Tous les articles par Marie Musset

Education au patrimoine : mémoire, histoire et culture commun

En 2011, les 15 772 monuments et sites  français ouverts au public les 19 et 20 septembre pour la 26e édition des Journées européennes du patrimoine ont recensé plus de 12 millions de visiteurs. Les Journées du patrimoine ont popularisé le terme de « patrimoine » en un sens récent et bien particulier : le monument historique, témoin du passé national, tend à s’effacer devant le « bien commun » dans lequel les citoyens peuvent se reconnaître et partager des valeurs.

Le dossier d’actualité n°71 du service Veille & Analyse de l’Ifé, rédigé par Marie Musset, s’intéresse à la place de l’éducation au patrimoine dans les classes. En effet, accompagnant la démarche du citoyen, l’« éducation au patrimoine » est rapidement devenue un objectif prioritaire au niveau national, européen et mondial et l’école en est un acteur privilégié.

N’épousant pas forcément les contours des disciplines scolaires, l’« éducation au patrimoine » les concerne toutes en s’intéressant aux connaissances « sur » les contenus patrimoniaux, mais aussi à l’éducation « par » le patrimoine : par le biais de partage d’expériences émotionnelles et artistiques, elle peut susciter ou identifier une communauté de valeurs.

Mais  la relation triangulaire et dynamique entre patrimoine, histoire et mémoire est complexe, et la plupart des éléments patrimoniaux identifiés comme tels sont imprégnés de conflits du passé, conflits désormais historiques mais qu’il convient de revisiter pour éclairer le présent. Il faut donc avoir le courage et prendre le temps d’identifier le potentiel de dissension et de confrontation, de négociation et de consensus que renferme la construction du patrimoine.  Cette condition est indispensable pour que le patrimoine puisse devenir un outil d’éducation civique.

Ecrire, pour quoi faire ?

« Ils ne savent plus écrire »… « et pourtant ils écrivent ». Le vocabulaire courant ainsi que les interrogations de divers médias disent toute la complexité de l’écrit : il peut s’agir de produire un signe graphique ou un énoncé de communication. On admet en tout cas aujourd’hui la complexité d’une activité qui concerne d’emblée toutes les dimensions de l’écrit, linguistiques mais aussi culturelles et sociales.

À l’heure où les exigences en littératies sont importantes au sein de sociétés dans lesquelles l’écrit ne peut plus se réduire à du stockage d’information ou de la transcription, qu’a-t-on à dire et comment y arrive-t-on ? Quels sont les obstacles à cet apprentissage et les travaux de remédiation à envisager ?

Le Dossier d’actualité Veille et Analyses numéro 62 du mois de mai 2011 rend compte, dans une perspective internationale, des travaux récents dans les différents champs de recherche  concernés par la production écrite.

Bêtes en tout genre

Interdisciplinaires, les premières journées BEES (Bêtes, environnement, école et société) se sont tenues les 5 et 6 octobre 2010 à l’INRP  et étaient consacrées aux relations entre l’enfant et l’animal. Elles ont réussi leur pari en réunissant chercheurs et didacticiens de lettres et sciences, et en multipliant les temps d’échange féconds avec un public varié et engagé.

La première journée commence avec une intervention à deux voix, la conteuse et l’écrivain lançant des pistes de réflexions sur l’usage du documentaire avec les enfants (Jean-Baptiste de Panafieu) ; la série télévisée Minuscule questionne l’éthologie aux frontières de la fiction (Anne-Marie Slézec), tandis que le rapport au vivant dans les classes de maternelle met l’accent sur la découverte par l’enfant de son corps par la médiation  avec l’animal (Maryline Coquidé). Le corpus préparatoire à une exposition sur l’animal dans les manuels scolaires est présenté et analysé (Olivier Baas, Clarisse Marandin et Marie Musset), et Eric Baratay clôt la journée par une conférence grand public sur l’art animalier. Le lendemain, un soleil vif accompagne la visite du jardin de l’ENS : crée selon le concept du jardin en mouvement de Gilles Clément, il réserve une place particulière aux petites bêtes (Michel Salmeron). On s’interroge donc ensuite sur les façons d’aborder par l’art des notions telles que la biodiversité, la chaîne alimentaire ou l’adaptation morphologique des animaux à leur milieu (Edith Planche), puis sur les animaux eux-mêmes : que perçoivent-ils de ce qui l’entoure ? Que peuvent-ils  ou non se représenter (Pierre Clément) ? Et, à l’école maternelle, comment enseigner le monde vivant pour que se construise une relation sereine fondamentale entre le petit homme et l’animal  (Evelyne Villard) ? La boucle est bouclée avec l’étude d’albums de littérature de jeunesse  qui suscitent un questionnement scientifique très fécond à l’école élémentaire (Eric Triquet et Catherine Bruguière).

Le Musée des Arts Décoratifs propose quant à lui deux expositions : Petites et Grosses Bêtes illustre comment le monde du jouet représente la diversité de l’espèce animale au travers de plusieurs centaines de jouets choisis pour leur attitude naturaliste. Animaux de compagnie, animaux de la ferme, animaux sauvages, animaux de nuit, des eaux marécageuses (et on y ajoutera les animaux préhistoriques et fantastiques) tous parlent de la relation de l’enfant à l’animal, au croisement de l’art et de la science. L’accrochage Animal quant à lui dévoile au travers d’objets comment l’homme s’approprie l’animal et l’intègre à son quotidien : qu’il soit matière, parure, forme ou décor, l’animal est bien souvent le miroir de l’homme. Les jouets réapparaissent aussi dans cette exposition  qui fait la part belle aux créatures zoomorphes pouvant mêler l’homme et l’animal.

Faire durer l’éducation au développement durable

En 2007, la généralisation de l’éducation au développement durable (EDD) s’inscrit dans le plan triennal 2007-2010 pour l’EDD. Elle concerne plusieurs disciplines scolaires et met l’accent sur la formation des enseignants mais aussi de tous les acteurs de la communauté éducative, dans le but de multiplier les démarches globales d’éducation au développement durable dans les établissements. L’EDD  remplace l’éducation à l’environnement pour un développement durable (EEDD) en vigueur depuis 2004 et qui prenait la suite de l’éducation à l’environnement (ERE) en usage dans les programmes français depuis 1977. Avant cette date, l’éducation environnementale fait cependant partie depuis plusieurs siècles de l’éducation formelle comme informelle.

Le dossier d’actualité  de la VST n° 56 s’intéresse à la généralisation de l’EDD en France et, dans la mesure où les comparaisons peuvent être éclairantes, fait état des choix d’autres pays et systèmes scolaires : en effet l’EDD s’inscrit dans un cadre national (Charte de l’environnement, Stratégie nationale de DD, SNDD) mais aussi international : celui de la  Décennie mondiale pour l’EDD de l’Unesco.

De l’édition adaptée au héros handicapé

Magie des mots et des images, pouvoir de la littérature : parents et éducateurs savent combien le livre compte pout tout enfant. Marie-Ange Pompignoli a rendu compte dans la Revue des livres pour enfants de juin 2010 des actes du colloque Littérature, Jeunesse et handicap (INS HEA, 2007).

Garantir à tous l’accès au livre nécessite d’élaborer des supports spécifiques : adaptation des classiques, traduction en langue des signes, versions  tactiles ou  en braille. Quelques maisons d’édition s’y emploient : Danger Public (collection « les Mots à l’endroit »), Monica Companys, Regards d’enfants, et la Fée des Mots. D’autres initiatives participent aussi de la rencontre entre le livre et son public : animer un blog à l’hôpital, proposer des séances de lecture, ou encore penser le théâtre comme entrée en littérature, particulièrement dans le cas d’hospitalisation de longue durée et de handicap moteur.

Mais on doit aussi explorer une autre piste et poser la question de la représentation du héros handicapé en littérature jeunesse ; des initiatives ont lieu en Europe (Tchéquie, Pays-Bas, Italie) ; en France, on peut saluer la BD de Jack et Greg La Bande à Ed, et la collection Castor Poche.

Après les effets de la loi de 2005 (Musset & Thibert, 2010) dans les bibliothèques (rampes d’accès, signalétique braille, boucles magnétiques) peut-on faire le pari de rendre l’objet livre accessible à tous ? C’est la question que pose Soizic Jouin dans ce même numéro. Dans une petite bibliothèque milanaise, des ergothérapeutes, des psychologues et des éducateurs ont franchi le pas : avec quelques subventions, des dons et beaucoup de bénévolat, ils ont crée un fonds de plusieurs centaines d’ouvrages adaptés, tous accessibles au prêt. L’objet livre en est transformé : pages plastifiées, reliures spirales, poignées pour tourner les pages…autant d’aménagements qui le rendent manipulable. Le mobilier accompagne cette démarche : les tables sont munies de tourne-page, de sets en plastique antidérapants, de pupitres et d’appui-bras ; les étagères sont toutes inclinées et munies de rampes. Des plateaux réunissent des « magnets » à l’image des couvertures, ce qui permet aux enfants de choisir leur livre sans se déplacer et sans rencontrer de trop grandes difficultés pour s’exprimer. Les livres sont soigneusement choisis (l’enfant autiste est particulièrement sensible aux jeux de rimes et de rythmes), et éventuellement aménagés.

La bibliothèque va plus loin encore et utilise la Communication améliorée et alternative (CAA) à destination des personnes sans langage oral ou écrit, avec des VOCAs (Vocal Output Communication Aids) tels le BIGmack qui diffuse des messages quand on presse un bouton, ou le BA.BAR (une page d’album est enregistrée sur un code-barres collé ensuite sur la page et lu grâce à un scanner). Des pictogrammes (par exemple le système BLISS, autre outil de la CAA) aident à la lecture mais aussi à communiquer sur ce qui a été lu.

En France, les bibliothèques publiques ont pris en compte l’adaptation pour les déficiences visuelles et auditives ; la médiathèque de l’hôpital Poincaré de Garches propose des livres tactiles mais privilégie la forme numérique. Les librairies qui proposent des fonds spécialisés, telle Talulu à Annemasse, méritent donc d’être connues, pour que le plaisir de feuilleter et de lire –ou de se faire lire- soit partagé, et que se multiplient les accueils spécifiques en bibliothèque.

Le petit enfant et les animaux. Apprentissage du monde, apprentissages des autres

L’animal a un rôle majeur dans l’équilibre de notre écosystème et pourtant sa présence, qui s’est longtemps perpétuée dans l’univers de la campagne et de la ferme, est en passe de devenir un souvenir lointain d’une humanité assez largement urbanisée. Quelque chose s’est perdu de cette intimité ancienne entre l’homme et l’animal. Que comprendre dès lors de ce qu’il en reste : ce compagnonnage de la petite enfance avec les animaux réels ou fictifs ? A quoi correspond cette médiation animale qui paraît être un intermédiaire obligé de la vie affective, de la vie sociale, de la construction de soi ?

Le séminaire BEES  (Bêtes, Environnement, Ecole et Société) 2010 se déroule les 5 et 6 octobre 2010 à l’INRP (Lyon).

Il se propose de décliner des approches pluridisciplinaires consacrées à la découverte de la vie par les enfants à travers le monde animal et en particulier dans l’espace de l’école, privilégié pour les apprentissages, à travers les situations pédagogiques qui y sont préconisées. Toutes les approches seront sollicitées (anthropologique, sociologique, psychologique, scientifique, littéraire, éducation au développement durable…) et la réflexion proposée portera sur toutes les modalités de la « présence animale » : présence effective ou figurée, figuration à prétention documentaire ou fictionnelle, etc.

Ce séminaire est conduit par l’équipe « Enseignement et Humanités » de l’INRP en collaboration avec l’équipe ACCES et en partenariat avec l’équipe TRAVERSES 19-21 (Grenoble 3) et l’Université Lyon I – IUFM (PRALIJE). Il est porté par l’AO ISCC 2008, Programme Interdisciplinaire de Recherche.

Il est articulé avec le dossier 58 de la Veille Scientifique et Technologique du mois de septembre 2010, consacré à l’éducation à l’environnement et l’éducation au développement durable dans une perspective interdisciplinaire.

En savoir plus

Programme

Infos pratiques

Contact : Marie Musset

Inscriptions ici

La femme est/et l’avenir de Darwin

Cantonnées aux tâches mondaines ou domestiques, les femmes de l’époque victorienne n’ont que peu accès aux sciences. Nombre d’entre elles ne restent cependant à l’écart des travaux et des idées de Darwin. Diverses initiatives leur rendent justice au cours de l’année Darwin…

A travers quelques portraits choisis de femmes scientifiques trop peu connues, l’UFR de langues  de l’Université Paul-Sabatier- Toulouse III propose  du  jeudi 19 au samedi 21 novembre 2009 un  parcours sur la Grande-Bretagne victorienne du temps de Darwin, pour redonner aux femmes de sciences la place qui leur revient.

L’année 2009 est donc aussi  celle du centenaire d’Hélène Durand, première femme récompensée par l’Académie royale des sciences de Belgique pour ses travaux de botanique. Le colloque Evolution in Botany : from Darwin to Women ( 24-25 novembre, ULB, Bruxelles) dédie sa première journée aux  travaux de femmes botanistes.

Du côté de la littérature, des auteurs telles Margaret Gatty (1809–1873) et Arabella Buckley (1840–1929) participant  aussi activement à la vulgarisation du discours scientifique. Le séminaire E2 (Enseigner l’Evolution) du 16 décembre 2009 s’attache à montrer la richesse de leur œuvre.

La (re)lecture de La Filiation de l’homme et la sélection liée au sexe, autre texte majeur de Darwin, et de L’Effet Darwin : Sélection naturelle et naissance de la civilisation de Patrick Tort (2008) complète judicieusement ces diverses manifestations.

Jouer plus pour apprendre mieux ?

Jouer à l’école, est-ce bien raisonnable ? Bien souvent, le jeu se fait rare après l’école maternelle, pour ne surgir à nouveau que le dernier jour avant la sortie des classes,… comme si ce n’était déjà plus l’école et que l’on pouvait donc s’amuser un peu.

Et pourtant… De nombreux travaux de recherche éclairent la place spécifique et le rôle original du jeu dans le processus d’apprentissage. Des enseignants utilisent des jeux de plateaux ou des jeux de rôle, et sont sollicités pour utiliser le jeu vidéo en classe : la pratique du jeu dans le cadre extrascolaire a contribué dans le même temps à poser à nouveau la question de l’utilisation du jeu en ce qui concerne l’acquisition de connaissances et de compétences. Continuer la lecture de Jouer plus pour apprendre mieux ? 

Monet, Cézanne, Degas,… et Darwin

Il reste encore quelques semaines pour aller voir au Musée Fitzwilliam de Cambridge Darwin Endless Forms, la spectaculaire exposition consacrée aux relations entre le darwinisme et les arts.

La théorie de Charles Darwin a en effet exercé une influence fondamentale et déterminante sur les sciences du vivant, mais… pas seulement. Les artistes européens et américains du dix-neuvième siècle – peintres, plasticiens, romanciers, poètes- ont été profondément inspirés par les travaux de Darwin. Un regard nouveau porté sur la préhistoire, la réflexion sur l’origine des espèces, l’évolution des formes, la « lutte pour la vie » ou le rôle de la beauté dans la Nature… autant de thèmes qui vont bouleverser les modes de représentations. Continuer la lecture de Monet, Cézanne, Degas,… et Darwin 

Les sciences, de l’école à la société

Le projet de réforme des lycées a soulevé la question de la filière scientifique, qui capte actuellement les « bons élèves » au lieu de susciter des vocations scientifiques. Cette situation est d’autant plus préoccupante que la plupart des pays développés s’inquiètent depuis plusieurs années : trop peu de jeunes s’engagent dans des filières scientifiques. Le dossier d’actualité n° 45 que la Veille Scientifique et Technologique publie ce mois-ci s’intéresse aux études et analyses, parfois divergentes, sur ce sujet et fait le point sur ce qui se passe dans la classe, cet espace toujours plus en contact avec la société.