Tous les articles par Annie Feyfant

Les enseignants anglais dopés à l’EX…cellence, …pertise

Un laboratoire d’idées anglais (Institute for Public Policy Research – IPPR) vient de publier un rapport (Hood & Clifton) proposant la création d’un nouvel institut de formation des enseignants, l’Institute for Advanced Teaching (IAT) dans l’objectif de former des enseignants experts, visant l’excellence dans leur enseignement.

Pour le réaliser, l’IAT avancera en trois étapes :

  • Recruter des enseignants qualifiés à haut potentiel, travaillant dans des écoles difficiles, à partir d’un processus rigoureux d’évaluation de leurs connaissances, habiletés et valeurs ;
  • Développer l’expertise de ces enseignants : deux années de formation à temps partiel pour une qualification complétant un emploi à plein temps, accréditation par une université puis à plus long terme par l’IAT, enseignement par des enseignants praticiens experts, sur des campus proches d’écoles performantes fréquentées par des communautés défavorisées ;
  • les transformer en force de changement pour l’éducation, après leur diplomation, pour plus de leadership (et devenir de futurs enseignants à l’IAT).

Pour étayer leur définition de ce que peut être un « enseignant expert », les auteurs du rapport s’appuie sur les travaux de Hattie, qui identifie cinq caractéristiques de l’enseignant expert : haut niveau de connaissances et de compréhension des matières enseignées ; capacité à guider les apprentissages des élèves pour des résultats marquants ; capacité de rétroagir avec les élèves et les faisant progresser, en les motivant, en développant leur auto-efficacité, etc. Pour Hattie, c’est là que réside la différence entre enseignant expert et enseignant expérimenté.

Par ailleurs, ce rapport s’inspire du rapport MCKinsey, publié en 2010, qui déjà, cherchait à construire un système d’enseignement plus performant, à l’instar de celui de l’Ontario, de Singapour ou de Hong-Kong (PISA 2009 était passé par là).

Le rapport de l’IPPR s’inspire cette fois des États-Unis (et des graduate schools of education indépendantes), de Singapour (Academy of Singapore Teachers et sa culture de l’excellence) et de Hong-Kong (Continuing professional development programme-CPD).

Le rapport a été présenté lors de la Schools Week par les huit « academies » contributives au laboratoire d’idées (il s’agit d’écoles publiques à financement mixte) et quelques écoles de formation des enseignants, qui ont lancé un « appel aux armes » pour être rejointe par d’autres écoles et facultés.

À la rencontre de nos 10 000 abonnés… et de nos lecteurs occasionnels

Fin février 2004, nous partîmes 10 abonnés mais par un prompt renfort nous nous vîmes 1 000 en 2006, et… 10 000 fin mai 2016.
Nous ne sommes pas peu fiers d’avoir atteint aujourd’hui le cap des 10 000 abonnés aux actualités de veille en éducation.
Merci à ceux qui nous suivent depuis 12 ans, 12 mois, 12 jours ou 12 heures.
La moitié de nos abonnés ont une adresse non institutionnelle, ce qui ne nous permet pas de connaître leur domaine ou pays d’activité. Parmi l’autre moitié, 22 % travaillent dans une académie, 9 % dans l’enseignement supérieur (dont les ESPE) et 3 % dans le domaine éducatif ou de la formation ; 7 % de nos abonnés sont domiciliés à l’étranger (majoritairement au Québec, en Suisse et en Belgique) ; un peu moins de 10 % se répartissent entre ministères et institutions, collectivités locales, entreprises, médias, bibliothèques et centres de documentation, éditeurs, secteur sanitaire et social, syndicats et association de parents.
Mais savoir d’où vous nous lisez ne nous suffit pas ! Nous aimerions savoir quand, comment, pourquoi vous suivez et lisez nos actualités (Bulletin Veille & analyses bimensuel ou site du service Veille et Analyses) et nos notes de synthèse (Dossiers de Veille de l’IFÉ).

Nous avons donc concocté un questionnaire (court) à l’attention de nos abonnés et des lecteurs plus occasionnels, pour mieux vous connaître et cerner plus précisément vos attentes.
Dites-nous tout…

Enquête « Veille & Analyses » 10 000 abonnés

Robot cherche élève pour apprentissage interactif

Les 12 et 13 mai derniers ce sont déroulées les premières journées « Robotique en éducation », organisées par l’Institut français de l’éducation et l’université Lyon 1.

Outre l’enthousiasme des intervenants et des éditeurs de robots pour l’éducation, les échanges et interventions ont porté sur l’usage des robots et plus largement sur l’impact des objets techniques sur les apprentissages (y compris tout au long de la vie).

Pour M. Lussault (directeur de l’IFÉ), la numérisation transforme l’accès aux savoirs, l’impact de la donnée massive change « le mode d’administration de la preuve ». Contournant l’interrogation de Lamartine « objets inanimés avez-vous donc une âme ? », M. Lussault interroge cet objet désormais animé qui interagit avec l’humain, devient plus qu’un medium mais un partenaire ou un co-acteur. (Lors des ces journées, on parlera, par exemple, de ces robots coréens qui permettent de faire l’appel, par reconnaissance faciale des petits élèves de maternelle). D’autre part, le numérique bouscule le jésuitisme français, en bousculant la hiérarchie des normes, remettant en cause le rôle du « père », porteur de la Vérité. Il insiste sur la dimension de coéducation, entre tous les partenaires éducatifs (et le robot) et la nécessité d’un travail collectif pour définir les savoirs à enseigner (et à apprendre). Continuer la lecture de Robot cherche élève pour apprentissage interactif 

Faut-il soigner « le cas désespéré » des évaluations internationales aux dépens des petits anglais?

Ce pourrait être la question posée par plus de 40 000 parents anglais, signataires d’une pétition appelant au boycott des tests au primaire.

Les SATs (standard assessment tests) ont évolué notablement en 2016, pour prendre en compte le nouveau socle commun mis progressivement en place en Angleterre. Une semaine de test est prévue entre le 9 et le 12 juin pour les évaluations en anglais et en mathématiques ; une autre semaine en juin pour celles des matières scientifiques.

Les tests deviennent de plus en plus difficiles et sont facteurs d’un stress important selon parents, enseignants et chefs d’établissement. Les parents protestent contre une culture néfaste du « toujours plus de tests ». Pour le ministre de l’éducation, Nick Gibb, ces tests ne peuvent qu’améliorer les standards. Ils n’auraient pas d’impact sur les élèves et obligent les écoles à rendre des comptes et permettent ainsi de s’assurer que tous les élèves ont accès aux connaissances et compétences nécessaires à leur réussite. N. Gibb a déclaré que « les tests avaient besoin d’être durs [pénibles] pour rattraper le retard avec les compétiteurs internationaux ». « Nous sommes trois années derrière les chinois à l’âge de 15 ans. Nous sommes un peu un cas désespéré au niveau international». Continuer la lecture de Faut-il soigner « le cas désespéré » des évaluations internationales aux dépens des petits anglais? 

Cultivons l’éducation socioculturelle

L’éducation socioculturelle a fêté ses 50 ans en mars dernier. À l’occasion de cette célébration, l’hebdomadaire Le Sillon (hebdomadaire agricole et rural de l’Adour) reprenait les propos de la ministre de l’Éducation, lors du séminaire organisé à cet occasion : «Vous connaissez le plagiat par anticipation? C’est le fait de croire que l’on invente quelque chose et de découvrir que quelqu’un d’autre l’a déjà fait avant. Eh bien c’est le sentiment que j’ai avec la réforme du collège et ce qui existait déjà avec l’éducation socioculturelle dans l’enseignement agricole» (Le Sillon, 28/04/2016).

Ce n’est pas la première fois que l’on constate que l’enseignement agricole est une potentielle source d’inspiration en matière de pédagogie, de travail collectif, etc.

Mais, qu’est ce que l’« éducation socioculturelle »  (ESC)?

Dans le même article du Sillon, on trouve les mots : ouverture au monde et à la culture, pluridisciplinarité, projets collectifs, moment d’échanges, travail de groupe, valeurs, plaisir, lutte contre l’échec et le décrochage. Continuer la lecture de Cultivons l’éducation socioculturelle 

Égalité, citoyenneté, etc.

Le 13 avril dernier, s’est tenu, à Vaulx-en-Velin le troisième Comité interministériel à l’égalité et à la citoyenneté (CIEC), les deux premiers s’étant tenus en mars et octobre 2015.
La focale médiatique n’a vu dans cette journée que la présentation par le premier ministre du projet de loi « égalité et citoyenneté. Or, une centaine d’acteurs du monde économique, associatif, de cette fameuse « société civile », ont planché en quatre ateliers, autour de 8 défis, chaque atelier recevant la participation d’un(e) ministre ou secrétaire d’État. Continuer la lecture de Égalité, citoyenneté, etc. 

L’histoire scolaire : des savoirs en débat

La Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP), vient de publier les résultats des évaluations CEDRE 2012 (Cycle des évaluations disciplinaires sur échantillon) pour la discipline histoire-géographie-éducation civique, pour les élèves en fin de collège et en fin d’école. Les élèves de primaire ont suivi les programmes de 2008, contrairement aux élèves de troisième pour lesquels ces programmes ont été mis en place après la phase d’évaluation. La dernière évaluation de ce type a été réalisée en 2006.

Au primaire, les performances des élèves sont stables, tant du point de vue du score moyen que de la répartition entre groupes de niveau. En fin de collège, on constate une baisse sensible du niveau moyen et une forte augmentation du nombre d’élèves figurant dans les groupes les plus faibles. Outre un déficit dans la maitrise de la langue, on observe « un affaiblissement de l’assimilation par les élèves d’une culture scolaire géographique et historique, notamment dans les établissements les plus défavorisés.

Ces évaluations portent à la fois sur la méthodologie du travail (autonomie, esprit critique, capacité à rédiger) que sur les éléments historiques retenus par les élèves.

Des analyses complémentaires portent sur la réception de cet enseignement d’histoire-géographie par les élèves, la vision qu’ne ont les enseignants.

Car au-delà de simples constats, il est intéressant d’étudier à la fois la construction des contenus d’enseignement, les attendus relatifs aux savoirs et compétences à acquérir par les élèves et ce qu’en retiennent les élèves.

Le Dossier de Veille de l’IFÉ du mois de mars parcours la littérature de recherche pour cerner l’évolution des enjeux de cette construction de l’histoire et de sa réception dans les classes, évoquant notamment la place du « roman national » dans plusieurs systèmes éducatifs et le difficile apprentissage de l’esprit critique vis-à-vis d’une histoire scolaire « fabriquée ».

Feyfant Annie (2016). Les enjeux de la construction d’une histoire scolaire commune. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 109, mars. Lyon : ENS de Lyon. http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=109&lang=fr

Parents, enseignants : y a pire ailleurs?

Nicky Morgan, secrétaire de l’Éducation britannique, vient de présenter, devant le Parlement britannique,  un Libre blanc intitulé « Educational Excellence Everywhere« . Tout un programme… N’ayant pas achevé la lecture des 128 pages de ce document, nous nous référons à une article de The Guardian, daté d’hier pour faire part du contenu de ce rapport.

Au-delà de la louable intention de faire tellement mieux qu’on finisse par atteindre l’excellence, quelles  conséquences?

Les grandes lignes du rapport sont les suivantes : prôner l’autonomie pour atteindre les standards pour tous; recruter des enseignants qualifiés; améliorer le leadership des chefs d’établissement; se préoccuper des enfants, des parents et des communautés; faire en sorte que les écoles passent de « bonnes » à « excellente »; se préoccuper des élèves en difficulté ou à besoins particuliers; répartir les dépenses d’éducation là où se sera le plus efficace… et pratiquer au maximum le « rendre-compte » (la fameuse « accountability » à l’anglaise).

Les mesures retenues par The Guardian :

  • abandon des représentants élus de parents dans les conseils d’école au profit de représentants « professionnels », ayant des compétences autres   que celle d' »être parent » (compétence de gouvernance, par exemple).
  • modification du système d’accréditation des enseignants. Actuellement les enseignants, après leur formation ont une période probatoire d’un an avant d’obtenir leur qualification.  Désormais, la qualification sera plus exigeante et pourra prendre plus de temps. La décision finale reviendra aux chefs d’établissement de l’enseignant mais aussi d’écoles « excellentes ». Si certains syndicats sont favorables à cette décision, d ‘autres y voit surtout une mesure budgétaire et le moyen de différer le versement d’un salaire de titulaire.
  • soutien plus grand aux chefs d’établissements  peu performants (les établissements), en leur donnant 30 mois supplémentaires pour faire les preuves d’une amélioration des performances de leur établissement.

Affaire à suivre …

 

Métiers de l’enseignement : le temps des incertitudes

La revue Spirale vient de lancer un appel à contributions pour son numéro 60, « Métiers de l’enseignement, le temps de l’incertitude », coordonné par Bruno Garnier, à paraitre en octobre 2017.  Les contributeurs potentiels intéressés  peuvent  proposer un projet d’article (résumé) avant le 1er juin 2016.

Le début de l’argumentaire :
« Si la diffusion d’un sentiment d’incertitude chez les professionnels de l’enseignement est souvent évoquée depuis le début des années 2000, en France comme dans d’autres pays (Maroy, 2008), plus rarement, ce sentiment d’incertitude est caractérisé relativement à ses causes et à ses conséquences. Cet appel à contributions vise à dépasser le constat de la perception d’une crise de la professionnalité, certes partagé par de nombreux acteurs et exprimé par des énoncés récurrents. Il s’agit d’en analyser et d’en définir les termes et d’en explorer quelques sources et quelques effets ». […] « Au-delà de sa caractérisation, nous souhaitons voir explorer quelques-unes des sources de ce sentiment d’incertitude et aussi son impact, en prenant l’exemple de la France mais en autorisant des points de comparaison internationale. »
Pour lire la suite et  proposer une contribution :
http://spirale-edu-revue.fr/spip.php?article1253

Gestes professionnels, gestes de métier : de l’analyse à la formation

Le 5 février dernier, la Chaire UNESCO « Former les enseignants au XXIe siècle » organisait une journée d’étude sur « Les gestes professionnels des enseignants comme objet d’étude et objet de formation ». La colonne vertébrale de cette journée a été deux extraits vidéos, des moments de vie d’une même classe et deux enseignants, l’une de français, l’autre de maths.

Dans son introduction à la journée, Luc Ria a posé le décor, sur le fond et sur la forme que pouvaient prendre les réflexions et travaux sur les gestes professionnels[1]. Quelles méthodes pour les étudier ? Existe-t-il une culture partagée sur des gestes professionnels ? Les enseignants sont isolés, dans des espaces clos et s’ils inventent, testent des gestes professionnels, ils peuvent avoir des difficultés à partager ces gestes, à créer des référentiels. Par ailleurs, il existe des gestes porteurs d’un héritage culturel, historique et de valeurs symboliques. Enfin pour le travail scolaire, il peut exister des lourdeurs qui empêchent de faire un pas de côté pour observer ces gestes.

Ces gestes professionnels sont-ils révélateurs des préoccupations des enseignants ? On peut observer par exemple une posture d’attente des enseignants, marque d’une préoccupation de contrôler les élèves. Existe-t-il des gestes pédagogiques ou didactiques, pour enseigner et faire apprendre ? Certains gestes d’enseignement sont co-construits en classe, induisant une double signification pour l’enseignant et les élèves : quelles peuvent être les interprétations des gestes professionnels par les élèves ? Continuer la lecture de Gestes professionnels, gestes de métier : de l’analyse à la formation