mission école-entreprise du rectorat, aux associations de secteur, etc.
Ces alliances éducatives (voir Dossier de veille n°84 « Le décrochage scolaire : diversité des approches, diversité des dispositifs » – Thibert, 2013) ne doivent pas être réduites à venir en appui de ce qui se fait dans les établissements, mais permettre de construire ensemble (avec tous les acteurs) des solutions pour les jeunes concernés. L’approche territoriale est nécessairement contextualisée, située. Les réponses sont à construire et ne peuvent être issues de « bonnes pratiques » préexistantes que l’on dupliquerait à l’envi.

Quelle légitimité ?

Si le travail des coordonnateurs MLDS est souvent reconnu, notamment à l’extérieur, il leur faut parfois se battre contre leur propre institution, tant on peut trouver des injonctions contradictoires. Les problèmes de moyens, financiers et humains, ont été mentionnés, pointant du doigt le risque d’épuisement des personnels. Le décrochage ne concerne pas uniquement les élèves ! (voir à ce sujet la formation organisée à l’IFE sur « accrocher les enseignants pour accrocher les élèves ? »). Le risque étant de décridibiliser le travail des coordonateurs.
La posture des coordonateurs, comme celle d’ailleurs de ces « nouveaux métiers » qui relèvent du leadership pédagogique, est parfois difficile à tenir : comment donner des conseils sans donner des leçons ? Comment se positionner dans l’institution scolaire qui par ailleurs favorise plutôt une approche disciplinaire et cloisonnée ? La légitimité ne va pas de soi, les coordonnateurs peuvent attendre qu’on la leur donne, mais ils doivent aussi la prendre, en s’affirmant dans ce rôle de « médiateur ».

Conférence de consensus sur la lecture : l’appel à candidatures pour le jury est lancé

La conférence de consensus sur la lecture organisée par le CNESCO et l’IFÉ se déroulera à l’ENS de Lyon, les 16 et 17 mars 2016.

Après la conférence de consensus organisée en 2003, qui était centrée sur les premiers apprentissages de la lecture, cette conférence visera à faire le point sur les savoirs  qui permettent de réfléchir aux manières de soutenir le développement continu de la compétence de lecture aux différentes étapes de la scolarité obligatoire, en tenant compte des types et genres de textes à lire dans les différentes disciplines scolaires mais aussi de l’évolution et de la diversification des  environnements et des supports de lecture à l’ère numérique.

Elle mobilisera pour cela des expertises issues de différentes disciplines (sciences de l’éducation, psychologie cognitive, didactique, sociologie, sciences du langage…) afin de produire des recommandations pertinentes pour tous ceux qui sont engagés dans des activités professionnelles visant à favoriser les pratiques de lecture : enseignants de la maternelle au lycée, parents, bibliothécaires, documentalistes et  intervenants du milieu culturel.

Comme pour les autres conférences, un jury représentatif des différentes parties prenantes sur cette thématique éducative sera constitué. Il aura pour rôle de produire ces recommandations après avoir lu différentes synthèses et auditionné les experts mobilisés.

Que vous soyez parent, enseignant ou personnel de l’encadrement éducatif, vous pouvez faire acte de candidature jusqu’à début janvier  en renseignant le formulaire en ligne : http://ife.ens-lyon.fr/enquetud/index.php?sid=12371

La conférence est placée sous la présidence d’Olivier Dezutter, professeur à l’université de Sherbrooke (Canada), qui assure le pilotage scientifique. Le jury sera lui présidé par Jean-Emile Gombert, professeur à l’université de Rennes 2 .

Didactique(s) et sciences humaines et sociales : et si on se causait ?

Le 17 novembre dernier, l’Association pour les recherches comparatives en didactique (ARCD) a organisé une journée d’étude autour de la thématique : « Didactique(s) : quel dialogue au sein des sciences de l’homme et de la société ».

Les tentatives de dialogue mais aussi les distances de communication ont été discutées par les intervenants, dans des domaines tels que la didactique des sciences et des technologies (Maryline Coquidé), la didactique du français et les sciences du langage (Ekaterina Bulea-Bronckart), l’approche anthropologique en didactique (Marie-Pierre Chopin), la philosophie (Henri Go) ou la sociologie (Philippe Losego). Chantal Amade-Escot et Marie Toullec-Théry ont réagi aux diverses interventions.

Un colloque organisé en 2012 par la Haute école pédagogique du canton de Vaud « Sociologie(s) et didactique(s) : vers une transgression des frontières » avait déjà évoqué les relations difficiles en termes de pratiques (socialement différenciées), de manière d’aborder les controverses, du rapport entre savoirs et savoirs disciplinaires de la part des enseignants. Cette analyse comparative entre sociologie et didactique posait l’argument suivant : « Longtemps, la sociologie a traité l’école comme une sorte de boîte noire en négligeant les processus d’apprentissage. Les didactiques, quant à elles, se sont essentiellement préoccupées des dimensions cognitives, en négligeant quelque peu les rapports sociaux ». Qu’en est-il actuellement : la sociologie réinvestit-elle l’étude des savoirs scolaires et les didactiques intègrent-elles le social dans leurs différents modèles ?

Continuer la lecture de Didactique(s) et sciences humaines et sociales : et si on se causait ?