Tous les articles par Olivier Rey

Petite chronologie des dispositifs liés à la recherche en éducation depuis 20 ans

Un Conseil scientifique de l’éducation est mis en place aujourd’hui par le Ministre. L’occasion de rappeler brièvement certaines initiatives institutionnelles concernant directement ou indirectement la recherche en éducation qui ont marqué les 20 dernières années .

1995-2000  Comité national de coordination de la recherche en éducation, chargé d’une mission de synthèse, d’orientation et d’évaluation de la recherche en éducation (archive : http://www.inrp.fr/Cncre/Accueil.html )

2000-2005  Haut conseil de l’évaluation de l’école (HCÉÉ)

2001 : Rapport présenté par Antoine Prost « pour un programme stratégique  de recherche en éducation » (http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/014000799/index.shtml )

2002-2004 : Programme incitatif de recherche en éducation et formation (PIREF), coordonné par Marie Duru-Bellat.

Décembre 2010- février 2011  : Dissolution de l’INRP (Institut national de recherche pédagogique) et création de l’IFÉ (Institut français de l’Éducation) au sein de l’ENS de Lyon

2005-2012 : Haut Conseil de l’éducation (HCÉ) (archive : http://www.hce.education.fr/ )

2014 : création du CNESCO (Conseil national de l’évaluation du système scolaire)

2016 : création de l’ICE Auvergne Rhône Alpes (Institut Carnot de l’Éducation)

2017 : Rapport présenté par François Taddei « Vers une société apprenante » et rapport présenté par les Alliances Athéna et Allistène « La recherche sur l’éducation, éléments pour une stratégie globale » (présentation et sources).

A suivre…

La sensibilisation des enseignants aux recherches améliore les résultats scolaires ? Ce n’est pas si évident…

En Angleterre comme un peu partout, on estime dans les communautés scientifiques et éducatives que l’on dispose aujourd’hui d’un certain nombre de résultats suffisamment robustes  pour améliorer l’apprentissage. On se rend compte, en revanche, que la plus grande partie des enseignants connaissent mal ces résultats et rencontrent des obstacles pour se les approprier.

C’est pour surmonter ce problème que l’Education Endowment Foundation a lancé depuis trois ans une série d’études visant à expérimenter les différentes façons de partager les résultats de la recherche avec les enseignants. Différents degrés de dissémination de ces résultats ont été testés, de la familiarisation la plus superficielle jusqu’à l’engagement d’enseignants dans des séminaires de travail visant explicitement le transfert de résultats de recherches dans les pratiques d’enseignement. Ces études ont été menées avec l’objectif de mesurer l’efficacité de ces différents processus : les résultats scolaires des élèves (en fin d’école primaire) provenant d’écoles avec intervention des chercheurs ont été comparés avec ceux d’écoles sans intervention (groupe contrôle). Continuer la lecture de La sensibilisation des enseignants aux recherches améliore les résultats scolaires ? Ce n’est pas si évident… 

Le CIDREE, un réseau européen pour agir et réfléchir en éducation

Ni instance de coopération gouvernementale, ni association de chercheurs, le Consortium d’institutions pour la recherche et le développement en éducation en Europe (CIDREE) est un réseau original qui regroupe à ce jour 17 membres représentants chacun un système éducatif européen. Certains membres font partie de leur ministère, d’autres sont issus d’une agence éducative relativement autonome de leur gouvernement, d’autres sont localisés au sein d’une université, mais tous partagent un rôle national dans leur champ de compétences. C’est l’ENS de Lyon, via l’IFÉ, qui représente la France, l’Institut français de l’éducation ayant repris en l’occurence l’adhésion qui était assurée par l’INRP jusqu’à sa dissolution. Continuer la lecture de Le CIDREE, un réseau européen pour agir et réfléchir en éducation 

Le bien être en perspective internationale à Dublin

Le bien-être à l’école est un sujet qui polarise manifestement l’attention depuis quelques mois, comme en témoignent par exemple cette année le dossier du CNESCO sur la qualité de vie à l’école  ou le colloque d’octobre dernier sur le bien-être en éducation.

C’était aussi l’objet de la conférence annuelle du CIDREE à Dublin les 9 et 10 novembre dernier, pour le lancement de la publication annuelle du réseau ‘(« Yearbook ») : « Wellbeing in our schools : international perspectives »

L’ouvrage rassemble les contributions de 12 pays concernant cette thématique, montrant une préoccupation commune malgré des états d’avancement très différents en Europe. Ainsi,  certains pays comme l’Irlande ont intégré la notion de bien-être au coeur de leur curriculum avec des temps réservés et une série d’indicateurs opérationnels partagés tant par les personnels de l’éducation que par les élèves, les parents et les autres parties prenants de l’école. Continuer la lecture de Le bien être en perspective internationale à Dublin 

L’inclusion scolaire au menu des prochains Entretiens Ferdinand Buisson

 

La prochaine édition des Entretiens Ferdinand Buisson se déroulera à Lyon le mercredi 6 décembre 2017 (18h-20h, IFÉ- ENS de Lyon) et aura pour thème la question des recompositions scolaires induites par les politiques et les pratiques d’inclusion (participation gratuite sur inscription : http://colloques.ens-lyon.fr/eventShow/entretienBuisson2018).

La loi du 11 février 2005, qui consacre le passage de « l’intégration » à « l’inclusion » des personnes en situation de handicap en compensant les obstacles à l’autonomie et à la réussite que crée un environnement inadéquat, est devenue emblématique en particulier dans le champ scolaire. Il faut dire que dans le cas français, le nombre d’élèves handicapés scolarisés en milieu ordinaire a connu une progression de près de 80% depuis 2006. Continuer la lecture de L’inclusion scolaire au menu des prochains Entretiens Ferdinand Buisson 

Politique éducative et répartition des moyens : suffit-il de dire ce qui est juste ?

Une intéressante note de France Stratégie vient d’être publiée concernant l’évaluation des moyens humains accordés aux collèges. Pour résumer grossièrement, il s’agit de vérifier si les taux d’encadrement effectifs correspondent à la répartition des établissements entre collèges ordinaires, collèges en réseaux d’éducation prioritaire (REP) et collèges en REP +.  La réponse est sans surprise contrastée : ce n’est pas systématiquement dans les collèges ciblés de façon prioritaire que l’on trouve les meilleurs taux d’encadrement. Divers facteurs, comme la taille de l’établissement, sa situation plus ou moins rurale ou certains effets d’inertie, produisent des répartition de moyens qui ne sont pas justifiables par les objectifs officiels des politiques publiques. S’en suivent des recommandations pour rendre tout cela plus transparent et plus efficace.

Ce qui dans l’idéal devrait compléter cette note, comme souvent dans ce type d’analyses très sérieuses du point de vue de leur méthodologie propre, c’est la prise en compte de logiques sociales et politiques (voire même pédagogiques) qui permettraient de comprendre pourquoi les recommandations courent le risque de n’être que partiellement ou peu suivies par les autorités publiques et académiques. Continuer la lecture de Politique éducative et répartition des moyens : suffit-il de dire ce qui est juste ? 

Une formation pour aider les passeurs en éducation

Le développement des relations entre la recherche et le monde éducatif nécessite de plus en plus l’intervention de professionnels de la médiation, souvent appelés « passeurs », qui doivent intégrer les savoirs d’expérience et savoirs scientifiques dans une perspective opérationnelle.

Formateurs, inspecteurs, coordinateurs, personnels de direction, conseillers, militants pédagogiques et associatifs… leurs profils sont divers mais tous nourrissent des équipes éducatives et s’efforcent d’apporter des éléments de référence issus de travaux de recherche en lien direct avec leurs besoins. Ceci nécessite en particulier de mieux comprendre la diversité et le pluralisme des recherches en éducation, leurs logiques de fonctionnement, de production et leurs principaux cadres organisateurs, pour identifier et mobiliser des travaux pertinents pour la pratique éducative.

Dans la perspective de proposer une culture commune de la recherche en éducation pour des décideurs et des praticiens de l’éducation, l’IFE propose par conséquent les 23 et 24 novembre prochains une formation de formateurs : « mobiliser la recherche pour la pratique éducative : construire des connaissances et des compétences de passeurs en éducation« .  Les intervenants sont issus de plusieurs équipes de l’IFE (Veille & Analyses, Centre Alain Savary, Lieux d’éducation associés) et les participants seront invités à travailler sur des lectures qui leur seront proposées avant et pendant la formation.

Inscription : http://ife.ens-lyon.fr/manfor/info_manifestation.php?man_id=403 

Avez vous vu la nouvelle version de l’annuaire ÉduObs des chercheurs en éducation ?

Nous avons procédé cet hiver, dans un certaine discrétion, à la rénovation de l’annuaire des chercheurs en éducation, pour le rendre plus lisible, plus réactif et plus simple à renseigner comme à consulter : https://ife.ens-lyon.fr/eduObs/web

 Les premiers résultats sont encourageants, puisque nous avons constaté une augmentation significative des consultations mais aussi des inscriptions de chercheurs. Plus de 751 fiches sont aujourd’hui consultables, ce qui fait déjà de l’annuaire un outil bien utile pour retrouver des acteurs de la recherche dans le domaine de l’éducation.

Certains collègues rencontrent encore quelques difficultés pour retrouver leur mot de passe afin de modifier ou valider leur fiche. Si vous êtes dans ce cas, n’hésitez pas à nous envoyer un petit message électronique ( eduobs@ens-lyon.fr ) pour qu’on vous aide. Continuer la lecture de Avez vous vu la nouvelle version de l’annuaire ÉduObs des chercheurs en éducation ? 

Recherches pour l’éducation : l’état des lieux est complet !

Les responsables qui seront prochainement en charge de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la recherche peuvent déjà remercier Najat Vallaud-Belkacem et Thierry Mandon de leur laisser un bilan complet de la réalité et du potentiel actuel de recherches concernant ces secteurs. Cela est en partie passé inaperçu en raison de l’effervescence électorale, mais les mois de mars et d’avril ont été marqués par la publication de plusieurs rapports qui restituent une image relativement complète et précise de la recherche dans le domaine de l’éducation et de la formation.

En tout, c’est en effet plusieurs centaines de pages de données, d’analyses, d’études et de recommandations qui ont été produites avec des approches différentes mais globalement complémentaires et représentatives de la réalité des acteurs et des parties prenantes du champ « scientifique » ou « réflexif » sur l’éducation.

Le plus médiatisé a probablement été le rapport issu de la mission confiée à François Taddei concernant la R&D en éducation, co-rédigé avec Catherine Becchetti-Bizot et Guillaume Houzel, qui devrait se traduire par certaines mises en oeuvre opérationnelles dans les semaines et les mois qui viennent. Attention : la synthèse qui avait été rendue fin mars est souvent confondue avec le rapport intégral (plus de 80 pages) vers lequel nous renvoyons ici.

Par ailleurs, l’alliance ATHENA en partenariat avec l’alliance ALLISTENE a réalisé deux volumes qui présentent une cartographie des laboratoires et équipes de recherche impliqués actuellement sur l’éducation, une analyse des évolutions observables depuis les précédents rapports, des recommandations en direction des responsables des politiques de recherche et un ensemble de synthèses thématiques réalisées par près de quatre-vingts chercheurs pour donner à voir l’épaisseur et la diversité de l’activité scientifique.

En parallèle, une enquête en ligne a été pilotée par deux universitaires chargés de mission à la direction des enseignements supérieurs (DGESIP), en direction des enseignants-chercheurs investis dans le domaine de l’éducation. La synthèse de ses résultats donne une image intéressante de qui sont les chercheurs qui se reconnaissent dans le domaine.

Il faut ajouter à ces études portant spécifiquement sur l’état de la recherche, le rapport du Conseil national de l’innovation pour la réussite éducative (CNIRE) ainsi que les préconisations du Conseil national pour l’évaluation du système scolaire (CNESCO), qui s’appuient tous deux à des degrés divers sur des travaux de recherche en éducation.

L’auteur de cet article ayant été contributeur ou partiellement associé à la réalisation de plusieurs de ces différents rapports, nous ne commenterons pas plus avant leur contenu…


Références

L’autonomie des établissements en débat

La France est connue pour son système éducatif historiquement très centralisé. Cette caractéristique est souvent accusée d’être un frein aux initiatives, à l’adaptation des écoles à leurs publics et à leurs contextes. L’argument est d’autant plus convaincant quand des indicateurs nationaux ou internationaux soulignent combien le système scolaire français est marqué par les disparités scolaires et sociales. A quoi bon des règles rigides et uniformes si c’est pour accoucher de fortes inégalités ?

D’autres voix se font en revanche entendre contre une libéralisation qui aboutirait à redoubler ces inégalités, en favorisant la mise en place de marchés scolaires. Concurrence et ségrégation accrues seraient alors les effets essentiels d’une plus grande autonomie.

Les études disponibles, en France et au niveau international, soulignent que ce débat est souvent mené à partir des catégories assez grossières, sans prendre en compte les différents niveaux de signification possible des termes employés. L’autonomie a par exemple des effets contrastés selon que l’on évoque l’autonomie administrative ou l’autonomie pédagogique. Elle peut recouvrir des phénomènes largement différents selon qu’il s’agit de permettre aux établissements de recruter librement leurs élèves, de gérer leurs personnels, de  construire leurs programmes ou d’organiser leurs projets pédagogiques. Ce débat ignore aussi bien souvent ce que  les acteurs et les parties prenantes de l’éducation font concrètement de leurs espaces d’autonomie. Enseignants, responsables d’établissements ou parents peuvent tous trouver des raisons variées de vouloir plus ou moins d’autonomie, raisons qu’il s’agit d’abord de comprendre avant d’en discuter la légitimité.

Pour y voir plus clair, la quatrième édition des Entretiens Ferdinand Buisson a donc mobilisé les contributions d’une chercheuse suisse, Laetitia Progin, d’un chercheur belge, Hugues Draelants, et d’une équipe  d’un collège de Villeurbanne (agglomération de Lyon) représentée par deux enseignants, Rémi Voisin et Éric Eberlin, ainsi que par  la principale de l’établissement, Dominique Didier-Viforel. Ces Entretiens seront animés par Hélène Buisson-Fenet et Olivier Rey.

La conférence visera à encourager la réflexion à partir de cas précis, issus d’études ou d’expériences personnelles, où certaines dimensions de l’autonomie sont directement impliquées. Chaque participant a été sollicité pour être porteur de réflexions ou d’expériences qui éclairent ce que peut signifier l’autonomie en contexte d’établissement, avec ses apports et ses limites éventuelles. Il s’agira ensuite, à partir de ces constats, d’identifier dans quelle mesure  l’autonomie des établissements peut faciliter le travail pédagogique des enseignants, pour la réussite éducative de leurs élèves.

La conférence aura lieu le mardi 23 mai 2017 à 18 heures, à l’Institut français de l’Éducation, bâtiment « Buisson » (D8) de l’ENS de Lyon, 19 allée de Fontenay, à Lyon (69007).

Inscription : https://www.weezevent.com/l-autonomie-de-l-etablissement-avec-ou-contre-les-enseignants