Tous les articles par Marie Musset

L’éducation c’est (aussi) du théâtre

Le treizième congrès international d’art dramatique et  théâtre en éducation se déroulait cette année à  Ankara (Turquie) du 21 au 23 novembre 2008. Il réunissait chercheurs et praticiens de toutes disciplines et niveau d’enseignement pour des temps de communication et d’ateliers.

La notion de  DIE (Drama in Education) appelle quelques éclaircissements.  Ce concept anglo-saxon met l’accent sur l’importance de l’expressivité personnelle,  sur  la place de l’imagination et des sensations dans l’approche de tout apprentissage. Tous les publics sont concernés, au-delà des élèves d’âge scolaire ; tous les thèmes et sujets peuvent  s’exprimer au travers d’une pratique théâtrale menée avec des professionnels. Si les deux termes « art dramatique » et « théâtre » sont indifféremment utilisés, des nuances s’imposent cependant : en effet, l’ « art dramatique » ( « jeux dramatiques » en France) signifie  que les participants créent leur propres scénarios et travaillent au sein d’ateliers centrés sur le développement de la créativité, de la prise de risque et de la confiance en soi, quelle que soit  la discipline envisagée (O’Hara, M. 2001. Drama in Education. A curriculum dilemna. Theory into Practice, vol. 23, n°4). Ainsi conçu, l’art dramatique est un medium au service d’autres  domaines ou disciplines, de l’énoncé de règles mathématiques à l’apprentissage de vocabulaire. La forme souvent ludique des ateliers favorise en outre  une activité cognitive maximale. Continuer la lecture de L’éducation c’est (aussi) du théâtre 

Ecologie, environnement et littérature de jeunesse

Très active dans le domaine de la recherche en littérature jeunesse, l’Université de Roehampton (UK), organisait mi novembre le quinzième congrès annuel de la section britannique de l’IBBY (International Board of Books for Young People) NCRCL (National Centre for Children’s Literature). Intitulée « Deep into Nature : ecology, Environment and children’s Literature », ce congrès réunissait chercheurs , enseignants, auteurs et éditeurs autour d’une problématique commune : la place et le rôle de la littérature de jeunesse dans la constitution d’une conscience écologique.

En effet, si notre époque est particulièrement préoccupée par les questions d’écologie, la littérature propose depuis longtemps divers modes de relation entre l’homme et la nature, tout particulièrement en ce qui concerne le jeune lecteur. Il ne s’agissait pas cependant de dresser un panorama éditorial, même particulièrement riche, sur le sujet, mais plutôt de penser la littérature de jeunesse comme une ressource littéraire, intellectuelle et éthique, à la suite d’Einstein à qui le titre de ce congrès était emprunté : « Look deep into Nature and then you will understand everything better » (« Plonge ton regard dans la Nature , et tout sera alors plus facile à comprendre »). Le congrès se proposait d’étudier comment l’environnement et la relation de l’enfant à la nature étaient traités dans les livres qui lui sont destinés, qu’il s’agisse de fiction, de documentaire ou de « docu-fiction, ce dernier étant actuellement très apprécié.
Continuer la lecture de Ecologie, environnement et littérature de jeunesse 

Spectacle Le Bulldog de Darwin

L’année Darwin est riche de manifestations autour de l’anniversaire de l’Origine des Espèces, ouvrage fameux dans lequel Charles Darwin exposait pour la première fois ce qui allait devenir la théorie de l’évolution et qui est devenu le cadre de travail des scientifiques d’aujourd’hui . Parmi les spectacles qui mettent en scène les travaux de Darwin , retenons le Bulldog de Darwin, qui associe représentation théâtrale et échange avec le public.

Le Bulldog de Darwin a été créé en octobre 2008 lors d’une résidence à La Rotonde – CCSTI de Saint-Etienne . En 2009, la forme théâtrale est présentée au festival « Scènes de Méninges » (La Rotonde – CCSTI de St Etienne & Loire) et sélectionnée dans le cadre de La Ville européenne des sciences, pour une représentation à Paris, le 15 novembre 2008 à 11h, dans la Nef du Grand Palais, avant d’être proposé dans toute la France.

Spectacle scientifique et poétique, Le Bulldog de Darwin revisite une question majeure de l’histoire des sciences contemporaines : l’affirmation de la théorie de Darwin à l’époque de la publication de l’Origine des Espèces et la mise en débat conflictuelle de cette nouvelle approche du vivant.
L’écriture fine et fluide du texte se nourrit délibérément et judicieusement des écrits de Darwin ou de citations des protagonistes de l’époque. Non sans humour, la troupe emmène son spectateur aux confins des questions que se pose l’humanité : nature, culture, langage…
Le texte est soutenu par l’image : gravures du voyage de Darwin sur le Beagle, extraits de lettres, photos animalières se succèdent pour ponctuer la réflexion et nourrir l’imagination. Au bord de la scène , un guitariste ajoute à la densité de l’expression.

La particularité de la représentation est d’être suivie d’un échange avec le public. Peut-être venu d’abord par curiosité scientifique, le spectateur ne s’y trompe pas, qui pose d’abord des questions sur les choix de mise en scène et sur les performances des acteurs, remarquables. Ensuite vient le débat d’idées, nourri des images fortes du spectacle.

Enseigner l’évolution

Notre dossier d’actualité du mois d’octobre porte sur un sujet en prise aussi bien avec l’enseignement qu’avec l’actualité : Enseigner l’évolution en France.

L’ouvrage majeur de Charles Darwin, L’Origine des Espèces, fête son centenaire et sera salué dans le monde entier tout au long de l’année tandis que, cadre de travail des scientifiques depuis les années 50, l’évolution est entrée dans les programmes français à la même époque, sans polémique majeure. Son enseignement se fait plus sensible désormais : on le perçoit lié à des questions de société qui agitent depuis longtemps l’école américaine et qui questionnent le cours de sciences du vivant. L’enseignement de l’évolution pose des questions qui dépassent le champ disciplinaire et interroge des savoirs scolaires comme non scolaires.

Le dossier recense les différents facteurs qui dessinent les contours de l’enseignement de l’évolution en France aujourd’hui ; l’actualité de la recherche y est éclairée par des éléments du contexte scientifique, intellectuel et historique.

Au-delà de ce panorama, de nombreuses émissions radiophoniques se sont fait l’écho du débat d’origine américaine, qui oppose le créationnisme au « darwinisme ». L’auditeur y retrouvera des auteurs majeurs rencontrés dans le Dossier d’actualité :

« Il sera une fois » : Jack Zipes revisite les contes de fées

Jack Zypes, professeur d’allemand à l’université du Minnesota et spécialiste reconnu des contes de fées, relit ici les contes à l’éclairage d’autres théories, par exemple le darwinisme social, la linguistique ou la génétique textuelle, et souligne que ses analyses, attachées à un corpus européen et nord-américain, sont toutefois transposables à d’autres cultures.

« Il sera une fois »

Parmi les pistes suivies dans son ouvrage, Zipes explore celle du « il sera une fois » incessant qui permet aux contes de fées d’accompagner la civilisation. Comme l’humanité, le conte évolue et reste efficace, car il est ancré dans notre mémoire collective. Le contexte économique et politique, l’invention de la presse et le développement des mass media on favorisé son caractère hybride, relevant à la fois de l’écrit et de l’oral. Il a naturellement canalisé et formalisé les codes sociaux et moraux de son époque. Ainsi, l’on a fait un jour remarquer à Jack Zipes qu’Harry Potter était un avatar de l’archétype du conte de Cendrillon. En effet le conte, par ses enjeux même, est amené à se transformer, assurant ainsi lui-même sa relève. Continuer la lecture de « Il sera une fois » : Jack Zipes revisite les contes de fées 

Socle commun et littérature

Notre Dossier d’actualité de février 2008 s’intitule « De la communale au socle commun : littérature et culture humaniste ». Il s’intéresse à la définition et à l’usage de la « culture commune » et de la « culture humaniste », telles qu’elles sont définies depuis la loi d’orientation et de programme pour l’Avenir de l’Ecole (avril 2005), et jusqu’au projet de nouveaux programmes de l’école primaire (février 2008). En effet, les programmes scolaires français envisagent la compétence culturelle plus qu’instrumentale : la littérature et son enseignement, lorsqu’il est bien conduit, contribuent à construire l’honnête homme du XXIe siècle.

Tout au long du dossier, les questions liées à la mise en place du socle commun des compétences et des connaissances dans le paysage scolaire français sont éclairées par les conceptions et les pratiques d’autres pays. Ce dossier s’articule avec le colloque organisé par l’équipe Littérature et Enseignement de l’INRP, intitulé « Français, littérature, socle commun : quelle culture pour les élèves, quelle professionnalité pour les enseignants ? », qui se déroulera du 12 au 14 mars à Lyon.

La mission civilisatrice de Walt Disney

Dans son ouvrage Les Contes de fées et l’Art de la subversion (Fairy tales and the Art of Subversion), Jack Zypes, universitaire américain spécialiste des contes de fées et traducteur des frères Grimm, s’intéresse au conte et à son rôle dans l’histoire sociale. Les contes traditionnels, qui mettent en avant une perception socio-politique du monde, désignent le pouvoir et l’oppression comme de puissants moteurs narratifs. L’on peut alors se demander dans quelle mesure le conte a « légitimé ou critiqué le contenu ou la forme du processus culturel occidental », peut-être jusqu’à la subversion. Perrault et ses émules ont créé le genre littéraire du conte de fées et lui ont assigné un mission culturelle durable, mélange élégant de principes et de canons esthétiques, mais Jack Zypes veut s’intéresser à la « zone d’ombre » des contes de fées en tant que processus de civilisation de l’occident ; il s’inscrit dans la démarche de Norbert Elias, dont les études socio-historiques mettent l’accent sur les interactions entre l’évolution socio-génétique d’une société et la constitution psycho-génétique de l’individu. Chaque conte véhicule en effet les valeurs nécessaires à la cohésion sociale du groupe. Continuer la lecture de La mission civilisatrice de Walt Disney 

Littérature de jeunesse et identités

L’ANILIJ (Association Nationale de Recherche en Littérature de Jeunesse – Espagne) a tenu son 5° congrès international, sous le titre Identité/Identités, à Léon du 21 au 23 novembre 2007.

Les communications se sont regroupées autour de trois pôles : didactique, littérature, traduction, et les questions d’identités pouvaient se poser dans le contexte du genre comme dans celui des minorités culturelles. Une question récurrente a porté sur la transmission des valeurs au fil des traductions, des adaptations ou des illustrations. Ainsi, les questions de genre liées à l’éducation ont pu être abordées dans le cadre d’une étude sur la presse anglaise à destination des jeunes filles du XIX° siècle (To be a girl : personajes femininos en la novela domestica inglese del siglo XIX ) ainsi que dans la littérature pour les adolescentes d’aujourd’hui (La nueva chick-lit para ninas y los estereotipos femininos).

Cette question des stéréotypes a été largement abordée dans les communications, notamment quand ils concernent des minorités ethniques ou quand il faut rendre compte d’une réalité culturelle étrangère. Ainsi la communication de Nuria Isabel Mendez Garita (Costa Rica) mettait-elle l’accent sur la relecture des thèmes et motifs nahualt dans la culture costaricaine actuelle (La multiculturalitad en la literatura infantil costarricense : la presencia nahualt). Le souci de mieux intégrer les minorités, de bien accueillir les actuels migrants comme de donner du sens à ce qui fonde l’identité d’un groupe ou d’un peuple pouvait servir de fil conducteur à bien des communications.

Ces enjeux majeurs de la littérature de jeunesse ont par ailleurs été abordés dans la conférence de Gillian Lathey, Don Quixote in sunny Spain : the mediation of nation and cultural identities in children’s literature ainsi que dans celle de Emer O’Sullivan S is for Spaniard : the representation of foreign nations in ABCs and picturebooks.

La question de la traduction s’est alors révélée centrale dans la construction de l’identité, car elle concerne aussi bien l’exercice d’une possible censure ou autocensure (Las aventuras de A Connecticut Yankee de Twain en la Espana del siglo XX), le recours éventuel aux stéréotypes, la volonté d’identifier toutes les connotations culturelles (Minoritas con voces proprias : multiculturalidad y tradduccion de LIJ et Have the « Classics » had their days ? ). L’adaptation pour un public enfantin exacerbe ces questions, tandis que l’illustration démultiplie les possibilités du texte ( La construccion de la identitad en el album illustrado espanol, et Manuel Maria y la construccion de la identitad a partir de su obra infantil y juvenil ).

L’importance prise dans la culture scolaire comme dans la culture privée, de la littérature de jeunesse en ce qui concerne la construction de l’identité appelle à une créativité vigilante et met l’accent sur l’importance à accorder, dans le domaine éditorial, à la traduction. La conférence du romancier britannique Aidans Chambers Fictions in Form le rappelait en contrepoint à l’ensemble de ces travaux.