Archives pour la catégorie Echos des colloques

Apporter votre contribution aux enjeux de l’éducation scientifique et technologique

C’est à Saint-Malo du 27 au 30 mars 2018 que se tiendront les 10e rencontres scientifiques de l’ARDIST, l’Association pour la recherche en didactique des sciences et des technologies. Ce sera l’occasion de fêter les 20 ans de l’association, créée en 1998 pour mutualiser et partager les recherches en didactique des différentes disciplines scientifiques et technologiques. Un Dossier de veille est justement en préparation pour faire le point sur ces champs de recherche.

Les rencontres scientifiques de l’ARDIST, qui ont lieu tous les 2 ans, sont un moment d’échange entre toutes les didactiques des disciplines scientifiques et technologiques sur les enjeux, les problématiques, les méthodologies et les résultats des recherches. C’est aussi l’occasion de présenter des contributions de recherches de champs connexes et des ouvertures à des didactiques d’autres disciplines. Ces rencontres scientifiques ont vocation à accueillir toutes les personnes concernées par les didactiques des sciences et des technologies (chercheurs, enseignants, formateurs, étudiants, décideurs, responsables).

Vous avez jusqu’au 31 octobre 2017 pour contribuer à ces rencontres, sous le format que vous souhaitez, sous forme de symposiums ou de communication. Toutes les informations sont disponibles en ligne.

Si vous souhaitez mieux connaitre les chercheurs en didactique des sciences et des technologies, ou si vous voulez vous inscrire en tant que tel, vous pouvez consulter l’annuaire des chercheurs en éducation et formation EduObs, géré par l’IFE.

Les sciences de l’éducation au risque de l’ovalie

Le colloque « Mêlées et démêlés, 50 ans de recherches en Sciences de l’Education » organisé par l’équipe Toulousaine du laboratoire EFTS a réussi la gageure de créer un événement réflexif et festif au service d’une « multi-discipline » scientifique. En séance d’ouverture, D. Lacroix, président de l’université de Toulouse, souligne que ce colloque permet d’inscrire cette discipline émergente dans une histoire, sans faire abstraction des polémiques.

Mélées et  Démélées ? un parallèle assumé

Le ton est ensuite donné par Jean-François Marcel, directeur de l’EFTS qui déroule avec brio l’analogie des sciences de l’éducation avec le maniement du ballon ovale.  Des champs où l’on ne craint pas de s’affronter, de controverser pour échanger, loin des précautions oratoires du « en même temps » (« pas de même temps » martèle l’orateur). On retiendra de sa leçon sommaire de rugby  l’importance des intervalles (la bonne distance du chercheur (et/ou de la chercheuse) avec son objet ?), des passages, des marquages et … des débordements, sans oublier la place de la défense et des adversaires.

Autour de la même thématique, les organisateurs du symposium ont confié à Marguerite Altet la difficile tâche de sélectionneuse des 15 figures marquantes des sciences de l’éducation pour composer une équipe qui gagne : 5 femmes, 10 hommes, qui ont répondu aux deux questions :

  • Quelle est la controverse la plus importante selon vous des sciences de l’éducation ?
  • Comment voyez-vous les sciences de l’éducation dans 20 ans ?

Continuer la lecture de Les sciences de l’éducation au risque de l’ovalie 

La pré-rentrée du CNESCO

Les 28 et 29 août s’est tenue à Paris la première Université d’été du CNESCO (Conseil national d’évaluation du système scolaire), en partenariat avec le CESE (Conseil économique, social et environnemental). À la veille de la rentrée scolaire, cette manifestation entendait identifier des thèmes de réflexion majeurs sur la formation de la jeunesse dans les 10 années à venir, et mettre l’accent plus particulièrement sur les inégalités territoriales scolaires.

Une vision engagée des liens entre recherches et politiques publiques

Des exposés présentés en séances plénières, on peut retenir quelques idées générales partagées par l’ensemble des intervenant.e.s, qu’il s’agisse de spécialistes de politiques publiques, de sociologie,  de géographie ou d’histoire.

  • La nécessité d’apporter au personnel politique les fruits de la réflexion d’une « intelligence commune » ;
  • L’importance, pour cela, du pluralisme scientifique des approches, de la diversité des regards portés sur une même question, afin de prendre en compte la complexité des situations ;
  • L’urgence, enfin, d’assurer la publicité intégrale des données – au sens de mise en circulation dans l’espace public –,  et la lisibilité des travaux de recherches, en faisant apparaître les points d’accord, mais aussi les controverses scientifiques.

L’orientation, levier de réduction des inégalités ?

Dans cette optique, les ateliers ont été conçus pour permettre un moment de dialogue entre différents acteurs et actrices de l’éducation : chercheur.e.s, cadres de l’éducation, représentant.e.s de syndicats ou d’associations…

Pour prendre un exemple, un des deux ateliers consacrés à l’orientation posait la question suivante : « comment élargir l’horizon scolaire et professionnel des élèves ? ». Il s’agissait, à partir du constat établi d’un fort déterminisme lié à l’appartenance sociale, au genre ou au territoire, d’envisager des pistes possibles pour faire de l’orientation un levier pour réduire les inégalités.

Dans le cadre de cet atelier, ont été présentés des travaux en cours, qui ont permis de mettre en lumière quelques orientations récentes de la recherche :

  • Jean-François Giret, chercheur à l’IREDU (université de Bourgogne), a partagé les résultats de récentes enquêtes menées en éducation prioritaire à Dijon, et consacrées à l’impact des compétences non académiques (rapport à l’école, sentiment de maitrise, respect des règles et des autres) sur l’ambition, l’orientation souhaitée et l’orientation réelle. Du côté de l’étude sur la transition entre enseignement secondaire et supérieur, c’est la question du sentiment de discrimination, notamment chez les étudiant.e.s issu.e.s des filières professionnelles, qui commence à être posée, et fait apparaitre un sentiment d’injustice bien plus fort en première année de licence à l’université qu’en BTS.
  • Au cours de la discussion, Pierre Champollion a quant à lui rappelé qu’en matière d’orientation, si le déterminant sociologique est majoritaire, il n’écrase pas tout, et que le déterminant territorial est également important. Or, si les représentations sociales liées aux territoires sont difficiles à modifier, l’offre de formation, la question des transports sont des éléments sur lesquels on peut peser par le jeu des politiques publiques.

Nourri par les interventions d’inspecteur.rice.s, de représentant.e.s de parents d’élèves, de syndicats d’enseignant.e.s, de l’ONISEP (Office national d’information sur les enseignements et les professions), ou d’entreprises, l’atelier a donné lieu à une restitution par son animateur, proposant des pistes de réflexions sur le travail à mener dans trois domaines :

  • Le travail avec les acteurs et actrices de l’orientation : les jeunes eux-mêmes, auprès desquels il semble nécessaire d’engager un travail sur l’estime, la découverte de soi, de ses compétences, y compris non académiques, en mettant l’accent sur le droit à l’erreur ; les parents, reconnus comme des protagonistes importants dans le cadre d’une coéducation à construire  ; les enseignant.e.s et psychologues de l’Éducation nationale bien sûr ; et enfin le monde économique, par exemple en impliquant davantage les CESER (Conseil économique social et environnemental régional). De la discussion ressort également l’idée d’imaginer de nouvelles modalités de les faire travailler ensemble, par exemple en formant les enseignant.e.s avec les élèves.
  • L’offre de formation : mettre en œuvre des procédures qui assurent une lisibilité et une stabilité contractuelle est présenté comme une nécessité, de même que la mise en place d’une offre souple (ouverte aux parcours changeants), avec une spécialisation et une professionnalisation progressive.
  • L’information : l’accent a été mis sur la complexité de l’accès à la formation, vaste chantier de travail, qui ne peut être mené qu’en s’inscrivant dans un temps long.

Pour en savoir plus :

  • le programme de la manifestation ;
  • le livret du participant, présentant plus précisément les intervenant.e.s invité.e.s à s’exprimer lors des séances plénières et les thématiques.

JAPES 2017 – quelles actions pour développer les compétences en enseignement ?

La deuxième édition des JAPES (journées de l’accompagnement pédagogique des enseignants du supérieur) à Rennes le 4 et 5 juillet a été l’occasion de rassembler près de 120 personnes occupant des positions diverses dans les services RH, dans les SUP et services TIC, dans les ESPÉ… sans oublier les gouvernances, avec quelques VP formation et autres chargés de mission présents. En définitive, pas mal de personnes « nouvelles », que l’on croise rarement dans les cercles élargis de la pédagogie universitaire (type QPES), mais qui sont néanmoins investies sur le terrain ! La publication récente du Décret n° 2017-854 du 9 mai 2017 obligeant les établissements d’enseignement supérieur à mettre en oeuvre une formation pédagogique pour les MCF débutants et la préparation concomitante du référentiel métier des enseignants-chercheurs par le MESR ne sont sans doute pas étrangères à cette mobilisation. Continuer la lecture de JAPES 2017 – quelles actions pour développer les compétences en enseignement ? 

JAPES 2017 – une 2e édition centrée sur le référentiel métier des enseignants-chercheurs

La formation pédagogique des nouveaux maîtres de conférence est devenue obligatoire, cela ne vous a sans doute pas échappé (cf. articles 13 et 14 du Décret n° 2017-854 du 9 mai 2017)… Enfin plus exactement l’obligation est faite aux établissements d’enseignement supérieur relevant du MESR de proposer une formation pédagogique, à la fois « initiale » (pour les MCF stagiaires) et « continue » (dans les 5 années qui suivent la titularisation), si je peux me permettre ce raccourci.

Dans le décret, il est stipulé que les MCF stagiaires « bénéficient,  au cours de cette période de stage, d’une formation visant l’approfondissement des compétences pédagogiques nécessaires à l’exercice du métier, dans des conditions fixées par arrêté du ministre chargé de l’enseignement supérieur. Cette formation peut tenir compte de leur parcours antérieur et être accompagnée d’un tutorat. Le directeur de chaque service ou composante délivrant la formation du stagiaire établit un avis sur le suivi de la formation, transmis au conseil académique ou à l’organe compétent (…) ». Continuer la lecture de JAPES 2017 – une 2e édition centrée sur le référentiel métier des enseignants-chercheurs 

Teachers, Teaching, and the Relevance of Educational Research: Reflections from the Front Line

Le 31 mars dernier s’est tenu à l’IFÉ la 13ème session de son séminaire international qui portait sur la question des liens pertinents entre la recherche et les pratiques. Une des participant.e.s, Roseline Sultana Arnéodo du Junior College de Malte, a rédigé une analyse fine du séminaire que nous proposons ici à nos lecteurs et lectrices.

Introducing context, theme, and protagonists

The Institut Français de l’Éducation (IFÉ) organised a one-day seminar on “Research and Practice: Towards what Kind of Relevant Research for Teachers?” with the key issue being the extent to which educational research impacts on classroom practice, if at all. The seminar took place in Lyon, France, on the 31st March 2017, and was attended by several teachers from a number of European countries. Continuer la lecture de Teachers, Teaching, and the Relevance of Educational Research: Reflections from the Front Line 

A Reims, l’accompagnement des projets se fait… de la maternelle au lycée

Mercredi 22 mars se tenait la première journée de l’innovation dans l’académie de Reims., organisée par la CARDIE. J’ai été invitée à présenter mes Dossiers de veille Des projets pour apprendre ? et Éduquer au-delà des frontières disciplinaires. J’ai pu montrer à travers des exemples récents pris dans des collèges que la mise en place de projets pouvait permettre aux élèves de remobiliser des compétences disciplinaires dans des situations inédites et de développer d’autres compétences, plus transversales, pour qu’ils apprennent à « se projeter », c’est-à-dire à s’engager dans des réalisations concrètes. Nous sommes bien là au cœur des problématiques rencontrées par les enseignants de collège cette année, suite à la mise en place des enseignements pratiques interdisciplinaires.

Continuer la lecture de A Reims, l’accompagnement des projets se fait… de la maternelle au lycée 

Inné, non ! Acquis, oui !

vidal-geneve-2016

La deuxième journée ( cf. article 1 et article 2 sur la première journée) débute avec la conférence de Catherine Vidal, neurobiologiste et auteure de nombreux ouvrages sur les relations entre neurosciences et genre. Elle dirige une collection, Égale à Égal publiée chez Belin, qui s’intéresse aux questions d’égalité entre les femmes et les hommes  « pour faire le ménage des idées reçues« .

Catherine Reverdy et moi prenons d’abord le temps de discuter avec elle avant la présentation sur les moyens à mettre en œuvre pour démonter un à un les clichés portant sur les (soi-disant) différences entre le cerveau des femmes et celui des hommes. « Expliquer les démarches scientifiques avec humour, combattre les mauvaises images avec de bonnes, ne pas jargonner, voilà ce qui peut permettre au public de mieux comprendre les messages et de réfuter les préjugés » selon la scientifique.

Ce sont ces préjugés naturalistes qu’elle combat lors de cette conférence en démontant des théories innéistes sur les capacités des femmes et des hommes débouchant le plus souvent sur des neuromythes sexistes (comme les rôles sociaux ou professionnels attribués aux individus selon leur sexe, à ce propos lire notre Dossier de veille n°112).

Continuer la lecture de Inné, non ! Acquis, oui ! 

Neuroplasticité : de l’importance du plaisir

geneve-ansermet

Après la conférence d’ouverture d’Olivier Houdé, celle de François Ansermet, psychiatre pour enfants et adolescents, clôt cette première journée. Avant lui sont intervenus Stéphane Pagès sur les bases physiologiques de la mémoire ( il a d’ailleurs provoqué une vague d’émotion dans l’assemblée, à peu près 500 personnes du milieu de la petite enfance genevoise, en expliquant comment son équipe avait coupé les moustaches d’une souris pour mieux apprécier sa capacité à apprendre de nouveau signaux), Josette Serres et Laurence Rameau sur les pratiques pédagogiques des crèches à l’appui de la recherche (retour sur la théorie de l’inhibition avec le test du chamallow comme prédicteur de réussite ultérieure: est-on capable à 4-5 ans de résister 10mn  à l’envie de manger un chamallow ?) et Sharon Peperkamp sur l’acquisition du langage chez le bébé. Continuer la lecture de Neuroplasticité : de l’importance du plaisir