Archives pour la catégorie Nos dossiers

Conférence de consensus sur la lecture : retour sur plusieurs mois de travail

Les recommandations finales du jury de la conférence de consensus sur la lecture organisée par l’IFÉ et le CNESCO ont été rendues publiques hier jeudi 7 avril.

Nul doute qu’elles constitueront une référence difficile à contourner, car elles s’appuient sur les expertises et des états des savoirs internationaux produits par des spécialistes reconnus dans la plupart des disciplines susceptibles d’éclairer les processus du « lire, apprendre et comprendre » : sciences de l’éducation, psychologie cognitive, didactique du français, sciences du langage, sociologie…

Le jury a aussi pris en compte les savoirs  issus de la pratique pour mettre les recommandations en contexte dans le système éducatif français, en mobilisant ses propres expériences puisque ses différents membres représentaient une grande partie des acteurs et des parties prenantes de l’éducation : enseignants de différents niveaux et de différences champs disciplinaire, chefs d’établissements, conseillers pédagogiques et inspecteurs, parents d’élèves,  intervenants sur les questions d’illettrisme, de lecture numérique, de ressources éducatives…

Le jury au travail à Lyon
Réunion du jury

Ces recommandations concluent un long travail entamé à l’automne dernier, marqué  par la définition de la problématique sous la présidence d’Olivier Dezutter, la sélection d’un jury d’une vingtaine de praticiens, l’identification et la sollicitation d’une quinzaine d’experts, la production des contributions des experts, l’organisation de deux journées de formation des membres du jury par l’IFÉ, la tenue de deux journées publiques à l’ENS de Lyon et enfin le travail de rédaction des recommandations par le jury sous la présidence de Jean-Emile Gombert.

CdqOU_AW0AAAjSaL’ensemble des interventions des deux journées publiques ont été filmées et sont disponibles en ligne.

Lors des journées de formation du jury, des mini-synthèses ont notamment été produites par des chargés d’étude et de recherche de l’IFÉ, que nous mettons aujourd’hui à disposition de tous :

 

La « neuro-éducation » dans les médias : ne soyons pas dupes !

Mardi dernier, le 5 avril, on a pu écouter sur France Inter une émission « La tête au carré », consacrée à la mémoire et à la neuro-éducation, avec deux invités en particulier : Francis Eustache et Bérengère Guillery-Girard, tout deux neuropsychologues à l’École pratique des hautes études (EPHE).

Depuis notre Dossier de veille sur les relations entre éducation et neurosciences, nous sommes particulièrement attentifs à tout ce qui a trait à la neuro-éducation et aux soi-disantes grandes avancées qui vont révolutionner l’enseignement. Nous avons pu, lors de l’émission, relever plusieurs affirmations qui selon nous participent à la création de ce que l’on appelle des neuromythes ( « Croyances battues en brèche par la science mais largement répandues et relayées, par divers vecteurs, dans l’esprit du profane », voir CERI, 2002 et notre article sur les divers neuromythes qui continuent à circuler malgré le fait qu’ils ont été dénoncés par les neuroscientifiques eux-mêmes). Jérôme Prado, neuroscientifique à l’Institut des sciences cognitives de Bron (69), a d’ailleurs confirmé certaines mauvaises interprétations des résultats en neurosciences  concernant l’apprentissage. Il indique que ces pratiques ne peuvent que nuire à la crédibilité d’une science en devenir (lire l’article de notre rencontre avec Jérôme Prado).

Pendant l’émission, une enseignante invitée sur le plateau a mentionné le mythe des styles d’apprentissage VAK (visuel, auditif, kinesthésique) sans aucune réaction des scientifiques présents sur le plateau. La supposition implicite dans ces styles d’apprentissage est de dire que l’information n’est traitée que par un seul canal perceptif, indépendamment des autres canaux, ce qui va totalement à l’encontre de ce que l’on sait aujourd’hui sur l’interconnectivité du cerveau. Cette théorie a d’ailleurs été réfutée par plusieurs études dont la célèbre revue de littérature de Franck Coffield et de son équipe publiée en 2004. Malgré les mises en garde répétées contre les théories des styles et le fait qu’il n’existe à notre connaissance aucune preuve neuroscientifique pour étayer cette conception, ce type d’approche est encore plébiscité  dans de nombreux dispositifs de formation et récemment encore à la radio lors d’émissions qualifiées de scientifiques.  Bérengère Guillery-Girard rebondit même sur la notion d’apprentissage multimodal qui fait référence à une autre théorie qui, bien qu’extrêmement populaire, n’a jamais été corroborée, celle des intelligences multiples. Cette notion à été dénoncée par exemple par John Geake qui affirme que la notion d’intelligences multiples n’a jamais été démontrée en neurosciences. Selon lui, il y aurait une intelligence générale qui s’exprime dans plusieurs domaines reliés entre eux.

Lors de la rédaction de notre Dossier de veille, nous avions discuté avec  François Gonon, neurobiologiste au CNRS, qui dénonçait le comportement de certains scientifiques, qui n’hésitent pas à exagérer l’impact de leurs travaux, et de certains journalistes qui participent à la surmédiatisation de résultats de recherche non corroborés, voire parfois réfutés par la suite (lire son article : François Gonon, Jan-Pieter Konsman, « Pour une éthique de la communication en neurosciences », La lettre des Neurosciences, no 40, 2011, p. 20-22).

Le concept d’une « neuro-éducation » ou d’une « neuro-pédagogie » paraît en effet alléchant, mais les travaux actuels en neurosciences n’ont pas encore su véritablement trouver écho dans la salle de classe (lire notre article sur les apports discutables des neurosciences pour l’enseignement). Malheureusement, ces théories sont amplifiées par l’enthousiasme de certains médias, qui surmédiatisent toute information scientifique venue des neurosciences, succombant ainsi à la neurophilie (fascination pour toute information impliquant le cerveau).

Même si les informations sur l’utilisation de la mémoire, ou plutôt des mémoires, sont très instructives, les connaissances sur le fonctionnement du cerveau ne suffisent pas à expliquer tous les processus mentaux liés à l’apprentissage dans la salle de classe, ni même à donner des « trucs » comme le dit l’enseignante questionnée lors de l’émission.

Restons vigilants pour ne pas tomber dans l’utopie des promesses trompeuses de la « neuro-éducation » !

L’histoire scolaire : des savoirs en débat

La Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP), vient de publier les résultats des évaluations CEDRE 2012 (Cycle des évaluations disciplinaires sur échantillon) pour la discipline histoire-géographie-éducation civique, pour les élèves en fin de collège et en fin d’école. Les élèves de primaire ont suivi les programmes de 2008, contrairement aux élèves de troisième pour lesquels ces programmes ont été mis en place après la phase d’évaluation. La dernière évaluation de ce type a été réalisée en 2006.

Au primaire, les performances des élèves sont stables, tant du point de vue du score moyen que de la répartition entre groupes de niveau. En fin de collège, on constate une baisse sensible du niveau moyen et une forte augmentation du nombre d’élèves figurant dans les groupes les plus faibles. Outre un déficit dans la maitrise de la langue, on observe « un affaiblissement de l’assimilation par les élèves d’une culture scolaire géographique et historique, notamment dans les établissements les plus défavorisés.

Ces évaluations portent à la fois sur la méthodologie du travail (autonomie, esprit critique, capacité à rédiger) que sur les éléments historiques retenus par les élèves.

Des analyses complémentaires portent sur la réception de cet enseignement d’histoire-géographie par les élèves, la vision qu’ne ont les enseignants.

Car au-delà de simples constats, il est intéressant d’étudier à la fois la construction des contenus d’enseignement, les attendus relatifs aux savoirs et compétences à acquérir par les élèves et ce qu’en retiennent les élèves.

Le Dossier de Veille de l’IFÉ du mois de mars parcours la littérature de recherche pour cerner l’évolution des enjeux de cette construction de l’histoire et de sa réception dans les classes, évoquant notamment la place du « roman national » dans plusieurs systèmes éducatifs et le difficile apprentissage de l’esprit critique vis-à-vis d’une histoire scolaire « fabriquée ».

Feyfant Annie (2016). Les enjeux de la construction d’une histoire scolaire commune. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 109, mars. Lyon : ENS de Lyon. http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=109&lang=fr

Les pratiques argumentatives et l’esprit critique à l’école

L’argumentation, quotidiennement utilisée, est au cœur de nombreuses activités, privées ou professionnelles. Elle est non seulement centrale dans plusieurs domaines mais indispensable dans l’enseignement. On observe aujourd’hui une prise de conscience de l’importance de l’argumentation dans les pratiques scolaires notamment avec la mise en place de l’éducation morale et civique (EMC) qui remplace dans les programmes l’éducation à la citoyenneté depuis la rentrée 2015. Il est d’ailleurs inscrit dans le domaine 3 du socle commun de connaissances, de compétences et de culture que les démarches argumentatives sont au cœur de la formation de la personne et du citoyen pour la transmission de valeurs fondamentales et de principes inscrits dans la constitution.

Le courant du critical thinking, l’esprit critique, est depuis longtemps instauré aux États-Unis et dans les pays anglosaxons en général mais très peu en France où il est couramment admis que la seule formation disciplinaire  développe de par sa nature savante une approche critique de la société chez l’élève.

Continuer la lecture de Les pratiques argumentatives et l’esprit critique à l’école 

L’Institut français de l’Éducation recrute !

Dans le cadre du renouvellement d’une partie de ses chargé(e)s d’études, l’IFÉ recrute 6 personnes pour la rentrée 2016 par voie de détachement pour une durée limitée.  Ces candidatures s’adressent à des personnels du premier ou second degré (professeur des écoles, certifié, agrégé, CPE, inspecteurs, chefs d’établisssement…) selon des profils variés en fonction des postes proposés.

L’ensemble des profils peuvent être consultés sur le site de l’ENS de Lyon (descendre à la rubrique « campagne de recrutement des chargés d’études »).

Un poste est notamment ouvert pour intégrer l’équipe de Veille scientifique de l’IFÉ, dont les membres sont notamment rédacteurs de ce carnet, mais aussi des dossiers et notes de veille et des rubriques d’actualités de la recherche en éducation.

Voir aussi le descriptif du poste pour l’unité de Veille :  poste-325-charge-e-d-etudes-veille-scientifique-et-analyses-en-education

Comment les changements pédagogiques sont mis en oeuvre

Pour paraphraser un célèbre général, des réformes annoncées on en trouve, des changements concrets on en cherche !

Une constante des travaux qui se sont penchés sur les réformes éducatives est en effet de conclure à une grande disproportion entre l’ampleur des changements espérés au regard des changements effectifs dans les pratiques quotidiennes. Pourquoi tant d’échecs ou de déceptions ?

La pente naturelle du décideur consiste à incriminer les corps intermédiaires, les corporatismes ou même les acteurs éducatifs qui seraient rétifs à toute évolution pour de trop nombreuses raisons contraires à l’intérêt général. L’inclination fréquente des praticiens pour la contestation est justifiée à leurs yeux par le manque de concertation ou la méconnaissance de la réalité du terrain qui caractérise trop souvent les initiatives politiques.

Les chercheurs qui se sont penchés sur ce problème ont pourtant identifié d’autres facteurs d’échec ou de réussite, d’autres variables susceptibles d’expliquer pourquoi il y a un décalage récurrent entre les objectifs et les résultats. En particulier, ils ont souligné que le problème réside fréquemment dans le « comment » de la réforme : on peut discuter des buts proclamés et des valeurs qui sous-tendent un changement souhaité, le « pourquoi« ,  mais bien souvent c’est déjà la stratégie de changement mise en oeuvre qui a souvent une probabilité faible d’aboutir. La mauvaise compréhension du système éducatif et de la façon dont sont configurés et les organisations et les acteurs mène à bien des erreurs.

C’est pour avancer dans une meilleure compréhension des conditions institutionnelles et organisationnelles du changement éducatif que nous avons réalisé notre dossier  « le changement, c’est comment ? » , en mobilisant certaines théories particulièrement éclairantes sur le sujet.

Les références utilisées dans ce dossier sont également consultables dans notre entrepôt de données bibliographiques.

 

Étudiants : des parcours et pratiques pluriels

Si l’on vous donne le mot « étudiant », quelle image vous vient à l’esprit ? Assurément, une représentation unique est impossible et ce sont plusieurs visages qui défilent, se succèdent, tant les parcours, connaissances, histoire et projections sont particuliers. Le dossier de veille n° 106 « Les nouveaux étudiants, d’hier à aujourd’hui » pose ce regard sur les étudiants, au travers de leurs expériences et propose d’observer ce qu’ils vivent.

L’enseignement supérieur comptabilise de plus en plus d’étudiants aux profils hétérogènes : bacheliers professionnels, étudiants étrangers, publics adultes et en formation continue ; à temps partiel, à distance, en césure ; qui envisagent des études de plus en plus longues, ou des cumuls de diplômes soit pour retarder leur insertion, soit se donner plus de chances sur le marché du travail. Les cursus professionnalisants se sont multipliés, et les stages devenus quasi incontournables sont au programme y compris de cursus « classiques ». Le travail salarié étudiant, dont l’évolution est manifeste ces dernières années, n’est pas sans conséquence sur les études et les manières d’étudier.

Qu’en est-il de leur parcours dans le supérieur ? On les dit peu libres de leur choix d’études qu’ils subiraient ou qu’ils s’interdisent… Néanmoins, pour bon nombre d’entre eux, les filières universitaires sont aussi l’espace d’ajustement de trajectoires, qui entraînent réorientations, abandons, formations à la carte ou mises en suspens des études. Autant d’actions comptabilisées regrettablement en échec alors qu’elles concourent à leur expérience. La préoccupation récurrente sur leur devenir professionnel, appuyée par le poids de la société et de la conjoncture économique conduit à s’attacher au rôle du projet dans leur parcours : est-il prépondérant à la réussite des étudiants ? Dans cette perspective, le savoir utilitariste semble prendre le pas sur le savoir intellectuel pourtant plus favorable à leur réussite. Faire évoluer le sens accordé aux études, et par là-même mobiliser ses connaissances, développer de nouveaux apprentissages, réflexifs, avec une pensée critique, pour enfin développer une réflexion sur ses propres manières d’apprendre, sont des étapes progressives du « devenir  étudiant » qu’il s’agit d’accompagner.

Le dossier de veille questionne leur usage des technologies, leurs perceptions vis à vis du monde universitaire et des pratiques pédagogiques déployées, et souhaite apporter un éclairage sur leurs difficultés, déclarées ou observées, ainsi que sur leurs attentes, afin de mieux appréhender les univers des étudiants et poser la question de leur réussite.

Ce dossier est réalisé à l’occasion d’une conférence de consensus organisée conjointement par l’Institut français de l’Education (ENS de Lyon) et la Direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle (Ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche), à Paris les 16 et 17/12/2015, sur le thème « Réussite et échec dans l’enseignement supérieur ».

Donner du sens à l’apprentissage des nombres et opérations?

Les 12 et 13 novembre 2015, le Conseil national de l’évaluation du système scolaire (CNESCO) et l’Institut français de l’éducation (IFÉ) ont organisé une conférence de consensus sur l’apprentissage des nombres et des opérations à l’école primaire. Parmi les questions posées aux experts, figure celle-ci : « quelles relations établir entre la résolution de problèmes et l’introduction des opérations et de leurs propriétés ? ». C’est E. Sander et J.-F. Richard qui ont été chargés de répondre à cette question. En tant que professeurs de psychologie (cognitive), ils ont expliqué l’importance des énoncés de problèmes dans le processus de compréhension de notions mathématiques abstraites, et du passage d’une « sémantique quotidienne » à une « sémantique mathématique ».
C’est dans ce contexte que s’inscrit la réalisation du Dossier de Veille de l’IFÉ du mois de novembre : réaliser une synthèse de travaux sur la résolution de problèmes mathématiques, à destination d’acteurs de l’enseignement primaire.
Après avoir listé les enjeux d’une vision institutionnelle de la résolution de problèmes, cet état de l’art tente une typologie de la notion de « résolution de problèmes » en mathématiques, avant de présenter divers travaux de recherche relatifs à la résolution de problèmes du point de vue opérationnel (techniques opératoires) ou cognitif pour aborder les processus, stratégies et contextes discutés.
Après le sens du nombre, il convient de donner du sens à la manipulation de données et aux techniques opératoires, sans certitude pour les enseignants du primaire de pouvoir privilégier une stratégie de résolution plutôt qu’une autre…

Référence :
Feyfant Annie (2015). La résolution de problèmes de mathématiques au primaire. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 105, novembre. Lyon : ENS de Lyon.

 

 

 

Les enseignants, le collectif… et le leadership

Photo du DV 104Avec entre autres l’instauration du conseil pédagogique en 2005 et les 20 % d’autonomie accordés aux établissements du secondaire  par la nouvelle réforme du collège, le travail et la prise de décision collectifs dans les établissements s’imposent de plus en plus en France, nécessitant  de nouveaux types d’organisation pour favoriser la réussite de tous les élèves. Certains y voient un renforcement du pouvoir des chefs d’établissement au détriment de la liberté pédagogique de l’enseignant et une hiérarchisation accrue ; d’autres une occasion de définir collectivement des modalités d’exercice spécifiques à l’établissement. Qu’en est-il dans les autres pays pour lesquels beaucoup de responsabilités éducatives sont à la charge du niveau local ? Que dit la littérature de recherche de ce leadership partagé, exercé notamment par les enseignants ?

Continuer la lecture de Les enseignants, le collectif… et le leadership 

Chefs d’établissement et leadership pédagogique

Cet article, ainsi que celui sur « Quelques rappels sur le leadership », est un complément au Dossier de veille n° 104 « Le leadership des enseignants au cœur de l’établissement ».


 Vers un leadership pédagogique

La fonction des chefs d’établissement s’est considérablement modifiée dans de nombreux pays ces dernières années. Pour reprendre les termes de Roegman et al. (2012), le leadership est devenue une « activité cognitive et sociale », ce qui implique que « les chefs d’établissement interprètent des situations complexes et prennent des décisions difficiles à la lumière de pressions croissantes, internes et externes ». Des compréhensions différentes des politiques éducatives entraînent des mises en œuvre différentes de ces politiques. Le leadership est alors une aptitude à créer du sens, c’est-à-dire qu’il ne résulte pas d’un processus de raisonnement linéaire, mais qu’il dépend fortement du contexte et du vécu du chef d’établissement qui prend les décisions.

Il ressort de plusieurs études croisées (dont celle de Progin & Gather Thurler, 2010) que les chefs d’établissement  qui arrivent actuellement en poste sont attachés au leadership pédagogique, mais ont peu d’occasion dans la pratique de s’y intéresser et de le mettre en place (lorsque c’est le cas, c’est surtout à l’occasion de projets dans l’établissement). Il existe un décalage entre ce que ces chefs d’établissement pensent du métier et la réalité. Continuer la lecture de Chefs d’établissement et leadership pédagogique