Tous les articles par Florence Sibut

Étudiants : des parcours et pratiques pluriels

Si l’on vous donne le mot « étudiant », quelle image vous vient à l’esprit ? Assurément, une représentation unique est impossible et ce sont plusieurs visages qui défilent, se succèdent, tant les parcours, connaissances, histoire et projections sont particuliers. Le dossier de veille n° 106 « Les nouveaux étudiants, d’hier à aujourd’hui » pose ce regard sur les étudiants, au travers de leurs expériences et propose d’observer ce qu’ils vivent.

L’enseignement supérieur comptabilise de plus en plus d’étudiants aux profils hétérogènes : bacheliers professionnels, étudiants étrangers, publics adultes et en formation continue ; à temps partiel, à distance, en césure ; qui envisagent des études de plus en plus longues, ou des cumuls de diplômes soit pour retarder leur insertion, soit se donner plus de chances sur le marché du travail. Les cursus professionnalisants se sont multipliés, et les stages devenus quasi incontournables sont au programme y compris de cursus « classiques ». Le travail salarié étudiant, dont l’évolution est manifeste ces dernières années, n’est pas sans conséquence sur les études et les manières d’étudier.

Qu’en est-il de leur parcours dans le supérieur ? On les dit peu libres de leur choix d’études qu’ils subiraient ou qu’ils s’interdisent… Néanmoins, pour bon nombre d’entre eux, les filières universitaires sont aussi l’espace d’ajustement de trajectoires, qui entraînent réorientations, abandons, formations à la carte ou mises en suspens des études. Autant d’actions comptabilisées regrettablement en échec alors qu’elles concourent à leur expérience. La préoccupation récurrente sur leur devenir professionnel, appuyée par le poids de la société et de la conjoncture économique conduit à s’attacher au rôle du projet dans leur parcours : est-il prépondérant à la réussite des étudiants ? Dans cette perspective, le savoir utilitariste semble prendre le pas sur le savoir intellectuel pourtant plus favorable à leur réussite. Faire évoluer le sens accordé aux études, et par là-même mobiliser ses connaissances, développer de nouveaux apprentissages, réflexifs, avec une pensée critique, pour enfin développer une réflexion sur ses propres manières d’apprendre, sont des étapes progressives du « devenir  étudiant » qu’il s’agit d’accompagner.

Le dossier de veille questionne leur usage des technologies, leurs perceptions vis à vis du monde universitaire et des pratiques pédagogiques déployées, et souhaite apporter un éclairage sur leurs difficultés, déclarées ou observées, ainsi que sur leurs attentes, afin de mieux appréhender les univers des étudiants et poser la question de leur réussite.

Ce dossier est réalisé à l’occasion d’une conférence de consensus organisée conjointement par l’Institut français de l’Education (ENS de Lyon) et la Direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle (Ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche), à Paris les 16 et 17/12/2015, sur le thème « Réussite et échec dans l’enseignement supérieur ».

Continuum -3 +3 : des ambitions qui mobilisent des réseaux d’acteurs

Le rapport parlementaire de la Commission des affaires culturelles et de l’éducation, sur les liens entre le lycée et l’enseignement supérieur (rapporteur M. Emeric Bréhier) a été adopté le 8 juillet. Plus de 120 personnes ont été auditionnées au cours de cette mission dont nos collègues Laure Endrizzi pour ses travaux sur l’enseignement supérieur et l’aspect continuum dans différents systèmes éducatifs et Rémi Thibert sur les trajectoires des bacheliers professionnels.

Il fait état de 33 propositions, ciblant la pédagogie toute comme l’organisation des enseignements secondaire et supérieur et nombre d’entre elles sont en faveur d’une orientation revue et corrigée. Un point commun à l’ensemble des recommandations concerne de multiples actions en réseaux mobilisant les groupes d’acteurs : lycéens, étudiants, enseignants, conseillers pédagogiques, conseillers d’orientation, équipes pédagogiques, représentants des formations du supérieur…

Rapprocher concrètement les équipes éducatives du secondaire et du supérieur…
Les propositions vont largement dans le sens de coopérations entre les établissements des « deux mondes » : travail en réseau des équipes éducatives dans le cadre de conventions entre lycées et universités, pour un « dialogue régulier » visant des rapprochements pédagogiques (journées pédagogiques) ; création de conseils d’orientation lycée-supérieur pour évaluer les «vœux atypiques», les orientations souhaitées sans lien direct avec la filière d’origine ; partenariat des lycées et des universités lors de journées portes-ouvertes ; promotion de l’orientation active qui nécessite l’implication conjointe des acteurs ; échanges de service d’enseignement entre membres du secondaire et du supérieur.

L’enjeu est ici de parfaire la connaissance et d’organiser la rencontre du secondaire et du supérieur, d’avancer vers une « culture commune » qui semble faire défaut.

… et accompagner à la réussite à l’aide de réponses pédagogiques
L’enjeu est aussi de soutenir les étudiants en difficulté, le plus tôt possible.
Parmi les recommandations énoncées, il est fait mention de formations méthodologiques, courtes et spécialisées, en complément des enseignements généraux, pour « développer l’apprentissage des codes et des comportements », à l’instar du dispositif du pôle universitaire de proximité (PUP) de l’université Lyon 3 (modules : expression orale, gestion du temps, gestion du stress, etc.) adressés aux lycéens.
Autre nouveauté : pratiquer des tests systématiques de positionnement à l’entrée en licence qui permettent à l’étudiant d’avoir conscience de ses forces et de ses faiblesses. L’initiative d’Unisciel avec la récente plateforme Faq2sciences en est un exemple. Chacun individuellement accéderait à un dispositif pédagogique en ligne, en autonomie ou avec un tuteur-étudiant ou un tuteur-enseignant. Ce tutorat pédagogique conduirait à de meilleurs résultats dans un fonctionnement en « équipe pédagogique » et avec un « contrat pédagogique » qui en structurerait les modalités.

Considérant la réussite dans le cycle 1, au vu des préconisations, le regard se porte entre autre sur l’investissement et l’engagement d’acteurs, toujours plus présents pédagogiquement.