Tous les articles par Olivier Rey

Passage de relais à la veille de l’IFÉ

Rémi ThibertL’équipe Veille et Analyses est composée d’anciens enseignants, d’ingénieurs de l’enseignement supérieur et de la recherche et d’enseignants du scolaire en détachement le temps de leur mission à l’IFÉ (ENS de Lyon).

Parmi ces derniers, notre ami et collègue Rémi Thibert, qui venait du lycée professionnel, est reparti vers de nouvelles aventures et a réintégré l’académie de Lyon dans des fonctions de principal adjoint d’un collège. Nous lui souhaitons bonne chance et comptons bien le solliciter à l’avenir, pour qu’il nous livre le résultat de la confrontation entre ses savoirs capitalisés à l’IFÉ et son expérience de terrain !

Bien que Rémi soit  irremplaçable, son départ a été compensé par l’arrivée d’une nouvelle collègue, Claire Joubaire, jusque là professeure de lettres dans un lycée de la région parisienne. Nous sommes ravis de l’accueillir dans notre équipe et nos lecteurs devraient découvrir sa signature d’ici quelques semaines. Pour ne rien vous cacher, elle est déjà à l’oeuvre sur un dossier concernant l’éducation à l’information et le numérique…Claire_joubaire

Le lycée professionnel, relégué et pourtant avant-gardiste ?

Le Bac professionnel fête cette année ses 30 ans. Les lycées professionnels, récemment réformés, accueillent environ 700 000 élèves. L’objectif de 80% de jeunes d’une génération au niveau du Bac a été fixé dans les années 80, une grande part de la progression vers cet objectif a été atteinte grâce à la progression des effectifs qui préparent un bac professionnel.

EFB_lycee_proIl n’en reste pas moins que la voie professionnelle reste souvent une solution par défaut, quand l’inscription en filière générale ou technologique n’est pas possible. Elle est fréquemment considérée comme une voie de relégation, car l’orientation vers la voie professionnelle est socialement et scolairement très marquée.

Comment alors s’y prennent les acteurs de ces lycées pour faire apprendre à des jeunes souvent marqués par des échecs antérieurs et un rapport compliqué à la culture scolaire ? Qu’est-ce que cela change aussi bien aux savoirs en jeu qu’à la façon dont on apprend et dont on travaille avec ces savoirs ?

Lors de cette deuxième édition des Entretiens Ferdinand Buisson, des chercheurs et des praticiens ont été invités à discuter ces intuitions de départ, à partir de leurs connaissances et de leur expérience concernant les lycées professionnels.

En abordant ce sujet, encore largement méconnu au regard d’autres questions éducatives, nous avons voulu lier étroitement les questions sociales et les questions pédagogiques, dans une vision aussi pluridisciplinaire que possible.

La conférence-débat se tiendra le jeudi 16 juin 2016 à l’IFÉ- ENS de Lyon (18h-20h). Continuer la lecture de Le lycée professionnel, relégué et pourtant avant-gardiste ? 

Quels standards internationaux pour la recherche en éducation ?

Dans un premier article, « à la recherche d’une science pour l’éducation », nous avons abordé les questions posées par la quête d’un modèle scientifique unique de référence pour les recherches en éducation.

Cette invocation d’un modèle scientifique de référence va inévitablement de pair avec une affirmation qu’il y aurait, « à l’international », des résultats incontestables et des normes de qualité scientifique qu’il serait temps de prendre en compte.

Lors des Controverses de Descartes, Franck Ramus a notamment réagi à la présentation de l’étude « Lire Écrire CP » de Roland Goigoux  dont il saluait la rigueur tout en rajoutant « Il reste à faire évaluer les résultats et à publier au niveau international. C’est comme ça que le travail est expertisé. Ce processus est propre à la recherche scientifique, il est essentiel. Alors on peut commencer à parler des résultats mais pas avant. Ici, on a fait le contraire (…) » (d’après Gaëlle Guernalec-Levy sur le site Gynger).

Dans la même intervention, en faisant notamment allusion à la méta-analyse de John Hattie, il déplorait qu’il y a « tellement de connaissances au niveau international, c’est un crime de les cacher aux enseignants ». Continuer la lecture de Quels standards internationaux pour la recherche en éducation ? 

A la recherche d’une Science pour l’éducation

A l’occasion d’un article hagiographique sur Céline Alvarez, on a pu lire récemment, dans un magazine bien connu dans le monde éducatif, la phrase suivante : « Les neurosciences sont les seules à pouvoir nous renseigner sur la complexité de l’être humain » ( «Le cerveau d’un enfant varie selon la pédagogie qu’on lui applique », Lorraine Rossignol, Télérama, 19 février 2016).

Dans son simplisme grotesque, l’affirmation a suscité quelques vives réactions de lecteurs, mais la plupart des professionnels de l’éducation se sont contentés de réactions narquoises. Sur le fond, elle ne fait pourtant que caricaturer ce que l’on entend parfois, y compris dans certaines institutions de l’éducation nationale.

C’est un mouvement qui évoque le ressac : l’agenda médiatique ou politique est régulièrement saisi par telle ou telle personnalité qui invoque l’urgence de donner une base scientifique aux pratiques éducatives.

Cela évoque souvent une réplique de (mauvais) boulevard :

  • Sur un ton expert indigné : « comment est-il possible qu’à notre époque on ne se décide pas à enfin utiliser les acquis de la science pour enseigner !? » ;
  • Sur un ton politique exaspéré : « il faut en finir avec l’idéologie et enfin appliquer dans les salles de classe les méthodes appuyées sur des vrais sciences » ;
  • Sur un ton universitaire sarcastique : « il faudra m’expliquer pourquoi on ne pourrait pas appliquer à l’éducation les protocoles scientifiques qui ont fait leur preuve dans les autres domaines » ;
  • Sur un ton journalistique: «  de nouvelles recherches capitales pour l’éducation de nos enfants sont pourtant ignorées par le système académique ! ».

Continuer la lecture de A la recherche d’une Science pour l’éducation 

Conférence de consensus sur la lecture : retour sur plusieurs mois de travail

Les recommandations finales du jury de la conférence de consensus sur la lecture organisée par l’IFÉ et le CNESCO ont été rendues publiques hier jeudi 7 avril.

Nul doute qu’elles constitueront une référence difficile à contourner, car elles s’appuient sur les expertises et des états des savoirs internationaux produits par des spécialistes reconnus dans la plupart des disciplines susceptibles d’éclairer les processus du « lire, apprendre et comprendre » : sciences de l’éducation, psychologie cognitive, didactique du français, sciences du langage, sociologie…

Le jury a aussi pris en compte les savoirs  issus de la pratique pour mettre les recommandations en contexte dans le système éducatif français, en mobilisant ses propres expériences puisque ses différents membres représentaient une grande partie des acteurs et des parties prenantes de l’éducation : enseignants de différents niveaux et de différences champs disciplinaire, chefs d’établissements, conseillers pédagogiques et inspecteurs, parents d’élèves,  intervenants sur les questions d’illettrisme, de lecture numérique, de ressources éducatives…

Le jury au travail à Lyon
Réunion du jury

Ces recommandations concluent un long travail entamé à l’automne dernier, marqué  par la définition de la problématique sous la présidence d’Olivier Dezutter, la sélection d’un jury d’une vingtaine de praticiens, l’identification et la sollicitation d’une quinzaine d’experts, la production des contributions des experts, l’organisation de deux journées de formation des membres du jury par l’IFÉ, la tenue de deux journées publiques à l’ENS de Lyon et enfin le travail de rédaction des recommandations par le jury sous la présidence de Jean-Emile Gombert.

CdqOU_AW0AAAjSaL’ensemble des interventions des deux journées publiques ont été filmées et sont disponibles en ligne.

Lors des journées de formation du jury, des mini-synthèses ont notamment été produites par des chargés d’étude et de recherche de l’IFÉ, que nous mettons aujourd’hui à disposition de tous :

 

Comment évaluer l’efficacité des dispositifs éducatifs ?

Lors de présentations en établissements sur le thème de l’évaluation, j’ai coutume d’introduire mes propos par une boutade, en  affirmant que moins une société a confiance en son système éducatif, plus elle multiplie les outils pour l’évaluer et le contrôler ! Ce n’est une boutade qu’en partie, car il arrive parfois qu’on consacre plus d’énergie à tenter d’évaluer des actions éducatives qu’à les développer dans de bonnes conditions.

Il n’en reste pas moins qu’il est absolument nécessaire d’évaluer les programmes éducatifs, surtout quand ils coûtent cher. Il n’en est pas moins vrai qu’il est absolument pertinent de s’interroger aussi sur les meilleurs moyens de les évaluer, surtout quand ces évaluations sont coûteuses.

De ce point de vue, on ne peut qu’être interpellé par la publication à peu de jours d’intervalles de deux textes passionnants. Le premier est un rapport de l’institut des politiques publiques qui vise à évaluer les programmes de réussite éducative (PRE), ce qui n’est pas rien. Le deuxième est une contribution d’Agnès Labrousse sur les expérimentations aléatoires et les questions scientifiques qu’elles posent. En effet, le deuxième texte peut être lu comme une sérieuse mise en question de la méthodologie utilisée par le premier. Les deux publications émanent plutôt d’économistes, ce que je ne suis pas. Je me garderai donc bien d’émettre à ce stade un jugement sur l’une ou l’autre, mais le débat mérite incontestablement d’être poursuivi ! Continuer la lecture de Comment évaluer l’efficacité des dispositifs éducatifs ? 

Conférence de consensus sur la lecture : le programme est paru

La troisième conférence de consensus organisée par le CNESCO et l’IFÉ porte sur le thème de la lecture. Son titre officiel « Lire, apprendre, comprendre : comment enseigner la lecture tout au long de la scolarité ? ».  Le jury a été constitué et  s’est mis au travail le 30 janvier dernier. Le déroulé des deux journées publiques, qui se dérouleront à l’ENS de Lyon, les 16 et 17 mars 2016,  vient d’être publié : téléchargez ici le programme de la conférence.

Les inscriptions sont ouvertes : n’attendez pas pour réserver votre place !

La conférence a pour objectif de faire le point sur les acquis des élèves en lecture, d’identifier les pratiques enseignantes susceptibles de mieux former les élèves à la lecture, de repérer les difficultés pour mieux les traiter, de prendre en compte l’apport et le rôle de la lecture à favoriser dans l’ensemble des disciplines scolaires mais aussi de prendre en compte les enjeux de la lecture au delà de l’école et en tenant compte des nouveaux éléments apportés par le développement des pratiques numériques.

IMG_20160130_143205
Première séance de travail du jury (30 janvier 2016)

Elle vise ainsi à repartir des acquis de la conférence de consensus de 2003 sur le même thème, pour élargir les conclusions de l’époque sur de nouvelles perspectives et en prenant mieux en compte la questions des pratiques éducatives et de leur continuité.

La conférence est présidée par Olivier Dezutter, didacticien du français actuellement en poste à l’université de Sherbrooke (Canada), pendant que le jury est présidé par Jean-Emile Gombert, psychologue de l’université de Rennes 2, dont il a été Président.

A l’image de cette double présidence, les experts mobilisés pour cette conférence sont issus de plusieurs courants de recherche et  disciplines universitaires (psychologie cognitive, sciences de l’éducation, didactique, sciences du langage, sociologie, etc.) de nature à permettre des points de vue diversifiés et pluralistes.

L’Institut français de l’Éducation recrute !

Dans le cadre du renouvellement d’une partie de ses chargé(e)s d’études, l’IFÉ recrute 6 personnes pour la rentrée 2016 par voie de détachement pour une durée limitée.  Ces candidatures s’adressent à des personnels du premier ou second degré (professeur des écoles, certifié, agrégé, CPE, inspecteurs, chefs d’établisssement…) selon des profils variés en fonction des postes proposés.

L’ensemble des profils peuvent être consultés sur le site de l’ENS de Lyon (descendre à la rubrique « campagne de recrutement des chargés d’études »).

Un poste est notamment ouvert pour intégrer l’équipe de Veille scientifique de l’IFÉ, dont les membres sont notamment rédacteurs de ce carnet, mais aussi des dossiers et notes de veille et des rubriques d’actualités de la recherche en éducation.

Voir aussi le descriptif du poste pour l’unité de Veille :  poste-325-charge-e-d-etudes-veille-scientifique-et-analyses-en-education

Institut Carnot de l’Éducation : qui est intéressé ?

L’appel à manifestation d’intérêt de l’Institut Carnot de l’Éducation en Rhône-Alpes Auvergne est lancé !

Son principe : mettre en relation enseignants et chercheurs pour permettre aux praticiens de disposer de travaux de recherche qui répondent à leurs questionnements ou leurs difficultés. L’appel circule actuellement dans les académies, dans les rectorats, les ESPE et les laboratoires universitaires, notamment via les équipes d’animation ou d’encadrement (inspecteurs, chefs d’établissements, CARDIE, etc.).

Des écoles maternelles aux universités, les équipes pédagogiques qui sont intéressées par cette expérience sont invitées à soumettre leur projet  d’ici mars prochain en envoyant une description succincte à institutcarnot-education@ens-lyon.fr . L’esprit de l’appel est bien en effet celui d’une manifestation d’intérêt et non pas celui de la soumission d’un projet déjà finalisé.

De leur côté, les chercheurs sont invités à déjà faire part de leur disponibilité pour participer à l’expérience, soit pour mettre à disposition des travaux qu’ils pensent présenter un intérêt direct soit pour engager de nouveaux projets susceptibles de répondre aux attentes des praticiens qui se seront exprimées lors de la manifestation d’intérêt.

L’Institut Carnot de l’Éducation est une initiative soutenue par le ministère de l’Éducation nationale, expérimentée dans un premier temps sur les trois académies de Clermont-Ferrand, Lyon et Grenoble.

Pour aller plus loin :