Archives pour la catégorie Boîte à outils

Le CIDREE, un réseau européen pour agir et réfléchir en éducation

Ni instance de coopération gouvernementale, ni association de chercheurs, le Consortium d’institutions pour la recherche et le développement en éducation en Europe (CIDREE) est un réseau original qui regroupe à ce jour 17 membres représentants chacun un système éducatif européen. Certains membres font partie de leur ministère, d’autres sont issus d’une agence éducative relativement autonome de leur gouvernement, d’autres sont localisés au sein d’une université, mais tous partagent un rôle national dans leur champ de compétences. C’est l’ENS de Lyon, via l’IFÉ, qui représente la France, l’Institut français de l’éducation ayant repris en l’occurence l’adhésion qui était assurée par l’INRP jusqu’à sa dissolution. Continuer la lecture de Le CIDREE, un réseau européen pour agir et réfléchir en éducation 

Avez vous vu la nouvelle version de l’annuaire ÉduObs des chercheurs en éducation ?

Nous avons procédé cet hiver, dans un certaine discrétion, à la rénovation de l’annuaire des chercheurs en éducation, pour le rendre plus lisible, plus réactif et plus simple à renseigner comme à consulter : https://ife.ens-lyon.fr/eduObs/web

 Les premiers résultats sont encourageants, puisque nous avons constaté une augmentation significative des consultations mais aussi des inscriptions de chercheurs. Plus de 751 fiches sont aujourd’hui consultables, ce qui fait déjà de l’annuaire un outil bien utile pour retrouver des acteurs de la recherche dans le domaine de l’éducation.

Certains collègues rencontrent encore quelques difficultés pour retrouver leur mot de passe afin de modifier ou valider leur fiche. Si vous êtes dans ce cas, n’hésitez pas à nous envoyer un petit message électronique ( eduobs@ens-lyon.fr ) pour qu’on vous aide. Continuer la lecture de Avez vous vu la nouvelle version de l’annuaire ÉduObs des chercheurs en éducation ? 

Recherches pour l’éducation : l’état des lieux est complet !

Les responsables qui seront prochainement en charge de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la recherche peuvent déjà remercier Najat Vallaud-Belkacem et Thierry Mandon de leur laisser un bilan complet de la réalité et du potentiel actuel de recherches concernant ces secteurs. Cela est en partie passé inaperçu en raison de l’effervescence électorale, mais les mois de mars et d’avril ont été marqués par la publication de plusieurs rapports qui restituent une image relativement complète et précise de la recherche dans le domaine de l’éducation et de la formation.

En tout, c’est en effet plusieurs centaines de pages de données, d’analyses, d’études et de recommandations qui ont été produites avec des approches différentes mais globalement complémentaires et représentatives de la réalité des acteurs et des parties prenantes du champ « scientifique » ou « réflexif » sur l’éducation.

Le plus médiatisé a probablement été le rapport issu de la mission confiée à François Taddei concernant la R&D en éducation, co-rédigé avec Catherine Becchetti-Bizot et Guillaume Houzel, qui devrait se traduire par certaines mises en oeuvre opérationnelles dans les semaines et les mois qui viennent. Attention : la synthèse qui avait été rendue fin mars est souvent confondue avec le rapport intégral (plus de 80 pages) vers lequel nous renvoyons ici.

Par ailleurs, l’alliance ATHENA en partenariat avec l’alliance ALLISTENE a réalisé deux volumes qui présentent une cartographie des laboratoires et équipes de recherche impliqués actuellement sur l’éducation, une analyse des évolutions observables depuis les précédents rapports, des recommandations en direction des responsables des politiques de recherche et un ensemble de synthèses thématiques réalisées par près de quatre-vingts chercheurs pour donner à voir l’épaisseur et la diversité de l’activité scientifique.

En parallèle, une enquête en ligne a été pilotée par deux universitaires chargés de mission à la direction des enseignements supérieurs (DGESIP), en direction des enseignants-chercheurs investis dans le domaine de l’éducation. La synthèse de ses résultats donne une image intéressante de qui sont les chercheurs qui se reconnaissent dans le domaine.

Il faut ajouter à ces études portant spécifiquement sur l’état de la recherche, le rapport du Conseil national de l’innovation pour la réussite éducative (CNIRE) ainsi que les préconisations du Conseil national pour l’évaluation du système scolaire (CNESCO), qui s’appuient tous deux à des degrés divers sur des travaux de recherche en éducation.

L’auteur de cet article ayant été contributeur ou partiellement associé à la réalisation de plusieurs de ces différents rapports, nous ne commenterons pas plus avant leur contenu…


Références

Pour ne pas dire n’importe quoi quand arrivent les résultats de PISA…

Quelques jours avant la déferlante PISA, nous vous proposons ici quelques lectures, des plus courtes aux plus approfondies, permettant de disposer d’éléments réflexifs pour éclairer la publication des résultats de la grande enquête internationale de l’OCDE.

En introduction, un court mais pertinent article de Marie-Duru Bellat sur The Conversation, qui rappelle les principes de base nécessaires pour ne pas faire dire tout et n’importe quoi à PISA.

La revue  Administration & Éducation avait consacré l’an dernier un numéro spécial au « choc » PISA, qui résume bien l’essentiel des savoirs existants sur le sujet en direction des praticiens et cadres de l’éducation.

Nous avions réalisé en 2011 un Dossier de veille de l’IFÉ  « PISA : ce que l’on en sait et ce que l’on en fait » qui permet notamment de disposer en accès libre d’un aperçu d’analyses internationales sur ce thème.

Pour approfondir le thème, on trouvera dans le « Que Sais Je ? » de Georges Felouzis et Samuel Fermillot paru en 2012 des éléments solides pour comprendre comment sont réalisées ces enquêtes internationales et quelles utilisations on peut en faire.

Le CNESCO vient également de mettre en ligne un rapport fort  intéressant pour « comprendre les évaluations internationales » en comparant PISA et TIMMS.

Enfin, pour ceux qui n’auront pas la chance de participer aux Entretiens Ferdinand Buisson du 30 novembre à Lyon, on pourra se référer aux divers travaux de Xavier Pons sur l’évaluation des politiques éducatives, qui incluent bien évidemment des réflexions particulières sur la réception et l’utilisation des résultats de PISA en France.

 

EduObs, un annuaire pour les chercheurs en éducation

Un annuaire en ligne, ouvert à tous les chercheurs en éducation, « éduObs », vient d’être lancé à l’initiative de l’IFÉ en cette rentrée 2014, à l’adresse  suivante : https://ife.ens-lyon.fr/eduObs

Il est ouvert à tous ceux qui ont déjà publié des travaux de nature scientifique concernant l’éducation : les chercheurs confirmés comme les jeunes docteurs sont ainsi bienvenus !

Ses objectifs :

– permettre à tous ceux qui produisent des travaux scientifiques sur l’éducation d’être plus facilement identifiables, dans la communauté universitaire comme vers l’extérieur ;

– favoriser la structuration et la visibilité de la recherche en éducation en rassemblant des informations jusque là éparpillées ;

– offrir un point d’accès central à tous ceux qui s’interrogent sur les travaux menés en matière de recherche en éducation.

Aujourd’hui, repérer un chercheur qui travaille sur une thématique éducative implique soit de le connaître déjà, soit d’aller fouiller dans de multiples sites de laboratoires, d’équipes ou d’institutions pas toujours faciles à explorer.

Si de nombreux réseaux de chercheurs produisent des listes ou des annuaires de leurs membres, ils sont généralement organisés autour de thématiques, de disciplines ou de sous-disciplines. Il n’existait pas à notre connaissance de carrefour permettant d’accéder potentiellement à des chercheurs originaires de disciplines, de statuts et de démarches diverses, mais partageant un intérêt commun pour les questions éducatives.

De plus, il est devenu courant qu’à l’occasion du lancement d’un projet de recherche (ANR, PCRD, Erasmus+ , etc.) comme lors d’un chantier de politique publique, la nécessité d’une cartographie de la recherche dans le domaine soit évoquée, qui comprend toujours une identification des acteurs et de leurs travaux.

Cette demande récurrente a conduit l’IFÉ, en complément d’autres initiatives, à lancer un chantier de cartographie (EducMap) dans lequel s’inscrit l’initiative éduObs.

FicheEduOBs

Concrètement, éduObs se présente comme une plate-forme sur laquelle chaque membre renseigne sa fiche, autorise sa mise en ligne (validation) et peut la mettre à jour à tout moment pour garantir la pertinence des données.

Chacun peut présenter brièvement son parcours et ses responsabilités actuelles, décrire ses activités principales de recherche, mettre en évidence ses domaines d’expertise et signaler ses principales publications.

En tant que chercheur membre, vous aurez accès à toutes les données professionnelles de vos collègues. Les coordonnées personnelles ne sont jamais rendues publiques mais sont demandées pour des raisons techniques de communication.

Les internautes qui ne sont pas membres n’ont en revanche accès qu’à une sélection de renseignements sommaires (identité, établissement).

Certains acteurs de l’éducation peuvent disposer, sur demande motivée, d’un compte « invité », qui permet d’accéder à plus d’informations, mais pas aux coordonnées professionnelles ni aux CV.

CarteEduObsPour éviter toute exploitation commerciale ou tout détournement d’utilisation, un certain nombre de procédures de protection des données ont ainsi été mises en place qui  prévoient des niveaux différents d’information.

Une foire aux questions est à disposition pour préciser le fonctionnement d’éduObs et vous assister dans les éventuelles difficultés techniques.

L’équipe Veille et analyses de l’IFÉ assure l’administration et la modération de la plate-forme, en s’efforçant de répondre aussi rapidement que possible aux diverses demandes d’assistance à nos adresses habituelles ou en passant par le formulaire de contact.

Si certains ajustements seront sans doute à envisager dans la prochaine version de l’annuaire, nous attendons maintenant les premiers retours, en espérant qu’un grand nombre de chercheurs en éducation n’hésitera pas à s’emparer de cet outil que nous mettons à la disposition de la communauté !

 

Aide éduObs
Aide éduObs

 

 

 

« Edupass », nouveau carnet pour les notes de veille

Un nouveau carnet de recherche consacré à nos travaux de veille en éducation vient d’ouvrir sur la plate-forme Hypothèses. Intitulé Edupass, pour souligner notre vocation de « passeurs » entre la recherche et la pratique éducative, ce carnet archive des dossiers de veille déjà publiés mais aussi des publications inédites, réalisées à l’occasion de commandes ou de prestations d’expertise par des membres de notre équipe de veille à l’Institut français d’Éducation.

Par rapport à Eduveille, qui propose des billets rapides de type « blog », Edupass accueille des travaux plus longs et plus denses qui synthétisent un certain nombre de recherches autour d’un thème d’actualité éducative.

La création de ce carnet vise ainsi à mettre à disposition du plus grand nombre l’ensemble de nos travaux, dans des formats pérennes et en profitant des fonctionnalités offertes par les solutions  adoptées pour la communauté des carnets Hypothèses.

Il sera ainsi notamment plus facile de réagir aux dossiers déjà publiés via les commentaires, d’utiliser les rebonds par catégories et mots-clés ou d’utiliser les boutons  à la fin des articles pour partager via les réseaux sociaux.

Edupass est encore en construction, son apparence risque notamment de bouger dans les prochaines semaines, mais vous pouvez déjà y trouver une quinzaine de publications en texte intégral en ligne (avec la version PDF également proposée le plus souvent).

Bonne lecture !

Consulter le carnet Edupass : http://edupass.hypotheses.org

Scoop.it : présentation d’un outil de curation

J’ai participé à une visio-conférence organisée par l’équipe de Scoop.it pour présenter leur plateforme de curation de contenu. Nous sommes plusieurs au service Veille & Analyses à utiliser cette plateforme dans le cadre de notre veille en éducation. Scoop.it est née en France, à Toulouse. L’équipe s’est depuis agrandie avec une antenne aux États-Unis. L’implantation outre-Atlantique semble nécessaire pour que le service rendu par cette plateforme devienne pérenne.

Mathilde Lepetit, qui présentait cette visio-conférence, a introduit le concept de curation de contenu. Le web 2.0 (web social) se veut participatif. Il en résulte beaucoup de bruit. Savoir qui écouter et comment se faire entendre dans ce brouhaha perpétuel rend essentiel pour les différentes entités (entreprises, organismes, associations, etc.) le rôle d’un nouvel acteur : le curateur, qui repère l’information, l’enrichit (la commente, l’éditorialise) et la partage.

Je laisse de côté les spécificités du discours propre au monde de l’entreprise qui s’intéresse à la connaissance du marché, à la stratégie d’entreprise, à la relation client ou encore à la réputation d’une marque. Mais la gestion de la e-réputation concerne aussi d’autres acteurs. Le monde de l’éducation n’en est pas exempt.

Pour rappel, Scoop.it est organisée en « Topics » : c’est-à-dire que l’information est publiée en fonction de thèmes choisis par l’utilisateur. Cela permet de davantage cibler le contenu suivi ou publié (notamment par rapport à Twitter où l’on suit des individus qui peuvent twitter sur plusieurs thématiques).

Fonctions de Scoop.it

  • Capture d'écran 2013-12-05 11.20.08

    Sélection de l’information : pour trouver de l’information, il est possible d’utiliser le moteur de recherche interne à Scoop.it, qui fonctionne en lien avec Google. On peut aussi utiliser un bookmarklet qui permet de publier du contenu directement depuis la page web visitée. Une troisième solution consiste à entrer « à la main » un article directement sur la plateforme (bouton « New scoop« )

  • Édition du contenu : une fois le contenu sélectionné, il est possible de modifier tous les champs : le titre, l’image, le résumé (souvent le début de l’article). On peut aussi ajouter ses propres commentaires (section « Insights« ). Cette dernière partie amène de la valeur ajoutée au signalement. Il est conseillé de la compléter avec soin. Des mots clés peuvent aussi être attribués aux articles publiés permettant une indexation plus fine.
  • Partage sur les réseaux : la plateforme dialogue avec d’autres outils de réseau social, ce qui permet de publier en même temps sur Facebook, Twitter, Linkedin et d’autres encore. A l’instar de Hootsuite, Scoop.it peut être utilisé comme outil de publication sur divers réseaux.

Une communauté aussi

Avec son moteur de recherche intégré, on trouve au hasard des requêtes d’autres topics relatifs à notre domaine de veille. Il est alors possible de s’abonner (follow) à ces thématiques pour enrichir sa propre veille. Le partage est facilité, tout en ayant la possiblité d’enrichir ce contenu, en le commentant, l’indexant, etc.

Les topics peuvent aussi faire l’objet de recommandations dans la communauté. De même, on a la possibilité de faire des recommandations de contenus à des topics que l’on suit, sans pour autant diffuser l’information dans un de ses topics.

Limites

Scoop.it a réussi à se faire une place certaine sur le web, l’utilité de la plateforme est reconnue par les curateurs. D’autres outils existent, chacun avec leurs spécificités, leurs atouts et leurs inconvénients. Je pense à des outils comme Pearltree, Paper.li, ou encore à Tadaweb (lire article sur Eduveille), même s’ils ne chassent pas sur les mêmes territoires.

Une offre gratuite existe, avec quelques fonctionnalités de base. Si l’on souhaite avoir plus de possiblités (personnalisation, nom de domaine, curation d’équipe, newsletters plus nombreuses, intégration à un site web, etc.), il faudra passer à une offre business ou entreprises. Les tarifs sont élevés pour un particulier ou pour un établissement scolaire ou universitaire.

La question de la pérennité des données se pose aussi : je n’ai pas trouvé comment sauvegarder le contenu publié sur la plateforme. A moins de tout publier automatiquement sur un blog WordPress par défaut.

Le dialogue avec les autres plateformes est aussi aléatoire. Il suffit que l’un des outils change sa politique dans les autorisations liées à l’utilisation de l’API pour que ce qu’il était possible de faire hier ne le soit plus demain. Cette limite concerne tous les outils du web 2.0.

Quelques topics liés à l’IFE

Si l’outil vous semble intéressant pour votre pratique professionnelle, et que le monde de l’éducation fasse partie de vos préoccupations, voici quelques topics que vous pouvez suivre :

Pour aller plus loin

Pour plus de détails sur Scoop.it, vous pouvez lire l’article conseils pour optimiser vos topics sur le site Veille-digitale et regarder la présentation de Scoop.it par Marc Rougier dont la vidéo est reproduite ci-dessous.

TaDaweb : nouvel outil de veille

Ça fait quelques temps que TaDaweb est passé devant nos radars, depuis que Outils froids en a parlé, mais faute de temps, nous n’avons pas vraiment pu le tester. Le mois de Juillet a donc été mis à profit pour explorer plus avant ce nouveau venu dans la panoplie des outils de veille. Ça tombe bien, ça fait un an qu’il existe (naissance : Juillet 2012, au Luxembourg).

En fait, au service Veille & Analyses, chacun a développé sa propre organisation, nous n’utilisons pas tous les mêmes outils pour notre veille quotidienne. Certains utilisaient Website Watcher, mais depuis que nous avons été équipés de macs, ils ont dû abandonner ce logiciel qui ne tourne que sous Windows, sans jamais vraiment trouver quelque chose d’équivalent. Il existe bien des extensions pour Firefox, mais qui se révèlent limitées dès lors qu’il faut surveiller un nombre important de sites internet (pour ceux qui ne proposent pas de flux RSS).

C’est là que TaDaweb nous a semblé intéressant. Non seulement cet outil permet de surveiller des pages qui ne proposent pas de flux RSS, mais il permet bien plus : il est possible de fusionner plusieurs flux, d’éviter les redondances, de ne garder que ce que l’on souhaite, de filtrer le contenu en fonction de critères variés, etc.

Les fonctionnalités font penser à Yahoo Pipes que j’ai essayé de prendre en main, mais sans succès. TaDaweb est de ce point de vue plus accessible, même s’il nécessite un temps d’appropriation certain. Le tutoriel s’est avéré nécessaire pour moi.

 

Comment ça marche ?

un logiciel et un service web

Pour créer des Tadas, il faut télécharger le logiciel sur son poste de travail, et l’installer. Il existe une version Windows et une version Mac. Une version Linux est apparemment en préparation, si j’en crois l’échange de tweets avec un des concepteurs du projet. Le logiciel permet aussi de visualiser ce que donnent les Tadas.

Le logiciel est complété par une plateforme web 2.0 qui permet de publier et partager les créations, avec la possibilité de suivre l’activité des personnes de son choix.

Le tout est gratuit, tout du moins pour l’instant. J’ignore s’ils ont élaboré un modèle économique particulier.

des TaDas …

Ce sont des modules dans lesquels on organise les actions de veille. Les TaDas peuvent être privés ou publics. La création d’un TaDa se fait en 3 étapes :

  • Sélection des sources : ce peut être des flux RSS, des adresses de sites, des requêtes sur Google, Yahoo, ou sur les réseaux sociaux tels TwitterGoogle+ ou encore Facebook.
  • Extraction : différents outils permettent d’extraire l’information que l’on souhaite (liste, url, image, etc.), à partir d’une partie de page web par exemple.
  • Transformation : il est possible d’agréger, filtrer, trier, organiser le contenu de manière automatique, à partir de critères qu’il nous appartient de définir.

Un TaDa peut au final proposer plusieurs listes d’informations. Sur l’exemple donné plus bas, l’information est organisée en fonction de ce qui est trouvé à partir des requêtes sur Google, à partir d’une recherche sur Twitter ou encore à partir de la même recherche sur Google+.

et des Journals

Il s’agit du terme anglais, utilisé dans les notices. D’où le pluriel inattendu. Un journal permet de présenter de manière organisée plusieurs TaDas. Il est possible de s’abonner à un journal et d’être tenu informé des nouveaux éléments publiés.

Sur l’interface web de TaDaweb, on peut suivre l’activité d’autres personnes, rendre publics (ou pas) ces journals.

Voici un exemple de Journal pour suivre ce que l’on dit du service Veille & Analyses de l’IFÉ sur le web et sur les réseaux numériques. Ce journal ne fait appel qu’à un seul TaDa, mais il est possible d’en ajouter d’autres. Le journal sera alors automatiquement mis à jour.

Quelques liens

Partager et échanger ses pratiques en matière de compétences

Une plate forme « KeyCoNet France » vient d’être mise en ligne, afin de permettre à tous les acteurs porteurs d’initiatives sur les compétences de partager leur expérience.

Un peu partout en France, en effet, des enseignants travaillent autour des compétences dans des configurations variées : en école primaire, comme au collège ou au lycée, à leur propre initiative dans leur classe, dans le cadre de leur projet d’établissement, entre collègues d’une même discipline ou avec des collègues d’autres disciplines, etc.

Le but de la plate-forme KeyCoNet est de donner à voir ces différentes initiatives, dans leur diversité, tout en permettant aux acteurs intéressés de pouvoir identifier des expériences de collègues et d’équipes susceptibles de les aider.

Dans le prolongement du catalogue d’initiatives que réalise le réseau KeyCoNet européen, il s’agit d’initier un réseau informel national dans une ambition de mutualisation et de développement professionnel entre acteurs de terrain.

La plate forme consiste en un site web nourrit par ses utilisateurs sur le principe du partage entre pairs : chacun pourra voir les initiatives mises en ligne, mais seuls ceux qui auront contribué en complétant une fiche « initiative » auront accès aux données complètes des autres projet (avec notamment des coordonnées de contact).

La plate forme repose ainsi sur la libre contribution des utilisateurs, l’équipe KeyCoNet de l’IFÉ (Institut français d’Éducation) se contentant d’une modération technique et de la maintenance du site, ainsi que de sa diffusion.

Accéder à la plate-forme : http://ife.ens-lyon.fr/KeyCoNet/web/app.php/

 

Veille scientifique et web 2.0 : une carte mentale

Le service Veille et analyses de l’IFÉ participe cette année au programme des formations doctorales de l’Université de Lyon, avec deux propositions.
L’une des formations s’intitule « Approche internationale de la recherche en éducation et formation » (4 demi-journées) ; elle se déroulera en mai à l’IFÉ et sera animée par Annie Feyfant.

L’autre, qui s’achève prochainement, porte plus spécifiquement sur « Comment construire sa veille scientifique et optimiser ses méthodes de travail grâce au web 2.0 ?« . Elle s’adressait en priorité aux doctorants de sciences humaines et sociales de l’Université de Lyon.

La préparation de cette formation nous a conduit, avec mon collègue Rémi Thibert, à concevoir une carte mentale sur les outils pouvant être mobilisés pour instrumenter telle ou telle étape du cycle de veille. Nous la rendons publique ici, comme une contribution à la réflexion de toux ceux et toutes celles qui doivent mener une veille dans le cadre de leurs activités de recherche. Et nous vous invitons à réagir, compléter, commenter,… pour nous aider à en faire une carte évolutive.

Lien vers la version téléchargeable, avec une arborescence cliquable :
http://www.xmind.net/m/WL2F/

 

Cette carte comporte donc quatre entrées majeures, correspondant aux étapes en question :

– recherche / consultation (mode pull) :
Cette branche dresse une typologie des ressources à exploiter. Elle regroupe à la fois les ressources consultables pour suivre l’actualité professionnelle en lien avec son thème de recherche et les sources scientifiques à interroger pour enrichir sa bibliographie ; elle signale également l’intérêt des outils terminologiques pour se forger son vocabulaire (multilingue) de spécialité.

– collecte, surveillance (mode push) :
Sont rassemblées ici toutes les technologies permettant de faire venir à soi de l’information plus ou moins ciblée : depuis les abonnements à des listes de diffusion à la création d’alertes « à la carte » et à la surveillance de pages web bien spécifiques. Sont également mentionnés quelques outils permettant de gérer des flux RSS ou des flux de tweets.

– traitement, exploitation :
Cette branche recense tous les outils permettant de stocker une collection d’information, qu’il s’agisse de signets, de notes, de références bibliographiques, d’images ou tout simplement d’idées. Tous ces outils comprennent plusieurs fonctionnalités pour organiser sa collection (dossiers, tags, listes, etc.). La plupart propose aussi des fonctions de partage pour travailler à plusieurs sur une même collection.

– diffusion, partage :
Les outils mentionnés dans la branche précédente offrent le plus souvent la possibilité de rendre publique tout ou partie de sa collection (de signets, de notes, de références,…). Sont regroupés aussi ici les outils de curation, permettant d’automatiser la diffusion, ceux plus dédiés à l’analyse qu’à l’actualité et ceux facilitant les échanges entre pairs.

Une dernière branche est libellée « optimisation du processus de veille » : elle propose quelques sites spécialisés sur la veille et quelques tutoriels sur les principaux outils référencés dans les autres branches. Elle mentionne également certains outils permettant de personnaliser davantage son environnement de veille.

Bien souvent, la plupart des outils web 2.0 peuvent être utilisés à la fois en amont (surveillance) et en aval (exploitation et diffusion) du cycle de veille, c’est d’ailleurs une de leurs caractéristiques distinctives. Les choix faits ici sont donc discutables et la carte pourrait être très différente, en particulier s’il s’agissait d’une veille technologique, d’une veille juridique, etc.
Et la carte n’a aucune prétention à l’exhaustivité… au contraire : elle comporte sans doute trop d’outils… du fait que nous ne les avons pas tous testés et que nous ne sommes pas toujours en mesure de conseiller l’un plutôt que l’autre.

En tout état de cause, le temps où la veille s’envisageait comme un système « tout en un » que seuls les grands comptes pouvaient s’offrir et dans lequel il suffisait de fournir une fois pour toutes les bonnes sources d’information, de paramétrer leur surveillance et de définir le format et la fréquence à laquelle on souhaitait recevoir les nouveautés, semble révolu… pour ce qui concerne les sciences humaines et sociales en tous cas.
Aucun « système » ne permet aujourd’hui de gérer l’ensemble du processus tant le paysage des « producteurs » et des « diffuseurs » en matière d’information scientifique et technique est fragmenté ; chacun fait désormais « sa » veille, construit et ajuste son environnement de travail et apprend peu à peu à miser sur les réseaux sociaux pour en déléguer une partie à d’autres… pour le moment !… Gageons que le web des données rendra nécessaire des technologies plus intégrées, à la portée de tous !