Tous les articles par Agnès Cavet

Rythmes scolaires : quel « temps » fait-il à l’école ?

La question des rythmes scolaires est un de ces « vieux dossiers » qui reste pourtant toujours d’actualité, dont les enjeux et implications dépassent largement le strict cadre de l’institution scolaire. L’école a connu depuis 30 ans diverses réformes visant réguler la durée du temps et du calendrier scolaire, et à « aménager » les rythmes scolaires pour améliorer les conditions de vie et d’apprentissage des élèves. Tel est encore l’objet de la Conférence nationale ouverte au débat public en septembre 2010 en France.

Au-delà des polémiques sur l’étalement des vacances ou la semaine de quatre jours qui monopolisent trop souvent le débat, les recherches françaises et internationales mettent au jour des questions plus fondamentales, dont se fait l’écho notre dernier  Dossier d’actualité (n° 60, février 2011) , en privilégiant des publications récentes.

Principe organisateur du fonctionnement de l’enseignement secondaire, « l’heure de cours » (quelle que soit sa durée) n’est-elle pas la rythmique première qu’il convient d’interroger ? Les emplois du temps qui découpent la vie pédagogique en une succession d’heures de cours sont-ils encore adaptés aux besoins actuels de l’enseignement et au respect des rythmes d’apprentissage de chaque élève ? Quels autres modes d’organisation peut-on imaginer et mettre en oeuvre  pour sortir des grilles de la prison du temps ? Comment mettre réellement le temps « au service » de l’enseignement et de l’apprentissage pour pouvoir conjuguer avec lui ?

Le temps scolaire n’est-il pas également soumis à la rude concurrence du temps « libre » des enfants et des adolescents ? Comment l’école peut-elle y faire face : doit-elle résister et se réaffirmer comme le temps légitime de la transmission des savoirs ou au contraire se décentrer pour composer avec les autres temps éducatifs ? Et qu’implique alors pour l’école une telle perspective ?

Depuis dix ans, des dispositifs alternatifs d’aménagement des rythmes et d’organisation du temps scolaire se multiplient de par le monde, à l’échelle expérimentale de quelques établissements ou bien à l’échelle plus vaste d’un pays. Mieux connaître ces alternatives et les évaluations dont elles font l’objet nous paraît une clé essentielle pour sortir d’un débat franco-centré, renouveler la réflexion et ouvrir des pistes pour d’éventuelles réformes à venir en France.

Rythmes scolaires : perspectives internationales

Sur le site du ministère de l’éducation des loisirs et du sport québécois, la veille ministérielle nous propose un aperçu des rythmes et calendriers scolaires mis en place dans plusieurs pays dont la France, le Royaume-Uni et les États-Unis.
Alors que les jeunes français ont seulement 144 jours de cours, ce sont eux qui ont l’emploi du temps quotidien le plus chargé (6h en moyenne sur réparties sur 4 jours par semaine). Depuis la suppression du samedi matin pour les niveaux maternelles et primaires il y a 2 ans, les experts pointent les difficultés pour les enfants à s’adapter à cette alternance entre temps scolaires et temps de vacances.
La réflexion sur ces déséquilibres est d’ailleurs abordée sur le site du ministère de l’éducation nationale depuis le lancement en juin dernier de la Conférence nationale sur les rythmes scolaires.

Dans la plupart des autres pays étudiés, le nombre de journées scolaires va de 167 à 190 pour 21 heures de travail hebdomadaire.

Et aussi : Aménagement du temps scolaire et santé de l’enfant

Journée des sciences de l’éducation à Strasbourg : participez en direct !

Mercredi 13 octobre 2010,  la jeune Faculté des sciences de l’éducation de l’Université de Strasbourg (1) organise sa journée inaugurale.
Enseignants-chercheurs, décideurs politiques, acteurs de terrain et étudiants y sont conviés  pour discuter des enjeux actuels de l’éducation. Cette journée est également l’occasion d’évoquer l’histoire des sciences de l’éducation, sa place dans le débat scientifique et son impact dans la société.

Cette manifestation bénéficie d’une retransmission en direct sur Canal C2, la chaîne Colloques et conférences de Canal-U. La VST s’associe à cet événement et propose aux participants distants un espace d’échange à travers notre blog : pour réagir ou poser une question, il vous suffit de laisser un commentaire à ce billet. Les organisateurs traiteront vos messages tout au long de la journée et liront à haute voix vos questions aux intervenants.

Continuer la lecture de Journée des sciences de l’éducation à Strasbourg : participez en direct ! 

L’avis de la Cour des comptes sur la réussite des élèves

Le 11 mai dernier, la Cour des comptes a rendu public son rapport sur «L’éducation nationale face à l’objectif de la réussite de tous les élèves». Fruits d’une concertation nationale et d’entretiens avec des personnalités françaises, écossaises, espagnoles et suisses, ses observations portent sur les résultats et les coûts de l’enseignement scolaire, la gestion budgétaire de l’enseignement scolaire, l’affectation et le service des enseignants, l’élève dans l’organisation de l’enseignement scolaire.

Treize recommandations viennent clore l’exposé des observations.
Il s’agit de transformer la gestion du système éducatif, d’adapter l’organisation scolaire aux besoins des élèves, d’accorder le service des enseignants du second degré à la diversité de leurs missions et d’accroître la responsabilité des établissements d’enseignement.
Continuer la lecture de L’avis de la Cour des comptes sur la réussite des élèves 

Gros plan sur les élèves

C’est un Dossier d’actualité entièrement consacré à la vie scolaire des élèves que la VST propose pour son n° 49 du mois de novembre 2009.

La loi d’orientation de 1989 a marqué un tournant symbolique en affichant la volonté de placer l’élève « au centre du système éducatif ». Si ce principe a été taxé par certains de démagogie et remis en cause par des politiques ultérieures, la place de l’élève au sein de l’école a pourtant bel et bien évolué depuis vingt ans.

L’élève est devenu un sujet pourvu de droits, un « usager », mais aussi un personnage investi d’un rôle puisque l’école attend de lui qu’il exerce son « métier » d’élève, qu’il soit « acteur » responsable de sa propre scolarité. Les pédagogies nouvelles tendent à placer l’élève en situation de (re)découvrir lui-même les savoirs. L’histoire individuelle, la personnalité, la parole, voire le point de vue de l’élève ont acquis une certaine reconnaissance dans l’espace scolaire. Ce n’est plus seulement la formation intellectuelle mais aussi la socialisation et l’épanouissement de l’élève en tant que personne que revendique le projet scolaire. Le système éducatif français va jusqu’à inclure la « vie scolaire » des élèves dans ses attributions, avec la vocation ambitieuse de rendre éducatifs tous les lieux, temps et activités qui ne relèvent pas de la stricte mission d’enseignement.

Continuer la lecture de Gros plan sur les élèves 

Intégration des élèves issus de l’immigration : un reportage ARTE à voir rapidement

Le 23 juin 2009, la chaîne ARTE proposait un excellent documentaire de Norbert Buse et  Kathrin Sonderegger, qui explore différents modèles d’intégration des élèves issus de l’immigration dans cinq pays européens.

Ce reportage peut être visionné en ligne à la demande  jusqu’au 30 juin sur ARTE +7.
Il fera également l’objet d’une rediffusion le 3 juillet à 10 h.

L’enquête s’intéresse  en particulier aux bons résultats obtenus par certains dispositifs.

Citons d’abord les « écoles de bienvenue », mises en place en Espagne pour l’accueil et la scolarisation des primo-arrivants, jusqu’à ce qu’ils soient en mesure d’intégrer le système scolaire normal. Centrées sur l’apprentissage de la langue espagnole mais aussi sur l’acquisition des repères culturels, ces écoles ont été dotées de moyens à la hauteur des ambitions.

Aux Pays-Bas, le reportage se tourne vers les « écoles du week-end », développées et animées par des enseignants d’origine étrangère (essentiellement turcs), qui proposent des séances de soutien scolaire en petits groupes le samedi matin. Ce qui est ici valorisé, c’est la possibilité pour les jeunes issus de l’immigration de s’identifier au modèle positif d’aînés ayant réussi leur intégration, sans pourtant renoncer à leur culture d’origine.

La Suède, réputée pour l’ampleur des budgets qu’elle consacre à l’éducation, montre ici l’exemple d’un établissement scolaire accueillant des jeunes originaires de 60 pays différents. Sont recrutés en priorité des ‘enseignants eux-mêmes étrangers, possédant une double culture, capables de stimuler l’ambition des élèves mais aussi d’apporter à l’occasion des explications plus fines dans la langue maternelle des élèves. Ces derniers ne sont d’ailleurs notés dans leur travail qu’à partir de la classe de 3e, afin d’éviter une marginalisation précoce. En mathématiques, l’enseignant chypriote Stravos Louca obtient ainsi des résultats remarquables avec ses classes, qui remportent chaque année des concours nationaux et internationaux.

La France et surtout l’Allemagne offrent un tableau moins encourageant, consacrant des moyens insuffisants au service de l’apprentissage de la langue pour les primo-arrivants, alors même que l’on sait que la maîtrise du langage est la première clé de l’intégration. L’orientation vers les filières d’apprentissage manuel est la perspective la plus  courantes pour ces jeunes. Le reportage montre cependant une initiative intéressante en France, à Montreuil, où des enseignants travaillent en relation avec l’association Citoyenneté Jeunesse pour inciter des collégiens à jouer une rôle actif dans la société. Ainsi, le projet « La ville à fleur de peau » amène les jeunes à découvrir l’histoire de leur banlieue et à s’impliquer dans son quotidien.

En Allemagne, c’est une expérience d’accueil des parents d’enfants issus de l’immigration qui est présentée, avec ses effets très positifs sur l’évolution des rapports entre élèves, parents et enseignants.

Sur les traces du marché mondial de l’éducation

Le dernier Dossier d’actualité de la VST, daté de février 2009, s’aventure « Sur les traces du marché mondial de l’éducation ».

À l’instar de la culture, de la santé et de la recherche scientifique, le secteur de l’éducation semble en effet progressivement gagné par un discours et des exigences autrefois réservés aux activités industrielles et commerciales : rationalité économique, management de la performance, efficacité, rendement, retour sur investissement… Dans le même temps, de nouveaux modes de régulation des systèmes éducatifs dans les pays occidentaux et un climat général d’austérité budgétaire conduisent écoles et universités à externaliser certaines de leurs missions, à sceller des partenariats avec des entreprises ou même à faire appel à des donations privées.

Future force de travail pour l’économie mais déjà pleinement consommateurs, élèves et étudiants constituent un formidable marché potentiel qui suscite l’intérêt des nouveaux entrepreneurs. La mondialisation accentue ce processus, introduisant à grande échelle une concurrence entre les offres de formation, privées comme publiques, et, par delà, entre les États, sans cesse livrés à des comparaisons et des classements internationaux.

Si ces processus font déjà l’objet d’une abondante littérature, oscillant entre analyses théoriques, prises de position polémiques et interprétations alarmistes, ce dossier opte pour une approche plus pragmatique, en quête des signaux, forts ou faibles, qui manifestent la présence de nouvelles logiques dans les relations entre éducation et marché.
Ce parcours sur les traces du marché de l’éducation s’effectue selon deux axes complémentaires : la privatisation de l’enseignement et l’internationalisation des marchés.

Quelle place et quel rôle occupe aujourd’hui l’enseignement privé au sein du système éducatif, de l’école à l’université ? Quelles nouvelles relations se tissent entre le secteur public d’éducation et des partenaires privés ? Par quelles formes et sous quelles pressions s’opère l’internationalisation du marché éducatif ? La formation à distance est-elle en train d’accomplir la « révolution » du marché si souvent annoncée ? Et, finalement, dans quelle mesure les réalités observées justifient-elles les craintes récurrentes d’une « marchandisation » de l’éducation ?

À travers une revue de littérature scientifique francophone et anglophone, ce Dossier propose un point d’actualité sur ces questions.

Document numérique et société

La seconde conférence internationale Document numérique et société s’est tenue cette année à Paris dans les locaux du Cnam, les 17 et 18 novembre 2008. Organisée par Ghislaine Charton (professeur titulaire de la chaire d’ingénierie documentaire du Cnam) et Évelyne Broudoux (maître de conférences en information-communication à l’IUT de Vélizy), cette manifestation a réuni environ 150 enseignants-chercheurs, étudiants et professionnels du document et de l’information autour du thème « Traitement et pratiques documentaires : vers un changement de paradigme ? ».

Saluons d’abord un beau travail éditorial réalisé en amont : la publication par les éditions de l’ADBS des actes de la conférence, sous la forme d’un ouvrage soigné, dont les participants ont pu apprécier la qualité… et l’odeur d’encre fraîche.

Plutôt que de tenter la périlleuse synthèse d’un programme caractérisé par la grande variété des communications, en termes de focales (de la réflexion théorique au retour d’expérience pratique en passant par l’économie) comme de champs d’application (des bibliothèques à la documentation d’entreprise), nous nous proposons plutôt de rendre compte de quelques interventions tou-chant dans notre domaine d’activité. Continuer la lecture de Document numérique et société 

Soutien scolaire privé : l’aide publique en question…

Le Conseil Emploi Revenus Cohésion sociale (CERC) consacre son dernier rapport aux Services à la personne. Trois ans après le lancement par Jean-Louis Borloo du Plan de cohésion sociale, ce rapport tente d’en évaluer sinon les résultats, du moins les enjeux économiques et sociaux. Parmi les services à la personne, le soutien scolaire fait l’objet d’un chapitre entier, débouchant sur une analyse critique et des questions de fond que résume Jacques Delors, président du CERC, dans sa note introductive :

« Faut-il encourager, comme nous le faisons actuellement avec les réductions fiscales, le développement d’un soutien scolaire privé poussant les familles à pallier les défaillances du système scolaire par des appuis favorisant les enfants déjà les mieux dotés sur le plan des revenus et du capital culturel ou social ? » (p. 3).

Fin 2006, nous avions consacré un dossier d’actualité à la question du « Soutien scolaire : entre éducation populaire et industrie de service ». Au-delà des interprétations sociologiques, un examen plus attentif des données de « l’équation économique » nous était apparu nécessaire pour comprendre le développement récent d’un véritable marché du soutien scolaire, gagné par des entreprises commerciales en pleine expansion.

Nous avions ainsi pointé le Plan de cohésion sociale de 2005 comme porteur d’effets secondaires regrettables en matière de soutien scolaire, accroissant à la porte de l’école les inégalités entre les élèves, selon le niveau de revenu de leurs parents.Étayé par des données socio-économiques solides, le rapport du CERC confirme notre analyse et attire l’attention des pouvoirs publics sur le hiatus actuel entre les enjeux économiques et les enjeux sociaux de la filière du soutien scolaire privé.

L’aide publique actuellement accordée au soutien scolaire privé représenterait en effet « 240 millions d’euros annuels, soit presque deux fois et demie le budget du soutien scolaire public et presque le quart de celui des ZEP » (encadré p. 133).

Avant de revenir plus en détail sur les analyses et observations rendues par le rapport du CERC, quelques rappels permettront de recadrer le problème.

Continuer la lecture de Soutien scolaire privé : l’aide publique en question… 

Erudix, un nouvel outil collaboratif dédié aux usages éducatifs

« Erudix, votre université en ligne« , telle est l’accroche de ce nouveau site qui offre un espace de collaboratif à la communauté de l’enseignement supérieur, permettant le partage de documents et de ressources.

Le principe :Il faut d’abord s’inscrire en ligne. Outre les habituels identifiants, le candidat peut indiquer son statut (étudiant, enseignant, chercheur…), son établissement et son département universitaire, les langues qu’il pratique, ses centres d’intérêt ; il peut également fournir une photo pour le trombinoscope. Le nouveau membre peut ensuite choisir ce qu’il souhaite partager (informations personnelles, documents, signets…) et avec qui (tout le monde, mes amis, un cercle restreint, personne).

Une fois inscrit, chaque membre peut :

  • découvrir les documents mis en partage dans la ou les langues qu’il pratique. La sélection peut se faire sur plusieurs critères : catégorie (c’est-à-dire discipline), niveau (de débutant à expert), type (notes de cours, devoir, article, thèse…) et format (texte, tableur, diaporama, pdf). On peut ainsi consulter, télécharger, adopter, commenter chacun des documents ;

Continuer la lecture de Erudix, un nouvel outil collaboratif dédié aux usages éducatifs