Tous les articles par Agnès Cavet

Collège unique, école juste : quelques propos d’Antoine Prost

Avant l’été, nous avions signalé une émission des « Matins » de France Culture, dans laquelle Antoine Prost répondait aux questions d’Ali Baddou, Alain-Gérard Slama et Olivier Duhamel.

Cette émission semble avoir suscité un certain intérêt. Ainsi notre collègue Frédéric Mole, chargé d’études et de recherche au sein de l’équipe Éducation et politiques, nous transmet la retranscription qu’il a faite de la dernière partie de cette conversation.

Alain-Gérard Slama :Est-ce que vous ne pensez pas qu’en dehors du socle commun, dans les formations que l’on donne, on n’a pas su diversifier les critères de l’excellence ? On ne peut pas donner la même formation à tous ; chacun n’a pas la même vocation, dès le collège, dès le niveau du collège. Est-ce qu’il n’y a quand même pas là une défaillance ? Je veux dire par-là qu’un gamin peut être très mauvais dans des disciplines considérées comme de base et être admirable à la contrebasse, par exemple, et que la fonction de l’école, c’est de pousser chacun dans sa capacité d’excellence. C’était une des grandes idées qui guidaient la commission Thélot et on avait prévu pour ça une articulation qui était ingénieuse…

Antoine Prost :Mais je trouve que l’éducation nationale bouge de ce côté-là. Les sections « sport-étude », « musique », « arts plastiques », etc. se sont quand même pas mal développées et elles offrent des possibilités, en effet, d’auto-affirmation de soi et de remotivation à l’école, qui n’existaient pas avant. Continuer la lecture de Collège unique, école juste : quelques propos d’Antoine Prost 

Enseignant : un « métier » ou une « profession » ?

Le sociologue Raymond Bourdoncle a donné la première conférence des journées d’étude Formation de formateurs, organisées les 19 et 20 septembre 2007 par la Mission Formation de l’INRP. Son intervention s’intitulait « La formation des enseignants : du métier à la professionnalisation ». La première partie de l’exposé proposait un retour sémantique et étymologique sur les termes de « métier » et de « profession », retour utile pour mieux cerner les caractéristiques de la professionnalisation de l’activité d’enseignant, abordée en seconde partie. Continuer la lecture de Enseignant : un « métier » ou une « profession » ? 

Motivation scolaire : une affaire d’argent ?

Comment restaurer et entretenir la motivation des élèves pour l’école, pour les apprentissages et pour la réussite scolaire ? Telle est l’une des préoccupations croissantes de nombreux pays occidentaux, confrontés à des taux de « décrochage » scolaire de plus en plus importants. Notre dernière Lettre d’information, « Sorties sans diplôme et inadéquation scolaire », abordait différents aspects de cette question. Parmi les moyens de remédiation, étaient évoquées des « incitations financières » mises en œuvre dans les pays anglo-saxons pour encourager des étudiants à poursuivre des études post-secondaires.

Dans le prolongement de cette question, un récent article de François Guité sur le blogue québécois Relief signale différents dispositifs d’incitation financière, cette fois à destination d’élèves en âge scolaire. Nous avons suivi ces traces et rendons compte ici de cette exploration. Continuer la lecture de Motivation scolaire : une affaire d’argent ? 

Une interview d’Antoine Prost

Dans l’émission « Les matins » de France Culture, Ali Baddou recevait ce matin l’historien Antoine Prost, spécialiste reconnu de l’Education nationale.

Comment articuler temps politique et temps de l’éducation ? Faut-il « gérer » ou réformer l’école ? Que penser de l’abolition de la carte scolaire ? Quel avenir pour la filière littéraire ? Que doit enseigner l’école ? L’école doit-elle viser à une adéquation entre formation et emploi ? Quelle formation tout au long de la vie ? Que penser aujourd’hui du collège unique ? Comment rendre l’école plus juste ?…Voici quelques unes des questions sur lesquelles Antoine Prost était invité à s’exprimer. Continuer la lecture de Une interview d’Antoine Prost 

L’enseignement des « questions vives » à l’école

Chômage, mondialisation, choix énergétiques, changement climatique, manipulations génétiques du vivant… Comment l’école fait-elle la place à ces questions « vives » du monde contemporain, qui sont souvent sujettes à controverse dans l’espace social ?

Destruction des juifs en Europe, esclavage, colonisation et décolonisation, immigration… Comment l’école intègre-t-elle ces épisodes du passé qui laissent encore les traces de blessures vives ?

Quelle est aujourd’hui la place des « questions vives » et des sujets sensibles dans l’enseignement scolaire ? Tel est le thème de notre Lettre d’information du mois de mai 2007.

Cette Lettre propose de mieux comprendre les particularités épistémologiques et didactiques des questions vives. Leur introduction dans le champ scolaire étant encore récente, un tour d’horizon à travers les différents champs disciplinaires permet de prendre la mesure des avancées et des pratiques d’enseignement de questions vives. Autre innovation, la place croissante de la modalité du débat comme moyen d’apprentissage est ensuite explorée. Sont enfin dégagés les principaux messages que l’enseignement des questions vives renvoie au système scolaire.

Le soutien scolaire entre éducation populaire et industrie de service

Comment les élèves travaillent-ils « à la maison » ? Quelle est la charge, la nature et l’efficacité du travail prescrit par les enseignants ?
Quelle place occupent les devoirs à la maison dans la relation entre parents et enfants ? Quelle est la part de l’aide parentale dans l’apprentissage des leçons et la réalisation des devoirs à la maison ?
Quelles sont les raisons de recourir à une forme d’aide extérieure, c’est-à-dire à un « soutien scolaire » ?

Comment se caractérise l' »accompagnement à la scolarité », disposiifs de soutien scolaire gratuits en faveur des enfants les moins favorisés socialement et culturellement ? Quels sont ses rapport avec les mouvements d’éducation populaire et avec le courant de l’éducation non formelle ? Peut-on évaluer l’efficacité de tels dispositifs ?

Parallèlement, comment se caractérisent les cours de soutien payants ? Comment est structuré ce marché qui fleurit dans l’ombre de l’école et quel est son modèle économique ? Quels sont les facteurs qui expliquent le développement spectaculaire des officines de soutien scolaire depuis plusieurs années ?

Pour quelles raisons, en France comme à l’étranger, les chercheurs estiment-ils que le soutien scolaire privé entretient et accentue les inégalités scolaires, économiques, sociales, culturelles ?

Quelle est la position de l’Éducation nationale face au développement de ces inégalités ? Quels sont ses moyens d’interventions sur un phénomène qui se déroule à la marge de sa propre activité ?

Quelle est encore la place des TIC dans le soutien scolaire ?

Autant de questions qui sont au coeur de la Lettre d’information de la VST du mois de décembre 2006. Se basant les rapports et travaux de recherche, produits récemment en France et à l’étranger, la Lettre rencontre un constat qui doit interroger le chercheur en éducation : pourquoi le soutien scolaire est-il si peu étudié ?

Le lecteur retrouvera les sources documentaires exploitées dans cette Lettre sur notre outil collaboratif de bibliographie.

Démocratie à l’école…

Le 13 septembre 2006, la plateforme européenne de la société civile pour l’éducation et la formation tout au long de la vie (EUCIS-LLL), le Ceméa, les Francas, la fédération nationale Léo Lagrange et la Ligue de l’enseignement organisaient un séminaire sur le thème de « L’éducation non-formelle : un projet pour les habitants dans la cité », manifestation en marge du 9e congrès international des Villes éducatrices.

La séance plénière du matin était consacrée à une intervention de Madame Ólöf Ólafsdóttir, directrice du service de l’éducation scolaire et extra-scolaire du Conseil de l’Europe, qui a choisi de présenter trois parmi les programmes d’action placés sous sa responsabilité. Nous approfondirons plus particulièrement le troisième d’entre eux :

  • la reconnaissance des acteurs de l’éducation non formelle ;
  • l’éducation à la citoyenneté et aux droits de l’homme ;
  • la gouvernance démocratique de l’école.

Continuer la lecture de Démocratie à l’école…