Tous les articles par Catherine Reverdy

Les enseignants, le collectif… et le leadership

Photo du DV 104Avec entre autres l’instauration du conseil pédagogique en 2005 et les 20 % d’autonomie accordés aux établissements du secondaire  par la nouvelle réforme du collège, le travail et la prise de décision collectifs dans les établissements s’imposent de plus en plus en France, nécessitant  de nouveaux types d’organisation pour favoriser la réussite de tous les élèves. Certains y voient un renforcement du pouvoir des chefs d’établissement au détriment de la liberté pédagogique de l’enseignant et une hiérarchisation accrue ; d’autres une occasion de définir collectivement des modalités d’exercice spécifiques à l’établissement. Qu’en est-il dans les autres pays pour lesquels beaucoup de responsabilités éducatives sont à la charge du niveau local ? Que dit la littérature de recherche de ce leadership partagé, exercé notamment par les enseignants ?

Continuer la lecture de Les enseignants, le collectif… et le leadership 

Quelques rappels sur le leadership

Aujourd’hui, le concept de leadership des enseignants se retrouve dans tous les modèles de leadership. Il est protéiforme et il révèle une variété de situations de travail, à tous les niveaux : avec les élèves, les collègues, l’administration (York-Barr & Duke, 2004). En complément du Dossier de veille n° 104 intitulé « Le leadership des enseignants au cœur de l’établissement », nous vous proposons donc ci-dessous des rappels sur les différents types de leadership tels que la recherche a pu les qualifier. Ce texte aurait dû se trouver dans la première partie du dossier, mais venait alourdir la lecture de l’ensemble.
L’article « Chefs d’établissement et leadership pédagogique » est aussi un complément au Dossier de veille n° 104.


Pilotage pédagogique

En 2001, le terme leadership n’était pas encore utilisé dans la littérature française. Perrenoud parlait de « pilotage » : « le pilotage pédagogique s’intéresse aux pratiques des enseignants en tant qu’elles concernent leurs interactions avec des élèves et ce qui les rend possible ou les prolonge ». Il constate que ce pilotage pose problème car il est très difficile de dire où commence le pédagogique. Le « pilotage partagé » permet de résoudre cette difficulté, en privilégiant une orientation des pratiques, des inspirations, des incitations plutôt que des prescriptions. C’est ce qu’on appellerait aujourd’hui le leadership distribué. Le partage du pilotage pédagogique entre les chefs d’établissement et les inspecteurs ne peut pas suffire, tant le système éducatif s’est ouvert aux experts de la formation, de l’accompagnement, du soutien, de la coordination, du conseil, du suivi, de l’animation pédagogique, etc., qui entretiennent des relations autres que hiérarchiques. Perrenoud attire l’attention sur la différence entre le travail prescrit et le travail réel. C’est dans l’écart entre les deux que se trouve la marge de manœuvre : « Pour produire efficacement, il faut prendre des risques, jouer avec les prescriptions » (Perrenoud, 2001). Continuer la lecture de Quelques rappels sur le leadership 

« Les projets… ça se cuisine ! »

Photo Projet Innovations et fermentationsC’est une des idées qui est ressortie du brainstorming proposé lors du séminaire de l’académie de Créteil destiné aux enseignants de sciences de la vie et de la Terre de lycée ce 12 mai 2015. Et c’est tout à fait vrai, la métaphore que nous allons tenter de filer mettra en lumière les potentielles richesses des projets pédagogiques et les difficultés des enseignants à les mettre en œuvre. Le brainstorming fait par les enseignants présents au séminaire a permis grâce à un padlet bien fourni de lister et d’analyser les points forts de 4 projets présentés par des enseignants de SVT de toute l’académie :
  • « Cerveau et apprentissage » pour que des élèves de seconde en accompagnement personnalisé apprennent à comprendre et à gérer leur stress avec l’expertise de la Cité des sciences et de l’industrie ;
  • « Innovations et fermentations » en terminale S spécialité SVT pour cuisiner des viennoiseries originales (à la vanille, light, bleues…) et comprendre l’action de certains composés sur la levure (projet à l’origine de la métaphore culinaire, bien entendu) ;
  • « Groupement inter-lycéen d’experts en développement durable » pour amener un établissement à être labellisé éco-école grâce à des élèves de seconde en accompagnement personnalisé ;
  • « COP 21 lycéens Ile-de-France » pour simuler avant l’heure le débat international de décembre prochain (Paris-Climat 2015) par les experts du GIEC.
Mais place au savoir-faire culinaro-pédagogique des enseignants, agrémenté de quelques touches de recherches en éducation.

Continuer la lecture de « Les projets… ça se cuisine ! » 

L’esprit d’entreprendre se développe dans l’académie de Reims

clgSchuman

C’est en tout cas le souhait du recteur de cette académie qui a ouvert la 5e rencontre école entreprise le 16 avril dernier au collège Schuman de Reims, rencontre à laquelle j’ai été invitée à participer. Pour lui, l’esprit d’entreprendre est à valoriser dans tout l’enseignement secondaire puisqu’il permet de transmettre aux élèves des valeurs essentielles d’autonomie, de responsabilité et de solidarité. Il souhaite que les initiatives prises ici ou là dans l’académie sur l’esprit d’entreprendre soient davantage valorisées, partagées et visibles, notamment par leur inscription dans les projets d’établissement, qui sont là pour faire émerger une construction collective des équipes éducatives.

Continuer la lecture de L’esprit d’entreprendre se développe dans l’académie de Reims 

Une journée à Reims sur les projets en SVT

Image_PresentationLe 15 avril dernier, j’ai contribué à une formation à destination de tous les enseignants de sciences de la vie et de la Terre de l’académie de Reims, intitulée « Démarche de projet, de la 6e aux TPE« . La visio-conférence a eu lieu au Canopé de l’académie de Reims, en direct avec les 4 autres sites départementaux de l’académie. A la demande de l’inspection, j’ai présenté un état des lieux des recherches en éducation sur l’apprentissage par projet (à partir de mon Dossier de veille n° 82 de février 2013), suivi de fructueux échanges sur les applications de cette méthode pédagogique dans le quotidien de la classe.

Les enseignants de SVT sont concernés comme tous les enseignants par l’approche par projet au lycée, avec les enseignements d’exploration en seconde et les travaux personnels encadrés (TPE), mais aussi au collège, en 3e, niveau pour lequel 25 % du temps d’enseignement de SVT doit être consacré à cette approche (partie « Responsabilité humaine en matière de santé et d’environnement » du programme de 2008) : « Chaque élève, seul ou en groupe, s’implique selon une démarche de projet dans un sujet. Ce travail aboutit à une production exploitable collectivement et pouvant intégrer l’usage des technologies de l’information et de la communication« . L’expérimentation de l’EIST (Enseignement intégré de science et de technologie) peut également être l’occasion d’utiliser l’approche par projet pour les élèves de 6e, tout comme l’option « Découverte professionnelle » en 3e.

C’est donc à tous les niveaux du secondaire que les enseignants de SVT ont la possibilité de réaliser des projets. Mais comment est-on sûr que les élèves apprennent lors de ces projets ? Cette question était l’objectif de cette matinée, et les échanges que nous avons eus ont tourné autour :

  • des difficultés à concilier projets et programmes, même si les projets sont prévus dans ces derniers à certains niveaux ;
  • des difficultés spécifiques aux projets interdisciplinaires ;
  • de la possibilité de faire des mini-projets permettant aux enseignants de se lancer plus facilement dans la méthode et d’entraîner les élèves à se plonger dans les projets, à « se projeter » ;
  • des différents rôles que l’enseignant doit assumer tout au long du projet (médiateur, animateur de groupe, motivateur au début et à la fin du projet, évaluateur…) et de la manière dont il fallait le former à ces rôles.

L’actualité récente de la réforme du collège prévue en 2016 a suscité d’autres échanges sur la place de l’interdisciplinarité dans le dispositif prévu des enseignements pratiques interdisciplinaire et les changements que cela allait entraîner. A propos de l’interdisciplinarité, on peut consulter un rapport de l’IFÉ de Réjane Monod-Ansaldi et Michèle Prieur datant de 2011 sur les représentations des enseignants de sciences, et notamment sur une certaine méconnaissance réciproque entre disciplines : le vocabulaire utilisé lors de la démarche d’investigation par exemple (comme hypothèse, expérience, modèle…) a une définition différente selon la discipline d’enseignement scientifique, ce qui ne facilite pas le travail en interdisciplinarité. D’après les discussions que j’ai eues avec les enseignants présents et les projets mis en œuvre dans l’académie, il semble que les enseignants soient de plus en plus conscients de ces représentations et que des établissements aient réussi à favoriser grandement les projets interdisciplinaires en leur sein.

L’après-midi de cette journée du 15 avril était consacrée à une réunion de travail entre une dizaine de formateurs pour préparer un parcours M@gistère 2015-2016 sur les projets à destination des enseignants de SVT. Le cadre de ce parcours de 36 heures de formation a été construit autour des problématiques auxquelles les enseignants se confrontent lors de la mise en place des projets : de la construction à la conduite du projet, des rôles de l’enseignant à l’évaluation des projets. L’idée était de fournir des ressources et des outils directement utilisables par l’enseignant, quel que ce soit son projet, en les illustrant de manière détaillée par des exemples déjà réalisés en classe. La valorisation des projets, pourquoi pas par l’ENT des établissements, a été également évoquée. Les enseignants inscrits à ce parcours seront accompagnés par les formateurs à toutes les étapes de mise en place des projets dans leur classe. Même si le challenge semble important pour ces tout nouveaux formateurs avec la réforme du collège à venir, nul doute que cette équipe motivée et efficace pourra relever le défi.

 

 Quelques références :

 

 

Quand les disciplines pèsent sur l’enseignement secondaire

DV 100_Vignette pour EduveilleLes hasards du calendrier ont fait que le centième Dossier de veille de l’IFÉ, qui porte sur la difficile intégration dans les curriculums des contenus transversaux aux disciplines (interdisciplinarité, éducations à la santé, au développement durable…) paraisse au beau milieu d’une actualité débordante sur ce thème, autour d’une part de la mobilisation de l’école autour de la citoyenneté et d’autre part autour de la réforme du collège prévue à la rentrée 2016.

Ce Dossier de veille (n° 100, mars 2015) tente de mieux comprendre ce qui se joue dans les curriculums et dans les pratiques enseignantes entre les disciplines et les contenus transversaux chargés d’apporter les réponses de l’école aux attentes de la société. Il explore ainsi les différences entre les visions centrées sur la discipline et celles centrées sur l’élève, en France et dans d’autres pays. Pour la mise en œuvre de l’interdisciplinarité, des problèmes au niveau de la collaboration entre enseignants, au niveau pratique, ou au niveau des traditions disciplinaires sont soulevés. En ce qui concerne les « éducation à », particulièrement complexes à appréhender et donc à enseigner, les difficultés se portent sur le difficile apprentissage d’un certain engagement citoyen de tous les élèves.

Continuer la lecture de Quand les disciplines pèsent sur l’enseignement secondaire 

« L’école à l’épreuve de l’actualité »

Préparant mon futur dossier sur les relations complexes entre les disciplines et les « attentes transversales » (questions vives, interdisciplinarité, etc.),  me voici aujourd’hui devant la préface rédigée par Jean-Pierre Astolfi de l’ouvrage L’école à l’épreuve de l’actualité (Legardez & Simonneaux, 2006). Le titre aurait dû me mettre la puce à l’oreille, mais j’entame la préface de ce livre datant de presque dix années, sans me douter de son écho prémonitoire des sombres événements de janvier :

« La diversité idéologique de nos sociétés contemporaines rend nécessaire, mais en même temps délicate, la mise en débat scolaire des questions vives. La question se pose de savoir si celle-ci ne fait pas courir à l’École républicaine un risque d’éclatement, dès lors que les attentes des individus et des groupes vis-à-vis d’elles sont largement contradictoires. Avec comme sombre horizon, un développement d’enseignements alternatifs qui « recrutent » les élèves sur une certaine vision du monde. […] Car la difficulté est ici de savoir ce qui peut être mis en débat et ce qui ne doit pas l’être. Il faut, dirait Kuhn, définir le paradigme stable au sein duquel prennent sens les controverses, si l’on veut éviter que des idéologies non démocratiques ne s’engouffrent dans la brèche d’un relativisme généralisé.« 

Ce paragraphe se termine par la phrase : « La question de ce qui doit être « réchauffé » et de ce qui doit être « refroidi » s’avère finalement assez subtile. » Question subtile mais qui paraît indispensable : comment l’école peut (car elle doit) arriver à trouver l’équilibre entre une nécessaire prise en compte de la « diversité idéologique » actuelle et une « conciliation pragmatique [et prudente] d’idéologies contradictoires » ?

Continuer la lecture de « L’école à l’épreuve de l’actualité » 

Focus sur les pratiques numériques des chercheurs européens en SHS

C’est en lançant une enquête sur les pratiques numériques des chercheurs en SHS que le tout nouveau consortium européen DARIAH (pour Digital Research Infrastructure for the Arts and Humanities), inauguré en août 2014 et installé à Paris, commence à développer les partenariats européens en matière de recherche en SHS.

En se basant sur le partage et la comparaison d’infrastructures nationales déjà existantes, DARIAH a pour objectif de créer une nouvelle infrastructure qui permettra :

  • « d’accroître la visibilité de la production scientifique SHS au niveau européen (corpus, bases de données, de publications, etc.) ;
  • de valoriser les réalisations dans le domaine des humanités numériques ;
  • de rendre multilingues un nombre important de ressources, d’outils et de services ;
  • d’établir de nouvelles coopérations entre chercheurs, via les réseaux construits par DARIAH. »

Tout cela passe notamment par la mise à disposition de ressources en libre accès et de logiciels open source. DARIAH est organisé en 4 Virtual Competency Centres (VCC) auxquels participent les 15 membres européens : « e-Infrastructure », « Research and Education Liaison » (chargé du partage d’expertise entre chercheurs européens dans les différentes disciplines des humanités numériques), « Scholarly Content Management » et « Advocacy, Impact and Outreach ».

 

Pour plus d’information sur DARIA (site européen) : http://dariah.eu/

La date limite pour répondre à l’enquête destinée aux chercheurs en SHS (10 minutes pour répondre) est le 31 janvier 2015 : n’hésitez pas à faire circuler rapidement l’information dans vos réseaux.

 

La collaboration, plus qu’une somme de cerveaux (même sociaux)

vtte-sciences-apprendreC’est dans la salle de conférences de l’Institut français de l’Éducation qu’a eu lieu ce 18 novembre la huitième session du séminaire international de l’IFÉ : « Le « cerveau social » : Conception sociale de la cognition et dynamique du faire apprendre. Trois débats avec Neil Mercer« . Un nouveau format laissant une large place à la discussion, puisque la présentation d’un intervenant le matin (Neil Mercer, Université de Cambridge) était suivie par celles de deux discutants l’après-midi (Andrée Tiberghien, université Lumière-Lyon 2 et Jean-Yves Rochex, université Paris 8).

Venant de psycholinguistique et prêt à toute ouverture, Neil Mercer cherche, dans sa présentation intitulée « Education and the social brain: linking language, collective thinking and learning », à faire des ponts entre la psychologie de l’éducation, les neurosciences et les apports théoriques de Vygotski. Vaste programme, mais nécessaire depuis que les neuroscientifiques ont créé le concept de « cerveau social » en 1998 (avec Dunbar) et semblent être devenus incontournables dans tous les ministères de l’Éducation (voir pour plus de détails sur ce sujet notre Dossier de veille de septembre 2013).

Continuer la lecture de La collaboration, plus qu’une somme de cerveaux (même sociaux) 

Se nourrir de ressources pour enseigner

DV 96_Image DVQuelles sont les sources et les ressources des enseignants qui préparent leur cours ? Où vont-ils les chercher et comment s’y prennent-ils pour les sélectionner et les transformer en documents qu’ils présentent à leurs élèves ? C’est le cœur de ce Dossier de veille de l’IFÉ n° 96 (novembre 2014) qui présente l’état des recherches portant sur la notion de ressource, complexe à définir, et sur l’usage que les enseignants en font au quotidien.

Comme pour toute recherche d’information, les enseignants se créent un environnement personnel de travail, une sorte de banque de ressources utiles, à utiliser rapidement, utilisables plus tard ou simplement intéressantes en elles-mêmes. C’est un espace à la fois matériel puisqu’il comporte un ou plusieurs manuels scolaires, des fiches prêtées par des collègues, des cartes présentes dans la salle, des objets didactiques, mais  un espace aussi numérique avec des exercices tout prêts, les cours de l’année passée, des manuels numériques, les programmes sur Éduscol, des documentaires intéressants, etc.

Cette sélection des ressources se fait en fonction de leur pertinence dans un contexte scolaire donné, pour un enseignant donné, avec des classes données. C’est tout l’art de l’enseignant (ou l’exercice de sa liberté pédagogique selon certains) d’être constamment en train d’adapter et de re-créer des ressources pour améliorer l’apprentissage de ses élèves. Comme le disait Boileau à propos des écrivains :

Hâtez-vous lentement, et, sans perdre courage,
Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage :
Polissez-le sans cesse et le repolissez ;
Ajoutez quelquefois, et souvent effacez.

Continuer la lecture de Se nourrir de ressources pour enseigner